Agence France Presse - Cndp

40 downloads 9 Views 230KB Size Report
de l'efficacité, ainsi que la diversification des services proposés aux clients de l' agence (son, photos, .... presse écrite : c'est à travers ces trois médias qu'ils se font une idée du journalisme. Encore ne ..... Que sais-je ? » n° 3231, PUF, 1997.

L’émission du CNDP et de La Cinquième pour les écoles et les collèges

ÉDUCATION AUX MÉDIAS Les dessous des médias

Agence France Presse LES AGENCES DE PRESSE

sont les principales bases d’information des journalistes. L’« agencier » est un journaliste de l’ombre, confronté à de sévères exigences : vérification et citation des sources, neutralité du ton, rapidité du traitement de l’information. La réputation d’une agence de presse tient au respect de ces critères. L’AFP au cœur de l’information. © CNDP

Deux grandes catégories de fonctions coexistent dans une agence : le reportage et le secrétariat de rédaction (tri, relecture, mise en forme, transmission). Pendant longtemps, l’AFP, a séparé ces fonctions ; aujourd’hui dominent polyvalence et alternance. En compagnie de Christine Buhagiard à Londres et de Pierre Rochiccioli en région parisienne, l’émission nous permet de comprendre comment une dépêche prend corps, comment elle chemine vers l’intérieur de l’agence avant d’être diffusée vers ses clients. Le reportage est aussi l’occasion de présenter brièvement l’Agence France Presse, la plus ancienne des trois grandes agences mondiales avec Associated Press et Reuter. Présente dans 165 pays, grâce à ses journalistes et photographes, elle touche 650 journaux, 400 radios et télévisions, 1500 administrations et entreprises, 100 agences de presse nationales ; soit directement ou indirectement, trois milliards de personnes. L’émission évoque également la modernisation des moyens de communication, clé de la rapidité et de l’efficacité, ainsi que la diversification des services proposés aux clients de l’agence (son, photos, télévision, infographie, animation 3D).

CENTRE NATIONAL DE DOCUMENTATION PÉDAGOGIQUE

Information

DÉCOUPAGE À la source de l’info 00 min 00 s Présentation de Christine Buhagiard correspondante de l’AFP à Londres, et de Pierre Rochiccioli, en Seine-Saint-Denis. 00 min 27 s Le siège de l’AFP : c’est là qu’aboutissent des informations traitées puis redistribuées aux journaux, télévisions, et radios du monde entier ; un million de mots par jour en six langues sous forme de dépêches, mais aussi photos, dessins infographiques et animations en 3D. 01 min 06 s Christine Buhagiard couvre à Londres la conférence de presse des amis et défenseurs de Pinochet. 02 min 21 s La journaliste estime l’importance mondiale de sa future dépêche en évoquant les clients potentiellement intéressés. 02 min 45 s Début de journée pour Pierre Rochiccioli : la collecte des informations pour les affaires de police commence par une série de coups de téléphone dans les commissariats. Il couvre également les affaires de justice. 04 min 19 s Le journaliste transmet l’information grâce à un ordinateur portable relié par modem à un téléphone mobile. 05 min 56 s À Londres, Christine Buhagiard fait le point sur ce qui existe déjà sur son sujet, pour recouper les informations et approfondir son « papier ». 06 min 38 s Spécificité de l’écriture en fonction des délais et du média auquel on s’adresse : d’abord une information courte, ensuite un papier plus circonstancié. 07 min 36 s Relecture des dépêches au siège de l’AFP avant leur diffusion dans le monde entier. 08 min 17 s Conférence de rédaction : le rédacteur en chef passe en revue les points positifs et négatifs en terme de délai d’information. 08 min 45 s L’AFP élargit ses activités : photo de presse, télévision. 09 min 13 s L’AFP à Londres : Christine Buhagiard évoque les délais et la situation particulière d’une agence de presse mondiale, en situation de bouclage permanent. 10 min 16 s Pierre Rochiccioli consulte chaque jour la presse écrite pour voir ce qui est retenu de ses dépêches. 11 min 12 s Christine Buhagiard : le journaliste « agencier » accepte l’anonymat.

