Aide-soignant / Aide-soignante - SeGEC

6 downloads 64 Views 2MB Size Report
On entend par aide-soignant une personne spécifiquement formée pour ... Annexe 5). L'aide-soignant(e) ne peut accomplir ces activités que dans la mesure où.

Programme

Aide-soignant / Aide-soignante 7e professionnelle de qualification

Humanités professionnelles et techniques D/2009/7362/3/41

La FESeC remercie les membres du groupe à tâche qui ont travaillé à l'élaboration du présent programme. Elle remercie également les nombreux enseignants qui l'ont enrichi de leur expérience et de leur regard constructif. Elle remercie enfin les personnes qui ont effectué une relecture attentive. Ont participé à l'écriture du programme : BORRENBERGHS M., BOTTE M-P., DELMELLE D., DRICOT K., DRUART M-Ch., EVEN M., GORBOUNOFF S., HASSE V., HENNAUX M-P., HUENS C., JEUKENS G., LAFFALIZE E., LEONARD E., MAGIEN D., MANFROID B., MOTTOUL M-P., PIETTE N., PIRSON E., RAMAKERS V., SAUVAGE M., SIMONET A-F., SMETTE M., WAELKENS R.

Dans le présent programme, l’utilisation du nom de métier du genre masculin est prévue à titre épicène. Ce document respecte la nouvelle orthographe.

2

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Table des matières

1. Introduction .........................................................................................................................................5 1.1 Définitions des référentiels, des programmes et des outils d’évaluation ......................................5 1.2 Le professeur et le programme .....................................................................................................7 1.3 L’accompagnement pédagogique .................................................................................................7 1.4 La formation .................................................................................................................................7 1.5 Statut et rôle des outils ..................................................................................................................8 1.6 L’évaluation des compétences ....................................................................................................10 2. L’aide-soignant(e) .............................................................................................................................13 2.1 Historique ...................................................................................................................................13 2.2. Champs d'activités .....................................................................................................................14 3. Grille horaire .....................................................................................................................................15 4. Référentiel professionnel ..................................................................................................................17 4.1 Le profil de qualification ............................................................................................................17 4.2 Le profil de formation .................................................................................................................18 4.3 Le référentiel professionnel ........................................................................................................18 4.4 La Macrocompétence (MC) ........................................................................................................30 5. Referentiel des ressources disciplinaires ...........................................................................................32 5.1 Nutrition .....................................................................................................................................34 5.2 Psychologie appliquée ................................................................................................................54 5.3 Technologie des soins .................................................................................................................78 5.4 Séminaires ................................................................................................................................112 5.5 Stages ........................................................................................................................................115 6. Approche pédagogique ...................................................................................................................120 6.1 Mise en œuvre du programme ..................................................................................................120 6.2 Situations d’apprentissage et d’intégration ...............................................................................121 6.3 A propos de l’interdisciplinarité ...............................................................................................130 7. Annexes...........................................................................................................................................132 Annexe 1 - Démarche AS ...............................................................................................................134 Annexe 2 - Règles professionnelles : Déontologie .........................................................................137 Annexe 3 - Observation de l’AS .....................................................................................................143 Annexe 4 - Schéma-type de communication de l’AS .....................................................................149 Annexe 5 - Activités déléguées par l’Infirmier(e) à l’AS dans une équipe structurée ....................151 Annexe 6 - Locaux – Equipement – Matériel .................................................................................153

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

3

4

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

1. INTRODUCTION

1.1 Définitions des référentiels, des programmes et des outils d’évaluation ▪

Dans le dispositif pédagogique, on compte quatre grandes catégories de référentiels de compétences approuvés par le parlement de la communauté française : les RÉFÉRENTIELS socles de compétences présentant de manière structurée les compétences de base à exercer DE jusqu’au terme des huit premières années de l’enseignement obligatoire et celles qui sont à COMPÉTENCES maitriser à la fin de chacune des étapes de cellesci ; Productions les inter-réseaux compétences terminales des Humanités générales et technologiques présentant de manière structurée les compétences disciplinaires dont la maitrise est attendue au terme de la 6e année ; - les compétences et savoirs communs des Humanités professionnelles et techniques présentant de manière globale les compétences dont la maitrise est attendue au terme de la 6e année en TQ ou au terme de la 7e en P ; - les profils de formation présentant de manière structurée les compétences à acquérir en vue de l’obtention d’un certificat de qualification.

Ces référentiels de compétences ainsi que les profils de formation peuvent être téléchargés sur le site : www.enseignement.be.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

5



Conformément à la liberté des méthodes relatée dans le pacte scolaire, chaque réseau de pouvoirs organisateurs voire chaque pouvoir organisateur d’un enseignement construit ses programmes fournissant des indications pour mettre en œuvre les référentiels de compétences. Un PROGRAMMES programme est un référentiel de situations d’apprentissage, de contenus d’apprentissage D’ETUDES obligatoires ou facultatifs, et d’orientations Productions méthodologiques qu’un pouvoir organisateur définit afin d’atteindre les compétences fixées réseaux par le Gouvernement pour une année, un degré ou un cycle article 5.8° décret « Missions » 24 juillet 1997. - Les programmes produits par les réseaux et les P.O. seront examinés par des commissions inter-réseaux composées selon les modalités décrites dans le décret du 24 juillet 1997. Les trois commissions ainsi constituées remettent des avis au Ministre en charge de l’enseignement secondaire. Ces avis sont fondés sur la conformité des programmes à la définition reprise ci-dessus. Sur base de cet avis, le Ministre confirme ou infirme qu’un programme, correctement mis en œuvre, permet ou ne permet pas d’acquérir les compétences et de maitriser les savoirs définis dans le référentiel de compétences ou dans le profil de formation auquel le programme fait référence. - Les programmes de la FESeC écrits par des groupes à tâches, composés de professeurs et d’experts des secteurs, après approbation du Ministre, peuvent être téléchargés, sur le site du Secrétariat général de l’enseignement catholique : www.segec.be/FESEC/Documents/index.htm.



Le décret du 24 juillet 1997, prévoit aussi la création d’outils d’évaluation à titre exemplatif. Ils sont destinés à tous les professeurs. Des OUTILS outils d’évaluation pour les Humanités générales et technologiques et pour les Humanités D’EVALUATION professionnelles et techniques sont élaborés par des groupes de travail inter-réseaux. Ces outils visent à Productions évaluer les compétences et savoirs fixés dans les référentiels inter-réseaux. inter-réseaux Ces outils servent de référence pour apprécier le niveau des études. Ces outils peuvent être téléchargés sur le site : www.enseignement.be.

6

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

1.2 Le professeur et le programme Lors de son engagement auprès d’un pouvoir organisateur de l’enseignement secondaire catholique, le professeur signe un contrat d’emploi. En lui confiant des attributions, le pouvoir organisateur l’engage de manière contractuelle officielle dans une mission pédagogique et éducative. Il s’agit de faire acquérir des savoirs et de développer les compétences chez les élèves qui lui sont confiés selon les prescrits de programmes et dans le respect du projet éducatif de l’enseignement secondaire catholique. Le programme est donc à lire comme l’explication de la composante pédagogique du contrat. Non seulement il fournit les indications sur les acquis à faire maitriser par les élèves pour rencontrer les prescrits des référentiels de compétences mais il fournit aussi des pistes pour y parvenir.

1.3 L’accompagnement pédagogique Le décret « Inspection » de 2007 prévoit pour chacun des réseaux, la création d’une Cellule de conseil et de soutien pédagogiques, composée de conseillers pédagogiques et coordonnée par un Conseiller pédagogique coordonnateur (CPC). Ces cellules sont chargées de conseiller et d’accompagner les enseignants, les équipes pédagogiques et les écoles dans leurs projets et les difficultés qu’ils rencontrent. Elles peuvent également intervenir plus spécifiquement dans les écoles où le service général de l’Inspection, l’organe de représentation et de coordination (SeGEC), le Pouvoir Organisateur ou les directions ont constaté des faiblesses ou des manquements. Pour la FESeC, les conseillers pédagogiques sont organisés en équipes selon les disciplines et les secteurs. Des conseillers pédagogiques sont également prévus spécifiquement pour l’enseignement spécialisé et les CEFA. Les conseillers pédagogiques sont régulièrement sollicités pour préparer, avec les équipes d’enseignants, une visite d’inspection ou pour répondre aux remarques formulées dans un rapport suite à l’une des visites. Pour en savoir plus sur les missions de ces conseillers, nous vous invitons à consulter le site de la FESeC à l’adresse suivante : http://www.segec.be/fesec/infos/index0.cfm.

1.4 La formation Conformément au décret sur la formation continue, le service « formation » promeut, organise et gère la formation en cours de carrière des enseignants du secondaire. Il prend des initiatives de formation pour certains publics spécifiques (directeurs, conseillers pédagogiques, formateurs, éducateurs, personnel administratif, …).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

7

En rapport avec les axes prioritaires de la politique de formation continuée de l’enseignement catholique, le service CECAFOC définit et organise son programme de formation pour toutes les filières de l’enseignement secondaire ordinaire et spécialisé. Nous vous invitons à consulter http://www.segec.be/Cecafoc/index.htm.

le

site

à

l’adresse

suivante :

1.5 Statut et rôle des outils ▪

Les outils FESeC - Conçu par un groupe de travail composé de professeurs, un outil pédagogique est une production originale, qui peut être diffusé sous une variété de supports. Illustrant ou mettant en œuvre des aspects d’un ou plusieurs programme(s) de cours, il est prioritairement destiné aux enseignants mais peut contenir des documents facilement utilisables directement par les élèves. Ces outils FESeC relus par des experts, testés dans des formations et dans des classes deviennent des compléments indispensables à la mise en œuvre des programmes. - Si le programme est à percevoir comme l’explication de la composante pédagogique du contrat du professeur, les outils sont bien à considérer comme les annexes indispensables au programme. En effet, ils fournissent des exemples et des explications importantes sur une manière de déplier le programme. Ces outils peuvent être découverts sur le site www.segec.be/fesec/Documents/index.htm et sur les sites des secteurs dont voici la liste : Agronomie

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/Agronomie/index.htm

Arts appliqués

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/Arts/index.htm

Bois-Construction

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/Construction/index.htm

Economie

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/Economie/index.htm

Education par la http://www.segec.be/fesec/Secteurs/EducationTechnologie/index.htm technologie Education physique

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/EducPhysique/index.htm

Français

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/Francais/index.htm

Habillement

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/Habillement/index.htm

Hôtellerie

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/Hotellerie/index.htm

Industrie

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/Industrie/index.htm

Informatique

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/Informatique/index.htm

Langues anciennes

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/Languesanciennes/index.htm

8

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Langues modernes

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/LanguesModernes/index.htm

Mathématiques

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/Mathematique/index.htm

Religion

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/Religion/index.htm

Sciences humaines

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/SciencesHumaines/index.htm

Sciences

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/Sciences/index.htm

Sciences appliquées

http://www.segec.be/fesec/Secteurs/SciencesAppliques/index.htm

Services personnes

aux http://www.segec.be/fesec/Secteurs/ServicesPersonnes/index.htm



Les outils d’évaluation inter-réseaux - Ces outils sont élaborés par des équipes de professeurs issus de tous les réseaux, des conseillers pédagogiques et des inspecteurs. Ils sont supervisés par des commissions composées de représentants des différents réseaux. Ils proposent des exemples d’évaluation de la maitrise des compétences chez les élèves aux différentes étapes de l’enseignement obligatoire. Fournis à titre d’exemples, leur utilisation n’est pas obligatoire. Néanmoins ces outils d’évaluation donnent des indications critériées sur le niveau de compétences attendu dans les différents cours. Le service général de l’inspection se réfère fréquemment à ces outils dans le cadre de ses missions de détermination au niveau des études. - Regroupés en familles de tâches ou en familles de situations d’intégration permettant de rencontrer l’ensemble des compétences des référentiels, les outils d’évaluation décrivent des tâches à proposer aux élèves à un moment des études. Si moyennant des apprentissages adéquats, ils peuvent être utilisés tels qu’ils sont construits ils sont plus fondamentalement une invitation à s’en inspirer pour élaborer des bilans de compétences visant à apprécier le progrès des élèves, à comprendre leurs difficultés pour y remédier et à ajuster les méthodes d’apprentissage. Ces outils sont disponibles sur le site www.enseignement.be. Ils sont répertoriés par discipline pour le premier degré de l’enseignement secondaire et les Humanités générales et technologiques. Pour les Humanités professionnelles et techniques, les outils présentés correspondent aux profils de formation de chaque option. ▪

Trois catégories d’évaluations externes - Les épreuves externes certificatives produites par la Communauté française qui conduisent à la délivrance du certificat d’études de base dit CEB (décret du 2 juin 2006). - Les épreuves non certificatives produites dans le cadre du « Programme International de Suivi des Acquis » dit PISA. Elles visent à photographier les performances des élèves de 15 ans dans l’une ou l’autre discipline et qui permettent d’établir des comparaisons des évolutions de ces performances d’un pays à un autre.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

9

- Les évaluations externes non certificatives produites par le pilotage du système éducatif. Ces dernières visent à mesurer l’évolution des élèves dans une discipline à différents endroits du parcours scolaire. Elles contribuent au pilotage des améliorations des apprentissages en produisant des outils complémentaires visant à anticiper les erreurs rencontrées dans ces épreuves (décret du 2 juin 2006). Ces évaluations et les outils annexes peuvent être téléchargés sur le site www.enseignement.be.

1.6 L’évaluation des compétences « Plus les évaluateurs seront professionnels de l’évaluation … moins il sera nécessaire de dissocier formatif et certificatif. Le véritable conflit n’est pas entre formatif et certificatif, mais entre logique de formation et logique d’exclusion ou de sélection. » 1998 Philippe Perrenoud. ▪ Faut-il évaluer des compétences en permanence ? L’évaluation a pour objectif prioritaire de fournir des informations pertinentes pour réguler les apprentissages. Cette évaluation est souvent appelée à valeur formative par le fait qu’elle débouche sur une régulation des méthodes et approche d’apprentissage tant chez le professeur que chez l’élève. Observer d’une manière informelle si les ressources (savoirs, savoir-faire, savoir-être et savoirs d’expériences, …) sont bien présentes sans pour autant développer un grand dispositif de prises d’informations est parfaitement concevable. Cependant, utiliser des méthodes plus systématiques pour récolter des informations sur les ressources de l’élève peut être pertinent pour autant qu’elles soient effectivement traitées dans le but d’améliorer les apprentissages et non de servir un système de comptabilisation. Si ces évaluations à valeur formative font partie intégrante de l’apprentissage, il ne faudrait pas omettre d’exercer à la mobilisation de ces ressources dans des tâches complexes toujours dans cette phase d’apprentissage. En bref, il est important qu’à travers la diversité des activités menées lors des apprentissages : activités d’exploration, activités d’apprentissage systématique, activités de structuration, activité d’intégration, … on s’assure de la présence des ressources d’une manière plus systématique. Par contre, au moment de faire un bilan de compétences, on se trouve alors dans une phase consécutive aux apprentissages, c’est-à-dire celle de l’évaluation à valeur certificative. Néanmoins, cela ne signifie nullement qu’au sein des disciplines, on ne prenne en compte que les résultats des bilans de compétences pour se forger une opinion sur les acquis réels des élèves. ▪ La progressivité dans le parcours d’évaluation Si les compétences définies dans les différents référentiels et reprises dans les programmes sont à maitriser, c’est bien au terme d’un parcours d’apprentissage qu’elles doivent l’être. Pour les socles, ce sera au terme du premier degré. Pour les compétences des HGT, ce sera au terme d’une 6e année et pour les HPT au terme d’une 6e voire d’une 7e année.

10

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Cela implique que les bilans de compétences intermédiaires viseront des paliers de maitrise de la compétence ciblée. En d’autres termes, le degré d’intégration des situations ou la complexité des tâches proposées seront à adapter à l’année d’étude ou au degré. Plus on s’approchera de la fin du parcours de l’enseignement secondaire, plus les situations ou les tâches deviendront de plus en plus globalisantes. Pour en savoir plus : http://www.segec.be/fesec/Evaluation/index.htm.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

11

12

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

2. L’AIDE-SOIGNANT(E)

2.1 Historique Soignant, personnel soignant, aide-soignant, … autant de termes couramment utilisés dans le langage courant qui correspondent à des réalités bien différentes et à des fonctions que la législation a mis bien des années à clarifier et à définir ! En décembre 1989, un Arrêté de l’Exécutif de la C.F. fixe les normes auxquelles doivent répondre les M.R.P.A. (Maisons de Repos pour Personnes Âgées) et précise en son article 2 qu’un membre du personnel à temps plein sera porteur du CQ6 AFS (Auxiliaire Familiale et Sanitaire) pour 10 résidents ; l’AFS y assure les soins d’hygiène et de confort mais le titre de soignant n’est toujours pas défini … Quelques années plus tard, les Arrêtés ministériels du 19 Mai 1992 et du 30 mars 1993, préciseront les missions dévolues au personnel soignant au sein des M.R.P.A. et M.R.S (Maisons de Repos et de Soins) ainsi que les formations qui donnaient accès à cette catégorie de personnel (l’AFS entre autres …). Il faudra attendre, près de huit années encore, pour enfin voir apparaitre la fonction d’aidesoignant. En effet, la Loi portant des mesures en soins de santé du 10 aout 2001 indique en son Titre III Santé Publique, Art. 43, une modification de l’AR N°78 du 10 novembre 1967 (relatif à l’exercice de l’art de guérir, de l’art infirmier, des professions paramédicales et aux commissions médicales), au sein de laquelle il est inséré : « Art. 21 sexies-decies §1er. On entend par aide-soignant une personne spécifiquement formée pour assister l’infirmier ou l’infirmière, sous leur contrôle, en matière de soins, d’éducation et de logistique, dans le cadre d’activités coordonnées par l’infirmier ou l’infirmière dans une équipe structurée. §2. Le Roi détermine, après avis du Conseil National de l’Art Infirmier (CNAI) et de la Commission Technique de l’Art Infirmier (CTAI), les activités [… liées à l’exercice de l’art infirmier …] mentionnées à l’article 21 quinquies §1er, a) et b) que l’aide-soignant peut réaliser et fixe les modalités d’exécution des ces activités afférentes à la formation d’aidesoignant conformément au §1er. ».

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

13

Ces dispositions se concrétiseront enfin : ▪



par l’AR du 12 janvier 2006 du Ministre de la Santé Publique, Rudy Demotte, fixant les activités 1 infirmières qui peuvent être effectuées par les aides-soignants et les conditions dans lesquelles ces aides-soignants peuvent poser ces actes (sur base de l’AR N°78 et avis des CNAI et CTAI) ; par la décision du Conseil Général de Concertation inter-réseaux de la C.F., en novembre 2008, qui fixera, le niveau d’études de l’aide-soignant(e) à une 7e Professionnelle de Qualification à l’issue du 3e degré Professionnel de Qualification « Aide familial(e) » ou du 3e degré Technique de Qualification « Aspirant en Nursing ».

2.2. Champs d'activités L'arrêté royal du 16 janvier 2006 précise clairement ▪

La liste des activités infirmières qu’un(e) aide-soignant peut effectuer (cf. chap. 7. Annexe 5). L’aide-soignant(e) ne peut accomplir ces activités que dans la mesure où l’infirmier(e) les lui a déléguées. L’infirmier(e) peut, à tout moment, mettre fin à cette délégation. ▪ Les conditions d’exercice de ces activités : - au sein d’une équipe structurée : les infirmier(e)s contrôlent les activités des aidessoignant(e)s / l’équipe garantit la continuité et la qualité des soins / l’équipe organise la concertation commune au sujet des patients dans le cadre de laquelle elle a procédé à une évaluation du plan de soins et le cas échéant à une adaptation de celui-ci / l’équipe instaure une procédure de collaboration entre l’infirmier(e) et l’aide-soignant(e) / l’équipe bénéficie d’une formation permanente ; - sous le contrôle de l’infirmier(e) : l’infirmier(e) veille à ce que les soins, l’éducation à la santé et les activités logistiques qu’il(elle) a déléguées aux aides-soignant(e)s sont effectués de manière correcte / le nombre d’aides-soignant(e)s qui travaillent sous le contrôle de l’infirmier(e) dépend des effectifs prévus pour l’équipe, de la complexité des soins et de la stabilité de l’état des patients ; compte tenu de ces éléments, la présence de l’infirmier(e) lors de l’exercice des activités de l’aide-soignant(e) n’est pas toujours indispensable / l’infirmier(e) doit être accessible pour donner les informations et le support indispensable à l’aide-soignant(e) ; - la collaboration de l’aide-soignant(e) : faire rapport le jour même à l’infirmier(e) qui contrôle ses activités / participer, dans la limite de sa qualification et de sa formation, à la tenue à jour pour chaque patient du dossier infirmier. ▪

La formation continue : l’aide-soignant(e) doit bénéficier chaque année d’une formation permanente d’au moins 8 heures. ▪ Les lieux d’exercice des activités : - Maisons de Repos (MR), Maisons de Repos et Soins (MRS), Maisons de Repos pour Personnes Âgées (MRPA), - Etablissements de soins : milieux hospitaliers, centres de soins psychiatriques, … - Centres de soins à domicile.

1

14

Cf. Annexe 5.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

3. GRILLE HORAIRE

OPTION GROUPEE : AIDE-SOIGNANT / AIDE-SOIGNANTE 7e PQ AXE SCIENTIFICO-TECHNIQUE Nutrition

2p

Technologie des soins

10p

AXE RELATIONNEL Psychologie appliquée

6p

AXE TECHNOLOGIQUE Séminaires

2p TOTAL :

20p

Remarques ▪

La grille horaire ne prévoit pas explicitement de stages. Toutefois, pour permettre, de manière privilégiée, d’acquérir et d’améliorer la maitrise des compétences certificatives (CM) du référentiel professionnel, le programme impose 400p de stages (correspondant au maximum organisable sur base de l’AGCF du 27/01/1999 paru au Moniteur le 30/07/1999). Les conditions d’organisation de ces stages sont explicitées au chapitre 5.5. ▪ Dans le présent programme, les ressources disciplinaires décrites pour chaque discipline de l’option groupée « Aide-soignant(e) » ainsi que la nature des stages à réaliser : - répondent aux exigences du profil de formation « Aide-soignant(e) » et de l’Arrêté royal du 16 janvier 2006, - se basent sur des acquis (ressources et compétences) indispensables dont disposent les élèves porteurs du CQ6 et du CE6P « Aide familial(e) » ou « Auxiliaire familial(e) et sanitaire ».

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

15



Pour permettre aux élèves porteurs du CESS « Aspirant(e) en nursing » inscrits en 7PQ « Aide-soignant(e) » d’atteindre la maitrise des compétences requises par le profil de formation en disposant des mêmes acquis, il est donc nécessaire de prévoir : - des modules de formation complémentaire relatifs aux ressources de Nutrition, de Soins d’hygiène et de confort, de Psychologie appliquée ainsi qu’aux compétences liées à la prise en charge des jeunes, des adultes, des personnes âgées (satisfaction des besoins des personnes dans le souci de maintenir, développer, restaurer leur autonomie et leur indépendance), - 200p de stages en collectivités pour personnes âgées (MR/MRS) et/ou en Gériatrie, Psychogériatrie, Gérontologie. Pour rappel, le CESS « Aspirant(e) en nursing » : - permet, selon le libre choix du Pouvoir Organisateur, d’obtenir une dispense des cours de formation commune en 7PQ sur base d’une demande adressée à l’Administration, - atteste du statut de personnel d’encadrement d’enfant de 18 mois à 6 ans dans des structures d’accueil de l’enfance (la formation des élèves Aspirant(e)s en nursing est donc totalement orientée vers la prise en charge d’ENFANTS !).

16

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

4. REFERENTIEL PROFESSIONNEL

Le programme « Aide-soignant(e) » fait suite aux travaux de la Commission Communautaire des Professions et des Qualifications (C.C.P.Q.). Cette commission a produit des Profils de Qualification (PQ) qu’elle a ensuite transposés en Profils de Formation (PF). Le programme « Aide-soignant(e) » a donc été écrit à partir du PF 8.6.1. de la C.C.P.Q. généré par le PQ « Aide-soignant(e) » : 8 : commission « Secteur Services aux personnes », 6 : sous-secteur « Soins », 1 : emploi-type « Aide-soignant(e) ».

4.1 Le profil de qualification Le profil de qualification est un référentiel qui décrit les fonctions, activités et compétences exercées par des travailleurs accomplis tels qu’ils se trouvent dans le secteur professionnel après une expérience professionnelle d’au moins trois ans. ▪

Une fonction2 est un grand sous-ensemble de tâches qui concourent, au sein d’une activité productive, à assurer un certain type de résultat. ▪ Une activité2 est l’opération par laquelle le travailleur exerce une partie de l’activité de production. ▪ Une compétence2 est une aptitude requise pour réaliser certaines activités. La maitrise des compétences exige des acquis qui peuvent être de quatre types ; - les connaissances : informations, notions, procédures acquises, mémorisées et reproductibles par un individu dans un contexte donné ; - les capacités cognitives : opérations mentales, mécanismes de la pensée que l’individu met en œuvre dans un contexte donné ; - les habiletés : perceptions, mouvements, gestes acquis et reproductibles dans un contexte donné qui s’avèrent efficaces pour atteindre certains buts dans le domaine gestuel (physique et manuel) ; - les attitudes ; comportements sociaux ou affectifs acquis par l’individu dans les domaines de la vie domestique ou professionnelle.

2

Définitions de la C.C.P.Q.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

17

4.2 Le profil de formation Le profil de formation est le référentiel qui présente l’ensemble des compétences à acquérir en vue de l’obtention d’un certificat de qualification (CQ7). Il est évident qu’au terme de sa formation, l’élève ne pourra maitriser toutes les compétences définies : un classement se justifie donc. Les compétences du profil de formation sont classées de la manière suivante : CM (Compétences à Maitriser), CEF (Compétences à Exercer), CEP (Compétences à Exercer).

4.3 Le référentiel professionnel Le REFERENTIEL PROFESSIONNEL d’« Aide-soignant(e) » se présente sous la forme d’un tableau contenant : ▪

Les fonctions – Les activités – Les compétences et indicateurs de maitrise tels que répertoriés dans le profil de formation de la CCPQ. ▪ Les disciplines : - N: Nutritio n - TS : Technol ogie des soins - PA : Psychol ogie appliquée -S: Stages et/ou Séminaires L’exercice des compétences répertoriées dans le référentiel professionnel fait appel à des ressources associées à une ou plusieurs disciplines : ▪



X : noté dans les colonnes correspondant aux disciplines qui sous-tendent une compétence donnée ; chapitre 5 : référentiel des ressources disciplinaires.

Pour rappel : ▪ ▪

18

CM = Compétence à Maitriser à l’issue de la formation et sur lesquelles porte la certification (= caractère normal dans le tableau). CEF/CEP = Compétence qui peut être Exercée durant la formation mais dont l’évaluation ne peut, en aucun cas, entrer en compte dans la certification (CQ7) ; sa maitrise ne peut être certifiée qu’à l’issue d’une Formation Post-secondaire ou acquise au travers de l’exercice de la Profession (= caractère italique dans le tableau).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ



IM = Indicateur de Maitrise de compétence = signe observable permettant de déterminer le niveau de maitrise de la compétence (précédé de IM dans le tableau).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

19

REFERENTIEL PROFESSIONNEL FONCTION 1 - Etablir une relation humaine appropriée avec le patient/résident, sa famille et son entourage Activité 1.1 - Adopter une attitude respectueuse à l’égard des patients/résidents et de leur entourage N

TS

PA

S

(CM1) Faire preuve de tact et de discrétion : observer le patient/résident, se décentrer, agir de manière appropriée.

X

X

X

(CM2) Respecter les options philosophiques.

X

X

X

(CM3) Respecter les différences culturelles et rapporter à l’équipe les éventuels obstacles posés dans la pratique.

X

X

X

TS

PA

S

X

X

X

TS

PA

S

X

X

X

Activité 1.2 - Aider la personne à conserver une image de soi positive N (CM4) Sélectionner les comportements adaptés en fonction de la personne (IM : L’AS encourage la personne à se soucier de son apparence).

Activité 1.3 - Préserver l’autonomie et favoriser le retour à l’autonomie N (CM5) Aider la personne à conserver ou à retrouver les gestes relatifs aux activités de la vie quotidienne (IM : L’AS encourage le patient/résident à réaliser les gestes qu’il est capable de faire).

20

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

FONCTION 2 - Effectuer les actes délégués par l’infirmier responsable : réaliser certains soins / traitements, réaliser certaines surveillances en appliquant les principes prévus à la première fonction et en respectant les règles d’hygiène, d’asepsie, de sécurité, d’ergonomie Activité 2.1 - Aider à l’alimentation et l’hydratation par voie orale du patient/résident à l’exception des cas d’alimentation par sonde et de troubles de la déglutition et assurer les services liés à cette activité N TS PA S (CM6) Participer à la collecte des informations sur les régimes.

X

X

X

(CM7) S’enquérir et relayer les désidératas des patients/résidents en matière de repas.

X

(CM8) Distribuer les repas et les collations.

X

X

(CM9) Veiller à la bonne température des repas et boissons.

X

X

X

X

(CM11) Reprendre les plateaux repas en vérifiant ce que le patient/résident a mangé.

X

X

(CM12) Vérifier que les patients/résidents, y compris les patients/résidents autonomes, sont nourris et hydratés.

X

X

(CM13) Apporter une aide partielle ou complète au patient/résident : l’installer pour la prise du repas / lui préparer l’assiette (découper, …) si nécessaire / l’aider à la prise du repas si nécessaire.

X

X

(CM14) Apporter des outils d’aide appropriés (canard, paille, …).

X

X

(CM10) Vérifier que le plateau repas correspond au choix du patient/résident et à son régime.

X

X

X

Activité 2.2 - Installer et surveiller le patient/résident dans une position fonctionnelle avec support technique, conformément au plan de soins. Appliquer des mesures en vue de prévenir les lésions corporelles, conformément au plan de soins N TS PA S (CM15) Placer le patient/résident dans la position prévue.

X

X

(CM16) Appliquer des mesures de prévention de chute.

X

X

(CM17) Appliquer les règles d’ergonomie et de manutention.

X

X

(CM18) S’assurer du confort du patient/résident.

X

X

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

21

Activité 2.3 - Aider au transport des patients/résidents conformément au plan de soins N

TS

PA

S

(CM19) Apporter une aide complète ou partielle pour tout type de déplacement (du fauteuil au lit et réciproquement, …).

X

X

(CM20) Assister et réaliser tous les types de transport intra-muros.

X

X

(CM21) Aider à utiliser les aides mécaniques.

X

X

(CM22) Appliquer les règles d’ergonomie et de manutention.

X

X

(CM23) Prévenir les risques de chute.

X

X

Activité 2.4 - Mettre en place les conditions optimales pour le repos N

TS

PA

S

(CM24) Préparer le patient/résident pour la sieste et la nuit.

X

X

(CM25) Placer les sécurités (galeries de lit, …).

X

X

(CM26) Préparer la chambre pour la sieste et la nuit : adapter la température / aérer la chambre et ou le lieu de repos / adapter la literie à la situation.

X

X

(CM27) Vérifier le fonctionnement du système d’appel et l’accès par le patient/résident.

X

X

(CM28) S’assurer du confort du patient/résident.

X

X

Activité 2.5 - Faciliter ou assurer les soins d’hygiène chez les patients/résidents souffrant de dysfonction dans l’exercice des activités de la vie quotidienne, conformément au plan de soins N TS PA S (CM29) Assurer les soins d’hygiène au lavabo, au lit, dans le cadre d’une douche ou d’un bain : apporter une aide partielle / apporter une aide complète.

X

X

(CM30) Vérifier que les patients/résidents, y compris les patients/résidents autonomes, ont fait leur toilette.

X

X

(CM31) Changer les vêtements du patient/résident.

X

X

(CM32) Assurer la réfection du lit.

X

X

(CM33) Appliquer les procédures de tri du linge souillé.

X

X

(CM34) Aider à s’habiller / se déshabiller.

X

X

(CM35) Suggérer ou sélectionner les vêtements en fonction de la situation (température de l’environnement, appareillage, …).

X

X

(CM36) Réaliser les soins complémentaires : bouche, dents, cheveux, ongles, prothèses auditives et dentaires, lunettes, …

X

X

(CM37) Enlever et remettre les bas destinés à prévenir et/ou traiter les affections veineuses, à l’exception de la thérapie par compression à l’aide de bandes élastiques.

X

X

22

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Activité 2.6 - Assister les personnes dans l’élimination urinaire et fécale N

TS

PA

S

(CM38) Aider le patient/résident à se déplacer et à s’installer sur les toilettes tout en favorisant l’autonomie.

X

X

(CM39) Apporter une panne, un urinal, une chaise percée.

X

X

(CM40) Surveiller le patient/résident.

X

X

(CM41) Changer et/ou vidanger les sacs collecteurs d’urine.

X

X

(CM42) Réaliser les soins d’hygiène à une stomie cicatrisée ne nécessitant pas des soins de plaie.

X

X

(CM43) Réaliser des soins d’hygiène liés à l’incontinence urinale et/ou fécale.

X

X

Activité 2.7 - Observer le fonctionnement des sondes vésicales et signaler les problèmes N

TS

PA

S

(CM44) Surveiller le remplissage du sac.

X

X

(CM45) Signaler le problème en cas de non remplissage du sac.

X

X

Activité 2.8 - Appliquer des mesures dans le cadre de la prévention des escarres, conformément au plan de soins N

TS

PA

S

(CM46) Utiliser le matériel adapté selon le plan de soins (le matelas anti-escarres, …).

X

X

(CM47) Veiller à changer le patient/résident de position.

X

X

(CM48) Appliquer les méthodes en vigueur.

X

X

Activité 2.9 - Aider à la prise de médicaments par voie orale, pour le patient/résident, selon un système de distribution préparé et personnalisé par un(e) infirmier(e) ou un(e) pharmacien(ne) N TS PA S (CM49) Aider la personne à prendre les médicaments en fonction d’un système de distribution mis en place par l’infirmier(e) ou le(la) pharmacien(ne).

X

X

(CM50) Vérifier que les médicaments sont ingérés.

X

X

Activité 2.10 - Appliquer des mesures en vue de prévenir les infections conformément au plan de soins N

TS

PA

S

(CM51) Appliquer les techniques de lavage des mains.

X

X

(CM52) Appliquer les mesures de protection individuelles et collectives.

X

X

(CM53) Respecter les mesures d’isolement.

X

X

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

23

Activité 2.11 - Aider le patient/résident lors du prélèvement non stérile d’excrétions et de sécrétions N

TS

PA

S

(CM54) Vérifier que les consignes de prélèvement sont comprises et appliquées correctement.

X

X

(CM55) Aider le patient/résident à appliquer les consignes.

X

X

Activité 2.12 - Prendre le pouls et la température corporelle et signaler les résultats N

TS

PA

S

(CM56) Appliquer les techniques appropriées.

X

X

(CM57) Transcrire fidèlement les données observées et les communiquer.

X

X

Activité 2.13 - Surveiller l’hydratation par voie orale du patient/résident et signaler les problèmes N

TS

PA

S

(CM58) Noter les boissons données au patient/résident.

X

X

(CM59) Interroger le patient/résident quant à la quantité de boisson ingérée.

X

X

(CM60) Transcrire les données.

X

X

(CM61) Signaler les difficultés d’ingestion.

X

X

(CM62) Stimuler le patient/résident à s’hydrater régulièrement.

X

X

Activité 2.14 - Observer et signaler les changements chez le patient/résident sur les plans physique, psychique et social dans le contexte des activités de la vie quotidienne (AVQ) N TS PA (CM63) Repérer les changements de comportements (humeur, sociabilité, …) (IM : L’AS connait l’état habituel du patient/résident et décèle les changements ; il/elle communique des observations pertinentes).

X

(CM64) Surveiller l’appétit, la digestion, le sommeil, la mobilité et l’équilibre de la personne, la peau au niveau des points d’appui, …

X

X

(CM65) S’informer au sujet de la douleur, de la fatigue, des nausées, des problèmes de sommeil éprouvés par le patient/résident.

X

X

(CM66) Consigner fidèlement les observations suivant la procédure mise en place.

X

X

X

(CM67) Signaler le cas échéant, sans délai, les changements intervenus.

X

X

X

24

X

S X

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

FONCTION 3 - Assurer une communication appropriée : avec le résident, patient ou sa famille, son entourage / avec les responsables hiérarchiques / avec les autres membres de l’équipe, en appliquant les principes prévus à la première fonction Activité 3.1 - Se présenter et/ou participer à l’accueil et au départ du patient/résident N

TS

PA

S

X

X

X

(CM69) Appliquer les règles de bienséance (courtoisie, politesse).

X

X

(CM70) Rassurer éventuellement la personne.

X

X

(CM71) Distribuer et commenter les brochures d’accueil : préciser les heures de visite.

X

X

X

X

X

TS

PA

S

(CM73) Reformuler éventuellement la demande pour s’assurer que le message est compris.

X

X

X

(CM74) Donner la réponse appropriée dans les délais qui conviennent.

X

X

X

TS

PA

S

(CM75) Etablir un contact positif.

X

X

X

(CM76) Créer un climat de confiance.

X

X

X

(CM77) Appliquer les principes de base de l’écoute active (IM : L’AS applique ces principes à travers des mises en situation (jeux de rôles, analyses de cas, stages, …)).

X

X

X

(CM78) Appliquer les principes de base de l’empathie (IM : L’AS applique ces principes à travers des mises en situation (jeux de rôles, analyses de cas, stages, …)).

X

X

X

(CM79) Adapter son langage verbal et non-verbal au patient/résident, à son entourage ; prendre en considération les obstacles à la communication.

X

X

X

(CM68) Se présenter et présenter son rôle dans l’équipe.

(CM72) Donner des renseignements complémentaires sur le déroulement de la journée.

Activité 3.2 - Répondre aux demandes des patients/résidents et y donner la suite appropriée N

Activité 3.3 - Etre à l’écoute de la personne ou de son entourage N

(CEF/CEP) Faire preuve d’empathie.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

25

Activité 3.4 - Soutenir le patient/résident et son entourage dans les moments difficiles N

TS

PA

S

(CM80) Donner l’occasion au patient/résident d’exprimer des sentiments (angoisse, peur, …).

X

X

(CM81) Déceler les comportements d’agressivité.

X

X

(CM82) Faire face aux comportements d’agressivité.

X

X

X

X

X

X

TS

PA

S

X

X

X

TS

PA

S

X

X

X

TS

PA

S

X

X

X

TS

PA

S

(CM88) Sélectionner les informations à communiquer.

X

X

X

(CM89) Utiliser le document d’enregistrement prévu (RIM, plan de soins, dossier infirmier, document de liaison, …).

X

X

X

(CEF/CEP) Prendre distance sur le plan affectif. (CM83) Etre conscient qu’il y a une limite dans l’investissement personnel. (CEF/CEP) Ne pas projeter sa propre histoire dans la relation que l’on établit avec le patient/résident. (CM84) Comprendre qu’il faut différencier sa propre histoire de celle du patient/résident (IM : L’AS identifie les risques d’une projection de sa propre histoire dans la relation de soutien, pour les deux partenaires).

Activité 3.5 - Participer à l’accompagnement d’un patient/résident en fin de vie N (CM85) Appliquer le plan de soins en matière de soins palliatifs en contrôlant ses émotions.

Activité 3.6 - Signaler les problèmes en temps utiles N (CM86) Evaluer le degré d’urgence sur base des éléments observés (IM : L’AS connait les situations d’urgence habituellement rencontrées. L’AS connait les problèmes qui nécessitent une réaction d’urgence dans une situation donnée).

Activité 3.7 - Faire rapport à l’infirmier(e) sur les tâches déléguées N (CM87) Communiquer oralement et/ou par écrit des informations claires et complètes sur les actes qui lui ont été délégués et sur les observations liées à son champ d’activité (IM : L’AS utilise des termes appropriés, adopte un langage compréhensible et clair et orthographie correctement).

Activité 3.8 - Transcrire les informations pertinentes sur les documents appropriés N

26

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Activité 3.9 - Participer aux réunions de concertation communes au sujet des patients/résidents N

TS

PA

S

(CM90) Situer son rôle dans l’équipe.

X

X

X

(CM91) Sélectionner les informations pertinentes relatives aux patients/résidents qui doivent être transmises à l’équipe.

X

X

X

X

X

X

TS

PA

S

(CEF/CEP) Développer une attitude constructive. (CM92) Faire des suggestions en les argumentants (IM : L’AS émet des propositions dans les limites de ses fonctions).

FONCTION 4 - Organiser son travail Activité 4.1 - Suivre le planning établi N (CM93) Organiser son travail dans le cadre du planning établi tout en s’adaptant à des situations imprévues.

X

X

(CM94) Signaler les difficultés d’exécution du planning.

X

X

Activité 4.2 - Préparer le matériel pour ses propres soins et aider l »infirmier(e) dans la préparation de son propre matériel en cas de besoin N

TS

PA

S

(CM95) Veiller à ce que le matériel nécessaire soit disponible.

X

X

(CM96) Entretenir le matériel de soins.

X

X

Activité 4.3 - Respecter les consignes déterminées par l’infirmier(e) responsable dans le plan de soins du patient/résident N

TS

PA

S

(CM97) Utiliser la terminologie infirmière dans son champ d’activité.

X

X

X

(CM98) Comprendre le plan de soins et la démarche infirmière.

X

X

X

N

TS

PA

S

X

X

FONCTION 5 - Participer au travail d’éducation à la santé en appliquant les principes prévus à la première fonction Activité 5.1 - Informer et conseiller le patient/résident et sa famille conformément au plan de soins à propos des prestations techniques autorisées (CM99) Présenter, expliquer, conseiller : des méthodes (prévention de chutes, …), des aides techniques (aides à la mobilité, …) relatives à son champ d’activité.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

X

27

Activité 5.2 - Participer à l’éducation à la santé N

TS

PA

S

(CM100) Appliquer les éléments d’un plan d’éducation à la santé.

X

X

X

X

(CM101) Assurer le relais entre le patient/résident et l’infirmier (relayer les questions, …).

X

X

X

X

(CM102) Vérifier que le patient/résident suit les conseils et en informer l’infirmier(e).

X

X

X

X

N

TS

PA

S

(CM103) Appliquer les législations en vigueur (IM : L’AS se réfère aux textes en vigueur).

X

X

X

(CM104) Distinguer les informations à communiquer des informations à ne pas communiquer.

X

X

X

TS

PA

S

X

X

X

TS

PA

S

(CM106) Appliquer la législation qui s’adresse aux professionnels de la santé.

X

X

X

(CM107) Appliquer le règlement du travail.

X

X

X

N

TS

PA

S

X

X

X

X

FONCTION 6 - Appliquer les principes déontologiques et éthiques et respecter le cadre légal Activité 6.1 - Respecter les règles du secret professionnel

Activité 6.2 - Respecter les règles de protection de la vie privée N (CM105) Tenir compte de la loi sur les droits des patients/résidents.

Activité 6.3 - Respecter le cadre juridique de la profession N

Activité 6.4 - Respecter la déontologie des professionnels de la santé (CM108) S’informer des textes en vigueur (code de déontologie de l’art infirmer, …) et les appliquer dans les limites de ses fonctions.

28

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

FONCTION 7 - S’impliquer dans un processus de formation continue Activité 7.1 - Evaluer ses besoins en compétences et en formation (CM109) Identifier et exprimer ses difficultés.

N

TS

PA

S

X

X

X

X

N

TS

PA

S

(CEF/CEP) Exprimer ses besoins en formation. (CEF/CEP) Participer au programme de formation continue.

Activité 7.2 - Participer à un dispositif de formation continue de l’équipe (CEF/CEP) Contribuer à identifier les besoins de l’équipe.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

29

4.4 La Macrocompétence (MC) MC = Description du profil attendu de l’élève en fin de formation = Synthèse de l’ensemble des compétences du profil de formation (= référentiel professionnel du programme) à maitriser à l’issue de la 7e Aide-soignant(e) : « Au sein d’une équipe structurée dans un établissement de soins, l’Aide-soignant(e) : ▪ adopte des attitudes (savoir-être) personnelles et professionnelles adéquates, ▪ réalise les activités déléguées par l’infirmier(e), ▪ participe à la prise en charge globale du patient, ▪ assure une relation et une communication appropriées ; en : ▪ ▪

justifiant ses choix sur base des connaissances, observations, … respectant les règles professionnelles. » COMMENTAIRES : que signifie chaque élément de cette synthèse ?

Etablissement de soins = Collectivités (MR, MRS, MRPA), Milieux hospitaliers (Services de chirurgie, médecine, revalidation, …), Centres de soins psychiatriques, … Centres de soins à domicile Equipe structurée = Médecins, infirmiers, personnel paramédical, … aide familiale, aide ménagère, … Patient = enfant, jeune, adulte, personne âgée, … Attitudes : ▪ ▪

personnelles : respect de soi, respect de l’autre (supérieurs hiérarchiques, membres de l’équipe, patient, famille, entourage, …) ; professionnelles : courtoisie, politesse, discrétion, non-jugement, respect de la vie privée, …

Prise en charge globale = bienêtre et confort physique, psychique et social. Activités déléguées par l’infirmier(e) : ▪ ▪ ▪ 30

en matière de soins = observations, surveillances et actes infirmiers de l’AR Aide-soignant(e), … en matière d’éducation = informations, conseils à la santé, à la sécurité, … en matière de logistique = préparer, entretenir le matériel nécessaire, … FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Relation appropriée avec le patient, la famille, l’entourage = aide à la préservation, au maintien de l’autonomie, à la conservation d’une image de soi positive, … dans le respect des différences culturelles et philosophiques et des limites de l’investissement personnel. Communication appropriée : ▪ ▪

avec le patient, la famille, l’entourage = se présenter, informer, écouter, questionner, reformuler, … faire preuve d’empathie, rassurer, soutenir, … en adaptant les techniques de communication verbales et non verbales adaptées aux différentes situations (peur, agressivité, …) ; avec les membres de l’équipe lors d’échanges professionnels, de réunions d’équipe, … = s’informer et transmettre les informations et suggestions utiles (oralement, par écrit selon les différents modes de transmission d’information : RIM, plan de soins, dossier infirmier, document de liaison, …) en utilisant une terminologie professionnelle adaptée.

Justifier = Expliquer, motiver, prouver, démontrer, … ▪ ▪

La justesse et la pertinence des observations, des informations recueillies, … sur base de ses connaissances et de ses expériences. La pertinence et la cohérence de tous les choix d’actes (techniques, matériels, …), d’attitudes et de comportements sur base de ses connaissances et observations.

Règles professionnelles = respect de la déontologie et des limites de la profession / respect des règles d’hygiène personnelle (corporelle, vestimentaire) et professionnelle (matériel et produits : asepsie, stérilisation, désinfection, …) / respect des règles de sécurité à l’égard de soi et des patients (prévention des accidents), du matériel, des produits (rangement, application, utilisation, protection, …) / respect des règles d’ergonomie (bonnes postures de travail) et de manutention (confort du patient) / respect des règles d’environnement (utilisation, tri, élimination de produits, matériels, …).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

31

5. REFERENTIEL DES RESSOURCES DISCIPLINAIRES

Ce programme traduit une conception particulière des apprentissages centrée sur une pédagogie de l’intégration c’est-à-dire sur le lien indissociable entre LE REFERENTIEL PROFESSIONNEL et LE REFERENTIEL DES RESSOURCES DISCIPLINAIRES ; les ressources seront mobilisées par les élèves et s’intègreront par la confrontation et la mise en relation : ▪ ▪

des différents concepts et domaines d’une même discipline (disciplinarité 3), des différentes ressources couvrant plusieurs disciplines (pluridisciplinarité3).

D’une part, l’ENSEIGNANT d’une discipline veillera à : ▪ ▪ ▪

structurer les ressources disciplinaires : observation, analyse, théorisation progressive, entrainement, transfert, … renforcer les acquis, remédier aux difficultés si nécessaire.

D’autre part, l’ELEVE sera amené à incorporer les différents savoirs, savoir-faire, attitudes, … à les organiser, à les intégrer pour réagir adéquatement face aux différentes situations rencontrées. Cette pédagogie de l’intégration nécessite un travail en interdisciplinarité3 : les différentes disciplines se croisent, s’articulent, se mettent au service de la formation afin de donner du sens à celle-ci. Le référentiel des ressources disciplinaires contient : ▪

3

32

des ressources disciplinaires pour : - acquérir des connaissances générales et spécifiques nécessaires à la pratique du métier ; - favoriser le développement de l'autonomie, le sens des responsabilités, l'esprit d'initiative et le sens de l'organisation ; - favoriser l'acquisition de méthodes de travail adéquates et efficaces;

Cf. chapitre 6.3.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ



des ressources disciplinaires articulées et structurées pour : - établir des relations humaines appropriées ; - effectuer les actes (observations, soins, surveillances, …) délégués par l’infirmier(e) dans le respect des règles d’hygiène, d’asepsie de sécurité et d’ergonomie ; - assurer une communication appropriée avec les patients/résidents, l’entourage ou la famille, les membres de l’équipe, … - participer au travail d’éducation ; - organiser son travail ;

dans le respect des règles professionnelles, déontologiques et du cadre légal et du souci d’évoluer ;  des ressources à mobiliser, des compétences à exercer avec un degré de maitrise acceptable pour réaliser correctement toutes les tâches professionnelles. Remarque : certaines compétences du référentiel relèvent autant, sinon plus, des cours généraux que des cours de l’option groupée (expression orale et écrite en Français, …). Pour ces compétences-là, les professeurs de l’option groupée veilleront à demander la collaboration des collègues de cours généraux concernés pour qu’ils assument la part qui leur revient dans la formation professionnelle (composante humaniste) des élèves.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

33

5.1 Nutrition 5.1.1 Liminaire Les « X » inscrits dans la colonne « N » du référentiel professionnel au chapitre 4 indiquent les compétences professionnelles sous-tendues par les ressources développées au cours de Nutrition. La maitrise des ces compétences CM exige des acquis du type « connaissances, capacités cognitives et habiletés, attitudes et comportements » (cf. chapitre 4.1) qui seront : ▪ ▪ ▪

abordés et développés dans le cadre du cours de Nutrition (cf. disciplinarité chapitre 6.3) ; articulés et structurés avec l'ensemble des ressources des autres disciplines (Technologie des soins, Psychologie appliquée) (cf. interdisciplinarité chapitre 6.3) ; transférés, mobilisés et exploités dans des situations d'apprentissage, des situations d'intégration et, de manière tout à fait privilégiée dans le cadre des Stages et Séminaires.

L'installation de ces compétences et la mise en place de cette logique d'apprentissage impliquent nécessairement : ▪ ▪

une étroite coordination entre les professeurs de l'option groupée et de la formation commune, un travail en interdisciplinarité,

pour ▪ ▪ ▪

34

assurer une formation cohérente, favoriser la maitrise des fonctions du profil professionnel, favoriser l'accès à la qualification.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

5.1.2 Objectifs spécifiques Le cours de « Nutrition » vise à développer des ressources disciplinaires liées : ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

aux notions nutritionnelles de base ; aux principes d’une alimentation équilibrée adaptée aux différentes tranches d’âge, aux différentes pathologies et situations rencontrées au domicile, en collectivités, en milieux hospitaliers (satisfaction des besoins et rythmes individuels du patient) ; aux aspects sensoriels, psychologiques, relationnels et socioculturels des repas (individuels et collectifs) ; à l’importance de l’environnement du repas (cadre, ambiance, présentation, convivialité, plaisir, …) ; à la terminologie professionnelle utilisée par le personnel infirmier en centres de soins (domicile, collectivités, hôpitaux, …) : pathologies, examens, traitements, abréviations courantes, ... aux règles professionnelles (sécurité, hygiène, ergonomie et manutention, environnement, déontologie) ; …

qui permettront à l’élève d’exercer, de maitriser les compétences du profil pour accomplir des tâches professionnelles, c’est-à-dire : ▪

sur base d’un plan de soins infirmiers et des actes délégués par l’infirmier(e), justifier tous ses choix (activités, techniques, matériel, … attitudes, …) et appliquer une démarche de soins personnalisée pour assurer les besoins fondamentaux des patients sachant que chaque être humain est unique : - collecter les données utiles (consignes, questionnements, observations), - analyser les données selon les besoins du patient (dégager les priorités, hiérarchiser les choix d’actes d’aide et de soins), - planifier et organiser les activités (soins, surveillances, … conseil, éducation, prévention, … relatifs à l’alimentation et à l’hydratation des patients), - réaliser les activités de soins sélectionnées en favorisant l’autonomie et l’indépendance du patient, - transmettre les données utiles oralement et par écrit, selon le mode prévu par le service / l’institution, en utilisant une terminologie professionnelle appropriée, - (auto-) évaluer sa prestation et les résultats obtenus,



tout au long de sa prestation, établir une relation d’aide et de soins appropriée (patients, entourage, famille) en justifiant ses choix sur base des connaissances, expériences, … : - adapter ses attitudes et comportements personnels et professionnels, - promouvoir le bienêtre et la santé du patient, maintenir / restaurer / développer l’autonomie et l’indépendance du patient, - respecter les règles professionnelles (vis-à-vis de soi, du patient, de l’équipe, du service/de l’institution), - accepter une évaluation extérieure (supervision) de l’équipe de soin (découvrir les avantages d’une telle évaluation afin d’améliorer la qualité de son travail),



avoir constamment le souci d’actualiser ses connaissances, de s’informer de l’évolution des techniques, …

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

35

en veillant tout particulièrement au respect des critères et indicateurs de maitrise suivants : ▪



rigueur de la démarche : - observations complètes, sélection d’observations pertinentes, - questions appropriées, interprétation correcte des réponses et réactions, - recherche complète d’informations (consignes, questionnements, documents, …) utiles, - traitement des données pertinent (analyse judicieuse des besoins et attentes du patient, hypothèses plausibles, pertinence entre les liens établis), - sélection et justification des choix (actes d’aide et de soins, techniques, …) et attitudes sur base des connaissances, expériences, … -… adéquation de la production : conditions favorables aux activités d’aide et de soins (alimentation, hydratation), préparation correcte du matériel, de l’environnement, application et adaptation correcte des techniques sélectionnées, présentation agréable, soignée des repas et adaptée au patient, conseils judicieux de santé et prévention, dans les limites de la profession, souci de susciter la participation du patient, surveillances pertinentes et réactions adaptées, souci du confort, du bienêtre, de la sécurité, de l’autonomie et de l’indépendance des patients, - transmission correcte d’informations utiles, - description objective des ses activités professionnelles, -…

-



pertinence des attitudes et comportements personnels et professionnels : respect du plan de soins infirmier, des actes délégués par l’infirmier(e), respect des règles d'hygiène, de sécurité, respect des règles d'ergonomie (postures de travail adéquates) et de manutention, respect des règles déontologiques (vie privée, secret professionnel, code déontologique, projet, …), - souci de l'ordre, de la rigueur et de la précision, … - manifestation d'attitudes et de comportements professionnels adaptés aux besoins, réactions, … des patients, - souci de tact, courtoisie et discrétion dans les échanges, - terminologie et langage appropriés, - souci de progresser, de s'améliorer, -… -

et en travaillant en interdisciplinarité avec les titulaires de cours de Technologie des soins, Psychologie appliquée, Stages, Séminaires, voire de la formation commune (Français, Sciences et technologies, …).

36

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Remarque : les ressources disciplinaires liées aux notions de diététique, à la réalisation de repas adaptés aux différentes tranches d’âge, aux différentes pathologies et situations, … (satisfaction des besoins et rythmes individuels des bénéficiaires à domicile ou en collectivités de personnes âgées) sont exclusivement développées au D3P Aide familial(e).

5.1.3 Indications méthodologiques En fonction du profil des élèves et de la spécificité de l'option groupée, on ne dira jamais assez combien la mobilisation des ressources disciplinaires doit se mettre au service du développement des compétences professionnelles (CM) dans un souci d'interdisciplinarité pour permettre aux élèves d’accomplir des tâches professionnelles. Il s’agit donc d’établir les liens entre les ressources (cf. chapitre 5.1.4) et les compétences à maitriser (cf. chapitre 4.3) pour faire face à des situations professionnelles réelles et complexes (cf. chapitre 6.2). Le titulaire de cours veillera donc à ▪

Installer les ressources (savoirs, techniques, attitudes, …) décrites au chapitre 5.1.4 selon la démarche la plus adaptée aux besoins des élèves : partir de l’analyse de situations concrètes pour en déduire des concepts, des principes théoriques ou technologiques, … partir d’éléments théoriques et les illustrer ensuite par des cas concrets susceptibles d’être rencontrés dans l’exercice du métier d’Aide-soignante dans les différents milieux d’insertion professionnelle … ▪ Mettre les élèves en situation de mobiliser ces ressources pour exercer des compétences lors de la réalisation de tâches (en situation simulée puis en situation réelle) en visant une pratique réfléchie (la pratique seule n’est pas une fin en soi !) : - amener les élèves, tout au long de l’apprentissage, à exprimer clairement la procédure utilisée, les choix réalisés, les résultats obtenus, … c’est-à-dire à expliquer, justifier ses choix, ses actes et à commenter, évaluer les résultats et proposer des pistes de remédiation, d’amélioration, … (« Que signifie l’énoncé ? Que dois-je faire, quels résultats dois-je obtenir ? Comment vais-je procéder ? Quels sont les choix à faire ? Pourquoi ai-je réalisé ces choix ? En quoi les résultats obtenus correspondent-ils à ce qui était prévu ? Comment expliquer l’écart entre les résultats attendus et les résultats obtenus ? … ») ; - amener les élèves à mobiliser les ressources et à exercer les compétences CM du référentiel dans différentes situations similaires, puis à les réinvestir et à les adapter dans des situations nouvelles de plus en plus complexes. ▪

Exploiter les évaluations formatives pour réguler les apprentissages et non pour comptabiliser des résultats … - des évaluations permettant de vérifier l’acquisition et la compréhension de savoirs (« Citer, définir, comparer, analyser, … »), de savoir-faire et attitudes (« Appliquer, conseiller, respecter, adopter,… ») sont utiles (voire indispensables !) pour donner à l’enseignant et à l’élève des indications, des informations sur le parcours d’apprentissage et déterminer ainsi des pistes d’amélioration ; - des évaluations permettant de vérifier que l’élève transfère ses acquis dans diverses situations concrètes, face à des tâches de plus en plus complexes (situations d’intégration disciplinaires, interdisciplinaires) ;

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

37

- sont autant d’étapes incontournables mais non suffisantes (c’est-à-dire non déterminantes pour la certification et le passage de classe) ! C’est à l’issue de ces apprentissages, dans chaque discipline puis en interdisciplinarité, que les enseignants de l’option groupée procèderont à une évaluation certificative sur base de situations professionnellement significatives (tâches complexes) aux cours desquelles l’élève fera la preuve qu’il mobilise les ressources nécessaires, qu’il exerce et maitrise les compétences visées. La Nutrition est donc au service de la maitrise des compétences « CM » du référentiel professionnel. ▪ Prendre en compte les attitudes et comportements personnels et professionnels (à ne pas confondre avec le respect du règlement disciplinaire de l’école …) dans le cadre des apprentissages réalisés au sein de sa discipline au même titre qu’en stages, en activités interdisciplinaires ou dans toute discipline de l’option groupée ! D’autre part, le titulaire de cours : ▪

participera activement, en équipe, à l’organisation de l’option : - planification, objectifs, préparation, supervision, critères d’évaluation, exploitation, … des stages (cf. chapitre 5.5) ; - planification, objectifs, modalités, exploitation, … des séminaires (cf. chapitre 5.4) ; - détermination du dispositif de qualification (nombre et type d’épreuves, planification, critères d’évaluation, …) ; - planification des projets, activités, situations, … d’intégration interdisciplinaires 4 (planification, exploitation, critère d’évaluation, …) ;



réalisera, individuellement, la planification des ressources de sa discipline, des activités spécifiques (visites, témoignages / rencontres de personnes ressources ou de patients, conférences, …), des situations d’apprentissage et d’intégration disciplinaires (en précisant les compétences du référentiel professionnel qui seront exercées) ainsi que les critères d’évaluation. Bien entendu, la préoccupation constante de mettre les connaissances et techniques au service de l'ÊTRE et du FAIRE se concrétisera par la libre structuration des ressources par le titulaire de cours; la sélection et l'ordre dans lequel le professeur abordera les ressources disciplinaires seront déterminés par le souci constant : - de s'interroger sur LE SENS DE L'APPRENTISSAGE, LES INTERACTIONS AVEC LES AUTRES DISCIPLINES de l’option groupée (respect des planifications de stages, séminaires, situations d’intégration interdisciplinaires, épreuves de qualification), - de présenter les ressources de Nutrition de manière RIGOUREUSE, CONCRETE et DIRECTEMENT EXPLOITABLE en Technologie des Soins, Psychologie appliquée, Séminaires et Stages.

4

38

Une attention toute particulière sera portée sur la nécessité d’utiliser un certain nombre de périodes de cours pour réaliser des situations d’intégration interdisciplinaires avec les titulaires des cours de l’option groupée afin de permettre à l’élève de faire face à la planification, l’organisation, la réalisation de tâches liées aux actes délégués par l’infirmier(e) (actes de soins, conseils, éducation, prévention, … comportements, attitudes, communication, relation, … adaptés).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Enfin, pour atteindre les objectifs du programme, CERTAINES CONDITIONS MATÉRIELLES SONT REQUISES : ▪ ▪

l’organisation du cours de Nutrition en 2 périodes groupées à l’horaire des élèves, la mise à disposition d’un local spécifique permettant l’accès à des documents divers (revues professionnelles, revues spécialisées, …), Internet, … pour rechercher, analyser, sélectionner les informations utiles aux actes de soins d’aide, de conseil, de prévention, d’éducation, … pour une alimentation équilibrée et adaptée aux besoins des patients rencontrés par l’Aide-soignante dans l’exercice de son métier au sein des différents milieux professionnels.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

39

5.1.4 Ressources disciplinaires L’Axe scientifico-technique (Nutrition) contient les éléments suivants :

I. ADAPTATIONS NUTRITIONNELLES

   

   

A. Hyper alimentation des dénutris B. Dysphagie C. Diététique et chirurgie D. Affections des voies digestives : - œsophagiennes - gastriques - biliaires - intestinales E. Affections cardio-vasculaires F. Affections des voies rénales G. Diététique de l’insuffisance respiratoire H. Alimentation et cancer II. RÈGLES PROFESSIONNELLES

    

A. Déontologie B. Ergonomie et de manutention C. Hygiène D. Sécurité E. Environnement III. DEMARCHE D’OBSERVATION ET D’AIDE DE L’AS

CHAQUE RUBRIQUE EST DÉCOMPOSÉE EN 3 VOLETS

Adaptation de l’équilibre alimentaire aux différentes situations et pathologies rencontrées dans les collectivités/services hospitaliers/au domicile :

Notions, concepts, principes, … scientifiques, législatifs, … nécessaires à toute activité de soins de l’AS : compréhension de la situation, sélection des observations, analyse des informations et observations, sélection et explication / justification des choix réalisé.

Principes, règles, techniques, … nécessaires à toute activité de soins de l’AS : choix, application, adaptation, … des procédures, matériels, produits, … attitudes, comportements, … appropriés pour réaliser les tâches professionnelles requises.

Productions à réaliser, résultats à obtenir : observation, conception, organisation, planification, adaptation, conseil / éducation / prévention, transmission d’information, … lors des activités de soins de l’AS.

IV. SITUATION D’APPRENTISSAGE À L’ÉCOLE, EN STAGE, … SITUATIONS D’INTEGRATION DANS DES CONTEXTES PROFESSIONNELS CONCRETS (SOINS À DOMICILE, EN COLLECTIVITÉS, À L’HÔPITAL)

40

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

 REMARQUE GENERALE : Parmi les ressources décrites ci-après, ▪ ▪

certains savoirs, connaissances, … (répertoriés dans la colonne « Pour comprendre, analyser, justifier, … »), certaines techniques, règles, attitudes, … (répertoriées dans la colonne « Pour sélectionner, appliquer, … »),

ont été INSTALLEES, DEVELOPPEES, ACTIVEES au cours du D3P AF ; elles sont toujours précédées par « cf. D3P AF » dans les tableaux ci-dessous. Les élèves les ont MOBILISEES lors de tâches complexes dans des contextes liés à l’aide au domicile et en collectivités de personnes âgées (voire en Gériatrie, Psychogériatrie, Gérontologie) pour EXERCER, MAITRISER les compétences « CM » de l’Aide familial(e). Ces mêmes ressources seront REACTIVEES, REINVESTIES et donc à nouveau MOBILISEES (et complétées par de nouvelles ressources spécifiques au métier d’Aide-soignante !) lors de tâches complexes dans des contextes liés aux soins à domicile, en collectivités, en services de milieux hospitaliers pour EXERCER, MAITRISER les compétences de l’Aide-soignant(e). Une étroite coordination entre les titulaires d’Education Nutritionnelle au D3P AF et de Nutrition en 7P AS est donc TOUT A FAIT INDISPENSABLE !

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

41

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I. ADAPTATIONS NUTRITIONNELLES ADAPTATION DE L’EQUILIBRE ALIMENTAIRE AUX PATHOLOGIES RENCONTREES (DOMICILE, COLLECTIVITES, HOPITAUX) I.A Hyper alimentation des dénutris Cf. D3 PQ AF (Définition de la dénutrition, Conséquences et risques pour la santé du patient, Causes et mécanisme, Dépistage, Prévention, Compléments alimentaires (Suppléments, Compléments buvables, Remplacements)).  Identification des facteurs qui causent l’incapacité de s’alimenter : - faiblesse du patient, - lésions buccales ou œsophagiennes, - suites d’interventions chirurgicales.  Définition de l’hyper alimentation et de l’impact sur l’évolution de certaines affections médico-chirurgicales avec catabolisme accru.  Différenciation entre hyper alimentation et suralimentation.  Identification des méthodes d’hyper alimentation : - alimentation parentérale ou par voie veineuse :  modes d’administration en fonction de la durée,  manifestations d’une intolérance de ce type d’alimentation ; - alimentation entérale par sonde naso-gastro-jéjunale :  modes d’administration,  interaction « liquide nutritif » et médicaments : (coagulation des protides = bouchage de la sonde),  complications « fonctionnelles »  mesures d’hygiène.

 Comparaison de la prise en charge diététique de la dénutrition par : - l’AF au domicile du bénéficiaire, - l’AS auprès de patients dans les différents milieux d’insertion professionnelle.  Analyse du rôle de l’AF : prévenir, conseiller, appliquer (réaliser des repas adaptés, aider à la complémentation des repas, proposer des collations adaptées aux gouts du bénéficiaire, …).  Analyse du rôle de l’AS : - dans une MR/MRS : contribuer à la prise du repas, inciter à la consommation des collations, transmettre des informations précises à l’équipe, - dans un milieu hospitalier : contribuer à la prise du repas et des collations, contribuer à l’évaluation de la consommation alimentaire et transmettre à la diététicienne, à la responsable du service, - au domicile : participer à la surveillance de l’alimentation, conseiller le patient, sa famille et/ou son entourage.

 Observation complète et pertinente (consommation alimentaire quantitative et qualitative).  Soins et surveillance de l’équilibre alimentaire et de l’hydratation, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles adaptées lors de toute activité de prise en charge du patient dans le souci du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients au domicile, en collectivités, en services hospitaliers.  Transmission (écrites et orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant une terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

Cf. Technologie des soins : Plaies d’escarre et dénutrition

42

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B Dysphagie (difficulté de déglutition) Cf. D3PQ AF (Description des étapes de la déglutition. Identification des troubles de la déglutition. Définition de dysphagie. Identification des symptômes de la dysphagie. Identification des risques liés à la dysphagie).

 Sélection et application des mesures hygiéno-diététiques pour : - améliorer la qualité de vie du patient, - prendre en charge les problèmes en lien avec la pathologie (troubles gastro-intestinaux).  Adaptations pratiques : présentation, fractionnement de la ration alimentaire journalière, aides techniques, …

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

 Observation complète et pertinente (consommation alimentaire quantitative et qualitative).  Soins et surveillance de l’équilibre alimentaire et de l’hydratation, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles adaptées lors de toute activité de prise en charge du patient dans le souci du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients au domicile, en collectivités, en services hospitaliers.  Transmission (écrites et orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant une terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

43

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.C Diététique et chirurgie – I.D Affections digestives Phase pré-opératoire - La dénutrition préopératoire et son traitement diététique  Description des caractéristiques des patients dénutris lors de la période préopératoire (personnes âgées, cancéreuses, affections chroniques des voies digestives, …).  Identification des apports nutritionnels à privilégier dans les jours qui précédent une intervention chirurgicale. Phase post-opératoire  Identification des troubles métaboliques engendrés par le choc opératoire.  Planification de la réalimentation dans les jours suivant l’intervention. Affections digestives  Description des caractéristiques d’un régime d’épargne du tube digestif, commun à l’ensemble des affections digestives et visant à l’élimination d’aliments : - difficilement digestibles par le tube digestif, - séjournant de manière prolongée dans l’estomac, - stimulant fortement les sécrétions digestives, - favorisant des putréfactions importantes.  Détermination des degrés de sévérité dans les régimes de ménagement du tube digestif : - ménagement strict et aliments autorisés / interdits, - ménagement moyen et aliments autorisés / interdits, - ménagement atténué et aliments autorisés / interdits.

44

 Application des mesures hygiéno-diététiques prescrites par le chirurgien adaptées à la pathologie, dans le respect des prescriptions médicales.