2 Galilée : Agence France Presse © CNDP 1999

CARTE D’IDENTITÉ Disciplines, classes et programmes concernés en priorité Français, 4e-3e. L’écriture journalistique ; le message ; le vocabulaire précis et les notions de jargon professionnel ; la concision, le résumé. Technologie, collège. Les moyens de communication ; du dispositif local au dispositif planétaire ; le village mondial. Éducation à l’image et aux médias, collège. Éducation civique, 4e-3e, crédibilité de l’information, déontologie du journaliste.

Autres disciplines ou classes possibles Sciences économiques et sociales, lycée. La crédibilité de l’information, la déontologie du journaliste, le fonctionnement d’une agence de presse, les circuits de l’information. Éducation citoyenne, lycée. Déontologie du journaliste, de la dépêche à l’article de presse.

Objectifs de l’émission Présenter les méthodes de travail d’une grande agence de presse internationale. Informer sur le circuit de l’information depuis le reportage de terrain jusqu’à la dépêche diffusée et à sa reprise par d’autres médias.

Principaux thèmes abordés Le travail sur le terrain des journalistes. Le travail après le reportage, la question de la rapidité du traitement de l’information et du délai de transmission. La relecture avant diffusion. La conférence de rédaction. La diversification des activités de l’AFP. La spécificité du journaliste « agencier ».

Représentations préalables à prendre en compte L’information quotidienne nous parvient par la radio, les journaux et la télévision ; en revanche, nous ignorons pratiquement tout du travail qui s’effectue en amont dans les agences de presse dont le but est de fournir de l’information, brute ou déjà raffinée, aux médias qui nous sont familiers. Le journaliste vedette de la télévision, la grande signature d’un quotidien, les grands noms de la radio, ancrent en nous une image idéalisée, du journaliste. La réalité est différente pour le journaliste d’agence dont le travail rigoureux, à la source de l’information, permet d’alimenter les médias.

Vocabulaire prérequis Lexique de base du journalisme (presse écrite).

Vocabulaire à expliquer Factuel, lead, annonce, dépêche, papier, pyramide inversée (5 W), les « fils », infographie, imagerie 3D, modem, mobile, console portable.

Vocabulaire à mettre en place Conférence de presse, correspondant, rédacteur en chef, conférence de rédaction, source, signature, couvrir, objectivité, anonymat, agence de presse. 3 Galilée : Agence France Presse © CNDP 1999

En classe

SUGGESTIONS PÉDAGOGIQUES Ø Activité : décrypter le métier de journaliste d ’ agence Français, éducation aux médias, 4e-3e

• A priori. Les élèves connaissent la télévision, la radio et un peu moins la presse écrite : c’est à travers ces trois médias qu’ils se font une idée du journalisme. Encore ne regardent-ils, n’écoutent-ils et ne lisent-ils que ce qui les intéressent plus directement. C’est en général en famille, le soir ou le matin avant d’aller en classe, qu’ils reçoivent les informations. Leur connaissance du journalisme se limite souvent à des clichés entretenus par des films, des séries de télévision ou des bandes dessinées. Le visionnement de l’émission sera donc l’occasion de faire découvrir un des aspects du journalisme mal connu des adultes et a fortiori des élèves. • Le métier de journaliste. On visionnera une première fois la totalité de la cassette, puis on se basera sur les directions de recherche et sur les questions ci-dessous pour approcher les aspects de ce métier. Où Christine Buhagiard travaille-t-elle ? Quelles sont les qualités requises pour exercer son métier ? Qu’est-ce qu’une conférence de presse ? Pourquoi ne fait-elle pas partie des événements imprévisibles ? Déterminer les pays et régions du monde qui risquent d’être particulièrement intéressés par l’information que la journaliste va mettre en forme. Relever dans l’activité de Pierre Rochiccioli ce qui appartient à l’information de routine et ce qui nécessite une enquête complémentaire. • Le vocabulaire. On pourra essayer de relever dans les propos des deux journalistes le jargon professionnel. Il sera nécessaire alors de l’expliquer, puis on montrera que cette terminologie correspond à une méthode de travail, et détermine des étapes différentes de la rédaction d’une dépêche. Pour ce faire il sera sans doute nécessaire de revenir sur quelques passages pour que les élèves intègrent bien le vocabulaire. • L’agencier. En ce qui concerne plus particulièrement l’activité centralisatrice de l’agence, on insistera sur le travail de relecture, sur la conférence de rédaction de l’AFP. À partir de cette dernière et de la séquence finale du bureau à l’étranger, on déterminera le critère principal d’appréciation du travail de l’agencier et les contraintes particulières qui pèsent sur lui.

Ø Activité : les moyens de communication de l’AFP Français, éducation aux médias, 4e-3e

• Utilisation des moyens de communication. À partir de l’émission, on fera repérer aux élèves tous les moyens de communication utilisés par les deux 4 Galilée : Agence France Presse © CNDP 1999

journalistes. Certains sont anciens comme le téléphone, mais ils peuvent être modernisés dans leur conception : téléphone mobile, téléphone communiquant directement par satellite. D’autres sont plus récents et sont devenus courants : ordinateurs et consoles portables (l’AFP disposent de deux mille micros et terminaux), paraboles pour capter les signaux relayés par satellites (mille cinq cents paraboles utilisées à l’AFP). D’autres enfin annoncent une circulation accélérée de l’information en réduisant à rien ou presque les délais de transmission et de diffusion : le modem, par exemple, qui permet à la fois de faire communiquer les ordinateurs entre eux et de transmettre des fichiers. D’autres moyens, en revanche, sont en voie de disparition : le téléscripteur, naguère instrument roi et symbolique de l’agence de presse, a précisément été éclipsé par l’ordinateur et le modem. Tous les changements technologiques obéissent à la même nécessité depuis la création des agences de presse : rapidité et efficacité : la bonne agence est celle qui donne l’information avant ses concurrentes. • Prolongements. On fera remarquer aux élèves les moyens de communication qui n’apparaissent pas dans l’émission mais qui existent à l’AFP (utilisation de six satellites géostationnaires, de l’Internet et des services télématiques). On pourra terminer l’activité avec l’évocation des moyens de communication abandonnés par la presse moderne : le télégraphe par exemple. On commentera également les traces du passé qui subsistent dans le vocabulaire spécialisé : la dépêche, le fil…

Ø Activité : la photo de presse, complément ou dépêche ? Français, éducation aux médias, 4e-3e

• Étude détaillée. On répartira les élèves en groupes. Avant de commencer on s’assurera que quelques mots de vocabulaire sont connus comme cadrage, angles de prise de vue, polysémie de l’image, photo-journalisme, reportage, scoop, légende, crédit photo. À partir de l’émission on fera des arrêts sur image ou on procédera a un gel numérique d’image (certains téléviseurs modernes possèdent cette fonction), parmi celles qui nous sont proposées. On choisira alors une ou deux photos que l’on étudiera en détail. Les élèves commenceront par décrire ce qu’ils voient : photo noir et blanc, photo couleur, lumière, valeur du cadrage (ensemble, gros plan, plan moyen, rapproché…), angle de prise de vue (de face, latérale, de dos, plongée, contre-plongée), la composition de l’image, les personnages et leurs attitudes. Puis les élèves aborderont la signification de l’image et ses connotations : l’angle de prise de vue est-il innocent ? Qu’a-t-on voulu dire ? Quelles informations ces images nous donnent-elles ? On conclura sur le type de photo : actualité, illustration, archive… En complément on se procurera plusieurs titres de quotidien (la semaine de la presse dans l’école est un moment favorable pour avoir gratuitement un bon échantillonnage). À partir de ce panel, les élèves découperont toutes les photos à l’exception des publicités, en conservant la légende. Ils noteront l’article auquel elles se réfèrent et la rubrique (international, société, sport, 5 Galilée : Agence France Presse © CNDP 1999