 Compréhension des différentes étapes de la réalimentation : - les apports nutritionnels, - les modes d’administration adaptés au patient, à sa situation.  Sélection et application des mesures hygiéno-diététiques pour : - améliorer la qualité de vie du patient, - prendre en charge les problèmes en lien avec la pathologie.  Adaptations aux types d’affections/pathologies : - régime préventif et durant les premiers jours suivant l’intervention, - régime curatif pour favoriser la guérison des lésions, - degré de ménagement et réintroductions alimentaires.  Adaptation des règles à la préparation d’examens diagnostiques (colonoscopie).

 Observation complète et pertinente (consommation alimentaire quantitative et qualitative).  Soins et surveillance de l’équilibre alimentaire et de l’hydratation, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles adaptées lors de toute activité de prise en charge du patient dans le souci du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients au domicile, en collectivités, en services hospitaliers.  Transmission (écrites et orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant une terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.D Affections digestives (suite) Affections œsophagiennes  Cancer de l’œsophage : - définition de cancer de l’œsophage, - identification des causes principales (alcoolisme, tabagisme, combinaison des deux).  Reflux gastro-oesophagien : - définition de reflux gastro-œsophagien, - identification des causes principales (âge, hernie hiatale, remplissage excessif de l’estomac, manque de tonus du sphincter). Affections gastriques : ulcère gastrique et duodénal  Compréhension du mécanisme d’apparition des crises douloureuses, des périodes d’intervalles silencieux.  Identification des causes qui favorisent l’apparition de l’ulcère et/ou entretiennent : - l’hyperacidité du suc gastrique, - l’hyper mobilité gastrique, - les facteurs émotifs et nerveux. Affections des voies biliaires : insuffisance biliaire  Description des indices d’une affection vésiculaire.  Identification des conséquences des maladies des voies biliaires : - perte du pouvoir de concentration de la bile, - absence d’accumulation de la bile dans la vésicule, - absence d’évacuation de la bile au moment opportun.

 Sélection des mesures diététiques pour l’application du régime pour le cancer de l’œsophage : - régime préventif (carotène, vit C et E, sélénium), - régime palliatif (adaptation de la consistance du repas).  Sélection et application des mesures hygiéno-diététiques préventives du reflux gastro-œsophagien.

 Analyse des informations « récentes » sur le régime alimentaire adapté à l’ulcère gastrique.  Sélection des informations utiles pour réaliser une synthèse visant à conseiller le patient.

 Analyse et compréhension des 2 types de régimes : - régime cholagogue (augmentant l’évacuation biliaire), - régime d’épargne vésiculaire (réduisant les contractions de la vésicule).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

 Observation complète et pertinente (consommation alimentaire quantitative et qualitative).  Soins et surveillance de l’équilibre alimentaire et de l’hydratation, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles adaptées lors de toute activité de prise en charge du patient dans le souci du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients au domicile, en collectivités, en services hospitaliers.  Transmission (écrites et orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant une terminologie professionnelle, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

45

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.D Affections digestives (suite) 5  Analyse des mesures nutritionnelles et diététiques adaptées.

Entérite aigüe  Identification des causes de l’entérite aigue (intoxication– infection). Intestin irrite/enflamme  Identification des chimiques). Diarrhée chronique

différentes

des

causes

(mécaniques,

 Identification des 2 types de diarrhées chroniques : - diarrhées dues à une lésion intestinale (colite ulcéreuse ou maladie de Crohn), - diarrhées dues à une insuffisance digestive : d’origine gastrique, par carence en ferments digestifs, insuffisance digestive des graisses, maladie cœliaque. Diarrhées par déséquilibre de la flore colique (par usage d’antibiotiques)  Identification des caractéristiques de la flore microbienne et de ses rôles. Constipation  Définition de constipation : Identification des causes et types de constipation (constipation atonique, côlon irritable).

5

46

 Analyse des mesures nutritionnelles et diététiques adaptées à l’évolution de l’état du patient.  Analyse des caractéristiques d’un régime pour colite ulcéreuse.  Analyse des mesures nutritionnelles et diététiques adaptées à l’évolution de l’état du patient.  Justification nutritionnelle des aliments autorisés et des aliments défendus.  Analyse des causes des diarrhées par insuffisance digestive pour faciliter la compréhension des régimes proposés au patient.  Analyse des caractéristiques du régime proposé.  Adaptation de la ration alimentaire à l’évolution de l’état du patient.

 Observation complète et pertinente (consommation alimentaire quantitative et qualitative).  Soins et surveillance de l’équilibre alimentaire et de l’hydratation, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles adaptées lors de toute activité de prise en charge du patient dans le souci du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients au domicile, en collectivités, en services hospitaliers.  Transmission (écrites et orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant une terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

 Analyse des mesures nutritionnelles et d’hygiène de vie pour remédier à la constipation atonique (hydratation, fibres alimentaires, activités physiques).  Analyse des mesures hygiéno-diététiques pour le côlon irritable.

Cf. D3 PQ AF : Troubles du fonctionnement du système digestif.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.E Affections cardio-vasculaires Hypertension  Définition de l’hypertension.  Analyse des facteurs d’ordre alimentaire favorisant l’hypertension : suralimentation  obésité, abus de sel, rapport Na/K, rôle du Ca, du Mg, des fibres alimentaires, rôle du café, des boissons alcooliques.  Athéromatose

 Application des mesures hygiéno-diététiques jouant un rôle dans : - la prévention, - lors d’une crise/accident, - le traitement.  Adaptations aux types d’affections et pathologies : - régime préventif durant les premiers jours, - régime curatif (mêmes directives avec plus de fermeté).

 Pathogénie de l’athéromatose.  Analyse des constituants des lipoprotéines (triglycérides, cholestérol, phospholipides) et l’impact sur la santé.  Identification des facteurs de risque des affections des coronaires : rapport cholestérol total / HDL, tension artérielle.  Détermination du rôle de l’alimentation dans la genèse, la prévention et le traitement de l’athéromatose : - excès caloriques et qualité des graisses consommées (degré de désaturation), - excès de sucre et d’alcool, - diabète et hyper insulinémie.  Détermination du rôle joué par d’autres facteurs dans l’athéromatose et la cholestérolémie : hypertension, sédentarité, tabagisme, carence en sélénium.  Infarctus du myocarde

 Observation complète et pertinente (consommation alimentaire quantitative et qualitative).  Soins et surveillance de l’équilibre alimentaire et de l’hydratation, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles adaptées lors de toute activité de prise en charge du patient dans le souci du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients au domicile, en collectivités, en services hospitaliers.  Transmission (écrites et orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant une terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

 Définition, identification des facteurs de risque, détermination de la place de l’alimentation (action préventive et influence sur les paramètres lipidiques).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

47

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.F Affections des voies rénales Insuffisance rénale chronique  Définition de l’insuffisance rénale.  Description des mesures préventives.

48

 Application des mesures hygiéno-diététiques jouant un rôle dans : - la prévention, - le traitement (régime pauvre en protéines, régime désodé, régime pauvre en potassium, en phosphore).

 Observation complète et pertinente (consommation alimentaire quantitative et qualitative).  Soins et surveillance de l’équilibre alimentaire et de l’hydratation, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles adaptées lors de toute activité de prise en charge du patient dans le souci du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients au domicile, en collectivités, en services hospitaliers.  Transmission (écrites et orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant une terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.G Diététique de l’insuffisance respiratoire  Identification des troubles métaboliques et nutritionnels provoqués par l’insuffisance respiratoire : - vomissements, - ulcère gastrique, - dyspepsie, - œdèmes, - hypertension, - …  Identification des troubles nutritionnels favorisant l’insuffisance respiratoire : - obésité, - sous-nutrition.

 Application du régime d’épargne du tube digestif (cf. : I.D).  Application d’un régime désodé.  Application d’un régime permettant de combattre l’excès pondéral par : - restriction importante de l’apport calorique, - lutte contre les carences en protéines, en minéraux et vitamines, - rééducation de l’appétit du malade.  Application d’un régime luttant contre la sous-nutrition : - hypercalorique, - riche en protéines (viande, poisson, produits laitiers), - riche en vitamines et minéraux (fruits et légumes).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

 Observation complète et pertinente (consommation alimentaire quantitative et qualitative).  Soins et surveillance de l’équilibre alimentaire et de l’hydratation, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles adaptées lors de toute activité de prise en charge du patient dans le souci du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients au domicile, en collectivités, en services hospitaliers.  Transmission (écrites et orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant une terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

49

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.H Alimentation et cancer  Description de protection et de prévention contre le cancer.

50

 Application des mesures hygiéno-diététiques jouant un rôle dans : - la prévention, - le traitement.

 Observation complète et pertinente (consommation alimentaire quantitative et qualitative).  Soins et surveillance de l’équilibre alimentaire et de l’hydratation, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles adaptées lors de toute activité de prise en charge du patient dans le souci du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients au domicile, en collectivités, en services hospitaliers.  Transmission (écrites et orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant une terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

II. REGLES PROFESSIONNELLES II.A DEONTOLOGIE  Une étroite coordination entre les titulaires de cours des différents axes de l’option groupée est absolument indispensable ! La plupart des concepts, principes, … liés à la déontologie sont abordés, installés en Séminaires. Toutefois, TOUS les professeurs de l’option groupée les réinvestiront ou les complèteront selon les situations :  en Technologie des soins : rôles de l’AS au domicile, en collectivités et en milieux hospitaliers en privilégiant les aspects déontologiques liés aux observations (besoins physiques), actes techniques, … de soins et surveillances,  en Nutrition : rôles de l’AS au domicile, en collectivités et en milieux hospitaliers en privilégiant les aspects déontologiques liés aux observations (besoins physiques : alimentation et hydratation), actes techniques, … de soins et surveillances.  En Psychologie appliquée : rôles de l’AS au domicile, en collectivités et en milieux hospitaliers en privilégiant les aspects déontologiques liés aux observations (besoins psycho-sociaux), techniques de communication, attitudes et comportements, … lors des activités de soins et surveillances.  Les situations d’intégrations interdisciplinaires, favoriseront l’exploitation de l’ensemble des ressources par l’élève pour réagir adéquatement dans des contextes professionnels concrets.  Concepts abordés, illustrés, développés, … en Séminaire et à  Rôle de l’AS au domicile, en collectivités et en milieux  Description complète du métier d’AS. réinvestir et exploiter en Nutrition : cf. Annexe 2 (concepts de hospitaliers.  Clarification des projets personnels et professionnels : projet déontologie, statut de l’AS, services d’aide et collectivités de de formation initiale (à l’école en 7P AS), projet de formations personnes âgées, codes déontologiques, qualités personnelles ultérieures, projet d’insertion professionnelle, …  Adaptation des attitudes et comportements personnels et et professionnelles de l’AS, responsabilités de l’AS, droits des professionnels lors de toute activité d’aide et de soins aux patients, législation civile et pénale, législation sociale, services annexes et partenaires extérieurs). patients, dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles, du souci d’évoluer, …  Accueil, présentation, information, conseil, … aux patients, à l’entourage, à la famille, …

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

51

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

II.B ERGONOMIE ET MANUTENTION II.C HYGIENE - II.D SECURITE - II.E ENVIRONNEMENT Cf. D3PAF : II.B à II.E en Education Nutritionnelle

cf. D3PAF : II.B à II.E en Education Nutritionnelle

Cf. chap. 5.3.4 II.B à II.E en Technologie des soins

cf. chap. 5.3.4 II.B à II.E en Technologie des soins

52

 Observation complète et pertinente (consommation alimentaire quantitative et qualitative).  Soins et surveillance de l’équilibre alimentaire et de l’hydratation, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles adaptées lors de toute activité de prise en charge du patient dans le souci du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients au domicile, en collectivités, en services hospitaliers.  Transmission (écrites et orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant une terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

III. DEMARCHE D’OBSERVATION ET DE SOINS DE L’AIDE-SOIGNANT(E) Le titulaire du cours de Nutrition (au même titre que tous les enseignants de l’option groupée) veillera à situer toute activité, prestation, production, … dans le plan de démarche d’observation et de soins tel que décrit dans l’Annexe 1 (des exemples d’observations sont donnés en Annexe 3, des exemples de schéma-type de communication sont donnés en Annexe 4). En interdisciplinarité, tous les professeurs de l’option groupée, favoriseront l’exploitation des différentes ressources dans l’application de la démarche complète lors de situations d’intégration, à l’école, en situation réelle. IV. SITUATION D’APPRENTISSAGE À L’ÉCOLE, EN STAGE, … - SITUATIONS D’INTEGRATION DANS DES CONTEXTES PROFESSIONNELS CONCRETS (SOINS À DOMICILE, EN COLLECTIVITÉS, À L’HÔPITAL)

Cf. chapitre 6.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

53

5.2 Psychologie appliquée 5.2.1 Liminaire Les « X » inscrits dans la colonne « PA » du référentiel professionnel au chapitre 4 indiquent les compétences professionnelles sous-tendues par les ressources développées au cours de Psychologie appliquée. La maitrise des ces compétences CM exige des acquis du type « connaissances, capacités cognitives et habiletés, attitudes et comportements » (cf. chapitre 4.1) qui seront : ▪ ▪ ▪

abordés et développés dans le cadre du cours de Psychologie appliquée (cf. disciplinarité chapitre 6.3) ; articulés et structurés avec l'ensemble des ressources des autres disciplines (Nutrition, Technologie des soins) (cf. interdisciplinarité chapitre 6.3) ; transférés, mobilisés et exploités dans des situations d'apprentissage, des situations d'intégration et, de manière tout à fait privilégiée dans le cadre des Stages et Séminaires.

L'installation de ces compétences et la mise en place de cette logique d'apprentissage impliquent nécessairement : ▪ ▪

une étroite coordination entre les professeurs de l'option groupée et de la formation commune, un travail en interdisciplinarité,

pour ▪ ▪ ▪

assurer une formation cohérente, favoriser la maitrise des fonctions du profil professionnel, favoriser l'accès à la qualification.

5.2.2 Objectifs spécifiques Le cours de « Psychologie appliquée » vise à développer des ressources disciplinaires liées : ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

54

aux concepts de base de la psychologie, de la psychanalyse, à la démarche d’observation et de soins, à la relation d’aide et de soins, aux notions de psychologie socioculturelle, aux différentes étapes du développement de la personne de la naissance à la fin de vie, aux relations entre le psychologique et le somatique, aux répercussions psychologiques de la dépendance, de la perte d’autonomie, … des troubles du développement, de la maltraitance, … aux troubles de santé mentale, aux notions de soins psychiatriques, à l’accompagnement des patients en soins palliatifs, des patients en fin de vie, aux différences et lien entre relation et communication,

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

▪ ▪ ▪ ▪ ▪

au schéma de communication, aux comportements et attitudes de communication, aux différentes techniques de communication, aux techniques, comportements, attitudes de communication adaptées aux troubles de comportements, aux modes de communication professionnelles dans la relation à l’équipe, au patient, à l’entourage, aux règles professionnelles à prendre en compte dans la relation d’aide et de soins en toute situation professionnelle, …

qui permettront à l’élève d’exercer, de maitriser les compétences du profil pour accomplir des tâches professionnelles c’est-à-dire : ▪

sur base d’un plan de soins infirmiers et des actes délégués par l’infirmier(e), justifier tous ses choix (actes, techniques, … attitudes, comportements, …) et appliquer une démarche de soins personnalisée pour assurer les besoins fondamentaux des patients sachant que chaque être humain est unique : - collecter les données utiles (consignes, questionnements, observations), - analyser les données selon les besoins du patient (dégager les priorités, hiérarchiser les choix d’actes d’aide et de soins), - planifier et organiser les activités (soins et surveillances, soutien psychologique et relationnel, … conseil, éducation, prévention, …), - réaliser les activités de soins sélectionnées, - transmettre les données utiles oralement et par écrit, selon le mode prévu par l’équipe/l’institution, en utilisant une terminologie professionnelle appropriée, - (auto-) évaluer sa prestation et les résultats obtenus ;



tout au long de sa prestation, établir une relation d’aide et de soins appropriée (patients, entourage, famille) en justifiant ses choix sur base des connaissances, expériences, … : - adopter des techniques de communication adéquates, - adapter ses attitudes et comportements personnels et professionnels, - promouvoir le bienêtre et la santé du patient, maintenir/restaurer/développer l’autonomie et l’indépendance du patient, - respecter les règles professionnelles (vis-à-vis de soi, du patient, de l’équipe, du service/de l’institution), - accepter une évaluation extérieure (supervision) de l’équipe de soin (découvrir les avantages d’une telle évaluation afin d’améliorer la qualité de son travail) ;



avoir constamment le souci d’actualiser ses connaissances, de s’informer de l’évolution des techniques … en veillant tout particulièrement au respect des critères et indicateurs de maitrise suivants : ▪

rigueur de la démarche : - observations complètes, sélection d’observations pertinentes, - questions appropriées, interprétation correcte des réponses et réactions de patients, - recherche complète d’informations (consignes, questionnements, documents, …) utiles, - traitement pertinent des données (analyse judicieuse des besoins et attentes du patient, hypothèses plausibles, pertinence entre les liens établis),

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

55

- sélection et justification des choix (actes d’aide et de soins, techniques, …) et attitudes sur base des connaissances, expériences, … -… ▪

adéquation de la production : - conditions favorables à la relation, approche appropriée du patient, - méthodes d'écoute efficaces (écoute, questionnement, reformulation, …), - conseils judicieux de santé et prévention, dans les limites de la profession, - souci de susciter la participation du patient, - surveillances pertinentes et réactions adaptées, - souci du confort, du bienêtre, de la sécurité, de l’autonomie et de l’indépendance des patients, - transmission correcte d’informations utiles, - description objective des ses activités professionnelles, -…



pertinence des attitudes et comportements personnels et professionnels : - respect du plan de soins infirmiers, des actes délégués par l’infirmier(e), - respect des règles déontologiques (vie privée, secret professionnel, code déontologique, projet, …), - manifestation d'attitudes et de comportements professionnels adaptés aux besoins, réactions, … des patients, - respect des opinions du patient, - souci de tact, courtoisie et discrétion dans les échanges, - terminologie et langage appropriés, - techniques de communication verbale et non verbale appropriées au patient, à l’entourage, - utilisation judicieuse de comportements - réponses adaptés aux comportements, réactions, besoins, … du patient, de l’entourage, … - souci de progresser, de s'améliorer, -…

et en travaillant en interdisciplinarité avec les titulaires de cours de Nutrition, Technologie des soins, Stages, Séminaires, voire de la formation commune (Français, Religion, …).

5.2.3 Indications méthodologiques En fonction du profil des élèves et de la spécificité de l'option groupée, on ne dira jamais assez combien la mobilisation des ressources disciplinaires doit se mettre au service du développement des compétences professionnelles (CM) dans un souci d'interdisciplinarité pour permettre aux élèves d’accomplir des tâches professionnelles. Il s’agit donc d’établir les liens entre les ressources (cf. chapitre 5.2.4) et les compétences à maitriser (cf. chapitre 4.3) pour faire face à des situations professionnelles réelles et complexes (cf. chapitre 6.2).

56

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Le titulaire de cours veillera donc à ▪

Installer les ressources (savoirs, techniques, attitudes, …) décrites au chapitre 5.2.4 selon la démarche la plus adaptée aux besoins des élèves : partir de situations concrètes (vidéo, observations, jeux de rôles, …) pour en déduire des concepts, des techniques, … partir d’éléments théoriques et les illustrer ensuite par des expériences pratiques telles que rencontrées dans l’exercice du métier d’AS, … ▪ Mettre les élèves en situation de mobiliser ces ressources pour exercer des compétences lors de la réalisation de tâches (en situation simulée puis en situation réelle) en visant une pratique réfléchie (la pratique seule n’est pas une fin en soi !) : - amener les élèves, tout au long de l’apprentissage, à exprimer clairement la procédure utilisée, les choix réalisés, les résultats obtenus, … c’est-à-dire à expliquer, justifier ses choix, ses actes, ses attitudes et à commenter, évaluer les résultats et proposer des pistes de remédiation, d’amélioration, … (« Que signifie l’énoncé ? Que dois-je faire, quels résultats dois-je obtenir ? Comment vais-je procéder ? Quels sont les choix à faire ? Pourquoi ai-je réalisé ces choix ? En quoi les résultats obtenus correspondentils à ce qui était prévu ? Comment expliquer l’écart entre les résultats attendus et les résultats obtenus ? … ») ; - amener les élèves à mobiliser les ressources et à exercer les compétences CM du référentiel dans différentes situations similaires, puis à les réinvestir et à les adapter dans des situations nouvelles de plus en plus complexes.



Exploiter les évaluations formatives pour réguler les apprentissages et non pour comptabiliser des résultats … - des évaluations permettant de vérifier l’acquisition et la compréhension de savoirs (« Citer, définir, comparer, analyser, … »), de savoir-faire et attitudes (« Appliquer, réaliser, respecter, adopter,… ») sont utiles (voire indispensables !) pour donner à l’enseignant et à l’élève des indications, des informations sur le parcours d’apprentissage et déterminer ainsi des pistes d’amélioration, - des évaluations permettant de vérifier que l’élève transfère ses acquis dans diverses situations concrètes, face à des tâches de plus en plus complexes (situations d’intégration disciplinaires, interdisciplinaires),

- sont autant d’étapes incontournables mais non suffisantes (c’est-à-dire non déterminantes pour la certification et le passage de classe) ! C’est à l’issue de ces apprentissages, dans la discipline puis en interdisciplinarité, que les enseignants de l’option groupée procèderont à une évaluation certificative sur base de situations professionnellement significatives (tâches complexes) aux cours desquelles l’élève fera la preuve qu’il mobilise les ressources nécessaires, qu’il exerce et maitrise les compétences visées. La Psychologie appliquée est donc au service de la maitrise des compétences « CM » du référentiel professionnel. ▪ Prendre en compte les attitudes et comportements personnels et professionnels (à ne pas confondre avec le respect du règlement disciplinaire de l’école …) dans le cadre des apprentissages réalisés au sein de sa discipline au même titre qu’en stages, en activités interdisciplinaires ou dans toute discipline de l’option groupée !

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

57

D’autre part, le titulaire de cours : ▪

participera activement, en équipe, à l’organisation de l’option : - planification, objectifs, préparation, supervision, critères d’évaluation, exploitation, … des stages (cf. chapitre 5.5) ; - planification, objectifs, modalités, exploitation, … des séminaires (cf. chapitre 5.4) ; - détermination du dispositif de qualification (nombre et type d’épreuves, planification, critères d’évaluation, …) ; - planification des projets, activités, situations d’intégration, … interdisciplinaires 6 (planification, exploitation, critère d’évaluation, …) ; ▪ réalisera, individuellement, la planification des ressources de sa discipline, des activités spécifiques (visites, témoignages/rencontres de personnes ressources, conférences, …), des situations d’apprentissage et d’intégration disciplinaires (en précisant les compétences du référentiel professionnel qui seront exercées) ainsi que les critères d’évaluation. Bien entendu, la préoccupation constante de mettre les connaissances et techniques au service de l'ÊTRE et du FAIRE se concrétisera par la libre structuration des ressources par le titulaire de cours; la sélection et l'ordre dans lequel le professeur abordera les ressources disciplinaires seront déterminés par le souci constant : - de s'interroger sur LE SENS DE L'APPRENTISSAGE, LES INTERACTIONS AVEC LES AUTRES DISCIPLINES de l’option groupée (respect des planifications de stages, séminaires, situations d’intégration interdisciplinaires, épreuves de qualification), - de présenter les ressources de Psychologie appliquée de manière RIGOUREUSE, CONCRETE et DIRECTEMENT EXPLOITABLE en Technologie des soins, Nutrition, Séminaires et Stages. Enfin, pour atteindre les objectifs du programme, CERTAINES CONDITIONS MATÉRIELLES SONT REQUISES : ▪ ▪

6

58

l’organisation du cours de Psychologie appliquée en regroupement de 2 périodes minimum ou 3 périodes maximum à l’horaire des élèves ; la mise à disposition d’un local spécifique permettant l’accès à des documents et supports divers (revues professionnelles, revues spécialisées, … vidéos, …), Internet, … pour rechercher, analyser, sélectionner les informations utiles à l’observation, la compréhension, l’analyse de comportements, la sélection de techniques de communication adéquates, de comportements-réponses adaptés à différents publics, à diverses pathologies et troubles de comportements des patients, … dans des situations rencontrées par l’Aide-soignant(e) au sein des différents milieux d’insertion professionnelle.

Une attention toute particulière sera portée sur la nécessité d’utiliser un certain nombre de périodes de cours pour réaliser des situations d’intégration interdisciplinaires avec les titulaires des cours de l’option groupée afin de permettre à l’élève de faire face à la planification, l’organisation, la réalisation de tâches liées aux actes délégués par l’infirmier(e) (actes de soins, conseils, éducation, prévention, … comportements, attitudes, communication, relation, … adaptés).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

59

5.2.4 Ressources disciplinaires L’Axe relationnel (Psychologie appliquée) contient les éléments suivants :

Notions, concepts, principes, … liés à la communication à la relation, à la psychologie, … nécessaires à toute activité de soins de l’AS : compréhension de la situation, sélection des observations, analyse des informations et observations, sélection et explication/justification des choix réalisés.

     

A. Généralités : Concepts de base, Observation B. Relation d’aide et de soins de l’AS : relation désirée et non subie … C. Notions de psychologie à caractère socioculturel D. L’Homme en constante évolution E. Relations entre le psychologique et le somatique F. Répercussions psychologiques de la dépendance, de la perte d’autonomie, du handicap, de la maladie  G. Les personnes confrontées à des difficultés dans leur développement : - notions de santé mentale et maladie mentale - troubles de la santé mentale - notions de soins psychiatriques  H. Les personnes en soins palliatifs, en fin de vie II. LA COMMUNICATION DANS LA RELATION DE SOINS  A. Qu’est-ce que communiquer ? Etablir une relation de soins (Schéma de communication – Généralités)  B. Comportements – Attitudes de communication  C. Communication verbale  D. Communication non verbale  E. Diversité des pathologies, troubles, … et communication  F. Situations de communication avec l’équipe  G. Situations particulières de communication avec le patient, l’entourage, … III. RÈGLES PROFESSIONNELLES IV. DÉMARCHE D’AIDE DE L’AS

CHAQUE RUBRIQUE EST DÉCOMPOSÉE EN 3 VOLETS :

I. RELATION DE SOINS

Principes, règles, techniques, … nécessaires à toute activité de soins de l’AS : choix, application, adaptation, … des techniques de communication, des attitudes, des comportements personnels et professionnels, … adéquats pour réaliser les tâches professionnelles requises et établir une relation appropriée avec toute personne.

Productions à réaliser, résultats à obtenir : observation, conception, organisation, planification, conseil/éducation/prévention, transmission d’information, … attitudes, comportements, relation, … lors des activités de soins de l’AS.

V. SITUATION D’APPRENTISSAGE À L’ÉCOLE, EN STAGE, … - SITUATIONS D’INTEGRATION DANS DES CONTEXTES PROFESSIONNELS CONCRETS (SOINS À DOMICILE, EN COLLECTIVITÉS, À L’HÔPITAL)

60

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

 REMARQUE GENERALE Parmi les ressources décrites ci-après, ▪ ▪

certains savoirs, connaissances, … (répertoriés dans la colonne « Pour comprendre, analyser, justifier, … »), certaines techniques, règles, attitudes, … (répertoriées dans la colonne « Pour sélectionner, appliquer, … »),

ont été INSTALLEES, DEVELOPPEES, ACTIVEES au cours du D3P AF ; elles sont toujours précédées par « cf. D3P AF » dans les tableaux ci-dessous. Les élèves les ont MOBILISEES lors de tâches complexes dans des contextes liés à l’aide au domicile et en collectivités de personnes âgées (voire en Gériatrie, Psychogériatrie, Gérontologie) pour EXERCER, MAITRISER les compétences « CM » de l’Aide familial(e). Ces mêmes ressources seront REACTIVEES, REINVESTIES et donc à nouveau MOBILISEES (et complétées par de nouvelles ressources spécifiques au métier d’Aide-soignante !) lors de tâches complexes dans des contextes liés aux soins à domicile, en collectivités, en services de milieux hospitaliers pour EXERCER, MAITRISER les compétences de l’Aide-soignant(e). Une étroite coordination entre les titulaires de Psychologie appliquée – Relations humaines au D3P AF et de Psychologie appliquée en 7P AS est donc TOUT A FAIT INDISPENSABLE !

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

61

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I. LA RELATION DE SOINS I.A. GENERALITES – 1.A.1 Concepts Cf. D3P AF (Clarification des champs d’application de la psychologie, de la psychanalyse, de la psychiatrie, … des domaines d’intervention des différents intervenants (psychologues, psychanalystes, psychiatres, … / Intérêt d’avoir des connaissances en psychologie / Différents courants en psychologie/psychiatrie).

 Réalisation d’une démarche de réflexion critique et argumentée, de remise en question pour clarifier, différencier, comprendre, illustrer, … et ainsi : - lever les réticences, les préjugés, les craintes, … - découvrir tous les axes de formations et ressources nécessaires à l’accès et à l’exercice du métier d’AS.

Cf. D3PAFS (Clarification des concepts : l’HOMME, un être bio-psycho-social, culturel et spirituel présentant des besoins hiérarchisés (Besoin d’Actualisation / de Réalisation, Besoin d’estime, Besoin de relations / Besoin de contacts sociaux, Besoin de sécurité, Besoin de survie (boire, manger, dormir, …) selon A. Maslow) / la SANTE : un concept évolutif ; la relation entre santé et vie ; la relation entre santé et adaptation / la MALADIE : un processus complexe ; la relation entre maladie et non adaptation aux évènements ; les représentations de la maladie / le MALADE, le PATIENT, la PERSONNE, le SUJET (« le patient est une personne »)).

 Réalisation d’une démarche de réflexion critique et argumentée, de remise en question pour aboutir à une clarification de concepts et situer l’importance du rôle et des attitudes de l’AS dans l’exercice de son métier.

Cf. D3P AF (Clarification des concepts Normalité / Besoins / Besoins fondamentaux / Sentiments, Emotions, Perceptions) + :

 Réalisation d’une démarche de réflexion critique et argumentée, de remise en question pour aboutir à une clarification de concepts issus de la psychanalyse et couramment utilisés en psychologie et dans le cadre de l’exercice du métier de l’AS.

 INCONSCIENT : réservoir de pulsions, de désirs, d’images liées à l’enfance et à tout ce qui a été refoulé, …  DESIR : du domaine de l’imaginaire et se présentant sous la forme d’image mentale, …  PULSION : sa source, son but, son objet, …  ANGOISSE : émotion due à un sentiment de peur diffus, sans objet qui s’accompagne souvent de troubles physiques, … les mécanismes de défense, …

62

 Activités et relation de soins dans le respect des rôles de chacun et de la satisfaction des besoins du patient.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.A.2 Observation  Analyse de l'importance d'une démarche d'observation comme support de travail de l'AS (conception et réalisation d’activités de soins adaptées aux besoins et conformes au plan de soins, transmission d'informations utiles à l'équipe infirmière).  Description des caractéristiques principales d'une observation pertinente et exploitable par l'AS dans son activité professionnelle et par les membres de l'équipe : objectivité, absence d'interprétation, absence de jugement de valeurs, absence de généralisation, ...  Sur base de situations concrètes susceptibles d'être rencontrées au sein des différents milieux d’insertion professionnelle ou de situations vécues en stage ou de jeux de rôles : - identification et déduction des besoins et attentes d'un patient (Quelles sont les manifestations et particularités des différents besoins ? Quels sont les signes d'altération de ces besoins ? Quelles sont les causes ou éléments favorisants les altérations de ces besoins ? ...) ; - recherche d’information et réflexion sur la nature du projet spécifique de l'équipe de soins ; - proposition d’attitudes et de comportements adaptés au patient, à la situation.

7

Cf. IV Démarche d’aide de l’AS. 7* Cf. Annexe 3 : Observation de l’AS.

 Observations, transmissions (écrites, orales) d’informations dans toute activité et relation de soins dans le respect des rôles de chacun et de la satisfaction des besoins du patient.

Une coordination devra absolument avoir lieu entre l’axe relationnel (Psychologie appliquée) et l’axe sanitaire (Technologie des soins) : une même démarche dans laquelle l’un développera plus particulièrement les observations de besoins et altérations de besoins physiques, l’autre développera les observations de besoins et altérations de besoins psycho-sociaux. La planification de situations d'intégration des deux disciplines favorisera la capacité de l'élève à mobiliser toutes les ressources pour réaliser des observations complètes. Des exemples d’observation sont donnés dans le présent programme en Annexe 3.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

63

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B LA RELATION D’AIDE ET DE SOINS DE L’AIDE-SOIGNANT(E) … UNE AIDE ACCEPTEE, DESIREE ET NON SUBIE !  Description et analyse des relations au sein de l’équipe de soins : - les compétences des différents membres de l’équipe ; - le fonctionnement de l’équipe : coordination des fonctions (entreprendre, produire, administrer, intégrer y compris les relations affectives), hiérarchisation des fonctions, responsabilisation des membres, autres conditions (créativité, actualisation des connaissances, diffusion des informations, …).  Description et analyse des relations avec le patient, l’entourage, la famille : - qualité relationnelle : accueil, écoute, disponibilité, respect, communication, - attitudes fondamentales de l’AS : décoder la demande du patient, stimuler l’autonomie et l’indépendance (le patient est reconnu comme SUJET de la dépendance et non comme OBJET), établir une relation de confiance (respect de la DIGNITE HUMAINE), respecter les croyances, - attitudes excessives de l’AS ou attitudes pouvant être à l’origine de troubles relationnels (être auto-centré, laxiste, paternaliste, autoritaire, manipulateur, …), - facteurs influençant la relation de soins : facteurs liés à l’AS (projection, identification, vécu, histoire de vie, …), facteurs liés au service (projet de prise en charge, code et règles spécifiques, passé institutionnel, …), facteurs liés au patient (vécu, histoire de vie, trouble, système familial, …), - les risques d’une relation affective. -

64

 Rôle de l’AS dans la relation de soins.

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes (c’est-àdire attitudes et comportements adaptés lors de toute activité de soins aux patients dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.C NOTIONS DE PSYCHOLOGIE A CARACTERE SOCIOCULTUREL Cf. D3P AF (Groupe familial : de structure familiale, modèles familiaux, fonctions de la famille, évolution des relations familiales, influence du milieu familial sur l’individu : origine de l’influence, influence sur l’équilibre humain, sur le développement affectif et social).

 Rôle de l’AS dans la relation de soins.

Cf. D3P AF (Groupes sociaux : types, fonctionnement du groupe social, individu social, échecs de la socialisation). Cf D3P AF (Culture et environnement culturel : culture, inégalités culturelles, habitudes et rites sociaux, religion et idéologies, esprit critique). Cf. D3P AF (Réactions internes au changement : causes internes au groupe, résistance ou acceptation des changements, adaptation aux changements).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Activités de soins adaptées aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes (c’est-àdire attitudes et comportements adaptés lors de toute activité de soins aux patients dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles).  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.

65

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.D L’HOMME EN CONSTANTE EVOLUTION : LES ETAPES DU DEVELOPPEMENT DE LA PERSONNE DE LA CONCEPTION A LA FIN DE VIE Pour chaque étape, un même schéma d’étude sera réalisé :  description et illustration de l’étape du développement (aspects physique, moteur, sensoriel, social, moral, …),  description des grandes caractéristiques 8 spécifiques à l’étape du développement,  répertoire des facteurs8 favorables au développement de la personne. Cf. D3P AF (L’enfant : Evolution du développement  Rôle de l’AS : détermination d’activités, comportements et psychomoteur de l’enfant / Développement affectif du jeune attitudes de l’AF favorisant le bienêtre, l’autonomie et enfant avant l’usage du langage / Evolution du développement l’indépendance, … du patient. affectif et social de 6 à 12 ans / Développement de l’intelligence de la naissance à l’adolescence : intelligence sensorimotrice, intelligence symbolique, pensée intuitive, pensée logique, raisonnement philosophique). Cf. D3P AF (L’adolescent : Description et caractéristiques de l’adolescence / Transformations physiques et physiologiques / Transformations intellectuelles / Transformations psychologiques : image du corps, pulsions sexuelles, détachement des parents, recherche d’identité, conséquences des transformations sur le comportement). Cf. D3P AF (L’adulte : Fruit du processus de socialisation – individuation / Impacts des évènements affectifs de l’âge adulte / Impacts des évènements sociaux de l’âge adulte). Cf. D3P AF (La personne âgée : Description de l’âge de la vieillesse / Analyse des aspects psychologiques du vieillissement).

8

66

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Activités de soins adaptées aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes (c’est-àdire attitudes et comportements adaptés lors de toute activité de soins aux patients dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles).  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients à domicile, en collectivités, en services de milieux hospitaliers.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.

= recherche et détermination des éléments essentiels permettant l’observation et la compréhension des différents types de patients susceptibles d’être rencontrés par l’AS.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.E LE PSYCHOLOGIQUE ET LE SOMATIQUE – I.F MALADIE, HANDICAP, … ET PSYCHOLOGIE Relations entre le psychologique et le somatique  Illustration de l’unité essentielle de l’être humain (corps et esprit).  Illustration des notions de : maladies psychosomatiques, troubles fonctionnels, conversions hystériques, névrose d’angoisse, stress, spasmophilie, hypochondrie.  Description des conséquences psychiques des maladies. Répercussions psychologiques de la dépendance, de la perte d’autonomie, du handicap, de la maladie

 Rôle de l’AS dans toute activité de soins favorisant le bienêtre, l’autonomie et l’indépendance, … du patient (écoute, …).

cf. D3P AF (Description des répercussions de la dépendance, de la perte d’autonomie : sur la vie personnelle, sur la vie familiale, sur la vie sociale) + :  Description des répercussions de la maladie, du handicap, des traitements, … sur la vie personnelle, familiale et professionnelle des patients.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Activités de soins adaptées aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes (c’est-àdire attitudes et comportements adaptés lors de toute activité de soins aux patients dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles).  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients à domicile, en collectivités, en services de milieux hospitaliers.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.

67

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.G LES PERSONNES CONFRONTEES A DES DIFFICULTES DANS LEUR DEVELOPPEMENT I.G.1 Notions de santé mentale et maladie mentale  Réflexion sur les concepts de normalité, anormalité, santé mentale, maladie mentale, trouble, …  Recherche d’informations sur les différents courants de pensées : - la neurologie ; - la psychanalyse (le « ça », le « surmoi », le « moi ») ; - les thérapies comportementales : méthode aversive, thérapie positif, déconditionnement brève, conditionnement systématique, inhibition conditionnelle.  Définition et illustration des mécanismes de défense de la personnalité : le refoulement, le déplacement, la rationalisation, le déni, la compensation, la sublimation, l’identification, la projection, la régression.

68

 Rôle de l’AS dans toute activité de soins favorisant le bienêtre, l’autonomie et l’indépendance, … du patient (écoute, …).

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Activités de soins adaptées aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes (c’est-àdire attitudes et comportements adaptés lors de toute activité de soins aux patients dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles).  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles. -

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.G LES PERSONNES CONFRONTEES A DES DIFFICULTES DANS LEUR DEVELOPPEMENT (suite) I.G.2 Troubles de santé mentale Cf. D3P AF : répertoire de familles de troubles du comportement (psychopathologies).  Réalisation du schéma d’étude pour : - cf. D3P AF : Etat d’anxiété / Etat dépressif / Trouble de la conduite alimentaire / Conduite addictive / Trouble neuropsychiatrique des personnes âgées ; - les névroses : TOC, … - les psychoses : maniaco-dépression ou trouble de l’humeur, bouffée délirante aigüe, schizophrénie, paranoïa, … - les perversions (déviances sexuelles) : pédophilie, gérontophilie, exhibitionnisme, voyeurisme, masochisme, sadisme, … - les états limites ou personnalité antisociale ; - les conduites suicidaires ; - …

I.G.3 Notions de soins psychiatriques  Réflexion, définition et illustration des notions de : - projet thérapeutique ; - psychothérapies : principes, méthodes (psychanalyse, thérapie comportementale, thérapie de soutien, thérapies familiales systémiques …) ; - médicaments psychotropes : principales catégories (neuroleptiques, psychostimulants, antidépresseurs, anxiolytiques, thermorégulateurs, hypnotiques), effets thérapeutiques (sédatif, hypnotique, anxiolytique, anticonvulsivant …), effets secondaires (dépendance …), effets indésirables.

 Rôle de l’AS dans toute activité de soins favorisant le bienêtre, l’autonomie et l’indépendance, … du patient (écoute, …). Pour chaque difficulté, un même schéma* d’étude sera réalisé :  définition, description et illustration du trouble,  description des causes (mécanismes) possibles du trouble, énoncé des symptômes caractéristiques du trouble,  description des comportements associés au trouble, description des capacités et besoins du patient, description de l’impact du trouble sur l’entourage du patient,  répertoire des différents types de prises en charge ou accompagnements possibles,  formulation de propositions d’actions favorisant l’accueil, la valorisation (autonomie), l’intégration et la prévention en tenant compte du vécu du patient,  détermination et description du rôle de l’AS. Remarque : choisir les troubles ou différents points du schéma d’étude à développer en fonction des stages, des besoins ou intérêts des élèves, de l’actualité, de projets pluridisciplinaires …  Rôle de l’AS dans toute activité de soins favorisant le bienêtre, l’autonomie et l’indépendance, … du patient (écoute, …).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Activités de soins adaptées aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes (c’est-àdire attitudes et comportements adaptés lors de toute activité de soins aux patients dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles).  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles. (*) Remarque : la somme des connaissances et le degré de maitrise des compétences dans ce domaine deviennent de plus en plus considérables ; il est donc nécessaire d’opérer des choix ! Dès lors le professeur, en étroite collaboration avec les titulaires des autres cours de l’option groupée, veillera à :  aborder les différents types de troubles selon le schéma d’étude complet pour chaque trouble/pathologie énoncé dans la colonne ci-joint,  à sélectionner les troubles ou les différents points du schématype à développer en fonction des stages, des besoins ou intérêts des élèves, de l’actualité, de projets pluridisciplinaires, …

69

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.H LES PATIENTS EN SOINS PALLIATIFS – LES PATIENTS EN FIN DE VIE Cf. D3P AF (Approche culturelle de la mort / Approche religieuse de la mort : la mort chez les chrétiens, chez le juifs, en Afrique noire, chez les musulmans, … Comparaison des différentes religions) et (Les différentes étapes de l’évolution psychologique du patient en phase terminale : analyse des différentes étapes selon E. Kübler-Ross / description de l’expression de la souffrance de la séparation) + :  Description des formes d’expression du mourant : langage verbal (des affirmations, une conclusion, un aveu, …), langage symbolique (l’adulte parle par image, l’enfant parle par dessin), le langage non verbal, le silence cf. D3P AF (Le décès, le deuil, … : le travail du deuil / les étapes du deuil (déni, phase dépressive, phase de récupération) + :  Définition des soins palliatifs9 (soins actifs dans une approche globale de la personne) : acceptation de la dépendance, …  Description des besoins du patient en fin de vie (pyramide de Maslow) : Equilibre physiologique  Sécurité (ordre, stabilité, structure)  Appartenance (affection, sécurité)  Considération (réalisation, reconnaissance, indépendance, espoir, estime de soi)  Dépassement et les liens avec les 14 Besoins de V. Henderson.  Description des formes d’expression de la douleur du patient en fin de vie.  Analyse des difficultés de la fonction d’accompagnement : reconnaitre ses limites, assumer son impuissance.  Réflexion sur les mots de « fin » et « vérité » : faut-il dire la vérité au patient en fin de vie ? comment parler à l’enfant mourant ? ...

9

70

 Rôle de l’AS 9 vis-à-vis du patient : l’écoute (entendre ce qui se dit, ce qui s’exprime, … croire en la plainte du patient, assurer une présence réelle, proche et compréhensive afin d’aider le patient à dire, nommer, exprimer ce qu’il ressent, …), la réponse à la « recherche fusionnelle » du patient, la reconnaissance des droits du patient, faire prévaloir le silence et l’humilité, … la recherche de la bonne distance, le changement de regard (le patient n’est pas un « presque mort » mais un « être vivant » qui vit une expérience fondamentale unique.  Rôle de l’AS vis-à-vis de l’équipe9 : accepter la concertation, reconnaitre les attitudes de défense, comprendre les mécanismes de défense (la défense comme un rejet de la réalité, la défense comme une colère retournée contre soi).  Rôle de l’AS vis-à-vis de l’entourage9 : qui prévenir ? comment prévenir ? comment respecter les rôles de chacun ? comment protéger le patient des excès familiaux ? comment valoriser la fonction familiale ? …

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Activités de soins adaptées aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes (c’est-àdire attitudes et comportements adaptés lors de toute activité de soins aux patients dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles).  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.

A développer en étroite collaboration avec le cours de Technologie des soins de l’axe sanitaire.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

II. LA COMMUNICATION DANS LA RELATION DE SOINS II.A QU’EST-CE QUE COMMUNIQUER ? ETABLIR UNE RELATION DE SOINS ? II.A.1 On ne peut pas ne pas communiquer, ne pas être en relation, …

 Détermination de ses capacités personnelles, de son aptitude à voir/entendre/sentir/toucher, de sa capacité à communiquer, … dans des situations professionnelles de soins aux patients.

Cf. D3P AF (Description et illustration de la communication / Recherche des différences et liens entre communication et relation / Expérimentation de « Connaissance de soi (Confiance en soi) et de Communication »).

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes (c’est-àdire attitudes et comportements adaptés lors de toute activité de soins aux patients dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles).

II.A.2 Schéma de communication – Généralités Cf. D3P AF (Analyse du mécanisme de toute relation / Répertoire des domaines de communication / Répertoire des niveaux de risque / Repérage de différents obstacles/parasites à la communication / Exemples de modes de communication : Communication Verbale – Communication Non Verbale – Communication écrite). II.B COMPORTEMENTS – ATTITUDES DE COMMUNICATION Cf. D3P AF (Définition de l’empathie, de la congruence, de l’écoute / Répertoire d’autres attitudes de communication : attention positive inconditionnelle, accueil des émotions).

 Adoption d’attitudes, de comportements permettant de manifester son empathie à l’égard du patient (processus dynamique).  Exploitation des différents types d’écoute dans une relation de soins (ce qui se dit, ce qui se dit au-delà des mots, les émotions et sensations).  Décodage d’attitudes de communication lors des soins (ex. : les périodes de soins sont propices à une expression émotionnelle plus ou moins importante du bénéficiaire : joie, tristesse, colère, peur, anxiété, attachement, …).  Recherche des bonnes questions à se poser pour comprendre a posteriori un acte de communication réussi ou non maitrisé. 

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés au domicile, en collectivités, en services de milieux hospitaliers.     

Observations complètes et pertinentes. Echanges, questionnements, reformulations, … adaptés. Transmission (écrite, orale) des observations. Conseils, explications, justifications, … formulés clairement. Attitudes et comportements personnels et professionnels adaptés.  Auto-évaluation des attitudes et comportements et propositions de remédiations éventuelles.

71

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

II.C COMMUNICATION VERBALE Cf. D3P AF (Description de techniques simples de questions ouvertes, questions fermées, formulation (en écho, en reflet), reformulation / Description de techniques de clarification, de confrontation, de gestion des silences / Identification des facteurs influençant la communication / Etude de la manière dont ces différents facteurs influencent la communication et interagissent).

72

 Exploitation de techniques de communication verbale dans différentes situations professionnelles de soins aux patients.  Répertoire des situations de techniques de communication inefficaces : imposer sa solution, juger, infantiliser, interpréter (identification projective), réassurer faussement, … autant de techniques qui déshumanisent le patient en le considérant comme une « chose » et en lui retirant la possibilité de penser ses difficultés et solutions lui-même, …  Répertoire de circonstances qui doivent inciter l’AS à mettre en œuvre des techniques de CV : - l’expression du patient n’est pas en adéquation avec ce qui est énoncé, - une demande n’apparait pas clairement ou semble en cacher une autre, - les émotions exprimées semblent inhabituelles pour le patient, - le patient semble coupé de ses émotions, de son ressenti, - le patient ne semble pas tout percevoir de sa situation, manquer d’informations ou les avoir mal perçues, - le patient commence à exprimer un comportement qui lui est inhabituel, en particulier tout comportement opposant, - le patient remet en cause sa prise en charge pour des motifs inexpliqués (refus de médication par exemple), - une expression émotionnelle déborde le patient, - …

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes, techniques de communication verbale adaptées lors de toute activité d’aide aux patients, dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles et déontologiques.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients à domicile, en collectivités, en services de milieux hospitaliers.  Transmissions (écrites, orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions/attitudes et propositions de remédiations éventuelles.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

II.D COMMUNICATION NON VERBALE  Détermination des particularités de la relation d’aide et de soins entre AS/patient/entourage : les mécanismes de transfert ou projection sur l’autre d’attitudes, de sentiments que l’on a eus envers des personnes significatives du passé personnel (la dépendance, la régression du côté du patient, le jugement de valeur et l’identification projective du côté de l’AS). Cf. D3P AF (Identification chez soi et chez les autres, des différentes dimensions de la Communication Non Verbale (CNV) / Identification des différents types de toucher).  Réflexion sur l’importance de la CNV par rapport à la CV. Mise en évidence les phénomènes de discordance entre le verbal et le non verbal (message paradoxal) et leur influence sur la relation de soins.

 Application de techniques de communication non verbale favorisant la relation à un patient, à son entourage et à une situation.  Observation des limites personnelles et de celles des autres (bulle, territoire, espace personnel, …), des limites liées au vécu personnel, au contexte culturel, au sexe, au moment, …  Observation sur l’impact positif et négatif du toucher sur la communication et la relation avec le patient.  Expérimentation du toucher comme moyen de communication : verbaliser l’intention chez l’émetteur, vérifier le ressenti chez le récepteur.  Proposition d’un langage et d’un mode de communication favorisant la relation à un patient, à son entourage et à une situation pour aboutir à la congruence entre les différentes dimensions de la CNV, entre la CV et la CNV.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes, techniques de communication verbale adaptées lors de toute activité d’aide aux patients, dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles et déontologiques.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients à domicile, en collectivités, en services de milieux hospitaliers.  Transmissions (écrites, orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions/attitudes et propositions de remédiations éventuelles. 

73

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

II.E DIVERSITE DES PATHOLOGIES, TROUBLES, … ET COMMUNICATION  Identification et compréhension des comportements engendrés par la maladie, la souffrance, perte d’autonomie, le handicap, l’approche de la mort, …  Prise de conscience des sentiments du patient (sérénité, angoisse, gêne, honte, colère, …) et de ses propres sentiments (satisfaction, peur, dégout, …). Parmi les pathologies/troubles susceptibles d’être traités, on peut distinguer : cf. D3P AF (Les bénéficiaires addictifs ; Les bénéficiaires / résidents douloureux / Les bénéficiaires / résidents non communicants : démence, Alzheimer, …) à adapter aux patients + :  les patients en soins palliatifs, en fin de vie, …  les patients psychiatriques : dépression, psychose, crise suicidaire, …  les patients chroniques : pathologies évolutives, pathologies dégénératives, pathologies dépendantes de soins lourds, pathologies actualisantes (ex. : le sida), …  les patients à atteinte corporelle : pathologies uro-génitales, grands brulés, altérations du schéma corporel, …  …

74

 Application de techniques de communication (CV, CNV), adoption d’attitudes et comportements favorisant la relation à patient, à son entourage et à une situation. Remarque : la diversité des troubles, la somme des connaissances et le degré de maitrise dans ce domaine sont considérables ! Il est donc nécessaire d’opérer des choix. Dès lors, en étroite collaboration avec les autres enseignants de l’option groupée, le titulaire de cours veillera à :  sélectionner les pathologies/troubles en fonction de la nature des stages organisés, des besoins et intérêts des élèves, de l’actualité, de projets pluridisciplinaires, des séminaires, …  aborder chaque pathologie/trouble selon le schéma-type suivant : - description des spécificités de la pathologie/du trouble (en termes de comportements), - détermination des modes de communication qui en découlent (attitudes, comportements et techniques de communication privilégiés) en justifiant ses choix.

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes, techniques de communication verbale adaptées lors de toute activité d’aide aux patients, dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles et déontologiques.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients à domicile, en collectivités, en services de milieux hospitaliers.  Transmissions (écrites, orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions/attitudes et propositions de remédiations éventuelles.

Cf. Schéma-type de communication de l’AS en Annexe 4.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

II.F SITUATIONS DE COMMUNICATION AVEC L’EQUIPE Cf. D3P AF (Communication / Relation au sein de l’équipe : Risques d’une mauvaise communication - Risques d’une communication codifiée - Les relations hiérarchiques) + :

 Application de techniques de communication et adoption d’attitudes et comportements favorisant le travail en équipe de soins.

 description des relations entre les membres de l’équipe : formes de relation (attitude de compétition, de coopération, agressive), coopération de l’AS avec l’équipe (réduire les différences, augmenter les ressemblances, maintenir la cohésion du groupe, accroitre la coopération) ;  comparaison (avantages et inconvénients) des différents réseaux communication au sein de l’équipe : en chaine (médecin  chef de service  infirmière  AS, en étoile (centralisée sur le chef d’équipe), en cercle (échanges avec l’ensemble de l’équipe) ;  répertoire des différents types de documents de transmission écrite à l’équipe, utilisés dans les milieux d’insertion professionnelle de l’AS (RIM, plan de soins, dossier infirmier, document de liaison ; …), respect de la terminologie professionnelle ; …

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes, techniques de communication verbale adaptées lors de toute activité d’aide aux patients, dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles et déontologiques.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients à domicile, en collectivités, en services de milieux hospitaliers.  Transmissions (écrites, orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions/attitudes et propositions de remédiations éventuelles.

75

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

II.G SITUATIONS PARTICULIERES DE COMMUNICATION AVEC LE PATIENT, L’ENTOURAGE Communication/Relations avec le patient, son entourage (cf. ressources du chap. I). Cf. D3P AF (Situation d’accueil / Situation d’une personne malentendante / Situation d’une personne malvoyante / Situation d’une personne aphone / …). Cf. D3P AF (Situation de soutien de la famille d’un patient décédé).

 Détermination du rôle de l’AS, application de Techniques de communication dans différentes situations professionnelles – Quelques exemples - Situation d’un patient dans le coma : entretenir avec le patient une CV et CNV en utilisant les stimulations sensorimotrices. L’AS mettra en jeu tous ses sens et ceux du patient (La vue : observer toutes les expressions de crispation, détente, mimique, larmes, … qui peuvent être une réponse aux stimuli – Le toucher : utiliser les soins d’hygiène, le massage comme autant de messages qui aident le patient à restructurer son schéma corporel – L’ouïe : proposer de la musique au patient qui l’aideront à se repositionner dans le temps – La parole : expliquer tous les gestes durant les soins – L’odorat : utiliser des produits personnalisés lors de la toilette, …). - Situation d’un patient en fin de vie : bonnes conditions de communication (bien connaitre le patient, se réunir en équipe régulièrement, …), perturbations dans la communication (révolte de la famille, sentiments et attitudes du patients non entendues par l’entourage, l’agressivité du patient, …), attitude d’écoute (attitude de support, de décision, d’évolution, d’enquête, d’interprétation, de compréhension), recherche de la bonne attitude, recherche de la bonne distance, … - Situation de travail en équipe face à un patient en fin de vie : accepter la concertation, reconnaitre les attitudes de défense, comprendre les mécanismes de défense (pour rejeter la réalité, pour nier son agressivité et la retourner contre soi), … - …

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes, techniques de communication verbale adaptées lors de toute activité d’aide aux patients, dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles et déontologiques.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation et de la prévention des patients à domicile, en collectivités, en services de milieux hospitaliers.  Transmissions (écrites, orales) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions/attitudes et propositions de remédiations éventuelles.

Cf. Schéma-type de communication de l’AS en Annexe 4.

76

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

III. REGLES PROFESSIONNELLES  Une étroite coordination entre les titulaires de cours des différents axes de l’option groupée est absolument indispensable ! La plupart des concepts, principes, … liés à la déontologie sont abordés, installés en Séminaires. Toutefois, TOUS les professeurs de l’option groupée les réinvestiront ou les complèteront selon les situations :  en Technologie des soins : rôles de l’AS au domicile, en collectivités et en milieux hospitaliers en privilégiant les aspects déontologiques liés aux observations (besoins physiques), actes techniques, … de soins et surveillances ;  en Nutrition : rôles de l’AS au domicile, en collectivités et en milieux hospitaliers en privilégiant les aspects déontologiques liés aux observations (besoins physiques : alimentation et hydratation), actes techniques, … de soins et surveillances ;  en Psychologie appliquée : rôles de l’AS au domicile, en collectivités et en milieux hospitaliers en privilégiant les aspects déontologiques liés aux observations (besoins psycho-sociaux), techniques de communication, attitudes et comportements, … lors des activités de soins et surveillances ;  les situations d’intégrations interdisciplinaires, favoriseront l’exploitation de l’ensemble des ressources par l’élève pour réagir adéquatement dans des contextes professionnels concrets.  Concepts abordés, illustrés, développés, … en Séminaire et à  Rôle de l’AS au domicile, en collectivités et en milieux  Description complète du métier d’AS. réinvestir et exploiter en Psychologie appliquée : cf. Annexe 2. hospitaliers.  Clarification des projets personnels et professionnels : projet (Concepts de déontologie, statut de l’AS, Services d’aide et de formation initiale (à l’école en 7P AS), projet de formations Collectivités de personnes âgées, codes déontologiques, ultérieures, projet d’insertion professionnelle, …  Adaptation des attitudes et comportements personnels et Qualités personnelles et professionnelles de l’AS, professionnels lors de toute activité d’aide et de soins aux Responsabilités de l’AS, Législation civile et pénale, Législation sociale, Services annexes et partenaires patients, dans le souci constant du respect des personnes, des extérieurs). rôles de chacun, des règles professionnelles, du souci  Concepts à aborder, illustrer, développer, … et à réinvestir et d’évoluer, … exploiter en Psychologie appliquée : cf. Annexe 2 (Droits des  Accueil, présentation, information, conseil, … aux patients, à patients). l’entourage, à la famille, … IV. DEMARCHE D’OBSERVATION ET DE SOINS DE L’AIDE-SOIGNANTE Le titulaire du cours de Psychologie appliquée (au même titre que tous les enseignants de l’option groupée) veillera à situer toute activité, prestation, production, … dans le plan de démarche d’observation et de soins tel que décrit dans l’Annexe 1 (des exemples d’observations sont donnés en Annexe 3, des exemples de schéma-type de communication sont donnés en Annexe 4). En interdisciplinarité, tous les professeurs de l’option groupée, favoriseront l’exploitation des différentes ressources dans l’application de la démarche complète lors de situations d’intégration, à l’école, en situation réelle. V. SITUATION D’APPRENTISSAGE À L’ÉCOLE, EN STAGE, … - SITUATIONS D’INTEGRATION DANS DES CONTEXTES PROFESSIONNELS CONCRETS (SOINS À DOMICILE, EN COLLECTIVITÉS, À L’HÔPITAL)

Cf. chapitre 6.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

77

5.3 Technologie des soins 5.3.1 Liminaire Les « X » inscrits dans la colonne « TS » du référentiel professionnel au chapitre 4 indiquent les compétences professionnelles sous-tendues par les ressources développées au cours de Technologie des soins. La maitrise des ces compétences CM exige des acquis du type « connaissances, capacités cognitives et habiletés, attitudes et comportements » (cf. chapitre 4.1) qui seront : ▪ ▪ ▪

abordés et développés dans le cadre du cours de Technologie des soins (cf. disciplinarité chapitre 6.3) ; articulés et structurés avec l'ensemble des ressources des autres disciplines (Nutrition, Psychologie appliquée) (cf. interdisciplinarité chapitre 6.3) ; transférés, mobilisés et exploités dans des situations d'apprentissage, des situations d'intégration et, de manière tout à fait privilégiée dans le cadre des Stages et Séminaires.

L'installation de ces compétences et la mise en place de cette logique d'apprentissage impliquent nécessairement : ▪ ▪

une étroite coordination entre les professeurs de l'option groupée et de la formation commune, un travail en interdisciplinarité,

pour ▪ ▪ ▪

assurer une formation cohérente, favoriser la maitrise des fonctions du profil professionnel, favoriser l'accès à la qualification.

5.3.2 Objectifs spécifiques Le cours de Techniques de soins poursuit les objectifs spécifiques suivants : ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

78

à une vision intégrée du corps humain sur base des concepts d’« être humain », de ses « besoins fondamentaux » et d’« aide aux activités sanitaires », à l’étude des besoins du patient adulte (dysfonctionnements, troubles, anomalies des différents systèmes du corps humain et traitements – techniques d’aide et de soins à la satisfaction des besoins / techniques de soins et surveillances, …), aux spécificités des besoins de l’enfant-patient, aux spécificités des besoins de la personne âgée-patient, aux éléments de pharmacologie, aux notions de premiers secours, aux règles professionnelles à prendre en compte dans la relation de soins en toute situation professionnelle (sécurité, hygiène, ergonomie et manutention, environnement, déontologie), au « concept de soins », d’« être humain » et de ses « besoins fondamentaux »,

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ



à la terminologie utilisée par le personnel infirmier en centres de soins (domicile, collectivités, hôpitaux, …) : pathologies, examens, traitements, techniques, matériel, produits, abréviations courantes, ...

qui permettront à l’élève d’exercer, de maitriser les compétences du profil pour accomplir des tâches professionnelles : ▪

sur base d’un plan de soins infirmiers et des actes délégués par l’infirmier(e), justifier tous ses choix (actes, techniques, matériel, … attitudes, …) et appliquer une démarche de soins personnalisée pour assurer les besoins fondamentaux des patients sachant que chaque être humain est unique : - collecter les données utiles (consignes, questionnements, observations), - analyser les données selon les besoins du patient (dégager les priorités, hiérarchiser les choix d’actes d’aide et de soins), - planifier et organiser les activités (soins, surveillances, … conseil, éducation, prévention, …), - réaliser les activités de soins sélectionnées en favorisant l’autonomie et l’indépendance du patient, - transmettre les données utiles oralement et par écrit, selon le mode prévu par l’équipe/l’institution, en utilisant une terminologie professionnelle appropriée, - (auto-) évaluer sa prestation et les résultats obtenus,



tout au long de sa prestation, établir une relation d’aide et de soins appropriée (patients, entourage, famille) en justifiant ses choix sur base des connaissances, expériences, … : - adapter ses attitudes et comportements personnels et professionnels, - promouvoir le bienêtre et la santé du patient, maintenir/restaurer/développer l’indépendance du patient, - respecter les règles professionnelles (vis-à-vis de soi, du patient, de l’équipe, du service/de l’institution), - accepter une évaluation extérieure (supervision) de l’équipe de soin (découvrir les avantages d’une telle évaluation afin d’améliorer la qualité de son travail),



avoir constamment le souci d’actualiser ses connaissances, de s’informer de l’évolution des techniques, …



en veillant tout particulièrement au respect des critères et indicateurs de maitrise suivants : ▪ rigueur de la démarche : - observations complètes, sélection d’observations pertinentes, - questions appropriées, interprétation correcte des réponses et réactions, - recherche complète d’informations (consignes, questionnements, documents, …) utiles, - traitement pertinent des données (analyse judicieuse des besoins et attentes du patient, hypothèses plausibles, pertinence entre les liens établis), - sélection et justification des choix (actes d’aide/de soins/de surveillances, techniques, matériel, produits, …) sur base des connaissances, expériences, … -…

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

79



adéquation de la production : conditions favorables aux activités d’aide et de soins, préparation correcte du matériel, de l’environnement, application et adaptation correcte des techniques sélectionnées, résultats de soins adaptés aux besoins et attentes du patient, conseils judicieux de santé et prévention, dans les limites de la profession, souci de susciter la participation du patient, surveillances pertinentes et réactions adaptées, souci du confort, du bienêtre, de la sécurité, de l’autonomie et de l’indépendance des patients, - transmission correcte d’informations utiles, - description objective des ses activités professionnelles, -…

-



pertinence des attitudes et comportements personnels et professionnels : - respect du plan de soins infirmier, des actes délégués par l’infirmier(e), - respect des règles d'hygiène, de sécurité, - respect des règles d'ergonomie (postures de travail adéquates) et de manutention, - respect des règles déontologiques (vie privée, secret professionnel, code déontologique, projet, …), - souci de l'ordre, de la rigueur et de la précision, … - manifestation d'attitudes et de comportements professionnels adaptés aux besoins, réactions, … des patients, - souci de tact, courtoisie et discrétion dans les échanges, - terminologie et langage appropriés, - souci de progresser, de s'améliorer, -…

et en travaillant en interdisciplinarité avec les titulaires de cours de Nutrition, Psychologie appliquée, Stages, Séminaires, voire de la formation commune (Français, Sciences et technologies, …).

5.3.3 Indications méthodologiques En fonction du profil des élèves et de la spécificité de l'option groupée, on ne dira jamais assez combien la mobilisation des ressources disciplinaires doit se mettre au service du développement des compétences professionnelles (CM) dans un souci d'interdisciplinarité pour permettre aux élèves d’accomplir des tâches professionnelles. Il s’agit donc d’établir les liens entre les ressources (cf. chapitre 5.3.4) et les compétences à maitriser (cf. chapitre 4.3) pour faire face à des situations professionnelles réelles et complexes (cf. chapitre 6.2).

80

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Le titulaire de cours veillera donc à ▪

Installer les ressources (savoirs, techniques, attitudes, …) décrites au chapitre 5.3.4 selon la démarche la plus adaptée aux besoins des élèves : partir de la pratique (observations, vidéos, application de techniques de soins sur mannequin, jeux de rôles, …) pour en déduire des principes théoriques et techniques, partir d’éléments théoriques et les illustrer ensuite par des expériences pratiques, … ▪ Mettre les élèves en situation de mobiliser ces ressources pour exercer des compétences lors de la réalisation de tâches (en situation simulée puis en situation réelle) en visant une pratique réfléchie (la pratique ou l’application de techniques de soins d’hygiène et de confort seule n’est pas une fin en soi !) : - amener les élèves, tout au long de l’apprentissage, à exprimer clairement la procédure utilisée, les choix réalisés, les résultats obtenus, … c’est-à-dire à expliquer, justifier ses choix, ses actes et à commenter, évaluer les résultats et proposer des pistes de remédiation, d’amélioration, … (« Que signifie l’énoncé ? Que dois-je faire, quels résultats dois-je obtenir ? Comment vais-je procéder ? Quels sont les choix à faire ? Pourquoi ai-je réalisé ces choix ? En quoi les résultats obtenus correspondent-ils à ce qui était prévu ? Comment expliquer l’écart entre les résultats attendus et les résultats obtenus ? … ») ; - amener les élèves à mobiliser les ressources et à exercer les compétences CM du référentiel dans différentes situations similaires, puis à les réinvestir et à les adapter dans des situations nouvelles de plus en plus complexes. ▪

Exploiter les évaluations formatives pour réguler les apprentissages et non pour comptabiliser des résultats … - des évaluations permettant de vérifier l’acquisition et la compréhension de savoirs (« Citer, définir, comparer, analyser, … »), de savoir-faire et attitudes (« Appliquer, réaliser, respecter, adopter, … ») sont utiles (voire indispensables !) pour donner à l’enseignant et à l’élève des indications, des informations sur le parcours d’apprentissage et déterminer ainsi des pistes d’amélioration, - des évaluations permettant de vérifier que l’élève transfère ses acquis dans diverses situations concrètes, face à des tâches de plus en plus complexes (situations d’intégration disciplinaires, interdisciplinaires), - sont autant d’étapes incontournables mais non suffisantes (c’est-à-dire non déterminantes pour la certification et le passage de classe) ! C’est à l’issue de ces apprentissages, dans la discipline puis en interdisciplinarité, que les enseignants de l’option groupée procèderont à une évaluation certificative sur base de situations professionnellement significatives (tâches complexes) aux cours desquelles l’élève fera la preuve qu’il mobilise les ressources nécessaires, qu’il exerce et maitrise les compétences visées. La Technologie des soins est donc au service de la maitrise des compétences « CM » du référentiel professionnel.



Prendre en compte les attitudes et comportements personnels et professionnels (à ne pas confondre avec le respect du règlement disciplinaire de l’école, …) dans le cadre des apprentissages réalisés au sein de sa discipline au même titre qu’en stages, en activités interdisciplinaires ou dans toute discipline de l’option groupée !

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

81

D’autre part, le titulaire de cours : ▪

participera activement, en équipe, à l’organisation de l’option : - planification, objectifs, préparation, supervision, critères d’évaluation, exploitation, … des stages (cf. chapitre 5.5), coordination des stages en collectivités de personnes âgées et d’enfants différents, - planification, objectifs, modalités, exploitation, … des séminaires (cf. chapitre 5.4), - détermination du dispositif de qualification (nombre et type d’épreuves, planification, critères d’évaluation, …), - planification des projets, activités, situations, … d’intégration interdisciplinaire10 (planification, exploitation, critère d’évaluation, …) ;



réalisera, individuellement, la planification des ressources de sa discipline, des activités spécifiques (visites, témoignages/rencontres de personnes ressources, conférences, … apprentissage de techniques de soins en milieu hospitalier, …), des situations d’apprentissage et d’intégration disciplinaires (en précisant les compétences du référentiel professionnel qui seront exercées) ainsi que les critères d’évaluation. Bien entendu, la préoccupation constante de mettre les connaissances et techniques au service de l'ÊTRE et du FAIRE se concrétisera par la libre structuration des ressources par le titulaire de cours ; la sélection et l'ordre dans lequel le professeur abordera les ressources disciplinaires seront déterminés par le souci constant : - de s'interroger sur LE SENS DE L'APPRENTISSAGE, LES INTERACTIONS AVEC LES AUTRES DISCIPLINES de l’option groupée (respect des planifications de stages, séminaires, situations d’intégration interdisciplinaires, épreuves de qualification), - de présenter les ressources d’Education nutritionnelle de manière RIGOUREUSE, CONCRETE et DIRECTEMENT EXPLOITABLE en Nutrition, Psychologie appliquée, Séminaires et Stages.