économie…), ils repèreront également l’origine du cliché, la source : AFP, UP, Gamma, photographe indépendant, etc. On aura soin, évidemment, de bien différencier une agence de presse telle que l’AFP des agences photographiques et de noter ce qui les différencie. • Les différents traitements d’une même photo. Un deuxième travail, comparatif, se fera entre divers quotidiens qui peuvent avoir retenu la même photo : a-t-elle été traitée différemment ? Agrandissement, recadrage ? La légende est-elle la même ? • Le rôle d’une photo. Le troisième travail conduira les élèves à réfléchir sur deux ou trois clichés qu’ils auront choisis : quel rôle occupe la photo dans la rubrique ou l’article ? Comment nous informe-t-elle ? Est-elle descriptive, simplement illustrative ou symbolique ? A-t-elle son autonomie ou est-elle étroitement complémentaire du texte ?

Ø Activité : écrire comme un journaliste de l’AFP Français, éducation aux médias, 4e-3e

• Retour à la source. On revisionnera les passages où les deux journalistes expliquent leur démarche d’écriture. On expliquera le vocabulaire utilisé par ces professionnels. À partir d’un article sélectionné dans un quotidien qui sera photocopié en plusieurs exemplaires, on demandera aux élèves de retrouver les éléments fondamentaux qui ont présidé à la rédaction d’une dépêche. Il s’agit de faire comprendre aux élèves l’importance du questionnement : les fameux « 5 W », Who, What, When, Where, Why (et accessoirement How) soit en français Qui, Quoi, Quand, Où, Pourquoi (et Comment). On comparera les réponses. On s’efforcera également de faire cerner par les élèves ce qui relève du message fondamental et ce qui relève des compléments d’information, d’analyse, ou de commentaire. • Comme les professionnels ! En complément, en profitant de la semaine de la presse dans l’école, se procurer des dépêches en trois langues auprès de l’AFP qui les propose durant cette période sur le Minitel (3614 Edutel, mot-clé Presse). On les distribuera à la classe. En tenant compte du niveau des classes et après avoir décrypté le message essentiel on proposera aux élèves de trouver un titre au futur article et de rédiger un chapeau de présentation. On pourra ensuite faire rédiger une brève ou un article plus conséquent en prêtant une attention particulière à son début (accroche) et à sa fin de l’article (chute). On notera que plus un papier est remarquable par ses effets de style et ses points de vue particuliers, plus il s’éloigne du type de travail d’un agencier. On pourra même finir par demander des billets – articles courts et incisifs, qui nécessitent recul et ironie.

6 Galilée : Agence France Presse © CNDP 1999

FICHE ÉLÈVE 1 La source de l’information [À utiliser en français, éducation aux médias, 4e-3e.]

• Un même sujet de l’AFP traité par différents médias. On se procurera une dépêche de l’AFP (grâce au minitel 3615 AFP) concernant un événement marquant. On la mettra en parallèle avec un article de journal, un enregistrement radio et un enregistrement extrait d’un journal télévisé traitant du même sujet. 1. Repérer dans la dépêche la mise en œuvre des « 5 W ». Qui ? Quoi ? Quand ? Où ? Pourquoi ou Comment ?

2. Repérer dans l’article les mêmes éléments. 3. S’agit-il d’un article directement repris de l’AFP (voir crédit). Si non, quels sont les éléments se rapportant à la dépêche ? 4. Quels sont les éléments ajoutés par le journaliste du quotidien ? 5. Comparez l’information radio avec la dépêche de l’AFP. 6. Même démarche avec le journal TV, quelles différences peut-on établir entre les trois médias dans le traitement de l’information ? • La présence de l’AFP On se procurera plusieurs quotidiens français et éventuellement étrangers. Opération de feuilletage de la presse comme le fait Pierre Rochiccioli. 7. Repérez dans les différentes rubriques les articles qui font directement référence à l’AFP. Repérez ensuite les différentes agences de presse mentionnées. Quelle est la proportion de chacune selon les journaux ? 8. Observez les crédits photographiques ; combien de photos de presse viennent de l’AFP ? Que disent-elles ? En quoi nous informent-elles ? Sontelles reliées à d’autres articles ? 9. Parmi les dessins infographiques des journaux (cartes, schémas) combien sont attribués à l’AFP ? Quelles informations apportent-ils ? (cf. Complément 4). 10. De quelles régions du monde viennent les informations ? Quelles grandes directions régionales ont pu traiter les sujets ?