Enfin, pour atteindre les objectifs du programme, CERTAINES CONDITIONS MATÉRIELLES SONT REQUISES : ▪

▪ ▪

10

82

l’organisation du cours de Technologie des soins en constituant des regroupements de minimum 2 fois 3 périodes ou 4 périodes à l’horaire répartis sur 3 trois journées au moins et en tenant compte du fait que la surveillance de stages nécessite la présence du maitre de stages en matinée (toilettes des patients) ; la mise à disposition d’un local et du matériel de soins (cf. Annexe 6) ; la mise à disposition d’un local spécifique permettant l’accès à des documents divers (revues professionnelles, revues spécialisées, …), Internet, … pour rechercher, analyser, sélectionner les informations utiles aux observations, aux adaptations de techniques de soins à des problématiques spécifiques, à divers troubles, diverses pathologies, … aux activités de conseil, de prévention, d’éducation, … pour assurer la prise en charge de patients dans les différents milieux professionnels au sein desquels l’Aide-soignante peut exercer son métier.

Une attention toute particulière sera portée sur la nécessité d’utiliser un certain nombre de périodes de cours pour réaliser des situations d’intégration interdisciplinaires avec les titulaire des autres cours de l’option groupée afin de permettre à l’élève de faire face à la planification, l’organisation, la réalisation de tâches liées aux actes délégués par l’infirmier(e) (actes de soins, conseils, éducation, prévention, … comportements, attitudes, communication, relation, … adaptés).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

83

5.3.4 Ressources disciplinaires L’Axe scientifico-technique (Technologie des soins) contient les éléments suivants :

 A. Vision intégrée du corps humain  B. Besoins de la personne adulte – Troubles de fonctionnement des systèmes et appareils du corps humain.  C. Spécificités des besoins de l’enfant – Troubles de fonctionnement des systèmes et appareils  D. Spécificités des besoins de la personne âgée – Troubles de fonctionnement des systèmes et appareils  E. Spécificités des différents contextes professionnels  F. Eléments de pharmacologie  G. Notions de Premiers Secours II. REGLES PROFESSIONNELLES  A. Déontologie  B. Ergonomie et manutention  C. Hygiène : - hygiène microbienne - hygiène environnementale et hygiène de vie - hygiène professionnelle  D. Sécurité  E. Environnement III. DÉMARCHE D’OBSERVATION ET DE SOINS DE L’AS

CHAQUE RUBRIQUE EST DÉCOMPOSÉE EN 3 VOLETS :

I. BESOINS - SOINS

Notions, concepts, principes, … scientifiques, législatifs, … nécessaires à toute activité de soins de l’AS : compréhension de la situation, sélection des observations, analyse des informations et observations, sélection et explication / justification des choix réalisés.

Principes, règles, techniques, … nécessaires à toute activité de soins de l’AS : choix, application, adaptation, … des procédures, matériels, produits, … attitudes, comportements, … appropriés pour réaliser les tâches professionnelles requises.

Productions à réaliser, résultats à obtenir : observation, conception, organisation, planification, conseil/ éducation/prévention, transmission d’information, … lors des activités de soins de l’AS.

IV. SITUATION D’APPRENTISSAGE À L’ÉCOLE, EN STAGE, … - SITUATIONS D’INTEGRATION DANS DES CONTEXTES PROFESSIONNELS CONCRETS (SOINS À DOMICILE, EN COLLECTIVITÉS, À L’HÔPITAL)

84

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

 REMARQUE GENERALE Parmi les ressources décrites ci-après, ▪ ▪

certains savoirs, connaissances, … (répertoriés dans la colonne « Pour comprendre, analyser, justifier, … »), certaines techniques, règles, attitudes, … (répertoriées dans la colonne « Pour sélectionner, appliquer, … »),

ont été INSTALLEES, DEVELOPPEES, ACTIVEES au cours du D3P AF ; elles sont toujours précédées par « cf. D3P AF » dans les tableaux ci-dessous. Les élèves les ont MOBILISEES lors de tâches complexes dans des contextes liés à l’aide au domicile et en collectivités pour personnes âgées (voire en Gériatrie, Psychogériatrie, Gérontologie) pour EXERCER, MAITRISER les compétences « CM »de l’Aide familial(e). Ces mêmes ressources seront REACTIVEES, REINVESTIES et donc à nouveau MOBILISEES (et complétées par de nouvelles ressources spécifiques au métier d’Aide-soignante !) lors de tâches complexes dans des contextes liés aux soins à domicile, en collectivités, en services de milieux hospitaliers pour EXERCER, MAITRISER les compétences de l’Aide-soignant(e). Une étroite coordination entre les titulaires de Soins d’hygiène et de confort au D3P AF et de Technologie des soins en 7P AS est donc TOUT A FAIT INDISPENSABLE ! POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I. BESOINS - SOINS I.A VISION INTEGREE DU CORPS HUMAIN Cf. D3P AF (Concepts santé, soins, Théories de V. Henderson et A. Maslow, autonomie, indépendance, 14 besoins fondamentaux, interactions entre les besoins, vision intégrée du corps humain (systèmes, organes), niveau cellulaire).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

 Activités de soins et surveillances dans le respect de la

satisfaction des besoins du patient.

85

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B BESOINS DE LA PERSONNE ADULTE – TROUBLES DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES ET APPAREILS DU CORPS HUMAIN I.B.1 Besoin de respirer – Troubles des systèmes respiratoire et cardiovasculaire Cf. D3P AF (Description du système respiratoire / Enumération, localisation, description et précision des rôles des différents organes / Explication du fonctionnement du système respiratoire / Identification des facteurs influençant la respiration / Description des principales altérations de la fonction respiratoire / Identification des conséquences de ces altérations et attitudes préventives / Illustration des interactions du besoin de respirer sur les autres besoins) + :  Répertoire des signes observables de dyspnée.  Description des caractéristiques de la toux, des zones tussigènes (larynx, trachée, pharynx, …) et explication du mécanisme de la toux.  Description des différents types d’expectoration.  Description de l’oxygénothérapie et de l’aérosolthérapie (soins de la compétence de l’infirmière).

86

Cf. D3P AF (Identification et transmission des caractéristiques, normes/valeurs de fréquence respiratoire, pulsations, pression artérielle, … / Application des techniques et utilisation de matériel : d’optimalisation de l’environnement en vue d’un confort respiratoire, d’installation du patient, d’administration d’aérosol, d’inhalation, de gouttes) + :  Application de techniques et utilisation de matériel de prélèvement non stérile d’expectorations.  Application de techniques de préparation, montage du matériel à oxygène, du matériel d’aspiration endotrachéale (les soins sont de la compétence infirmière).  Réalisation d’un schéma d’observations des troubles du système respiratoire – actions de l’AS dans différents contextes : écoulement ou encombrement nasal / dyspnée, respiration anormale, bruyante, sifflante, douloureuse, inefficace, coloration anormale de la peau et des muqueuses (cyanose, marbrures) / circonstances de survenue de la toux, de son caractère, de l’horaire, du type, de la tonalité, de la productivité, des signes d’accompagnements (hyperthermie, douleur, vomissements, céphalées), recueil d’expectorations / pouls irrégulier (arythmie, bradycardie, tachycardie) / peau froide, extrémités froides et marbrées / obstruction des voies respiratoires par un corps étranger (détresse respiratoire) / encombrement bronchique lié à l’alitement prolongé / toux productive, mucosités épaisses / patient intubé, ou trachéotomisé / mucosités rosées, …

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux troubles du système respiratoire.  Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances de la fonction respiratoire adaptés aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation au besoin de respirer des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B.1 Besoin de respirer – Troubles des systèmes respiratoire et cardiovasculaire (suite) Cf. D3P AF (Description du système circulatoire / Enumération, localisation, description et précision des rôles des différents organes / Explication du fonctionnement du système circulatoire ou fonction cardiaque / Identification des facteurs influençant la circulation sanguine / Description des principales altérations de la fonction circulatoire (hypertension, insuffisance cardiaque …) / Identification des conséquences de ces altérations et attitudes préventives / Identification des risques liés aux troubles de la coagulation) + :  Définition des signes observables de l’embolie pulmonaire, de l’infarctus du myocarde, de la phlébite, de l’artériopathie des membres inférieurs.  Distinguer l’hémorragie interne et externe.  Description des caractéristiques et énoncé des causes de formation d’œdème.  Identification de régimes alimentaires adaptés (cf. Nutrition).

 Application des techniques de mesures, utilisation de matériel approprié au degré d’autonomie du patient.  Application des techniques de soins et d’aide à la satisfaction du besoin de respirer, dans le respect de consignes et du degré d’autonomie et d’indépendance du patient.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients. Cf. D3P AF (Identification et transmission des caractéristiques, normes/valeurs de : fréquence respiratoire, pulsations, pression artérielle, … / Application des techniques et utilisation de matériel d’optimalisation de l’environnement en vue d’un confort circulatoire, d’installation du patient, de placement de bas de contention) +  Réalisation d’un schéma d’observations de troubles du système cardio-vasculaire – actions de l’AS dans différents signes d’apparition de dyspnée contextes : (accélération/ralentissement du rythme respiratoire, apnée), moments d’apparition (à l’expiration, à l’inspiration, à l’effort, en position couchée), autres signes (cyanose, agitation, …) / embolie pulmonaire (dyspnée, cyanose, toux, angoisse, …) / infarctus du myocarde (sueurs, pâleurs, chute de tension, nausées, sensation de peur et d’angoisse, fièvre, …) / phlébite (cyanose, hypersensibilité, mollet chaud, …) / artériopathie des membres inférieurs (douleur à la marche puis au repos, …) / hémorragies (signes cardio-vasculaires, respiratoires, aspect général, troubles de la conscience) / prise d’anticoagulants (recherche d’hématomes, prévention de plaies / coupures, …).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux troubles du système respiratoire.  Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances de la fonction respiratoire adaptés aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation au besoin de respirer des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

87

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B.1 Besoin de respirer – Troubles des systèmes respiratoire et cardiovasculaire (suite)  Cf. page précédente.

 Application des techniques de mesures, utilisation de matériel approprié au degré d’autonomie du patient.  Application des techniques de soins et d’aide au maintien de la fonction circulatoire, dans le respect de consignes et du degré d’autonomie et d’indépendance du patient.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients. I.B.2 Besoin de boire et manger – Troubles du système digestif

 Cf. page précédente

Cf. D3P AF (Description du système digestif / Enumération, localisation, description et précision des rôles des différents organes / Explication du fonctionnement du système digestif / Illustration de l’impact de la culture sur l’hygiène, rythmes et rites propres à l’âge sur l’alimentation / Identification des facteurs influençant l’appétit / Identification des facteurs influençant la digestion / Description des principales altérations du système digestif / Identification des conséquences de ces altérations et mesures préventives / Définition de l’obésité ; énoncé des facteurs favorisants, des différents types et complications de l’obésité / Illustration des interactions du besoin de boire et manger sur les autres besoins / Description du rôle de l’eau dans l’organisme et des besoins en eau de l’organisme /Description des signes de déshydratation, répertoire des risques de déshydratation, identification des mesures et attitudes préventives) + :

cf. D3P AF (Identification et transmission des normes et valeurs de poids, taille, bilan hydrique, équilibre alimentaire, diurèse / Application des techniques et utilisation de matériel d’aide à la prise des repas, à la pesée, à la prise de mensuration) + :

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux troubles du système digestif.

 Description des signes caractéristiques et causes de différents troubles de l’appareil digestif : - troubles de l’appétit, de la digestion : inappétence, dyspepsie, vomissements, diarrhées, constipation ; - troubles de la déglutition : fausse route …  Enoncé des différents types de stomies digestives. 

88

 Application de techniques et utilisation de matériel pour réaliser un bilan hydrique.  Réalisation d’un schéma d’observations des troubles du système digestif – actions de l’AS dans différents contextes : mauvaise dentition ou prothèse inadaptée et mastication incorrecte / mauvais état ou lésions de la muqueuse buccale / troubles de la déglutition avec risques de fausse route, sonde gastrique / nausées, vomissements, régurgitations, digestion difficile, douleurs gastriques, ballonnements, … / déséquilibre alimentaire lié à l’âge et modification du gout, alimentation insuffisante ou trop abondante, inappétence, prescription d’un régime alimentaire / précautions alimentaires liées à un traitement anticoagulant, liées à un appareil plâtré, liées à l’âge, … / glycémie anormale (diabète insulinodépendant et non insulinodépendant) / hydratation insuffisante (sècheresse buccale, oligurie, hyperthermie, désorientation, …) / restriction hydrique sur prescription / …

 Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances de l’équilibre alimentaire et de l’hydratation, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients, aux différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation au maintien de l’équilibre alimentaire des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B.2 Besoin de boire et manger – Troubles du système digestif (suite)  Cf. page précédente.

 Application des techniques de mesures, utilisation de matériel approprié au degré d’autonomie du patient.  Application des techniques de soins et d’aide à la prise des repas, utilisation de matériel approprié au degré d’autonomie du patient.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients. I.B.3 Besoin d’éliminer – Troubles du système excréteur

 Cf. page précédente.

Cf. D3P AF (Description du système excréteur / Enumération, localisation, description et précision des rôles des différents organes / Explication du fonctionnement du système excréteur, des fonctions d’excrétion et de régulation / Description du rôle d’élimination de la peau et de l’appareil digestif (lien avec les besoins I.B.8 et I.B.2) / Description des principales altérations et perturbations de la fonction d’élimination / Identification des conséquences de ces altérations et perturbations, mesures et attitudes préventives / Illustration des interactions du besoin d’éliminer sur les autres besoins) + :

Cf. D3P AF (Identification des caractéristiques des selles, urines, diurèse / Application des techniques et utilisation de matériel de pose et d’entretien du bassin, de pose de l’urinal, de change d’une protection et d’étui pénien, de change de collecteurs fécaux (stomie cicatrisée ne nécessitant pas de soins de plaies)) + :

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux troubles du système excréteur.

 Description des signes caractéristiques et causes de différents troubles du système excréteur (anomalies de la diurèse, troubles mictionnels, …).

 Application des techniques et utilisation de matériel de pose et change de collecteur externe d’urines non stérile, de diurèse, d’analyse d’urine (bandelettes réactives).  Application des techniques et utilisation de matériel d’administration de suppositoire, micro-lavement chimique, sirop, laxatif, … pour favoriser l’élimination fécale, de matériel de prélèvement non stérile de matières fécales.  Réalisation d’un schéma d’observations des troubles du système excréteur – actions de l’AS dans différents contextes : aspect anormal des urines (couleur, odeur, …) / diurèse perturbée (oligurie, polyurie), anuries, douleurs abdominales / rétention urinaire / incontinence urinaire, sonde urinaire, étui pénien / douleurs mictionnelles, troubles mictionnels (pollakiurie, dysurie) / coloration, odeur, aspect anormal des selles / incontinence fécale, constipation, diarrhée / stomie digestive / œdème des membres / …

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

 Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances de la fonction d’élimination adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à l’élimination des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

89

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B.3 Besoin d’éliminer – Troubles du système excréteur (suite)  Cf. page précédente.

 Application des techniques de mesures, utilisation de matériel  Cf. page précédente. approprié au degré d’autonomie du patient.  Application des techniques de soins et d’aide à la satisfaction du besoin d’éliminer, dans le respect de consignes et du degré d’autonomie et d’indépendance du patient.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients. I.B.4 Besoin de se mouvoir et de maintenir une bonne posture – Troubles du système locomoteur

Cf. D3P AF (Description du système locomoteur : les os, les muscles / Enumération, localisation, description et précision des rôles des différents organes / Description des fonctions du système locomoteur mouvement, maintien … / Identification des facteurs influençant la capacité de se mouvoir (mobilité) et de maintenir une bonne posture / Description des principales altérations des systèmes ostéo-articulaire et musculaire / Identification des conséquences de ces altérations et mesures préventives / Illustration des interactions du besoin de se mouvoir et de maintenir une bonne posture sur les autres besoins) + :  Définition des atteintes les plus fréquentes des os et articulations (fracture, entorse, luxation, …) et des principaux traitements (plâtre, traction-extension, prothèse, …).

90

Cf. D3P AF (Application des techniques et utilisation de matériel d’installation au lit du bénéficiaire, du résident : décubitus dorsal, décubitus, latéral, décubitus ventral, position demi-assise et assise, position déclive / Application des techniques et utilisation de matériel d’installation au fauteuil, d’aide au lever et à la marche, de prévention des escarres dans le respect des consignes : mobilisation, changements de position, soulagement des points d’appui) + :  Application de techniques d’installation de patient au lit, au fauteuil adaptées à sa pathologie et à son handicap.  Application de techniques d’installation et de mobilisation du patient en prévention des compressions, des attitudes vicieuses et des chutes.  Réalisation d’un schéma d’observations du besoin de se mouvoir et de maintenir une bonne posture – actions de l’AS dans différents contextes : alitement prolongé (pathologies neurologiques, coma, états grabataires, …), repos strict au lit, … / aide au premier lever / plâtre, traction-suspension, prothèses (prothèse totale de hanche ou PTH, …), amputation, … / déplacement avec suppléance (béquilles, canne, déambulateur), fauteuil roulant.

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux troubles du système locomoteur.  Observations complètes et pertinentes : morphologie, amplitude des mouvements, marche, équilibre, contrôle du mouvement, position du corps et des membres.  Soins et surveillances liés au besoin de se mouvoir et de maintenir une bonne posture, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à l’installation, la mobilisation, la prévention d’accidents, … des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B.4 Besoin de se mouvoir et de maintenir une bonne posture – Troubles du système locomoteur (suite)  Cf. page précédente.

 Application des techniques de soins et d’aide à la satisfaction du besoin de se mouvoir et de maintenir une bonne posture (installation au lit et au fauteuil, d’aide au lever et à la marche, …) en présence d’altérations, dans le respect des consignes et du degré d’autonomie et d’indépendance du patient.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients. I.B.5 Besoin de dormir – Troubles du sommeil

 Cf. page précédente.

Cf. D3P AF (Description du système nerveux / Enumération, localisation, description et précision des rôles des différents organes / Explication du fonctionnement du système nerveux / Différenciation du système nerveux régulant la vie de relation de celui de la vie végétative et visualisation des effets antagonistes / Identification des facteurs influençant le fonctionnement harmonieux du système nerveux / Description des principales altérations et perturbations du système nerveux / Identification des conséquences de ces altérations et attitudes préventives / Explication du trajet de l’influx nerveux de type sensitif).

Cf. D3P AF (Application des techniques et utilisation de matériel d’aménagement et d’optimalisation de l’environnement en vue de favoriser le repos, la sieste, le sommeil / Application et utilisation de matériel d’aide à l’installation du patient) + :

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux troubles du sommeil.

Cf. D3P AF (Explication du processus du sommeil et de son rôle / Identification des facteurs influençant le sommeil et propositions de remédiations / Description des principales altérations du sommeil / Identification des conséquences de ces altérations et attitudes préventives / Illustration de l’usage efficace des somnifères et risques liés à une consommation inadéquate / Illustration des interactions du besoin de dormir sur les autres besoins).

 Réalisation d’un schéma d’observations du besoin de dormir – actions de l’AS dans différents contextes : - troubles « veille – sommeil » (endormissement difficile, sommeil de mauvaise qualité, insuffisant, perturbé par des cauchemars, avec des réveils fréquents et des périodes d’insomnies), - douleur, souffrance physique, - endormissement avec des somnifères, - fatigue, sommeil nocturne insuffisant.  Application des techniques de soins et d’aide au sommeil, au repos, à la sieste, en présence de troubles et altérations, dans le respect de consignes et du degré d’autonomie et d’indépendance du patient.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

 Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances du sommeil, du repos, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à l’élimination des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

91

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B.6 Besoin de se vêtir – Troubles du système locomoteur Cf. D3P AF (Système locomoteur / Illustration de l’impact de la culture sur l’hygiène, rythmes et rites propres à l’âge sur l’hygiène corporelle et vestimentaire / Identification de tenues vestimentaires adaptées à l’âge, à la saison, à la température, au type d’activité … et de l’impact social de ces choix /Illustration des interactions du besoin de se vêtir sur les autres besoins) + : Cf. Système locomoteur I.B.4

92

Cf. D3P AF (Application des techniques et utilisation de matériel d’hygiène vestimentaire de l’adulte : couché, assis, debout) + :

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux troubles du système locomoteur.

 Adaptation des techniques et utilisation de matériel d’hygiène vestimentaire du patient : - à la présence de dispositifs de soins (perfusion, sonde vésicale, …), - au matériel spécifique à l’hôpital.  Application de techniques d’installation de patient au lit, au fauteuil adaptées à sa pathologie et à son handicap.  Réalisation d’un schéma d’observations du besoin de se vêtir – actions de l’AS dans différents contextes : - incapacité à choisir ses vêtements, handicap, incapacité physique, désorientation psychique et désintérêt de soi, - vêtements sales, en mauvais état, tenue inadaptée à la température / l’activité / la pathologie.  Application des techniques et utilisation de matériel d’hygiène vestimentaire, adaptées aux altérations, aux consignes et au degré d’autonomie et d’indépendance du patient.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients.

 Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances liés au besoin de se vêtir, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à l’hygiène vestimentaire des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B.7 Besoin de maintenir la température du corps dans les limites de la normale Cf. D3PAF (Définition de thermorégulation, thermogenèse et thermolyse / Identification des principaux facteurs entraînant les variations physiologiques de la température corporelle / Description des signes d’hypothermie et d’hyperthermie Identification des conséquences de modifications de températures et mesures préventives / Illustration des interactions du besoin de maintenir la température corporelle sur les autres besoins).

Cf. D3PAF (Identification de la norme de T°/ Utilisation de feuille de T° et inscription des valeurs / Application des techniques et utilisation de matériel de prise de T° et d’aide au maintien de la T° corporelle tels que bouillotte, sac à glace, …) +  Application des techniques de prise de température corporelle au matériel spécifique à l’hôpital.  Réalisation d’un schéma observations du besoin de maintenir sa température corporelle dans les limites de la normale – actions de l’AS dans différents contextes : - malaise général, fatigue, sensation de chaleur ou de froid, frissons, suées, tachycardie, céphalées, … - hypothermie, hyperthermie, - rougeur de la peau et chaleur anormale, peau marbrée ou très pâle et froide, - transpiration anormale, - incapacité à adapter sa tenue vestimentaire à la température environnante ou aux activités.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux troubles du système locomoteur.  Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances liés au besoin de maintenir la T° du corps dans les limites de la normale, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à l’hygiène vestimentaire des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

93

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B.8 Besoin d’être propre – Altérations de la peau, troubles de l’hygiène Cf. D3P AF (Description des organes des sens : la peau, les téguments (structure et différentes fonctions de la peau) / Description des caractéristiques et conditions de maintien d’une peau saine / Illustration de l’impact de la culture sur l’hygiène, des rythmes et rites propres à l’âge sur l’hygiène corporelle / Description des altérations courantes de la peau / Identification des conséquences des altérations de la peau et mesures préventives / Identification des facteurs de risques (externes et internes) de modification de la peau / Illustration des interactions du besoin d’être propre sur les autres besoins).

94

Cf. D3P AF (Application des techniques et utilisation de matériel d’hygiène corporelle de l’adulte, de la personne souillée, de l’environnement du patient) + :  Application des techniques et utilisation de matériel d’hygiène de l’environnement du patient en isolement.  Application des techniques d’hygiène corporelle du patient à la présence de dispositifs de soins (perfusion, sonde vésicale, … plâtre, traction-suspension, …), au matériel spécifique à l’hôpital (lit électrique, baignoire ergonomique, brancarddouche, …).  Application des techniques d’hygiène de l’environnement du patient au matériel spécifique (matelas anti-escarres, …).  Réalisation d’un schéma d’observations de l’état cutané, muqueuses et phanères – actions de l’AS dans différents contextes : - aspect anormal de la peau (plaie, bouton, lésion de grattage, squames, rougeurs, escarres, …) ; - échelle d’évaluation d’escarres ; - réaction inflammatoire ; - alitement prolongé ; - présence de plâtre ou d’appareillage de traction-suspension ; - œdème mou des membres ; - mauvaise hygiène corporelle, déficit physique, psychique ou intellectuel ; - incontinence urinaire et/ou fécale avec risque d’escarres ; - …  Application des techniques de soins et utilisation de matériel d’hygiène corporelle, adaptées aux altérations et troubles, dans le respect des consignes et du degré d’autonomie et d’indépendance du patient.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients.

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux troubles d’hygiène.  Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances liés au besoin d’être propre, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à l’hygiène des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B.9 Besoin d’éviter les dangers – Troubles des différents systèmes Cf. ensemble des systèmes I.B.1 à I.B.8 et I.B.10. Cf. D3P AF (Identification des causes principales d’accidents / Identification des facteurs favorisant les risques d’accidents liés à la personne (comportement, déficience, …), à l’environnement / Identification des conséquences de ces accidents et attitudes préventives / Identification des dangers microbiens et des mesures prophylactiques / Identification des conséquences de ces dangers et attitudes préventives / Identification du mécanisme du diabète : description de la fonction du pancréas, du rôle de l’insuline, des formes de diabète, des types de complications / Sensibilisation au dépistage précoce du diabète et identification des attitudes préventives / Identification du mécanisme du cancer, sensibilisation au dépistage précoce, attitudes préventives / Identification des comportements à risques (automédication, toxicomanie, …) / … / Identification des conséquences de ces comportements et attitudes préventives / Illustration des interactions du besoin d’éviter les dangers sur les autres besoins).

Cf. D3P AF (Application de techniques d’observation et de détection des sources et risques d’accidents possibles (environnement, matériel spécifique, personnes, … / Application de mesures de prévention sur base des observations) + :  Exploitation des mesures de prévention dans le contexte hospitalier : mesures de prophylaxie : lavage des mains, asepsie, antisepsie, entretien, stérilisation, gestion des déchets, techniques d’isolement, …) cf. II.C / techniques de manutention et d’ergonomie cf.II.B / aménagement de l’environnement / aides techniques de transfert / vérification des dates de péremption, la prise de médicaments cf. I.F / signes de maltraitance physique et/ou morale / …  Réalisation d’un schéma d’observations du besoin d’éviter les dangers – actions de l’AS dans différents contextes : hygiène de vie incorrecte (alcoolisme, drogue, tabagisme, …), incapacité physique et/ou intellectuelle à se protéger (enfants comateux, handicapés, …) / retard ou absence de vaccinations / pathologie en cours de traitement (prise de médicaments) / traitement anticoagulant, diabète, pathologies cardiovasculaires / décubitus prolongé / perfusion / sonde urinaire / sonde de gastrostomie / sonde nasale / désorientation temporospatiale / deuil, dépression, syndrome de glissement / veines superficielles saillantes et noueuses, mollets de volume inégal (rouges, chauds, indurés, douloureux) / …  Application des modes de prévention, aux altérations et troubles, dans le respect des consignes et du degré d’autonomie et d’indépendance du patient.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux dangers et risques d’accidents.  Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances liés au besoin d’éviter les dangers, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à l’hygiène des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

95

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B.10 Besoin de communiquer – Troubles du système nerveux, des organes des sens, des systèmes endocrinien et reproducteur Cf. Système nerveux I.B.5 Cf. D3P AF (Enumération, localisation, description et précision du fonctionnement et des rôles des différents organes des sens : l’œil, l’oreille, … / Description des éléments participant à la phonation / Identification des facteurs influençant la capacité à communiquer par la vue, l’ouïe, l’odorat, le gout, la phonation / Description des principales altérations des fonctions sensitives et de la phonation / Identification des conséquences de ces altérations et attitudes préventives / Identification de l’impact des troubles des organes des sens sur la vie quotidienne / Illustration des interactions du besoin de communiquer sur les autres besoins.) + :  Description et distinction des différents troubles de la motricité (types de paralysies), du tonus musculaire (hyper/hypotonie), de la coordination des mouvements (ataxie, tremblements, …), praxie et apraxie.  Description et distinction des différents troubles de la sensibilité (douleur, névralgie).  Description et distinction des différents troubles des fonctions végétatives (thermorégulation, sudation, …).  Description et distinction des différents troubles de la conscience (coma, confusion, insomnie, …).  Description et distinction des différents troubles du langage (aphasie).  Définition et énoncé des principaux symptômes de l’AVC, de la maladie de Parkinson, de la sclérose en plaques, de la maladie d’Alzheimer, …

11

96

Cf. D3P AF (Application de techniques de communication répondant aux besoins de la personne présentant un déficit visuel, auditif, mental, …) 11 + :

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux troubles du système nerveux et des organes des sens.

 Application de techniques d’observation et d’évaluation de la douleur (nature, localisation, intensité, fréquence de la douleur).  Réalisation d’un schéma d’observations des troubles de la communication – actions de l’AS dans différents contextes : perte d’un ou plusieurs sens, barrière de la langue, incapacité physique ou intellectuelle à communiquer, handicap, repli sur soi, refus de communiquer, isolement social et familial, …11  Réalisation d’un schéma observations des troubles du système nerveux – actions de l’AS dans différents contextes : - coma (satisfaire plus particulièrement le besoin de respirer, boire et manger, éliminer, être propre, …) ; - paraplégie (installation, hygiène, … prévention de complications) ; - Parkinson (surveillance de fonction urinaire et intestinale, aide à la mobilisation, à l’alimentation et prévention de la dépression) ; - Sclérose en plaques (surveillance de troubles urinaires, du transit, du sommeil) ; - …  Application des techniques de communication, adaptées aux altérations et troubles, dans le respect de consignes et du degré d’autonomie et d’indépendance du patient. 11  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients.

 Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances liés au besoin de communiquer, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation au besoin de communiquer aux patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

Cf. Psychologie appliquée.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B.10 Besoin de communiquer – Troubles du système nerveux, des organes des sens, des systèmes endocrinien et reproducteur (suite) Cf. D3P AF (Description du système endocrinien : notion d’hormone et généralisation / Description du système reproducteur (appareils reproducteurs, mécanismes de gamétogenèse, modifications physiologiques et morphologiques durant la puberté, périodes de fécondité chez l’homme et chez la femme, modes de contraception, signes de la préménopause, caractéristiques, symptômes, traitements de la ménopause) + :  Description des principales altérations des organes sexuels : infections (vaginite, salpingite, …), … hypertrophie de la prostate, …  Identification des conséquences de ces altérations et attitudes/comportements préventifs.  Description des infections sexuellement transmissibles et méthodes de prévention.  Illustration des interactions du besoin de communiquer sur les autres besoins.

 Réalisation d’un schéma d’observations de troubles du système reproducteur – actions de l’AS dans différents contextes : - cycles menstruels irréguliers, douleurs utérines, pertes sanguines abondantes, - lochies d’aspect d’abondance et d’odeur anormales, - …  Application des techniques d’aide et de soins, adaptées aux troubles et altérations, dans le respect de consignes et du degré d’autonomie et d’indépendance du patient 12.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients.

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux troubles du système reproducteur  Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances liés au besoin de communiquer, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation au besoin de communiquer aux patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

I.B.11 Besoin d’agir selon ses valeurs et ses croyances (Cf. Psychologie appliquée, Stages, Religion)

12

 Réalisation d’un schéma d’observations du besoin d’agir selon ses valeurs et ses croyances – actions de l’AS dans différents contextes : altération de la santé ne permettant plus au patient d’exprimer librement ses choix et de vivre selon ses convictions personnelles.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients, de leurs valeurs et de leurs croyances.

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face au besoin d’agir selon ses valeurs et ses croyances.

Cf. Psychologie appliquée.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

97

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.B.12 Besoin de se réaliser (Cf. Psychologie appliquée, Stages)

Cf. D3P AF (Exploitation des activités de la vie quotidienne pour satisfaire le besoin de se réaliser) + :

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face au besoin de se réaliser.

 Réalisation d’un schéma d’observations du besoin de se réaliser – actions de l’AS dans différents contextes : altérations des capacités physiques et/ou intellectuelles entravant l’accomplissement de différentes activités.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients. I.B.13 Besoin de se récréer (Cf. Psychologie appliquée, Stages)

Cf. D3P AF (Exploitation des activités de la vie quotidienne pour satisfaire le besoin de se récréer) + :

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face au besoin de se récréer.

 Réalisation d’un schéma d’observations du besoin de se récréer – actions de l’AS dans différents contextes : altérations entravant des capacités physiques, intellectuelles l’accomplissement des activités de loisirs.  Adoption d’attitudes favorisant le besoin de se récréer, l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients. I.B.14 Besoin d’apprendre (Cf. Psychologie appliquée, Stages)

Cf. D3P AF (Exploitation des activités de la vie quotidienne pour satisfaire le besoin d’apprendre) + :

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face au besoin d’apprendre.

 Réalisation d’un schéma d’observations du besoin d’apprendre – actions de l’AS dans différents contextes : pathologies nécessitant une modification d’hygiène de vie, modifications de l’image corporelle.  Adoption d’attitudes favorisant le besoin d’apprendre, l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients.

98

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.C Spécificités des besoins de l’enfant – Troubles de fonctionnement des différents systèmes et appareils Cf. D3P AF (Identification et description des spécificités des besoins de l’enfant (en coordination avec axe relationnel) / Identification de l’évolution des caractéristiques des différents systèmes chez l’enfant) + :  Identification et description de troubles ou perturbations de besoins fondamentaux du patient (enfant) : - perturbation de rythme respiratoire (dyspnée, cyanose), toux, rhinite, inflammation ORL, … - inflammation de muqueuse buccale, trouble de déglutition, nausées et vomissements, régurgitation, perte d’appétit, insuffisance d’apport hydrique, … - perturbation de la diurèse, irritation à la miction, incontinence diurne ou nocturne, … perturbations intestinales (diarrhée, constipation), … - trouble de la mobilité (hypotonie, paralysies), douleurs (osseuses, musculaires), plâtrage d’un membre, … - perturbations du rythme du sommeil, mauvaise qualité de sommeil, … - troubles de la thermorégulation : hyperthermie (chaleur, rougeurs, transpiration, déshydratation), hypothermie (froideur des extrémités, pâleur de la peau, frissons), - absence ou déficience d’hygiène, anomalies des muqueuses (boutons, érythème fessier, suintements, plaies), - handicap et/ou pathologie psychiatrique (cf. Psychologie appliquée), - perturbations de la communication dues à des troubles des sens, un handicap, une différence culturelle, un désintérêt, une désorientation, un repli sur soi, …), - pathologies diverses, - …

13

Cf. D3P AF (Pour chaque besoin, application des techniques et utilisation de matériel liés à l’aide et aux soins) + :  Application des techniques et utilisation du matériel de prélèvement de selles, recueil non stérile d’urines.  Détermination des normes, valeurs, … révélant des besoins fondamentaux perturbés (comparaisons aux valeurs, normes, courbes, … de référence) : - croissance somatique (poids, taille), - développement psychomoteur (observation des compétences du patient nécessaires à la réalisation des soins sur les plans sensoriel, moteur, cognitif, affectif, social), - fréquence respiratoire, pouls, - bilan hydrique, courbe de diurèse, caractéristiques des urines et selles, prélèvement de selles, recueil des urines, - température, - état cutané, - …  Application des techniques d’aide et de soins au patient (enfant), adaptées aux troubles et altérations des différents besoins fondamentaux, dans le respect de consignes et du degré d’autonomie et d’indépendance du patient 13.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des patients.

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux troubles des systèmes du patient (enfant).  Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances liés à la satisfaction des besoins de l’enfant, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à la prise en charge de patients (enfants) à domicile, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

Cf. Psychologie appliquée.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

99

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.D Spécificités des besoins de la personne âgée – Troubles de fonctionnement des différents systèmes et appareils Cf. D3P AF (Description des mécanismes et caractères généraux du vieillissement / Identification et description des conséquences organiques du vieillissement des différents systèmes / Identification et description des conséquences psychiques du vieillissement / Identification et description des conséquences du vieillissement voire des contraintes / Description des modes de prévention des manifestations liées au vieillissement / Description de l’aide au maintien et au rétablissement de l’autonomie) en coordination avec l’axe relationnel + :  Identification et description de troubles de fonctionnement des différents systèmes et appareils rencontrés dans les différents milieux de stage.  Description des prises en charge spécifiques aux différentes pathologies et aux différents milieux professionnels (centres de soins à domicile, collectivités, services de milieux hospitaliers : gériatrie, gérontologie, revalidation, médecine … service de liaison interne, service de liaison externe hôpital/domicile, hôpital de jour, …).

14

Cf. D3P AF (Pour chaque besoin : Identification des signes verbaux et non verbaux dans le comportement de la personne âgée face à son besoin / description du principe de fonctionnement des aides techniques adaptées / évaluation de l’autonomie et de l’indépendance / proposition d’aides globales adaptées / conception et application d’animations (individuelle et collective) en lien avec le besoin) – (Application et adaptation des techniques d’aide) + :  Application des techniques d’aide et de soins au patient (personne âgée) : - prévention des manifestations liées au vieillissement, - évaluation de la perte d’autonomie (grilles d’évaluation telles que le « Géronte », « RAL », « AGGIR », « KATZ »), - techniques de restauration, maintien, développement de l’autonomie lors des soins : aide à l’hygiène, à l’habillement, à la motricité, au déplacement, à la prévention d’escarres, à l’élimination et à la prévention de l’incontinence, à la nutrition et à l’hydratation, à la stimulation intellectuelle et au maintien des relations, - adaptées aux troubles et altérations, dans le respect de consignes et du degré d’autonomie et d’indépendance du patient 14.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des personnes.

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux troubles du patient (personne âgée), face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances liés à la satisfaction des besoins du patient, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de la prise en charge de patients (personnes âgées) à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

Cf. Psychologie appliquée.

100

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.E Spécificités des différents contextes professionnels Chirurgie  Description du service (chirurgie générale, digestive, orthopédique) et description : - des types de patients, - des types de pathologies, - des types de traitements et examens.  Description de la préparation du patient par l’infirmière en préopératoire, de la surveillance et de la prise en charge du patient en post-opératoire (rôles de l’infirmière et de l’AS) : - rasage du champ opératoire, toilette au désinfectant ; - préparation de la chambre (local et lit) ; - préparation du matériel de soins infirmiers, et des soins post-opératoires par l’infirmière ; - surveillance du patient porteur de drains ; - surveillance du patient (douleur, agitation, escarre, vomissements, état de choc, rétention urinaire, fièvre, encombrement pulmonaire, constipation) ; - soins (changements de draps et alèses, recherche d‘une position antalgique, friction de confort, …) ; - bandages et pansements.

 En chirurgie générale : application des techniques d’observations, de transmission et d’aide de l’infirmière qui assure la préparation du patient et les soins post-op dans le respect des limites de la profession d’AS.  En chirurgie digestive : application des techniques d’observations, de transmission et d’aide de l’infirmière dans le respect des limites de la profession d’AS : - à la surveillance du pansement, du matériel de soins, de l’alimentation du patient durant les premiers jours suivant l’intervention ; - à l’apparition d’hémorragie ; - à l’entretien des stomies digestives cicatrisées ; - à la surveillance de l’élimination et de l’alimentation ; - à l’aide au patient à redevenir autonome (relation/éducation du patient).  En chirurgie orthopédique : application des techniques d’observations, de transmission et d’aide de l’infirmière dans le respect des limites de la profession d’AS : - à la surveillance de patient porteur de plâtre, de patient en traction-extension, - à la surveillance de traumatises crâniens et rachidiens (précautions particulières à la position au lit, signes à observer : troubles de conscience, vomissements, céphalées, incontinence, …).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux pathologies, troubles, situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances liés à la satisfaction des besoins des patients, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de la prise en charge de patients en chirurgie.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux services de chirurgie, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

101

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.E Spécificités des différents contextes professionnels (suite) Médecine  Description du service et description : - des types de patients, - des types de pathologies ou troubles : de l’appareil respiratoire, de l’appareil cardio-vasculaire, du système nerveux et des organes des sens, de l’appareil digestif, troubles du métabolisme, … - des types de traitements et examens.

102

 Application des techniques d’observations, de transmission et d’aide de l’infirmière exploitées dans les chapitres I.B.1, 2, … dans le respect des limites de la profession d’AS au sein d’un service de médecine. A titre d’exemples : rôle spécifique de l’AS auprès de patients :  dans le coma (satisfaire plus particulièrement les besoins de respirer, éliminer, être propre, éviter les dangers, communiquer, … participer à la stimulation au réveil),  paraplégiques, hémiplégiques (installation, hygiène, … prévention de complications),  atteints de la maladie de Parkinson (surveillance de la fonction urinaire et intestinale, aide à la mobilisation, à l’alimentation et prévention de la dépression),  atteints de la Sclérose en Plaques (surveillances des troubles urinaires, troubles du transit, troubles du sommeil),  malvoyants, malentendants, aphones,  atteints de vomissements (comportements et attitudes pendant et après),  atteints de diarrhées (soins d’hygiène et de confort, description des selles),  atteints de constipation (éducation à la santé : hygiène de vie et hygiène alimentaire),  présentant des œdèmes (installation, hygiène corporelle, surveillance de la diurèse/du régime alimentaire/du poids du patient),  atteint de diabète (conseils et prévention au niveau du traitement diététique et de l’hygiène corporelle),  présentant une obésité (conseils et prévention au niveau du traitement diététique et de l’hygiène de vie),  …

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillance face aux pathologies, aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances liés à la satisfaction des besoins des patients, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de la prise en charge de patients en médecine.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux services de médecine, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.E Spécificités des différents contextes professionnels (suite) Obstétrique  Description de la vie intra-utérine : conception, fécondation, nidation, stades de développement du fœtus et des annexes fœtales.  Description des étapes de la grossesse : diagnostic et tests, modifications physiologiques de l’organisme.  Description des différentes phases de l’accouchement.  Description du post-partum : phénomènes internes et externes.  Description des caractéristiques physiques et physiologiques du nouveau-né : postures, mensurations, peau, les fontanelles, les différentes fonctions (respiratoire, circulatoire, digestive, nerveuse) - Spécificités des différents besoins du nouveau-né.  Description du service et des différents types de prises en charges, examens, …des types de traitements et examens. Gynécologie  Description du service et description : - des types de patients, - des types de pathologies ou troubles : infections (vulve, vagin, col, …), fibromes ou tumeurs bénignes, kystes, cancers, troubles du cycle et des règles, pathologies du sein (abcès, cancer), stérilité, … - des types de traitements et examens (frottis, biopsie, échographie, …).

 Initiation aux techniques d’observations, de transmission et d’aide de l’infirmière dans le respect des limites de la profession d’AS au sein d’un service d’obstétrique ou dans le cadre des soins à domicile (mère, enfant) : - participation aux soins d’hygiène et de confort à l’enfant, - aide à l’infirmier(e) dans les soins à la mère, dans la relation mère/enfant (allaitement), - participation à l’information, aux conseils (hygiène, confort, sécurité, …).

 Initiation aux techniques d’observations, de transmission et d’aide de l’infirmière dans le respect des limites de la profession d’AS au sein d’un service de gynécologie : - auprès d’une opérée du sein : surveillance du pansement, des hémorragies, - aide à l’infirmier(e) aux soins élémentaires de la patiente hospitalisée (toilette des organes génitaux, soins de plaies du périnée, …)  préparation et asepsie du matériel.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Etude de cas : adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances liés à la satisfaction des besoins des patients, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de participation à la prise en charge de patientes en obstétrique et gynécologique.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux services d’obstétrique, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

103

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.E Spécificités des différents contextes professionnels (suite) Psychiatrie Cf. Psychologie appliquée

Soins palliatifs – Accompagnement en fin de vie Cf. D3PAF et Psychologie appliquée 7PAS (Concept de soins palliatifs, Besoins psychosociaux et évolution psychologique du patient en fin de vie, Interactions des besoins psychosociaux et physiologiques, La douleur, … Accompagnement du patient, de l’entourage, de la famille, …) +  Description des soins d’hygiène et de confort adaptés au patient en fin de vie (soins adaptés aux troubles respiratoires, aux troubles digestifs, à l’incontinence, prévention d’inconfort, …).

15

 Application des techniques d’observations, de transmission et d’aide de l’infirmière exploitées au D3PAF et dans les chapitres I.B.1, 2, … dans le respect des limites de la profession d’AS au sein d’un service de psychiatrie 15.

Adaptation du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux pathologies, troubles, situations et matériels de soins rencontrés (Observation, Soins et surveillances, attitudes, explications, conseils, transmissions, auto-évaluation)15.

 Application des techniques d’observations, de transmission et d’aide de l’infirmière dans le respect des limites de la profession d’AS au sein d’un service soins palliatifs ou dans le cadre de l’accompagnement de personnes en fin de vie à domicile, en collectivités, en milieux hospitaliers : - adoption d’attitudes et comportements personnels et professionnels appropriés15, - adoption de techniques de communication verbale et non verbale adaptées (écoute, empathie, …)15, - participation aux soins d’hygiène et de confort du patient en fin de vie (installation, sécurisation, communication, adaptation de l’environnement, …)15, - surveillance des troubles digestifs (perte d’appétit, vomissements, déshydratation, constipation, diarrhée), - surveillance des troubles respiratoires (dyspnée), - surveillance de l’incontinence (change, toilette, …), - prévention de sources d’inconfort (soins de bouche, soins d’escarres), - accompagnement relationnel du patient, de l’entourage, de la famille en soins palliatifs, lors d’un décès15.

Adaptation15 du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Soins et surveillances liés à la satisfaction des besoins des patients, adaptés aux consignes, aux besoins et attentes des patients dans différents contextes.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de participation à la prise en charge de patients en soins palliatifs.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux services / lits de soins palliatifs, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

A développer en étroite collaboration avec le cours de Psychologie appliquée.

104

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

I.F ELEMENTS DE PHARMACOLOGIE Cf. D3P AF (Définition de médicament, distinction des différents types et composants, identification des principales formes galéniques, distinction des différentes voies d’administration) + :

Cf. D3P AF (Lecture, décodage des notices et consignes : doses prescrites, voies d’administration, date de péremption, informations utiles, …) + :

 Description des différentes étapes du parcours du médicament dans l’organisme : - introduction (libération du principe actif), - résorption (absorption par l’organisme / intestins), - distribution (circulation sanguine), - fixation (cellules des tissus  effets thérapeutiques), - détoxication par le foie, - élimination (urines, selles, sueur, expiration).  Illustration des liens entre principe actif, voie d’administration, dosage, âge (posologie).  Illustration des effets toxiques et effets secondaires (allergies, …) du médicament 16 (quelques exemples en fonction de la voie d’administration et de la forme galénique).

 Adoption d’attitudes d’encouragement et de motivation à la prise de médicaments prescrits.  Aide à la prise de médicaments en fonction du système de distribution établi par l’infirmier(e) dans le respect des consignes reçues et du degré d’autonomie et d’indépendance du patient.  Prise en compte des effets possibles d’un traitement dans les observations et dans la transmission d’informations (ex. : prise de Fe, …).

Adaptation16 du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Activités d’aide à la prise de médicaments adaptées et réalisées dans le respect des limites de la profession d’AS.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à la santé, de la prévention des dangers, des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

I.G Notions de premiers secours Cf. D3P AF (Prévention, protection de suraccident, action, alerte, transmission lors d’accidents).

16

Cf. D3P AF (Initiation aux premiers gestes lors d’accidents dans des situations simulées).

 Description des procédures et premiers gestes adaptés aux situations d’accidents susceptibles d’être rencontrées dans le cadre des soins aux patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.

Cf. Psychologie appliquée pour traitement de troubles de comportement et santé mentale.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

105

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

II. REGLES PROFESSIONNELLES II.A DEONTOLOGIE  Une étroite coordination entre les titulaires de cours des différents axes de l’option groupée est absolument indispensable ! La plupart des concepts, principes, … liés à la déontologie sont abordés, installés en Séminaires. Toutefois, TOUS les professeurs de l’option groupée les réinvestiront ou les complèteront selon les situations :  en Technologie des soins : rôles de l’AS au domicile, en collectivités et en milieux hospitaliers en privilégiant les aspects déontologiques liés aux observations (besoins physiques), actes techniques, … de soins et surveillances ;  en Nutrition : rôles de l’AS au domicile, en collectivités et en milieux hospitaliers en privilégiant les aspects déontologiques liés aux observations (besoins physiques : alimentation et hydratation), actes techniques, … de soins et surveillances ;  en Psychologie appliquée : rôles de l’AS au domicile, en collectivités et en milieux hospitaliers en privilégiant les aspects déontologiques liés aux observations (besoins psycho-sociaux), techniques de communication, attitudes et comportements, … lors des activités de soins et surveillances. ;  les situations d’intégrations interdisciplinaires, favoriseront l’exploitation de l’ensemble des ressources par l’élève pour réagir adéquatement dans des contextes professionnels concrets.  Concepts abordés, illustrés, développés, … en Séminaire et à  Rôle de l’AS au domicile, en collectivités et en milieux  Description complète du métier d’AS. réinvestir et exploiter en Technologie des soins : cf. Annexe 2 hospitaliers.  Clarification des projets personnels et professionnels : projet (Concepts de déontologie, statut de l’AS, Services d’aide et de formation initiale (à l’école en 7P AS), projet de formations Collectivités de personnes âgées, codes déontologiques, ultérieures, projet d’insertion professionnelle, … Qualités personnelles et professionnelles de l’AS,  Adaptation des attitudes et comportements personnels et professionnels lors de toute activité d’aide aux patients, dans Responsabilités de l’AS, Droits des patients, Législation civile le souci constant du respect des personnes, des rôles de et pénale, Législation sociale, Services annexes et partenaires chacun, des règles professionnelles, du souci d’évoluer, … extérieurs).  Accueil, présentation, information, conseil, … aux patients, à l’entourage, à la famille, …

106

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

II.B ERGONOMIE ET MANUTENTION Cf. D3P AF (Définition de l’ergonomie (organisation méthodique du travail et aménagement de l’équipement professionnel dans un souci de bienêtre du professionnel) – Aspects de prévention / Procédures d’amélioration des conditions de travail : Environnement – Gestes et postures) + :  Description des conditions particulières de l’AS : facteurs de risques. Cf. D3P AF (Description des principes de manutention) + :

Cf. D3P AF (Application de techniques d’ergonomie et de manutention lors des activités professionnelles de l’AF) + :  Application de techniques d’ergonomie et de manutention lors d’activités de l’AS liées aux soins et surveillances des patients.  Adoption d’attitudes favorisant l’autonomie et l’indépendance dans le respect des personnes.

 Position de l’AS à la hauteur du patient.  Utilisation de la notion de contre poids, des prises d’appui efficaces, les capacités du patient, les aides techniques (lit à hauteur variable, potence de lit, lève-malade, brancard, planches de transfert, …). Cf. D3P AF (Description des Techniques de manutention) + :  Rehaussement, retournement, rehaussement, abaissement, déplacement, transfert, aide à la marche, aide au relever, … de patient. Cf. D3P AF (Description des Bonnes postures et attitudes professionnelles) + :

Adaptation16 du rôle de l’AS et de la démarche de soins et surveillances face aux situations et matériels de soins rencontrés.  Observations complètes et pertinentes.  Réalisation de toute tâche liée aux activités professionnelles de l’AS dans le respect des règles d’ergonomie et des principes de manutention.  Attitudes personnelles et professionnelles pertinentes.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à la satisfaction du besoin d’adopter de bonnes postures des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Transmissions (orales et écrites) des observations, des activités : - dans le respect de la procédure spécifique aux centres de soins à domicile, aux collectivités, aux services de milieux hospitaliers, - en utilisant la terminologie professionnelle adaptée, - dans le respect des règles professionnelles.  Auto-évaluation des actions et propositions de remédiations éventuelles.

 Bonnes postures et attitudes professionnelles : - bonne position debout, - bonne position d’équilibre, pour porter une charge, pour travailler au bureau, …

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

107

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

II.C HYGIENE Infection microbienne Cf. D3P AF (Distinction des agents de l’infection, description des modes de transmission des micro-organismes, distinction des défenses de l’organisme (immunité)) + :  Illustration du pouvoir pathogène des micro-organismes.  Identification du syndrome infectieux et des conséquences de l’infection : énoncé des signes de l’infection, des moyens d’exploration/examens/traitements couramment utilisés. Hygiène environnementale et hygiène de vie Cf. D3P AF (Identification des mesures générales d’hygiène publique et environnement, d’hygiène de l’habitat, d’hygiène lors de la manipulation des aliments, d’hygiène individuelle).

108

 Activités de soins et surveillances dans le respect des règles d’hygiène.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à la prévention des infections, des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.

 Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à : - l’hygiène de l’environnement, - l’hygiène de l’habitat, - l’hygiène de vie, et ce, aux patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

II.C HYGIENE (suite) Hygiène personnelle et professionnelle Cf D3P AF (Définition des infections nosocomiales et identification des moyens de prévention) + :  Identification des origines (le patient, l’infrastructure hospitalière, les appareillages, le personnel, les visiteurs …) et modes de prévention adaptés. Cf D3P AF (Distinction des modes de destruction des germes) +:  Description des modes de stérilisation.  Description de l’hygiène des circuits (les patients, les visiteurs, circuit propre et circuit sale, traitement du linge et des déchets).

 Identification des facteurs de dangers lors de la prestation d’actes de soins aux patients.  Identification des règles de sécurité professionnelle spécifiques au domicile, aux collectivités, aux milieux hospitaliers.

Cf D3P AF (Application des règles d’hygiène corporelle et vestimentaire / Application de technique d’hygiène des mains / Sélection de technique/produit/matériel et justification des choix en fonction de la situation / Utilisation de matériel et produits, application des techniques d’hygiène du matériel et de l’environnement / Application de modes de prévention dans différentes situations concrètes) + :

 Modes de prévention adaptés au domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à la prévention des infections aux patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.  Organisation des actes de soins adaptée aux situations concrètes de patients isolés.

 Application des règles d’hygiène corporelle et vestimentaire à l’hôpital.  Application de technique d’hygiène des mains à l’hôpital.  Distinction des différents types d’isolement (isolement protecteur, respiratoire, entérique, cutané, …) et des modes de prévention et de protection (surblouse, masque, gants, charlotte, chaussures, …).  Application des règles des circuits : circuits des personnes (personnel, patients, visiteurs), circuits du matériel et des déchets.  Sélection, application/utilisation des techniques/matériels et produits d’hygiène personnelle et professionnelle dans différentes situations rencontrées à l’hôpital et justification des choix. II.D SECURITE  Recherche et application de solutions adaptées pour assurer sa sécurité personnelle, la sécurité des patients.  Détermination et application d’actions et attitudes préventives dans le cadre de situations professionnelles concrètes.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

 Activités de soins et surveillances dans le respect des règles de sécurité.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à la prévention des dangers et risques d’accidents, des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.

109

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

II.E ENVIRONNEMENT  Identification des règles de tri, stockage et élimination des déchets (au domicile, en collectivités, en milieux hospitaliers : déchets assimilés aux déchets ménagers, déchets à risques infectieux (contaminés), à risques chimiques et toxiques.

 Application des techniques et matériel de gestion des déchets dans le cadre de situations professionnelles concrètes (cf. II.C Hygiène). Exemple : collecte de déchets dans des sacs de couleurs différentes ou des conteneurs spéciaux pour différencier les déchets non tranchants (papiers, compresses non souillées, …), les déchets non souillés (emballages, papier, …), les déchets biologiques ou tranchants (aiguilles, lames, tubes, …).

 Activités de soins et surveillances dans le respect de l’environnement et des règles de gestion des déchets.  Explications, conseils, … adéquats dans le cadre de l’éducation à la préservation de l’environnement, des patients à domicile, en collectivités, à l’hôpital.

III. DEMARCHE D’OBSERVATION ET DE SOINS DE L’AIDE-SOIGNANTE Le titulaire du cours de Technologie des soins (au même titre que tous les enseignants de l’option groupée) veillera à situer toute activité, prestation, production, … dans le plan de démarche d’observation et de soins tel que décrit dans l’Annexe 1 (des exemples d’observations sont donnés en Annexe 3, des exemples de schéma-type de communication sont donnés en Annexe 4).  En interdisciplinarité, tous les professeurs de l’option groupée, favoriseront l’exploitation des différentes ressources dans l’application de la démarche complète lors de situations d’intégration, à l’école, en situation réelle. IV. SITUATION D’APPRENTISSAGE À L’ÉCOLE, EN STAGE, … - SITUATIONS D’INTEGRATION DANS DES CONTEXTES PROFESSIONNELS CONCRETS (SOINS À DOMICILE, EN COLLECTIVITÉS, À L’HÔPITAL)

Cf. chapitre 6.

110

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

111

5.4 Séminaires 5.4.1 Liminaire Au même titre que les stages, les périodes de SEMINAIRES prévues explicitement à la grille horaire constituent le pivot de la formation dès lors qu’elles : ▪

favorisent l’appropriation, l’intégration et la transférabilité des acquis tout au long de la formation ; permettent l’articulation et la structuration de l’ensemble des ressources disciplinaires relevant des différentes disciplines de la formation ; enrichissent la réflexion de l’élève sur son projet personnel, son projet de formation et son projet professionnel ; favorisent la remise en question, l’évaluation constante du degré de maitrise dans l’exercice des fonctions d’ « Aide-soignant(e) » et la prise de conscience entre « l’idéal à atteindre » et les limites de chacun.

▪ ▪ ▪

Les séminaires permettent donc, de manière privilégiée, d’acquérir et d’améliorer la maitrise des compétences certificatives du référentiel professionnel.

5.4.2 Concept de séminaires L’organisation de séminaires constitue une des facettes de la supervision des stages en tant qu’accompagnement pédagogique de l’élève. Il s’agit d’une démarche de « comparaison raisonnée » qui permet à l’élève d’objectiver son expérience de stage, de la relativiser grâce à l’expression et à la confrontation avec autrui (élèves et professeurs). Les séminaires relèvent d’un travail de groupe entre les élèves et les professeurs. Il importe d’y développer une stratégie dynamique d’interdisciplinarité et de complémentarité (et non de juxtaposition !) des formations « en stage » et « à l’école ». Au cours des séminaires, le rôle des professeurs de stages et de disciplines de l’option groupée est : ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

de placer l’expérience de stage au centre du travail de groupe ; de créer un lieu d’expression où les élèves pourront faire part de leurs expériences de travail ; d’aider l’élève à prendre du recul et à situer sa propre expérience par rapport à celles des autres ; de développer la capacité de VERBALISATION et de RECUL REFLEXIF de l’élève par rapport aux actes posés ; de donner un éclairage de synthèse à l’action de l’Aide-soignant(e) ; de favoriser la démarche d’analyse et d’adaptation au travers de : - la construction et l’intégration de l’identité professionnelle, - l’observation, l’analyse, - la mobilisation des ressources disciplinaires pour réagir adéquatement, - le travail en équipe,

112

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

- l’adaptation aux situations rencontrées, la prise d’initiatives dans les limites de ses compétences, - l’auto-analyse ; ▪

de permettre à l’élève de réaliser une analyse réflexive sur différents thèmes (transversaux, interdisciplinaires, en lien avec les stages, …) répondant à la préoccupation fondamentale du transfert, à l’exploitation des compétences et savoirs développés en stage ainsi qu’à une approche optimale des publics (patients, membres de l’équipe, …) rencontrés.

5.4.3 Thèmes de séminaires Durant toute la formation, en interdisciplinarité, DIFFERENTES PISTES POURRONT ÊTRE EXPLOITEES : ▪

favoriser l’intégration des ressources disciplinaires à mobiliser pour exercer le métier d’AS par : - la présentation d’observations réalisées en stage, - le partage, l’exploitation et l’analyse d’expériences vécues en stage, - la démarche de réflexion, de questionnement et propositions de réajustement sur base de situations vécues en stage, de documents divers (vidéo, …), - l’évaluation, l’auto-évaluation ;



enrichir la formation par des témoignages, des rencontres avec des professionnels pour ouvrir des perspectives de formation complémentaire en vue de projets professionnels futurs ; amener l’élève à prendre conscience des difficultés que peuvent revêtir les relations interpersonnelles en milieu de travail : conflit, incompréhension, attentes imprécises et les richesses de ces diverses relations (connaissance et écoute de l’autre, négociation, communication, …) ; s’initier à de nouvelles techniques de communication, d’écoute active, de négociation, de gestion de conflits, … rechercher les comportements les plus adéquats pour faire face à différentes situations professionnelles concrètes dans les différents milieux d’insertion professionnelle de l’AS ; s’informer de l’adaptation des techniques de soins dans divers services de milieux hospitaliers en fonction des types de pathologies rencontrées, des objectifs de prise en charge du service, … faire son bilan personnel, dresser son profil d’emploi réaliste, prendre connaissance des sources d’informations à consulter pour la recherche d’un emploi (Forem, Carrefour Emploi Formation, Agences Intérim, journaux, revues, publications et répertoires, relations personnelles, …) et planifier les étapes de réalisation de recherche d’emploi ; …





▪ ▪



TOUTEFOIS, certaines pistes seront obligatoirement exploitées à savoir : ▪

décrire, analyser, … les principes et concepts de la déontologie professionnelle (cf. Annexe 2) ;

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

113





exploiter les éléments du schéma global de la Sécurité sociale (INAMI, Mutuelle, Assurances, …) développés au D3PAF (Economie sociale et familiale et Séminaires) pour préparer son insertion professionnelle (ex. : déterminer les formalités à remplir, les procédures à suivre, les organismes à contacter, … en quittant l’enseignement secondaire et pour entrer dans la vie professionnelle, …) ; s’informer sur les perspectives d’emploi, rémunération, critères et processus de sélection, …

Remarques ▪ ▪





114

Le cours de Séminaires n’est pas un cours destiné à la rédaction et/ou la correction des journaliers de stages pas plus qu’un cours de renforcement de l’une des disciplines de l’option groupée ! Etant donné les objectifs poursuivis (cf. 5.4.2 Concept), le cours de Séminaires n’est pas à évaluer au même titre que les autres ! L’objectif est bien de saisir toute opportunité de stimuler la réflexion et le questionnement des élèves pour leur permettre de se construire leur identité personnelle et professionnelle, de structurer leurs apprentissages, … Il s’agit donc d’une démarche formative. Le cours de « Séminaires » organisé dans le cadre de la formation d’Aide-soignant(e) fera obligatoirement l’objet d’un relevé de 80p (tableau comprenant le thème du séminaire, les dates, la répartition et le volume global des périodes prestées, les signatures des titulaires de cours qui ont géré le séminaire). Idéalement, des périodes de NTPP supplémentaires seront exploitées pour permettre à tous les enseignants de l’équipe d’être titulaires de séminaires.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

5.5 Stages 5.5.1 Liminaire Bien qu’elles ne soient pas prévues à la grille horaire, des périodes de STAGES sont imposées par le présent programme et constituent le pivot de la formation dès lors qu’elles : ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

favorisent l’appropriation, l’intégration et la transférabilité des acquis tout au long de la formation ; donnent du sens aux apprentissages et permettent la découverte et l’adaptation aux situations professionnelles réelles (horaires, rythmes, travail en équipe, activités professionnelles, …) ; permettent l’articulation et la structuration de l’ensemble des ressources disciplinaires relevant des différentes disciplines de la formation ; enrichissent la réflexion de l’élève sur son projet personnel, son projet professionnel et son projet de formation ; favorisent la remise en question, l’évaluation constante du degré de maitrise dans l’exercice des fonctions d’ « Aide-soignant(e) » et la prise de conscience entre « l’idéal à atteindre » et les limites de chacun.

Non seulement les stages constituent un complément indispensable à la formation reçue à l’école mais ils permettent, de manière privilégiée, d’acquérir et d’améliorer la maitrise des compétences certificatives « CM » du référentiel professionnel.

5.5.2 Préparation des stages En début d’année, des périodes de cours de l’option groupée (et si possible un certain nombre de périodes de cours de la formation commune) seront utilement consacrées à l’organisation de modules d’accueil et de préparation aux stages. Si les modalités pratiques d’organisation sont déterminées au choix du chef d’établissement et de l’équipe pédagogique (module d’accueil, journées d’informations, de témoignages, d’activités spécifiques, …), les critères et objectifs à poursuivre sont les suivants : En interdisciplinarité, ▪

amener l’élève à s’informer et à s’interroger sur : - son projet personnel : « devenir un adulte responsable », - son projet professionnel : « devenir Aide-soignant(e) », - le projet de formation générale, citoyenne et professionnelle (disciplines, contenus, compétences, activités, fonctions, …) ;



permettre à l’élève d’exprimer, d’analyser ses motivations et de se situer par rapport aux différents projets (personnel, professionnel, …).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

115

D’autre part, la préparation, la planification, l’organisation (nature des stages, lieux de stages, gestion des séminaires et activités pluridisciplinaires, ...), la supervision, le suivi et les modalités d’évaluation de stages sont assurés par l’ensemble des professeurs de l’option groupée sous la coordination de l’infirmier(e) chargé(e) du cours de Technologie des soins.

5.5.3 Objectifs poursuivis en stage Durant toute sa formation, ▪

l’élève sera amené à exercer et maitriser l’ensemble des compétences du référentiel professionnel c'est-à-dire l’ensemble des compétences relatives aux fonctions de : - relation humaine appropriée (patient, famille, entourage), - réalisation des actes délégués par l’infirmier(e) (soins, traitements, surveillances), - communication appropriée (patients/famille/entourage, responsables hiérarchiques, membres de l’équipe), - organisation du travail, - participation au travail d’éducation à la santé, à la prévention, à l’éducation, - applications des principes déontologiques, éthiques, légaux, respect des règles professionnelles, - auto-évaluation ;



les professeurs veilleront à déterminer une progression dans le degré de complexité et de maitrise des compétences à mobiliser par l’élève ; ainsi privilégiera-t-on dans un continuum : - la démarche d’observation et d’exécution au travers de : . la découverte du métier, des milieux professionnels, des intervenants, … . la découverte de l’identité professionnelle, . l’observation, la prise d’informations, . la réalisation d’actes professionnels (précédemment exercés aux cours) sous tutelle, . la participation à la vie du milieu professionnel en accompagnant le tuteur/la tutrice de stage, - la démarche d’analyse et d’adaptation au travers de : . la construction et l’intégration de l’identité professionnelle, . l’observation, l’analyse, . la mobilisation des ressources disciplinaires pour réagir adéquatement, . le travail en équipe, . l’adaptation aux situations rencontrées, la prise d’initiatives dans les limites de ses compétences, . l’auto-analyse.

116

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

5.5.4 Organisation des stages Pour optimaliser ces périodes de formation en stage, il convient de remplir certaines conditions, … La liberté d’organisation de stages est essentielle pour mieux approcher les réalités et contraintes du monde professionnel, pour rencontrer la diversité des environnements où les écoles s’insèrent. Différents types d’organisation de stage sont envisageables : ▪

stages hebdomadaires : les stages sont prestés selon une fréquence régulière (ex. : 1 jour par semaine …). Dans ce cas, l’horaire des élèves sera élaboré de manière à ce que le jour de stage corresponde à un jour composé essentiellement de cours de l’option groupée en lien avec le stage : ce qui évitera la perte systématique de périodes de cours de formation commune et l’organisation (souvent complexe !) de récupération éventuelle de tous ces cours ; ▪ stages groupés (formule de stage largement privilégiée par les milieux de stages) : le regroupement doit tenir compte : − du nombre total de périodes de stage pour l’année scolaire (minimum 400p), − des moments de regroupement les plus favorables pour l’option (disponibilité du tuteur/de la tutrice de stage, organisation interne du lieu de stage, nombre de stagiaires issus d’autres écoles accueillis dans l’institution, …) ; ▪ stages mixtes : des périodes sont prestées de façon régulière (1 jour/semaine) alors que d’autres le sont sur une période plus longue (5 journées consécutives …). Toutefois, pour favoriser tout particulièrement l’apprentissage des élèves et leur permettre de s’adapter aux réalités professionnelles (rythme de travail, travail en équipe, …) et aussi, pour répondre au mieux aux exigences des différentes institutions, un minimum de stages groupés (min 2 fois 10 jours ouvrables consécutifs d’immersion complète) seront organisés. La récupération (aucune, partielle, complète) des cours non organisés durant les stages relève de la responsabilité du Pouvoir Organisateur de l’école. Toutefois, il est important d’attirer l’attention sur les éléments suivants : ▪





la récupération de cours d’option groupée n’est pas indispensable si les lieux et objectifs de stages ainsi que les conditions de supervision et de tutorat sont respectées ! En effet, l’élève stagiaire peut alors y mobiliser les ressources disciplinaires des différents cours de l’option groupée et s’initier, exercer, maitriser les compétences requises par le référentiel de formation. Par ailleurs, nombre de compétences requises ne peuvent s’exercer vraiment qu’en situation réelle c’est-à-dire en stage … ; certains types de stages permettent à l’élève de mobiliser une partie des ressources disciplinaires de cours de formation commune : les titulaires de ces cours préciseront alors desquelles il s’agit ainsi que le pourcentage de périodes de cours non organisées à récupérer pour développer d’autres ressources, d’autres compétences disciplinaires non exercées durant les stages ; dans tous les cas, l’équipe doit être à même de justifier que tout a été mis en œuvre pour permettre à l’élève d’atteindre la maitrise des compétences du référentiel professionnel (option groupée) et du référentiel des compétences et savoirs communs (formation commune) en fin d’année.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

117

D’autre part, l’organisation de stages non explicitement prévus à la grille horaire, permet à tous les professeurs de l’option de consacrer utilement les périodes de cours ainsi libérées à: ▪

des moments de concertation, d’échange dans le cadre d’une approche interdisciplinaire de la formation (organisation de l’option, des épreuves d’intégration certificatives (qualification), des situations d’intégration intermédiaires, … élaboration des grilles d’observation et d’évaluation, …) ; la supervision des stages (sous la coordination de l’Infirmière chargée du cours de Technologie des soins) ; l’exploitation et l’évaluation des rapports 17 de stages ; la préparation de séminaires ; …

▪ ▪ ▪ ▪

5.5.5 Lieux de stages Les lieux de stages sont déterminés selon différents critères : ▪

Les lieux de stage imposés correspondent au secteur d’activité et d’insertion professionnelle de l’aide-soignant(e) 18. Ils permettront aux stagiaires d’exercer des activités de SOINS sous la supervision de tutrices INFIRMIERES : - en centre de soins à domicile : 80p, - en milieux hospitaliers : 80p en Revalidation + 80p en Médecine + 80p en Chirurgie + 80p en Psychiatrie. - A noter : dans les centres hospitaliers qui disposent d’un seul service pour « Médecine et Chirurgie générale » ou pour « Médecine et Revalidation », les élèves y presteront 80p auxquelles on ajoutera 80p au choix dans tout autre service de centres hospitaliers à l’exclusion des services de Gériatrie/Psychogériatrie/Gérontologie (réservés au D3P AF), de Pédiatrie, Maternité et Obstétrique (réservés aux formations spécifiques d’Infirmières Accoucheuses/Sages-Femmes, de Puéricultrices) ; ▪ parmi les lieux de stages imposés, le choix des institutions dépendra nécessairement : - des objectifs de formation décrits dans le présent programme, - du cadre de supervision offert par l’institution, - de la nature des activités professionnelles exercées par les stagiaires. Les objectifs de stages seront donc déterminés en fonction des caractéristiques des lieux et des compétences « CM » du référentiel professionnel.