7 Galilée : Agence France Presse © CNDP 1999

Documentation

COMPLÉMENTS 1. La structure d’une information d’agence « La structure d’une information d’agence obéit au schéma de la rédaction en ordre d’intérêt décroissant. C’est la méthode dite de la “pyramide inversée” qui repose sur sa pointe. Le plus important vient en premier lieu, chaque strate s’amenuisant ensuite. Cette technique exige un entraînement. Une telle construction de texte est, en effet, contraire à l’ordre chronologique naturellement utilisé par tout narrateur. Schématiquement celui-ci racontera que 1) un avion est parti de X, 2) qu’il a explosé en vol et 3) que tous les passagers sont morts. L’information d’agence utilise l’ordre inverse pour énoncer d’emblée le plus récent et le plus important : il n’y a pas de survivants 3) après qu’un avion a explosé 2). Il était parti de X 1). La structure en “pyramide inversée” est également contraire à la structure d’une composition classique : énoncé du problème, analyse des données, conclusion. L’information d’agence relate d’abord la conclusion (la réponse à la question) puis en consigne tenants et aboutissants en ordre d’importance décroissante. Le système de rédaction en ordre décroissant répond à la nécessité de pouvoir réduire une information en coupant un à un les paragraphes à partir de la fin et en conservant toujours une information, de plus en plus succincte certes, mais toujours complète et utilisable. En fait, la même information peut être diffusée sous différentes formes : longuement développée pour la clientèle A, un peu plus courte pour la clientèle B (moins intéressée ou disposant de moins d’espace), dans une version franchement minimum pour une clientèle C (lointaine, et donc moins intéressée ou ne disposant que d’un espace réduit). Dans ces conditions, la rédaction en pyramide inversée permet aux agenciers de disposer aisément du texte en fonction de l’importance appropriée. » Henri PIGEAT, Les agences de presse : institutions du passé ou médias d’avenir ?, © Études de la Documentation française, 1997, p. 24.

2. Collecte des informations « L’activité d’une agence de presse est triple : collecte des informations, mise en forme de celles-ci par une centre et livraison aux utilisateurs, médias ou autres. Elle correspond aux phases successives de la production, de l’élaboration du produit fini et à sa distribution. Chaque étape exige une organisation complexe et originale placée aux mains de journalistes spécialisés. La circulation de l’information est rapide et incessante. Aussi, depuis leur origine, les agences ont-elles toujours utilisé des techniques de transmission de pointe. […] 8 Galilée : Agence France Presse © CNDP 1999

Journalistes comparables à ceux de tous les autres médias, les reporters d’agence doivent être des hommes de terrain. Le premier moyen d’obtenir une information est d’en être le témoin, d’assister à l’incendie, de voir l’équipe de football gagner, de se caser dans un hélicoptère militaire en opération ou d’assister aux conférences de presse. […] La rédaction centrale d’une agence généraliste est plus ou moins comparable à celle d’un journal. Les sept grands services de production de l’AFP qui emploient près de deux cents journalistes à Paris sont : le service diplomatique et politique, celui des informations générales (reportage, justice, police, culture, arts et lettres, sciences, médecine) et ceux des sports, de l’économie, des finances, du secteur social et de l’hippisme. Les agences possèdent aussi le plus souvent un certain nombre de services rédactionnels de soutien : documentation-archives, écoutes des radios, service features (production d’articles de variétés ou magazine) ainsi qu’un service de contrôle des reproductions de la copie par les clients afin d’en apprécier succès et échecs. Les agences se livrent en effet à une vive concurrence et à une course au “scoop” (primeur, nouvelle exclusive) considéré comme l’indicateur de la réputation d’une agence. L’information provient aussi de bureaux situés à l’intérieur du pays et à l’étranger. Ceux-ci participent à toutes les fonctions de l’agence, non seulement à la collecte de l’information mais aussi à la vente et à la diffusion des services dans la zone de leur compétence. […] Les agences mondiales et internationales possèdent des bureaux polyvalents à l’étranger leur permettant d’y recueillir des nouvelles et de diffuser leurs services. En ce qui concerne les trois agences mondiales, les implantations à l’étranger dépassent, pour chacune, la centaine. Leur taille va des grands centres régionaux où peuvent travailler plus de cent personnes dont des dizaines de journalistes, aux petits bureaux dirigés par un seul correspondant ou même à l’informateur isolé. Les modes de collecte indirects ne sont pas moindres. Les agences de presse, dans leur effort permanent pour ne manquer aucune information ont en effet recours aux autres médias et, au besoin, citent journaux, radios et télévisions. » Henri Pigeat, Les agences de presse : institutions du passé ou médias d’avenir ?, © Études de la Documentation française, 1997, pp. 25-26.

3. Petit historique de l’A.F.P 1835 1847 1852 1859 1866 1879

Agence des feuilles politiques - Correspondance générale fondée par Charles-Louis Havas. Quasi monopole de l’information en France. Création de la branche Havas publicité qui complète l’agence de presse jusqu’en 1940. Entente avec les agences Reuter et Wolff pour le partage des zones de collecte de l’information et sa diffusion. Premier câble transatlantique du télégraphe. Havas société familiale devient la société anonyme Havas.

9 Galilée : Agence France Presse © CNDP 1999

1880 1881 1914 Années 20 Années 30 1940 1944 1957

Débuts du téléphone, du téléscripteur, puis de la radio ondes longues. Loi sur la liberté de la presse en France. Havas connaît des difficultés jusqu’en 1918 à cause du blocus de l’information. La branche publicité renfloue la branche information. La radio ondes courtes modifie la transmission des nouvelles, fin de l’alliance des agences. La branche information est séparée de la branche publicité et devient l’Office français d’Information, OFI. Naissance de l’AFP et début d’un nouveau développement. Loi sur le statut particulier de l’AFP garantissant son indépendance rédactionnelle, son implantation dans le monde et son autonomie financière. D’après la brochure de présentation de l’AFP

4. Quelques faits et chiffres sur L’A.F.P – Première grande agence internationale d’information créée au monde – Bureaux dans 165 pays – Leader de l’information en Asie – Première agence arabophone – Réseau inégalé en Afrique – 2 000 collaborateurs – 1 200 journalistes dont 200 photographes – 2 000 pigistes – 5 grandes directions régionales (Paris, Hongkong, Washington, Nicosie, Montevideo) Chaque jour l’AFP c’est : – millions de mots en six langues (français, anglais, espagnol, allemand, arabe et portugais) – photos en HD et 7 millions de photos archivées – infographies en quatre langues (français, anglais, espagnol, allemand) – de l’imagerie 3D (en 1999 1 sujet par jour, en 1998 3 sujets par semaine) L’AFP c’est aussi : – des services spécialisés et des services en ligne – des produits multimédias sur internet et intranet – une chaîne d’informations générales et internationales sur le câble et Canal satellite avec Bloomberg TV et une association avec Worldwide Télévision News D’après la brochure de présentation de l’AFP