17

18

Tout stage organisé dans le cadre de la formation d’Aide-soignant(e) fera obligatoirement l’objet : - d’une convention de stage ; - d’un relevé de stages (tableau comprenant les lieux de stage (dénomination, adresse, …), les dates, les répartitions et le volume global des périodes prestées, les signatures des maitre et tuteur(-trice) de stage) ; - de rapports de stages, d’évaluations de stages. Les stages en collectivités pour Personnes âgées (MR/MRS) voire en Gériatrie/Psychogériatrie/Gérontologie auront été prestés par les élèves dans le cadre du D3P Aide familial(e).

118

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

119

6. APPROCHE PEDAGOGIQUE

6.1 Mise en œuvre du programme Les programmes de la FESeC, écrits par des groupes de professeurs des écoles libres catholiques, contiennent : ▪ ▪

les compétences à maitriser (CM) et les ressources disciplinaires qui servent de base à la certification (cf. Référentiel professionnel et Référentiel des ressources disciplinaires) ; des moyens et des méthodes propres à amener les élèves à la maitrise, à un niveau donné, des compétences requises ; des applications de ces méthodes (situations d’apprentissage et d’intégration) sont proposées. Il appartient à chacun, en fonction de ses élèves et de sa propre sensibilité, de développer ses propres situations d’apprentissage.

Une compétence est : ▪ ▪

une aptitude à mettre en œuvre un ensemble organisé de ressources (savoirs, savoir-faire, attitudes, …) permettant d’accomplir un certain nombre de tâches (Art. 5 Décret « Missions ») ; la mobilisation d’un ensemble de ressources pour faire face à différentes situations significatives issues de la même famille (X. Roegiers « Pédagogie de l’intégration »).

Une compétence est donc caractérisée par : ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

120

la mobilisation d’un ensemble de ressources : connaissances, savoirs d’expérience, automatismes, savoir-faire, comportements, … pour faire face à différentes situations significatives (de même niveau de complexité) ; le caractère finalisé de la mobilisation : c’est-à-dire dans quel but la mobilisation a lieu ; le caractère signifiant pour l’élève (porteur de sens) ; le caractère évaluable qui se mesure à travers la qualité du processus et du résultat de la tâche ; le lien avec plusieurs disciplines.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Mettre l’accent sur les compétences ne signifie donc pas oublier les savoirs, les savoirfaire, … mais plutôt de les mettre en perspective : on n’apprend pas une matière pour la restituer mais pour la mobiliser face à une situation, pour exécuter une ou plusieurs tâches et donc pour développer une ou plusieurs compétences. Il s’agit donc d’apprendre pour pouvoir agir de manière réfléchie dans le cadre du parcours scolaire, dans la vie quotidienne comme dans la vie professionnelle. Pour développer cette « pédagogie des compétences », un parcours est proposé dans le présent programme (cf. Situations d’apprentissage et Situations d’intégration). Mettre en œuvre ces programmes implique une évolution d’apprentissage, l’objectif étant d’avoir à maitriser des compétences : ▪ ▪

des

pratiques

l’élève principal acteur de son apprentissage est davantage amené à construire ses propres connaissances et à s’approprier les savoirs ; le professeur accompagne cette démarche plus qu’il ne transmet des savoirs (ce qu’il fait aussi !) ; les activités sont davantage contextualisées, elles sont plus globales, pour porter du sens.

6.2 Situations d’apprentissage et d’intégration 6.2.1 Définitions et caractéristiques 6.2.1.1 POUR PARTIR DE SITUATIONS D’APPRENTISSAGE … Au départ d’un cours, il importe que les apprentissages fassent sens pour l’élève. C’est pourquoi, une situation d’apprentissage doit idéalement rencontrer les caractéristiques suivantes : ▪ ▪

permettre à l’élève d’être le principal acteur et au cœur de l’apprentissage ; elle doit le motiver ; le mettre au défi de mener à bien la tâche en dépassant ses manques de connaissances, en recherchant, en se faisant aider, …. ; s’inscrire dans un contexte concret, significatif pour l’élève qui peut être lié à un fait, un évènement scolaire ou d’actualité, une question posée, … ou une situation construite par le professeur ;

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

121



permettre à l’élève de s’approprier des INFORMATIONS 19 dans un CONTEXTE 20 donné, lui permettant de réaliser une (des) TÂCHE(S) 21 déterminée(s) en mobilisant des ressources : connaissances, savoirs d’expérience, automatismes, savoir-faire, comportements, ….

6.2.1.2 POUR CONSTRUIRE DES SITUATIONS D’INTEGRATION … Au terme de plusieurs séquences d’apprentissage, l’élève sera confronté à une situation d’intégration qui va le conduire à mobiliser différents acquis qui ont fait l’objet d’apprentissages séparés et leur donner ainsi du sens. Au même titre que les situations d’apprentissage, les situations d’intégration : ▪ ▪

rendent l’élève acteur ; mènent l’élève à mobiliser des ressources (connaissances, savoirs d’expérience, automatismes, savoir-faire, comportements, …) de différentes natures et/ou de différentes disciplines et à les articuler en fonction d’une tâche à accomplir ; sont orientées vers la macro-compétence (ou description du profil attendu de l’élève en fin de formation) à exercer, à maitriser ;



19

20

21

INFORMATIONS = Indications, consignes, contraintes, … précisées par l’enseignant et sur lesquelles l’élève va agir. Exemples : - indications, supports = Documents, notes personnelles, revues, illustrations, matériel, produits, … mis à disposition de l’élève ; - consignes/Contraintes élèves = La présentation orale de transmission des observations dure X minutes – La durée de prestation ne peut excéder X minutes – Le type de technique de soin est imposée par le professeur ou laissée au choix de l’élève - … - consignes professeurs = ce qui doit être préparé, ce qu'il faut prévoir, … et plus particulièrement les RESSOURCES DISCIPLINAIRES d'une ou de plusieurs disciplines à installer, ou activer, ou structurer ou réactiver ou mobiliser, … pour rendre l'élève apte à faire face à la situation proposée. CONTEXTE = Environnement dans lequel on se situe. Exemples : types de lieux (en technique de soins à l’école, en stage : milieu hospitalier, domicile, …), types de problématiques/pathologies, types de circonstances dans lesquelles se déroule la situation, types de comportements/attitudes/attentes des patients, … types d’activités logistiques attendues du tuteur, … TÂCHE = activité, production de l’élève. Exemples : - activité à réaliser par l’élève : réaliser la prise en charge d’un patient c’est-à-dire réaliser toutes les étapes de la démarche de soins :  collecter toutes les données utiles (consignes, dossier infirmier, questionnement de l’équipe, et observation et dialogue avec le patient),  analyser les données selon les besoins fondamentaux et préciser son rôle d’aide-soignante face à chaque besoin,  planifier les soins (Quel soin ? Avec qui ? Quand ? Où ? Comment ? Pourquoi ?),  réaliser le soin dans le respect des règles professionnelles et en adoptant les attitudes et comportements adéquats,  transmettre les données,  s’auto-évaluer  … - production attendue par l’élève : établir un comparatif de techniques, matériels, … pour une tâche donnée et le présenter oralement avec ou sans support – Présenter la synthèse d’un travail portant sur la situation d’un patient dans le cadre du travail d’aide-soignant à domicile (les besoins, les ressources, les réponses/aides et soins appropriés) – Proposer des techniques de communication adaptées (écoute, questionnement, reformulation, …) pour formuler des conseils (prévention, éducation, …) appropriés à un patient donné – Utiliser et compléter les documents spécifiques au service (à l’institution) pour transmettre les informations utiles à l’équipe – …

122

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ



sont articulées autour d’une situation nouvelle, sinon il s’agira non d’intégration mais de reproduction ou d’application, mais elle doit faire partie d’une même famille de situations qui définissent la macrocompétence.

6.2.2 Pistes à exploiter EXEMPLE DE SITUATION 1 Enoncé/Contexte : un stage de 15 jours va bientôt être presté au sein d’un service de chirurgie orthopédique. Il est donc nécessaire de se préparer à faire face à de nouvelles tâches spécifiques au service et à adapter les différentes techniques de soins (acquises au D3PAF et déjà transférées et adaptées lors du stage en revalidation) aux nouvelles situations susceptibles d’être rencontrées … 1.A Tâches ▪ ▪ ▪

Réaliser une description de service de chirurgie orthopédique. Réaliser une synthèse des activités de préparation du patient en pré-opératoire. Préparer la chambre d’un patient pendant le temps de son intervention pour assurer à son retour : confort, bienêtre et sécurité.

Consignes élèves/Informations ▪ ▪ ▪

La description du service contient des éléments relatifs aux différents types de patients, de pathologies, de traitements et examens spécifiques au service (sur base d’un travail d’observation et de recherche effectué lors du précédent stage à l’hôpital X). La synthèse porte sur la préparation du patient (rasage, toilette, …), de la chambre (local et lit), du matériel de soins. Les rôles de l’infirmière et de l’AS seront clairement mis en évidence. La préparation de la chambre sera réalisée en situation simulée dans le local de techniques de soins de l’école et respectueuse du protocole spécifique au service : préparation de la chambre (aérer, ranger boissons et aliments, prévoir une T° adaptée, baisser les stores pour favoriser le repos, dégager l’accès au lit, …), préparation du lit (changer la literie, prévoir un matelas anti-escarres si nécessaire, retirer les oreillers, positionner une alèse jetable à la tête du lit en cas de vomissements, prévoir des couvertures, prévoir des barrières, …), préparer le matériel de soins selon les consignes de l’infirmière (pied à sérum, bassin et urinal désinfectés, crochet de fixation pour collecteurs d’urine, arceaux de lits, plateau de compresses stériles et bâtonnets pour soins de bouche, brumisateur d’eau pour humidifier le visage, réniforme, matériel à oxygène, … matériel orthopédique prescrit par le chirurgien, feuille de surveillance de l’opéré, …), préparer le matériel de surveillance (tensiomètre, thermomètre, matériel à usage unique, …) 22.

1.B Tâches ▪ ▪

22

Répertorier les activités de prise en charge et de surveillance de l’opéré au retour du bloc opératoire. Déterminer les activités de surveillance et de soins d’un patient porteur de plâtre : immédiatement après l’intervention, dans les jours suivants.

En italique, pistes d’activités, réponses et résultats attendus de l’élève.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

123



Sur base d’analyse de cas, appliquer les mesures hygiéno-diététiques dans les jours qui précèdent l’intervention et planifier une réalimentation adaptée dans les jours suivants l’intervention dans le respect des consignes du chirurgien/de la diététicienne, des caractéristiques et besoins du patient.

Consignes élèves/Informations ▪

Le répertoire distingue clairement les activités prestées par l’infirmière (installation du patient en décubitus dorsal sauf avis médical, installation autour du lit des perfusions, drains, sondes, …) et les limites de participation à ces activités par l’AS (veiller à ce que le patient se réchauffe, mettre les barrières, donner la sonnette, rester auprès de lui en cas de vomissements, le rassurer, le resituer dans le temps et dans l’espace, participer à l’observation de l’état de conscience (respiration, douleur, faciès, …) surveiller le matériel de perfusion et cathéter, prendre le pouls et la température, … dans le respect des consignes et PREVENIR l’infirmière de toute anomalie). Préciser les objectifs de surveillance (maintenir le confort du patient, détecter l’apparition de signes anormaux) – Décrire le matériel d’installation et de soins susceptible d’être rencontré (traction, extension, sac de sable, coussins, cerceau, …) – Dresser un tableau des signes normaux et signes d’alerte relatifs au type de compression, à la coloration de la peau, à la température, à la sensibilité cutanée, à la sensibilité motrice, à l’aspect cutané, … – Décrire les types surveillances spécifiques à réaliser (apparition d’escarre, de phlébite, d’ankylose, …) : caractéristiques et types de comportements réponses de l’AS. Pour chaque cas, les mesures et la planification proposées prendront en compte le type de patient (âge, troubles, pathologies, …), le type d’intervention, les troubles métaboliques engendrés par le choc opératoire, le type de traitement prescrit par le médecin et/ou la diététicienne, les aliments autorisés ou non, … dans le respect des limites de l’AS (contrôle des plateaux repas, éducation du patient au respect de son régime, vérification du contenu de la table de nuit, information de la famille et des visites de la prescription de régime et de la nécessité de le respecter, … transmission des observations à l’équipe infirmière, …) 23.





EXEMPLE DE SITUATION 2 Enoncé/Contexte : Monsieur B. âgé de 70 ans a été admis aux urgences il y a 5 jours pour une insuffisance respiratoire grave suite à une pneumonie. Il est actuellement en chambre 322 du service réanimation (chambre individuelle aux parois vitrées sans toilettes ni salle d’eau, lit médicalisé avec rampe au-dessus comportant un cardioscope, une arrivée d’oxygène, une prise de vide, le matériel d’aspiration, un dispositif d’oxygénothérapie, une base de soins, un chariot de soins, un fauteuil avec repose-pieds escamotable, un pied à perfusion). Monsieur B. est alité, n’a pas l’autorisation de se lever, est perfusé au bras gauche et sous oxygénothérapie. Bien que son état soit en constante amélioration, il est apyrétique, encore un peu cyanosé, dyspnéique et un peu fatigué (se réveille souvent la nuit). Il est conscient, pas douloureux ; très coopérant, il communique facilement avec le personnel et souhaite guérir vite pour rentrer le plus rapidement possible !

23

En italique, pistes d’activités, réponses et résultats attendus de l’élève.

124

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Tâches ▪ ▪ ▪ ▪

Collecter toutes les données utiles. Analyser la situation selon les besoins fondamentaux. Planifier et réaliser les soins. Transmettre les données par écrit (selon le protocole propre au service) et oralement.

Consignes élèves/Informations ▪

Présenter la synthèse du recueil de données (identités individuelle et familiale, habitudes de vie, caractéristiques physiques et psychologiques, degré d’autonomie, traitement, consignes, …) ▪ Etablir la priorité des besoins (classement des besoins perturbés, semi-perturbés, non perturbés). ▪ Pour chaque besoin : sélectionner les observations/données essentielles et proposer les actions réponses adaptées. ▪ Exemples - Besoins perturbés : besoin de respirer, d’éviter les dangers, de maintenir une bonne posture  dyspnéique, cyanosé, en position semi-assise, sous oxygénothérapie car insuffisance respiratoire  maintenir en position semi assise, utiliser des coussins pour le caler et rendre sa position la plus confortable possible, s’assurer que les lunettes à oxygène sont en place pour que l’oxygénation soit efficace, surveiller les points d’appui (risques d’escarres), l’apparition de rougeurs au niveau des ailes du nez, veiller à ce que la tubulure de la perfusion soit libre pour permettre au patient de bouger son bras gauche, disposer les objets utiles à droite, … / Besoins de dormir  fatigue  regrouper ses actions pour permettre le repos, installer confortablement pour le sommeil ou les temps de repos, … / Besoin d’être propre  alité, perfusé, dyspnéique, sous oxygénothérapie, … effectuer la toilette au lit sans ôter les lunettes à oxygène (faire appel à l’infirmière), préserver son autonomie en lui permettant de se brosser les dents et de se raser seul, le coiffer, veiller à bien tirer les draps, lutter contre les escarres, ne pas trop solliciter le patient afin d’éviter d’aggraver la dyspnée, préserver la pudeur pendant le soin, … / … (idem pour besoin de se vêtir et dévêtir, le besoin de se réaliser). - besoins semi-perturbés : besoin d’éliminer  continent urinaire et fécal sans autorisation de se lever  placer un urinal à disposition du patient, placer la sonnette à proximité, observer et évaluer la quantité et l’aspect des urines, vider et laver l’urinal, aider le patient à s’installer sur le bassin, le recouvrir du drap pour préserver sa pudeur, … / … (idem pour le besoin de boire et manger, de maintenir la température du corps). - besoins non perturbés : besoin de communiquer  possession de ses 5 sens, exprime ses choix et ses besoins, comprend ce qu’on lui dit, cohérent dans ses paroles  être à son écoute, répondre à ses besoins, établir une communication pendant les soins, préserver son intimité et ne pas le déranger inutilement lors des moments de visite des proches, … / … (idem pour le besoin d’agir selon ses croyances et valeurs, de se récréer, de se réaliser) 24.

24

En italique, pistes d’activités, réponses et résultats attendus de l’élève.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

125

EXEMPLE DE SITUATION 3 Enoncé/Contexte : depuis le début de la 5e année, tous les apprentissages, toutes les situations (simulées, jeux de rôles, stages, …) ont permis de comprendre et d’analyser l’importance des observations à la base de toute activité (d’AF ou d’AS). Pour favoriser une démarche d’observation et une démarche de soins systématiques, rigoureuses et facilement adaptables aux nouvelles situations susceptibles d’être rencontrées en stages AS, des tableaux de synthèse seront réalisés dans le cadre des cours de Séminaires. Tâches 3 ▪

A partir d’exemples concrets, avec le titulaire de Séminaires et l’ensemble de la classe, élaborer un tableau de synthèse de la démarche d’observation. Répertorier les manifestations et particularités du besoin de communiquer, les altérations du besoin, les causes et facteurs favorisants, le rôle de l’AS face à la satisfaction de ce besoin.



Consignes élèves/Informations ▪

Le tableau de synthèse fait clairement apparaitre l’analyse de la démarche d’observation comme support de travail de l’AS (observer POUR concevoir et réalisés des soins adaptés, POUR adopter des comportements et attitudes appropriées, POUR transmettre les informations utiles à l’équipe), les caractéristiques d’une observation pertinente et exploitable. ▪ La classe est divisée en 4 groupes prenant respectivement en charge : - les manifestations et particularités du besoin de communiquer : chez le nourrisson, l’enfant, l’adolescent, le jeune adulte, l’adulte retraité, la personne âgée ; - les altérations du besoin : observations de signes physiques, observations du comportement non verbal du patient, observations du comportement verbal du patient, observation du comportement de l’entourage ; - les causes et facteurs favorisants les altérations du besoin : pathologies, troubles, … contextes culturels, sociaux, … - le rôle de l’AS face aux différentes situations rencontrées. ▪ Les titulaires des cours de l’option consacreront quelques périodes à la préparation des séminaires. ▪ Un exemple d’analyse de besoin psycho-social et un exemple d’analyse de besoin physique sont à disposition des élèves (cf. Annexe 3).

REMARQUES – INDICATIONS METHODOLOGIQUES A. En fonction de la période à laquelle se situent ces situations dans le parcours de formation. ▪

Les situations seront envisagées comme situations d'apprentissage (uniquement sous l'aspect « pratique ») ou d'intégration (aspects scientifiques, technologiques, relationnels, de communication, …). - Ex. : la Situation 1 peut être envisagée comme situation d’intégration intermédiaire sur base d’un cas concret après avoir réalisé des situations d’apprentissage portant sur les besoins physiques (cf. tâches 1.A en Technologie des soins et 1.B en Nutrition et Technologie des soins).

126

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

- Ex. : les Situations 2 et 3 peuvent être envisagées comme situations d’intégration intermédiaire après avoir réalisé des situations d’apprentissage portant sur les besoins physiques en Technologie des soins et Nutrition, sur les besoins psycho-sociaux en Psychologie appliquée. - Ex. : la Situation 3 est exploitable, de manière privilégiée, en Séminaires pour intégrer les différents aspects disciplinaires au sein d’une même démarche que les élèves pourront réexploiter et décliner dans les différents cours, lors des stages, … ▪

Les tâches seront de plus en plus globalisées (pour donner de moins en moins d'indices à l'élève sur la procédure à mettre en place). Ainsi les tâches de la Situation 2 pourraient se résumer en « Assurer la prise en charge du patient dans le respect des consignes et du plan de soins ». - L’élève doit alors savoir que toute prestation inclut : 1. l’observation, l’écoute, le questionnement, … – 2. le choix de planification et d’organisation de tâches adaptées aux consignes reçues et à la situation … - 3. l’adaptation et le respect des règles d’hygiène, de sécurité, des règles professionnelles et déontologiques, … - 4. la formulation de conseil (prévention, éducation, …) - 5. toute prestation est associée à la justification des choix posés sur base des connaissances, expériences, activités, … - L’élève doit exploiter le schéma de « démarche de soins », l’adapter à la situation vécue et réaliser chaque étape de manière autonome. -…



Certains critères d'évaluation pourront être sélectionnés (lors d'évaluation formative visant un objectif particulier), puis ils seront peu à peu tous pris en compte. Les indicateurs de maitrise seront également de plus en plus globalisés. La complexité des situations sera augmentée : patient présentant certaines affections, pathologies, vitesse d'exécution accrue, diversité et cumul des services techniques exigés, … Les situations pourront être envisagées comme situations disciplinaires uniquement orientée vers la sélection et l'application des techniques, matériels et produits ou comme situations pluridisciplinaires (justification des choix sur base des connaissances, observations, expériences). Le degré d'autonomie attendu sera plus élevé. …

▪ ▪

▪ ▪

B. Dans toute situation (apprentissage, intégration, …), il est extrêmement important de veiller à ce que toutes les ressources (savoirs/savoir-faire, automatismes, savoirs d’expérience liés aux différentes techniques, … / savoir-être, comportements, attitudes) que l’élève devra mobiliser aient été préalablement initiées, appliquées, transférées (disciplinarité et interdisciplinarité). C. A partir de ces exemples, on peut aisément construire des familles de situations en modifiant certains paramètres tels que : lieu (école, stage), patient (enfant, jeune, adulte, personne âgée, personne handicapée, …), pathologies/besoins/attentes, matériel et appareillages disponibles, technique (imposée ou non, …), vitesse d'exécution, encadrement, degré d'autonomie, attitudes et comportements attendus, degré de performance (exécution/exécution, explication/sélection, justification, …), degré de complexité (nombre et types de soins, niveau d'intégration pluridisciplinaire, …), …

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

127



D. Le schéma type de Situation d’intégration peut donc se présenter sous la forme suivante

Dans le respect du plan de soins et : ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

de la démarche de soins (collecte/observation, analyse, planification/préparation, réalisation, transmission, évaluation), des règles professionnelles de déontologie, d’hygiène, de sécurité, d’ergonomie, d’environnement, des attitudes et comportements personnels et professionnels, de l’autonomie, de l’indépendance du patient, des règles professionnelles et des limites de sa profession, réaliser les tâches professionnelles requises, appliquer les techniques de communication, de relation, de soins adaptés à la satisfaction des besoins du patient, adopter des attitudes et comportements personnels et professionnels appropriés, en veillant à son bienêtre et en étant attentif aux signes d’inconfort, de douleur, …

Pour chaque technique, préciser : ▪



▪ ▪

les objectifs poursuivis (ex. : assurer le bienêtre, l’hygiène, le confort, la sécurité, … du patient, … / éviter les complications du décubitus … / assurer l’hygiène de l’environnement … / surveillance de l’évolution d’une pathologie … / fournir un soutien psychologique et social / …), les indications, c'est-à-dire les conditions de réalisation des activités d’aide et de soins, consignes précisées par le plan de soins, par l’infirmier(e) responsable (ex. : au quotidien, plusieurs fois par jour si nécessaire, en cas de fractures ou entorses, patient convalescent, …), les moyens : aides techniques, matériels, produits, les actions et règles générales (étapes du soin),

et, dans chaque situation, justifier le choix de technique/matériel/produit/…, attitudes/comportements, … sur base des connaissances liées aux différents cours de l’option groupée en utilisant une terminologie adéquate. Le schéma d’application des techniques et de justifications, tel que décrit ci-avant, est : ▪ ▪

128

à exploiter et respecter dans tous les exemples d’activités de soins et d’aide, à adapter selon les situations professionnelles (domicile, collectivités MR/MRS, hôpitaux).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

SITUATION D’INTEGRATION N°… : CONTEXTE : TACHES (activités, productions) : CONSIGNES PROFESSEURS : CONSIGNES ELEVES : CRITERES

INDICATEURS

O/N

Rigueur de la démarche Adéquation de la production Pertinence des attitudes comportements personnels professionnels

et et

Auto-évaluation Commentaires des professeurs

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

129

6.3 A propos de l’interdisciplinarité Elle se justifie par différentes raisons : ▪ ▪ ▪ ▪

aucun problème concret ne reçoit de solution pertinente sans une approche qui mobilise des ressources disciplinaires issues de différentes disciplines ; l’interdisciplinarité est de mise dans les milieux professionnels (ex. : la médecine : approche globale du patient, traitement du cancer, … De même dans les secteurs industriels, économiques et sociaux, …) ; à l’école, l’approche interdisciplinaire permet d’aller à l’encontre des questions concrètes, de fournir des réponses adéquates aux questions que se posent les jeunes qui attendent un point de vue élargi. « On n’apprend bien que ce qui nous semble utile ! » ; cette approche permet de briser l’image classique « ces notions ne servent qu’à résoudre des problèmes posés aux cours » par « ces compétences disciplinaires nous sont utiles pour éclairer des questions que l’on se pose ».

Elle ne consiste pas à : ▪ ▪

traiter le même sujet (problématique) sous différentes approches disciplinaires même avec plusieurs professeurs ; faire table rase des apports purement disciplinaires.

Elle implique : ▪ ▪

la mobilisation, avec rigueur, des acquis disciplinaires pour éclairer une situation qui ne peut être résolue par une seule discipline ; le croisement de plusieurs disciplines afin de se doter d’un outil d’analyse ou de communication à propos d’une situation pour laquelle des choix doivent être posés.

Elle requiert : ▪



l’élaboration par l’équipe d’enseignants, d’un projet susceptible de connecter différentes ressources disciplinaires autour d’une situation, d’un problème à résoudre, d’une tâche à accomplir, … en vue d’en construire une représentation, de proposer des solutions adéquates avec une finalité qui donne du sens à la démarche de l’élève ; la formulation par les enseignants, de questionnements permettant d’articuler plusieurs disciplines en choisissant des situations qui correspondent au vécu de l’élève, au contexte socioculturel, aux centres d’intérêts, … des élèves pour obtenir la dynamisation souhaitée du groupe.

Elle se distingue de : ▪ ▪

130

la disciplinarité : traitement d’un thème, d’un objet, d’une question, … par des apports spécifiques à une seule discipline ; la pluridisciplinarité : rencontre autour d’un thème, d’un objet, d’une question, … commun par des apports parallèles, par l’addition, la juxtaposition d’apports spécifiques de plusieurs disciplines.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

131

7. ANNEXES

ANNEXE 1 - Démarche d’observation et de soins de l’AS ANNEXE 2 - Règles professionnelles : Déontologie ANNEXE 3 - Observations de l’AS ANNEXE 4 - Schéma-type de communication de l’AS ANNEXE 5 - Activités déléguées par l’Infirmier(e) à l’AS dans une équipe structurée ANNEXE 6 - Local – Equipement – Matériel

132

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

133

Annexe 1 - Démarche AS REMARQUE Les activités de soins décrites dans le Référentiel professionnel incluent les notions de : conseil, éducation, prévention. Toutefois, il est extrêmement important d’attirer l’attention des élèves sur les limites de ces CONSEILS. En effet, il s’agit de proposer, suggérer, … dans le respect des patients et EN AUCUN CAS d’AFFIRMER ou d’IMPOSER ! POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

DEMARCHE D’OBSERVATION ET DE SOINS DE L’AIDE-SOIGNANTE Définition et contenu du plan de soins infirmier. Définition et objectifs de la démarche de soins. Etapes d’une démarche d’observation et de soins  1. Collecte des données = énoncé clair et précis des caractéristiques essentielles du patient sur un plan physique, psychologique, socioprofessionnel, culturel, familial, religieux, environnemental, habitudes de vie, degré d’autonomie, … à partir : - des consignes de l’infirmier(e) responsable, du médecin ; - de la consultation du dossier infirmier et du dossier de soins ; - du questionnement des membres de l’équipe ; - de l’observation du patient, du dialogue avec le patient (objectivité, absence d'interprétation, absence de jugement de valeurs, absence de généralisation, ...) ; - pour repérer les difficultés, les besoins, le degré d’autonomie, les facteurs favorisant la perte d’autonomie, … en utilisant les documents spécifiques au milieu professionnel.  2. Analyse des données selon les besoins fondamentaux : - se poser des questions pertinentes par rapport à chaque besoin (Quelles sont les habitudes de vie ? Le besoin est-il satisfait ou non ? Le besoin est-il perturbé ? Quelle(s) en est/sont la/les cause(s) ?) ; - préciser son rôle d’aide-soignant(e) face à chaque besoin :

 Collecte autonome, en collectivités, au domicile, en milieu hospitalier dans des situations complexes.

 Analyse autonome, en collectivités, au domicile, en milieu hospitalier dans des situations complexes.

 dégager les priorités dans les réponses à apporter aux différents besoins,  justifier et hiérarchiser les choix d’actes de soins et d’aide,  réaliser des choix cohérents par rapport à l’analyse,

- en se basant sur les connaissances (en technologie des soins, en psychologie appliquée, en nutrition, …) en utilisant les documents spécifiques au milieu professionnel.

134

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

Etapes d’une démarche d’observation et de soins (suite)  3. Planification de soins = identification des actions en fonction des objectifs choisis, des ressources du patient, de l’équipe à partir des questions suivantes : - Quel soin ?  nature, caractéristiques et opportunité du soin, - Avec Qui ?  personne à solliciter pour certains soins, - Quand ? heure et durée du soin, - Où ?  lieu et aménagement/préparation du lieu, - Comment ? type de matériel nécessaire, tenue vestimentaire adaptée, - Pourquoi ? intérêts et objectifs du soin, - en utilisant les documents spécifiques au milieu professionnel.  4. Réalisation du soin = application de la planification, intervention auprès du patient (PREPARATION de l’AS, du matériel, de l’environnement, du patient / PRESTATION des soins / REMISE EN ORDRE) dans le respect des consignes : - adaptation du soin à tout moment ; - respect des mesures d’hygiène, de sécurité, de confort du patient ; - vérification constante de l’efficacité du soin ; - identification constante des besoins du patient ; - lavage des mains (avant, pendant, après le soin), prévention d’infection nosocomiale, - explication du soin au patient, conseil, éducation, … du patient ; - respect de l’identité, de la pudeur, de l’intégrité, … du patient ; - stimulation/maintien/restauration de l’autonomie du patient ; - observation constante du patient et de son environnement ; - en appliquant les règles d’hygiène, de sécurité, d’ergonomie et en adoptant les attitudes et comportements adéquats.  5. Transmission des données = information de l’équipe sur le déroulement des soins selon différents modes : - par écrit : utilisation des documents propres au service pour les transmissions de soins régulières (listing ou diagramme à cocher, RIM, plan de soins, dossier infirmier, carnet de liaison, …) et pour les transmissions ciblées (énoncé du problème, actions menées, résultats) ; - oralement : pour compléter les informations écrites ; - en veillant à formuler des informations PRECISES/COMPLETES/PERTINENTES/EXPLOITABLES PAR L’EQUIPE/COMPREHENSIBLES à l’aide d’une terminologie adaptée.  6. (Auto-) Evaluation des soins = description des caractéristiques de son activité de manière objective = regard critique sur son travail et son comportement dans le but de s’améliorer, d’adapter les aides et soins (démarche ou techniques ou attitudes et comportements, …).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

 Planification autonome, en collectivités, au domicile, en milieu hospitalier dans des situations complexes.

 Observation constante / Adaptation du soin, au domicile, en milieu hospitalier dans des situations complexes.

 Transmission autonome, en collectivités, au domicile, en milieu hospitalier dans des situations complexes.

 Evaluation autonome, en collectivités, au domicile, en milieu hospitalier dans des situations complexes.

135

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

Les principes de la démarche de soins    

 Adaptation des techniques de communication, attitudes et comportements personnels et professionnels lors de toute activité de soins et d’aide aux patients dans un souci constant du bienêtre de ces patients et dans le respect des règles professionnelles.

Considérer le patient comme une personne (dignité, respect). Chercher à satisfaire les besoins fondamentaux du patient. Réaliser les soins avec compétence et efficacité. Maintenir une bonne relation thérapeutique avec le patient (attention, empathie). Les objectifs d’une démarche d’aide : développer chez le patient

   

Un sentiment de dignité. Une meilleure autonomie. Une meilleure qualité de vie. Une promotion de la santé et le maintien / la restauration / le développement de son indépendance.

136

 Adaptation des techniques de communication, attitudes et comportements personnels et professionnels lors de toute activité de soins et d’aide aux patients dans un souci constant du bienêtre de ces patients et dans le respect des règles professionnelles.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Annexe 2 - Règles professionnelles : Déontologie Les cours notés en caractère « gras » sont les lieux privilégiés pour aborder, illustrer, développer, … les concepts. Les cours notés en caractère « normal » sont les lieux privilégiés pour réinvestir, adapter, exploiter, … les concepts installés par ailleurs.