10 Galilée : Agence France Presse © CNDP 1999

POUR EN SAVOIR PLUS À lire ASLANGUL Madeleine, Lexique des termes de presse, CFPJ, coll. « Guides du CFPJ », 1991. BALLE Francis, Dictionnaire des médias, Larousse, 1998. BAUDELOT Philippe, Les Agences de presse en France, La Documentation française/Service juridique et technique de l’information et de la communication, 1991. CHARON Jean-Marie, L’État des médias dans le monde, La Découverte/CFPJ, 1991. GIROT Arielle, AUBRÉE Christine, Les Métiers de la communication, L’Étudiant, 1989. HUTEAU Jean, ULLMANN Bernard, AFP, Une histoire de l’Agence France Presse, 1944-1990, Laffont, 1992. JUNQUA Daniel, La Presse écrite et audiovisuelle, coll. « Connaissance des médias », CFPJ, 1995. MATHIEN Michel, CONSO Catherine Les Agences de presse internationale, coll. « Que sais-je ? » n° 3231, PUF, 1997. PIGEAT Henri, Les Agences de presse : institutions du passé ou médias d’avenir ?, La Documentation française, coll. « Les Études de la Documentation française », 1997. TERROU Fernand, L’information, coll. « Que sais-je ? » n° 1000, PUF, 1992. Guide des sources d’information, CFPJ, coll. « Guides du CFPJ », 1997. L’Information dans les médias : 75 séquences d’activités pour comprendre comment se traite l’actualité, CNDP/CLEMI, coll. « Autrement dit », 1991, réf. 002 60006, 84 F. « Les médias », Les Cahiers Français n° 266, La Documentation française, 1994.

À utiliser 3615 AFP : adresse télématique permettant d’accéder en temps réel aux informations de l’Agence France Presse.

À consulter http://www.afp.com : le site de l’AFP. http://www.clemi.org : le site du Centre de liaison de l’enseignement et des moyens d’information. http://www.nomade.fr/contenu/infodirect/afp/ : chaque jour une sélection de dépêches de l’AFP. http://www.mediajunior.com : une agence de presse pour les jeunes. http://www.espiegle.org/html/agence.htm : l’agence de presse des enfants. http://www.yahoo.fr/actualites/ : une sélection des dépêches de l’agence Reuters et de l’AFP. ð Les références renvoient aux productions du CNDP. 11 Galilée : Agence France Presse © CNDP 1999

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES Diffusion Émission de Durée Module Public Indexation

Mardi 9 mars 1999 / La Cinquième / 10 h 10 Sophie Le Merdy assistée de Sébastien Buclet 13 minutes À la source de l’info, auteur-réalisateur Stéphane Le Gall-Viliker Français, éducation civique, 4e-3e ; éducation à l’image et aux médias, technologie, collège. Descripteurs Motbis : Agence de presse – Journaliste – Traitement de l’information

OBJECTIFS DE LA SÉRIE LES DESSOUS DES MÉDIAS Cette série se propose d’analyser et de décrypter les enjeux et les règles déontologiques qui régissent le fonctionnement des médias. Les programmes des collèges (et spécifiquement ceux d’Éducation civique pour la classe de 4e) soulignent bien l’aspect fondamental pour la formation du futur citoyen, d’une analyse critique du fonctionnement et de l’apport des médias. Cette analyse doit permettre de comprendre les enjeux qui se dissimulent derrière la diffusion d’un message ou d’une simple image quel que soit le support (écrit, audiovisuel), d’apprécier les limites des messages ainsi diffusés. Pour cela, le futur citoyen (ou le citoyen tout court) doit se repérer dans la diversité des sources d’information, appréhender l’objectivité du message délivré, comprendre les mécanismes du pouvoir de séduction mis en œuvre par les médias. L’éducation aux médias doit donner des outils de compréhension et d’analyse qui permettent de faire preuve de discernement : – repérage des sources et méthodes de diffusion de l’information au moment de la mondialisation de cette diffusion ; – connaissance des contraintes et des modes de production d’images et de textes ; – réflexion sur l’objectivité du message et le pluralisme de l’information. Sous forme de reportage construit, chaque sujet est centré sur un enjeu fort du monde des médias. Cet enjeu est situé dans un cadre précis : celui d’une émission de télévision, de radio, ou d’un journal.

Guide élaboré par Philippe Moller Coordination : Yvan Amar et Nicole Ové Assistantes d’édition : Séverine Blondeau, Pauline Guinand