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

A. CONCEPTS S, N, PA, TS

Cf. D3P AF (Définition de déontologie, droits, devoirs et distinction entre responsabilités morales, responsabilités légales, éthique professionnelle dans la déontologie). B. STATUT DE L’AIDE-SOIGNANT(E)

S, N, PA, TS

 Définition et activités de l’AS.  Description des conditions d’exercice de ces activités, du type de personnel chargé de la supervision/du contrôle des activités de l’AS.  Répertoire des lieux d’exercice de la profession.  Description des conditions d’enregistrement d’AS.  Répertoire des conditions de formations (plein exercice, promotion sociale, Forem, Région wallonne, …) et certifications.  Recherche des exigences de formation continue. sur base de l’analyse des lois, décrets, arrêtés, circulaires, … relatifs à l’AS (compétences fédérale et communautaire).

 Comparaison des statuts de l’AS dans les différentes régions et communautés.  Comparaison des parcours de formation de l’AS et statuts équivalents dans les pays limitrophes.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

 Description complète du métier d’AS.  Clarification des projets personnels et professionnels : projet de formation initiale (à l’école en 7P AS), projet de formations ultérieures, projet d’insertion professionnelle, …

137

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

C. INSTITUTIONS DE SOINS – CODE DEONTOLOGIQUE S, N, PA, TS

Le milieu d’insertion professionnelle de l’AS (centres de soins à domicile, collectivités MR/MRS, services de milieux hospitaliers).

 Rôle de l’AS au sein des institutions (centres de soins à domicile, collectivités, différents services de milieux hospitaliers).

 Description de la structure et du fonctionnement des services.  Elaboration de l’organigramme (hiérarchie, types de personnels, …).  Description des missions des services, analyse du code déontologique, de la charte, des projets, …  Répertoire et description du type de public accueilli, des types de prises en charge et services proposés, des conditions d’accès, …  Description des rôles et activités des membres d’équipes, limites professionnelles de chacun.  Répertoire des partenaires extérieurs à l’institution. D. QUALITES PERSONNELLES DE L’AIDE-SOIGNANT(E) S, N, PA, TS

138

Cf. D3P AF (Description des qualités morales / Description des qualités physiques et mentales / Description des qualités intellectuelles).

 Rôle de l’AS au sein des institutions (centres de soins à domicile, collectivités, différents services de milieux hospitaliers).

 Adaptation des attitudes et comportements personnels et professionnels lors de toute activité de soins et d’aide aux patients, dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles et déontologiques, …  Accueil, présentation, information, conseil, … aux patients, à l’entourage, à la famille, …

 Adaptation des attitudes et comportements personnels et professionnels lors de toute activité de soins et d’aide aux patients, dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles et déontologiques, …

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

E. QUALITES PROFESSIONNELLES DE L’AF, DU STAGIAIRE EN MR/MRS S, N, PA, TS

 Détermination des différents types de compétences, aptitudes, attitudes, … requises pour exercer le métier d’AS : - connaissances : sciences, psychologie, communication, législation, déontologie, … - savoir-faire : techniques, procédures, … d’aide et de soins, - savoir-être : tact, écoute, communication-relation, maitrise de soi, habileté, précision, ordre, soin, …  Recherche d’informations relatives à la gestion des réactions/souffrances de l’AF (burn out, …) face aux situations professionnelles vécues au quotidien, …

 Rôle de l’AS au sein des institutions (centres de soins à domicile, collectivités, différents services de milieux hospitaliers).

 Adaptation des attitudes et comportements personnels et professionnels lors de toute activité de soins et d’aide aux patients dans le souci constant du respect des personnes, d’expliquer, conseiller, éduquer, … des rôles de chacun, des règles professionnelles et déontologiques, …

F. RESPONSABILITES S, N, PA, TS

 Identification des responsabilités de l’AS vis-à-vis : - de lui-même/d’elle-même, - du patient : respect du droit à la vie, respect du droit à la vie privée, respect du droit à l’intimité, respect du droit à une relation affective, respect du droit à l’information, respect de la continuité de l’aide et des soins, participation au confort moral et physique, … respect des différences culturelles, religieuses, philosophiques, sociales, … - de l’entourage et de la famille : respect du droit à la vie privée, respect des différences culturelles, religieuses, philosophiques, sociales, … - des collègues, de la hiérarchie : respect du droit à la vie privée, respect des consignes, décodage et transmissions des observations et informations, … - de l’institution : code de déontologie, projet/mission/objectifs, … spécifiques aux différents milieux professionnels. Eléments ci-dessus déjà abordés au D3PAF et à adapter à l’AS.

 Rôle de l’AS au sein des institutions (centres de soins à domicile, collectivités, différents services de milieux hospitaliers).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

 Adaptation des attitudes et comportements personnels et professionnels lors de toute activité de soins et d’aide aux patients, dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles et déontologiques.

139

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

G. DROITS DE LA PERSONNE S, N, PA, TS

 Recherche et analyse des documents relatifs aux droits des patients et détermination des dispositions légales, services d’aide et personnes-ressources : - cf D3PAF (la charte des droits de l’Homme, des droits de l’Enfant, des droits des personnes âgées), - les droits du patient :

 Rôle de l’AS au sein des institutions (centres de soins à domicile, collectivités, différents services de milieux hospitaliers).

 Adaptation des attitudes et comportements personnels et professionnels lors de toute activité de soins et d’aide aux patients dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles et déontologiques.

 droit à l’information, droit au choix d’aide proposée, …  en psychiatrie : mesures de protection (observation, maintien en milieu psychiatrique, … administration des biens),

- cf. D3PAF (la problématique de la maltraitance physique et morale), - les droits du patient en fin de vie :  approche culturelle et religieuse de la mort (comparaison des différentes approches),  acharnement, euthanasie, … (réflexion sur différents thèmes),  procédures législatives, administratives et règlementaires en cas de décès (transport du corps, don d’organes, …).

H. LEGISLATION CIVILE ET PENALE S, N, PA, TS

140

 Recherche, analyse des documents législatifs et détermination des principes généraux et des spécificités liées aux milieux professionnels et aux activités professionnelles de l’AS : - responsabilité civile et implications, - assurance professionnelle, - responsabilité pénale et implications, - cf. D3PAF (secret professionnel : définition, conditions de violation, dérogations (décès, maladies, sévices, …), témoignage en justice / le respect de la liberté d’opinion / le respect de la vie privée / protection du patrimoine de la personne âgée / …).

 Rôle de l’AS au sein des institutions (centres de soins à domicile, collectivités, différents services de milieux hospitaliers).

 Adaptation des attitudes et comportements personnels et professionnels lors de toute activité de soins et d’aide aux patients dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles et déontologiques.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

POUR COMPRENDRE, ANALYSER, JUSTIFIER, … tous ses choix lors de la réalisation de tâches professionnelles (soins, surveillances)

POUR SELECTIONNER, APPLIQUER, … (techniques, règles, … attitudes, …)

POUR OBTENIR DES RESULTATS ADEQUATS (observations, valeurs, normes, manifestations de perte d’autonomie et dépendance, … ou indices de satisfaction des besoins, conseils, transmission, …) dans des situations professionnelles concrètes

H. LEGISLATION CIVILE ET PENALE (suite) S, N, PA, TS

 Recherche, analyse des documents législatifs et détermination des principes généraux et des spécificités liées aux milieux professionnels et aux activités professionnelles de l’AS : - cf. D3PAF (actes infirmiers et actes délégués par l’infirmier(e) à l’aide-soignant(e) / exercice illégal de l’art infirmier / exercice illégal de l’art de guérir / homicide involontaire, non-assistance à personne en danger … / usurpation du titre et port illégal de l’insigne / …).

 Rôle de l’AS au sein des institutions (centres de soins à domicile, collectivités, différents services de milieux hospitaliers).

 Adaptation des attitudes et comportements personnels et professionnels lors de toute activité de soins et d’aide aux patients dans le souci constant du respect des personnes, des rôles de chacun, des règles professionnelles et déontologiques.

I. LEGISLATION SOCIALE S, N, PA, TS

 Recherche, analyse des documents législatifs et  Démarches à réaliser à l’issue de la formation d’AS. détermination des principes généraux et des spécificités liées aux milieux professionnels et aux activités professionnelles de l’AS : - contrats de travail et emploi, règlement de travail, (lois, règlements régissant les travailleurs et employeurs, droits et devoirs des travailleurs, contrats de travail, …), - accidents du travail, - maladies professionnelles, - … J. SERVICES ANNEXES – PARTENAIRES EXTERIEURS

 Adaptation des attitudes et comportements personnels et professionnels lors de la recherche d’emploi, de l’entretien d’embauche, de signature de contrat, …

S, N, PA, TS

 Répertoire des différents partenaires sociaux, types de services ou institutions d’aide, caractéristiques du type de prestations proposées et conditions d’accès à ces services : - CPAS, Croix-Rouge, … - ONE, … - Centres de soins et d’aide à domicile, - Centres d’accueil de jour, … - Lieux de vie (centres thérapeutiques de jour et de nuit, habitations protégées, maisons de soins psychiatriques, hôpitaux psychiatriques). -

 Accueil, présentation, information, conseil, … aux patients, à l’entourage, à la famille, … dans le respect des personnes, des règles professionnelles.

 Rôle d’information et de relais de l’AS au sein des institutions (centres de soins à domicile, collectivités, différents services de milieux hospitaliers).

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

141

142

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Annexe 3 - Observation de l’AS A propos de l’observation, base de toute activité de l’AS : Observation 25 ▪ ▪ ▪

Analyse de l'importance d'une démarche d'observation comme support de travail de l'AS : conception et réalisation de soins adaptés aux besoins et conforme au plan de soins, transmission d'informations utiles à l'équipe soignante (médecin, infirmière, kinésithérapeute, …). Décrire les caractéristiques principales d'une observation pertinente et exploitable par l'AS dans son activité professionnelle et par les membres de l'équipe soignante (médecin, infirmière, kinésithérapeute, …) : objectivité, absence d'interprétation, absence de jugement de valeurs, absence de généralisation, ... Sur base de situations concrètes susceptibles d'être rencontrées au sein des différents milieux d’insertion professionnelle ou de situations vécues en stage ou de jeux de rôles : - identification et déduction des besoins et attentes d'un patient (Quelles sont les manifestations et particularités des différents besoins ? Quels sont les signes d'altération de ces besoins ? Quelles sont les causes ou éléments favorisants les altérations de ces besoins ? ...) ; - proposition d’attitudes et de comportements adaptés au patient, à la situation.

25

Remarque La démarche d'observation décrite ci-dessus est identique dans tous les axes de l’option groupée (Psychologie appliquée, Technologie des soins, Nutrition). Une coordination devra donc impérativement avoir lieu entre les titulaires de ces cours : l'un développera plus particulièrement les observations de besoins et altérations de besoins physiques, l'autre les observations de besoins et altérations de besoins psycho-sociaux. La planification de situations d'intégration des différents axes favorisera la capacité de l'élève à mobiliser toutes les ressources pour réaliser des observations complètes.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

143

A TITRE D'EXEMPLES : observation de besoins physiologiques Dans les exemples fournis ci-dessous, les éléments notés en caractère « gras » sont à développer par l’axe Psychologie appliquée. LE BESOIN DE RESPIRATION/CIRCULATION ▪

Manifestations et particularités du besoin : chez le nourrisson (35 à 45 mouvts/resp/min, peut faire une inspiration forcée, rythme cœur 110 à 15 pulsations/min) / chez l’enfant (26 à 30 mouvts/resp/min, peut tousser, cracher, se moucher et est conscient de sa respiration) / chez l’adolescent (18 à 20 mouvts/resp/min, découvre la cigarette et adopte une conduite face au tabac) / chez la femme enceinte (augmentation de la consommation d'oxygène, compressions vasculaires, ...)/ chez le jeune adulte (16 à 18 mouvts/resp/min, conduite tabagique, compressions vasculaires) / chez l'adulte retraité (diminution de l'amplitude respiratoire, essoufflement à l'effort, modifications du rythme cardiaque) / chez la personne âgée (diminution de la capacité vitale, recherche la position semi-assise, fragilité aux infections respiratoires, ralentissement du rythme cardiaque, fragilité capillaire, ...). ▪ Altérations du besoin - Observations de signes physiques : l'amplitude respiratoire devient courte, superficielle, profonde, exagérée et les mouvements thoraciques se modifient / rythme irrégulier, fréquence accélérée ou diminuée ou présentant des pauses / gêne respiratoire (dyspnée à l'effort ou en position couchée) / respiration bruyante (râles, gargouillements, sifflements) / modification de la couleur de la peau et des muqueuses (peau froide et moite, lèvres et ongles bleutés, ...) / apparition d'œdème / diminution de la diurèse / confusion, somnolence, agitation / engourdissements, picotements, crampes, rougeur, lourdeur au niveau des jambes / ... - Observations du comportement non verbal : position assise spontanée les mains sur les genoux, penché en avant), agitation, regard apeuré, transpiration, ... - Observations du comportement verbalErreur ! Signet non défini. : le patient exprime une sensation de gêne respiratoire, une sensation de chaleur, se plaint de fatigue, de douleur, a une voix inquiète, exprime son angoisse et sa peur, ... ▪



144

Causes et facteurs favorisants : les pathologies médicales et chirurgicales les plus fréquemment rencontrées entrainant une perturbation du besoin de respirer et d'avoir une circulation sanguine adéquate sont les broncho-pneumopathies, les cardiopathies, comas, embolie pulmonaire, œdème aigu du poumon, AVC, traumatisme thoracique, ... Outre ces pathologies, l’altération de ces besoins peut être particulièrement liée à des facteurs biologiques ou psychologiques : présence de sécrétions, sevrage de ventilation assistée, diminution des échanges gazeux (oxygène, gaz carbonique), douleur, anxiété, fatigue, diminution de la mobilité, vieillissement, ... Rôle de l’aide-soignant(e) : mesurer la fréquence respiratoire et observer le retour à la normale des anomalies (couleur de peau, dyspnée, anxiété, …), mesurer la fréquence cardiaque (le pouls) / Procurer un environnement calme avec une lumière douce / Mettre le patient en position semi-assise, surélever le lit / Stimuler à tousser et expliquer au patient comment s’y prendre et l’encourager / Aérer l’environnement et humidifier l’air / Pendant les soins (toilette, marche, repas, …), favoriser des périodes de repos / …

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

LE BESOIN D'ETRE PROPRE ▪

Manifestations et particularités du besoin : chez le nourrisson (la peau desquame, la peau devient douce, souple mais souvent irritée au niveau du siège) / chez l’enfant (apprend des conduites d’hygiène, lavage des mains et des dents, participe peu à peu à sa toilette, puis prend en charge seul) / chez l'adolescent (sécrétion des glandes sébacées et sudoripares, apparition des poils, passe beaucoup de temps pour son hygiène et son esthétique, recherche de son image, ...) / chez la femme enceinte (apparition d’un masque de grossesse, de vergetures, d’une pigmentation et d’oedèmes) / chez le jeune adulte (maitrise des règles d'hygiène et produits adaptés, entretien son image) / chez l’adulte retraité (la peau perd son élasticité, se déshydrate, devient très fine, sèche et jaunit, apparition de rides, perte de cheveux ou coloration grise, ... fragilité des capillaires, ... modification de l'image corporelle, ...) / chez la personne âgée (peau très fine, sèche et jaunissante, peau fragile ainsi que les capillaires d’où hématomes, demande de l’aide pour se laver certaines zones du corps, …). ▪ Altérations du besoin - Observations de signes physiques : modification de la couleur de la peau / présence de rougeur, érythème, prurit, lésions de grattage, ulcération, crevasse, croutes, nécrose, plaie, écoulement, … / présence de coupure ou de cisaillement de la peau au niveau des plis / absence de soins d'hygiène ou mauvaise hygiène au niveau du corps, des dents, de la bouche / mauvaise odeur au niveau du corps ou de l'haleine, odeur de transpiration, ... - Observations du comportement non verbal : le patient n’accomplit pas ses soins d’hygiène personnelle, ne se lave pas si on ne lui rappelle pas / ne veut pas se retrouver nu / est malhabile pour effectuer les soins par cause de tremblements ou manque de coordination / est gêné dans ses mouvements (tremblements, diminution de la motricité des membres supérieurs) / est triste ou pleure pendant des soins d’hygiène / est confus pendant sa toilette, se relave plusieurs fois, oublie certaines parties du corps, … / refuse de se regarder dans un miroir, … - Observations du comportement verbalErreur ! Signet non défini. : le patient exprime de la douleur (au niveau de sa lésion ou lors de mouvements) / exprime une grande fatigue / ne manifeste aucun plaisir à être propre / se plaint de froid pendant les soins / refuse d’être traité par une personne du sexe opposé, … ▪ Causes et facteurs favorisants : les pathologies médicales, chirurgicales et mentales les plus fréquemment rencontrées et entrainant une perturbation du besoin d'être propre sont les troubles circulatoires, les troubles métaboliques, l'altération de l'état nutritionnel (ex. : obésité, maigreur, AVC, hémiplégie, brulures, cancer, sida, interventions chirurgicales, accidents, ...). La dépression, la démence, la maladie d'Alzheimer, ... risquent d'entrainer une perturbation du besoin d'être propre. Outre ces pathologies, l’altération de ce besoin peut être particulièrement liée à : une immobilisation, des facteurs mécaniques (pression, cisaillement, contention, ...), des agents irritants (excrétions, sécrétions), l'humidité, une hyperthermie, des traitements anti-cancéreux (chimiothérapie, radiothérapie), la douleur, la fatigue, la dépression, l'anxiété, la solitude, le vieillissement, … ▪ Rôle de l’aide-soignant(e) - Pour les soins d’hygiène personnelle : lors de la toilette au lit, préparer la cuvette d’eau et le nécessaire de toilette à portée du patient / lors de la toilette au lavabo, amener et installer le patient et préparer le matériel si nécessaire / penser à proposer le bain, la douche, le pédiluve, le capiluve / tenir compte des habitudes d’hygiène du patient / être attentive aux éléments de confort (éviter le refroidissement, traiter la peau avec douceur et attention) / mobiliser avec douceur / porter attention à l'installation de personne fatiguée / favoriser la participation, expliquer l'importance de l'hygiène, proposer maquillage, bijoux, ... pour favoriser l'esthétique, demander à la famille d'apporter les produits personnels / respecter les demandes et refus / respecter la pudeur, ne pas découvrir la personne sans son accord, éviter les comportements non verbaux (froncements, signes de dégout, ...) qui signifieraient un rejet, ...

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

145

- En cas de désorientation : évaluer le niveau de confusion pour savoir ce que l’on va demander au patient au niveau de sa participation / respecter un horaire régulier pour la toilette pour donner un point de repère / stimuler les sens en demandant de s'exprimer sur la chaleur, l'odeur, la douceur, ... des serviettes et produits, ... / selon les capacités du patient et de ses progrès, lui demander d’en faire chaque fois un peu plus lui-même et le féliciter lors des soins accomplis ou des progrès réalisés / … - En cas d'immobilisation : participer à la prévention d'escarres par des massages préventifs adaptés et signaler toute apparition de douleur, érythème ou rougeur / mettre en place un protecteur cutané qui agit efficacement contre le cisaillement et le frottement, évite la macération, permet la surveillance de la peau, … / supprimer les points d’appui, pratiquer le changements de positions / assurer une bonne hygiène de la peau et du lit en évitant les plis, les corps étrangers, … / assurer une bonne hygiène alimentaire, favoriser les aliments protéinés, contrôler l’absorption des boissons, la sècheresse de la bouche, …

146

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

A TITRE D'EXEMPLES : observation de besoins psycho-sociaux Dans les exemples fournis ci-dessous, les éléments notés en caractère « gras » sont à développer par l’axe Psychologie appliquée. LE BESOIN D’AGIR SELON SES CROYANCES ET SES VALEURS ▪

Manifestations et particularités du besoin : chez l’adolescent (remettre en cause les normes, les valeurs, l’éducation reçue, …), chez l’adulte (affirmer ses valeurs et s’engager pour le maintien de ses valeurs morales, culturelles, politiques, religieuses, …), chez la personne âgée (faire son bilan, mettre de l’ordre, organiser sa fin de vie sur le plan matériel, familial et spirituel, …). ▪ Altérations du besoin - Observations de signes physiques : troubles somatiques (insomnies, cauchemars, tensions musculaires, céphalées, …), perte de l’appétit, perte de poids, … (à développer aux cours de Sciences appliquées et Techniques de soins). - Observations du comportement non verbal : traits tirés, yeux cernés, modifications du comportement ou de l’humeur (pleurs, colère, agressivité, anxiété, replis sur soi, …), indifférence, passivité, distraction, difficulté à se concentrer, le patient ne veut ou ne peut pas effectuer ses pratiques religieuses habituelles, … - Observations du comportement verbal : le patient dit mal dormir, être fatigué, exprime des remords et des regrets, se pose des questions sur les choix à faire, s’interroge sur le sens de sa vie, recherche de manière incessante l’objet ou la personne perdu(e), … ▪ Causes et facteurs favorisants : l’accident, la maladie, la souffrance, le deuil bouleversent la vie dans sa totalité et obligent le patient à s’adapter et à réfléchir sur le sens de sa vie. Des réactions de détresse, de désespoir peuvent lui sembler la seule issue possible … Des pathologies graves telles que le cancer, le sida ou des paralysies et la dépression, … peuvent perturber gravement ce besoin. Ces difficultés peuvent de plus être liées à un conflit entre ses valeurs et une thérapie, une non acceptation de la maladie et des traitements, la maladie qui s’installe dans la chronicité, la vieillesse, le sentiment d’isolement, la peur de la mort, … LE BESOIN DE SE RECREER ▪

Manifestations et particularités du besoin : chez l’adulte (apprécier les loisirs, pratiquer un sport qui protège du stress et redonne de l’énergie, …), chez la personne âgée (dire que les loisirs ne sont plus de son âge et rester en spectateur, apprécier un climat de détente, être distrait par la télévision, se replier sur son passé, …). ▪ Altérations du besoin - Observations de signes physiques : air triste et abattu, bâillements fréquents, inattention, anorexie, perte de poids, dyspnée lors d’efforts, … - Observations du comportement non verbal : le patient a une incapacité ou des difficultés à accomplir les activités récréatives qu’il aime, participe peu ou ne participe pas aux activités, reste dans son coin, ne veut pas sortir de sa chambre, est triste, a une démarche ralentie, pleure souvent, fait de nombreuses siestes pendant la journée, … - Observations du comportement verbal : le patient dit qu’il ne peut adopter les postures qui lui conviennent à cause de l’immobilisation au lit, qu’il a un déficit sensoriel, voit mal, entend mal, qu’il est fatigué, se plaint de douleur, ne se sent pas d’énergie, qu’il ne se reconnait pas, qu’il s’ennuie et n’a envie de rien, est hostile et irritable dans ses propos, exprime son anxiété à s’intégrer dans un groupe, …

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

147



Causes et facteurs favorisants : les pathologies médicales, chirurgicales et mentales les plus fréquemment rencontrées et entrainant une perturbation du besoin de se récréer sont les handicaps moteurs, les déficits sensoriels, la douleur, l’altération de la fonction cardio-pulmonaire, un état dépressif. Outre ces pathologies, l’altération de ce besoin peut être particulièrement liée à des traitements longs et fréquents, des séjours prolongés à l’hôpital, un surmenage, un évènement malheureux, … L’altération de ce besoin peut être associée à toutes les maladies. Rôle de l’aide-soignant(e) : installer le patient dyspnéique en position semi-assise, ne pas obliger le bénéficiaire à poursuivre le soin s’il ne le peut plus ou s’il ne le veut plus, permettre un temps de récupération, de repos, encourager le bénéficiaire en insistant sur ce qu’il est capable de faire, …



LE BESOIN DE S’OCCUPER EN VUE DE SE REALISER ▪ ▪



▪ ▪ ▪

Manifestations et particularités du besoin : concept de soi, image corporelle, identité personnelle, estime de soi, exercice d’un rôle, … Altérations du besoin - Observations de signes physiques : la mise en place de matériel surtout au niveau du visage (sondes d’aspiration, d’intubation, trachéotomie, …) modifiant l’image de la personne, dégradation de l’état physique (amaigrissement), perte d’une partie du corps (amputation, ablation chirurgicale, …). - Observations du comportement non verbal : le patient adopte un comportement agressif, ne reconnait pas ses progrès, pleure, rumine des idées tristes, a des périodes de grands silences, est apathique, manifeste de la colère, de l’agressivité, … du découragement, de l’anxiété, a peu ou pas de visites, dissimule ou exhibe la partie du corps malade ou amputée, … - Observations du comportement verbal. - Par rapport au vécu de la maladie : le patient a du mal à faire des choix (« faites comme vous voulez »), ne se projette pas dans l’avenir, se plaint constamment de tout et de rien, nie des problèmes évidents aux yeux des autres, rejette sur autrui la responsabilité de ses échecs, … - Par rapport à l’image corporelle : le patient n’accepte pas de ne plus avoir la maitrise de son corps, d’avoir perdu son autonomie, a peur des autres (de leur regard, de leur réaction), a honte de son corps, refuse de toucher ou regarder une partie de son corps, … - Par rapport à l’estime de soi : le patient se dévalorise, se déprécie, a besoin d’être constamment rassuré, est hypersensible aux manque d’égards et aux critiques, exprime sa honte ou sa culpabilité, … Causes et facteurs favorisants : les pathologies médicales, chirurgicales et mentales les plus fréquemment rencontrées et entrainant une perturbation du besoin de se réaliser sont l’AVC, Alzheimer, les paralysies, le cancer, le sida, la dépression, l’alcoolisme, les troubles mentaux, certaines interventions chirurgicales invalidantes entrainant une modification de l’image corporelle, … Outre ces pathologies, l’altération de ce besoin peut être particulièrement liée à la grossesse, la douleur chronique, la vieillesse, le deuil, … Rôle de l’aide-soignant(e) Par rapport au vécu de la maladie : permettre au patient de s’exprimer sur ses difficultés, sur les changements provoqués par la maladie, respecter les silences et les larmes, aider le patient à se projeter dans l’avenir, … Par rapport à l’image corporelle : souligner l’importance d’une apparence physique soignée (hygiène, coiffure, maquillage, barbe, …), respecter le fait que le patient ne veuille pas voir immédiatement les modifications corporelles, maitriser son expression faciale ou son comportement non verbal (répulsion, …).

148

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Annexe 4 - Schéma-type de communication de l’AS Schéma-type d’analyse de communication face aux troubles et pathologies A TITRE D'EXEMPLES Patient douloureux – Pathologies de douleur chronique SPECIFICITES DE LA PATHOLOGIE

MODES DE COMMUNICATION ADAPTES

Le schéma corporel du patient est modifié, la perception du corps est altérée par la douleur pouvant aller jusqu’à un sentiment d’étrangeté.

Favoriser l’écoute du corps. Aider à la redécouverte de son propre corps (toucher). Souligner les moments de bienêtre corporel.

La douleur induit un sentiment de perte (perte ou diminution de certaines fonctionnalités) qui remet en cause l’image de soi.

Pratiquer l'écoute active pour distinguer impossibilité, inconfort et crainte. Privilégier l’action et le changement (par reformulations, …).

La douleur peut provoquer l’adoption de nouveaux comportements : négatifs (vulnérabilité et impuissance provoquent irritabilité, tension, dépression, repli sur soi, …) ou positifs (tirer des bénéfices secondaires de son mal : être dispensé de telles tâches, …).

Discerner ce qui est de l’ordre de la douleur et ce qui relève d’une situation plus vaste. Recadrage contextuel et clarification sont à privilégier.

Patient addictif – La toxicomanie SPECIFICITES DE LA PATHOLOGIE : LE TOXICOMANE

MODES DE COMMUNICATION ADAPTES

est dans une quête douloureuse : sentiment de vide intérieur (déplacé sur le manque créé par le produit), confrontation à une souffrance psychologique (difficulté de décrocher), ...

Ecouter le manque. Répondre au besoin de soutien, de disponibilité, d’espace de parole, du sentiment d’être vivant ou même humain, …

est à la recherche de son identité : image dégradée de soi, les effets de la drogue donne l'illusion de la toute puissance, ...

Insister sur les projets et sur les capacités du patient à les réaliser.

ne sait pas gérer ses émotions : la drogue remplace un monde d'émotions par un monde de sensations, tendance à évacuer physiquement les angoisses ...

Montrer qu’il ne faut pas avoir peur des émotions et la normalité de ce ressenti.

entretien un relationnel altéré : la dépendance pousse souvent à se montrer fusionnel avec l'autre, à présenter une immaturité affective source de souffrance, ...

Respecter le vouvoiement, cadrer, donner des repères sur ce qui relève de l’AS et du patient en situation professionnelle.

ne sait pas différer : difficultés à planifier, à construire ce qui pourrait régler les besoins --> recherche de réponse immédiate par le recours à un produit, ...

Montrer que même si un temps a été nécessaire pour qu’un besoin soit satisfait, la personne a su faire avec ce temps, a trouvé des ressources pour patienter, …

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

149

Patient chronique – Pathologies actualisantes 26 (ex. Le sida) SPECIFICITES DE LA PATHOLOGIE : LE PATIENT

MODES DE COMMUNICATION ADAPTES

doit apprendre à ne pas oublier sa maladie. Le traitement quotidien est perçu comme positif (il permet le maintien en vie) et négatif (il rappelle la maladie, la mort, ...).

Faire preuve d'empathie quant à la dépendance du patient à son traitement et à ses moments d'épuisement.

présente des angoisses spécifiques liées à la poursuite de la vie et aux projets. Le cycle de vie est altéré et les questions se posent (Aurais-je le temps? Est-ce toujours une priorité ? ...).

Pratiquer l'écoute active en relançant sur les éléments pivots (constitution d'une famille, possibilité d'être en couple, changement de type de travail, ...)

doit apprendre à gérer l'espoir, à s'autoriser la normalité et le bonheur (éviter d'ajouter des interdits fictifs aux interdits réels).

Adopter une attitude d'acceptation. Ouvrir un espace de parole au patient.

26

Pathologies liées à des traitements quotidiens tout au long de la vie … (le patient doit apprendre à ne « pas oublier » sa maladie et ce qui lui rappelle au patient qu’il est malade, c’est son traitement quotidien ! Etre malade est un statut dont le patient ne doit pas s’écarter pour, paradoxalement, espérer vivre et trouver une certaine normalité dans l’exécution de son quotidien).

150

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Annexe 5 - Activités déléguées par l’Infirmier(e) à l’AS dans une équipe structurée Liste (annexe de l’AR du 12 janvier 2006) des activités que l’aide-soignant(e) peut effectuer sous le contrôle de l’infirmier(e) et dans une équipe structurée ACTIVITE

Références à la liste des prestations infirmières

Observer et signaler les changements chez le patient/résident sur les plans physique, psychique et social dans le contexte des activités de la vie quotidienne (A.V.Q.).

Art. 21 quinquies §1er a

Informer et conseiller le patient/résident et sa famille conformément au plan de soins, relativement aux prestations techniques autorisées.

Art. 21 quinquies §1er a

Assister le patient/résident et son entourage dans les moments difficiles.

Art. 21 quinquies §1er a

Soins de bouche.

A.R 18/6/90/1.1

Enlever et remettre les bas destinés à prévenir et/ou traiter des affections veineuses, à l’exception de la thérapie par compression à l’aide de bandes élastiques.

A.R 18/6/90/1.2

Observer le fonctionnement des sondes vésicales et signaler les problèmes.

A.R 18/6/90/1.4

Soins d’hygiène à une stomie cicatrisée ne nécessitant pas de soins de plaies.

A.R 18/6/90/1.5

Surveiller l’hydratation par voie orale du patient/résident et signaler les problèmes.

A.R 18/6/90/1.6

Aider à la prise de médicaments par voie orale pour le patient/résident, selon un système de distribution préparé par une(e) infirmier(e) ou un(e) pharmacien(ne).

A.R 18/6/90/1.7

Aider à l’alimentation et l’hydratation par voie orale du patient/résident à l’exception des cas d’alimentation par sonde et de troubles de la déglutition.

A.R 18/6/90/2

Installation et surveillance du patient/résident dans une position fonctionnelle avec support technique, conformément au plan de soins.

A.R 18/6/90/3

Soins d’hygiène chez les patients/résidents souffrant de dysfonction de l’A.V.Q., conformément au plan de soins.

A.R 18/6/90/4

Transport des patients/résidents, conformément au plan de soins.

A.R 18/6/90/5

Application des mesures en vue de prévenir les lésions corporelles, conformément au plan de soins.

A.R 18/6/90/5

Application des mesures en vue de prévenir les infections, conformément au plan de soins.

A.R 18/6/90/5

Application des mesures dans le cadre de la prévention des escarres, conformément au plan de soins.

A.R 18/6/90/5

Prise du pouls et de la température corporelle, signalement des résultats.

A.R 18/6/90/6

Assistance du patient/résident lors de prélèvement non stérile d’excrétions et de sécrétions.

A.R 18/6/90/6

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

151

152

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

Annexe 6 - Locaux – Equipement – Matériel ORGANISATION D’UN ENVIRONNEMENT MATERIEL PRATIQUE ET DIDACTIQUE - TROIS ESPACES SEPARES OU SEPARABLES A. LA CHAMBRE : LE MOBILIER ET L’EQUIPEMENT 2 mannequins adultes, 2 mannequins bébés - La chambre : le mobilier et l’équipement  2 lits médicalisés + Oreillers, Matelas, Protection de matelas, Alèse en caoutchouc, Assortiment d’alèses en tissus, Alèse disposable, Barrières de sécurité, Draps, Couvertures, Couvre lits, Arceau de lit, Tablette de lit, Table de nuit, Perroquet, Potence de lit ;  1 lit pédiatrique ;  1 meuble à langer, coussin à langer, Table de nuit, Garde robe – Commode de rangement, Patère murale et/ou porte manteaux ;  Evier avec eau chaude et eau froide, Robinetterie haute ;  Porte essuies, Distributeur de savon liquide, distributeur de lingettes disposables ;  Paravent d’isolement. - « Effets personnels » des mannequins (les vêtements présenteront soit les caractéristiques de confort soit des contraintes en vue d’apprentissage) : vêtements de jour (robes, jupes, blouses, gilets, chemisiers, pantalons, chemises, cravates, gilets, vestons, casquettes, chapeaux, manteaux, …), sous vêtements (singlet, chemisette, soutien gorge, combinaison, caleçons, caleçons longs, culottes, bas nylon, chaussettes, …) / chaussures de jour / vêtements de nuit (pyjamas, chemises de nuit, peignoirs, liseuse, …) / chaussons ou pantoufles / les accessoires / carafe et verre, gobelet / sonnette / fauteuil de repos / 1 table / 2 chaises / chaise percée / sur-élévateur de WC / téléphone. - « Le matériel relatif au besoin d’être propre et de protéger ses téguments » : bassins, baignoire pédiatrique, thermomètre de bain, gants de toilette, essuie de toilette et drap de bain, savon en pain, savon liquide en flacon doseur, shampoing, brosse et peigne, brosse douce pour bébé, peigne anti parasites, miroir à main et miroir mural, sèche cheveux, rasoirs électrique, rabot (rasoir coupe choux) et blaireau, savon à barbe et mousse à raser, pédiluve, ciseau à ongles ou coupe ongles, limes, brosses à dents, dentifrice, godet pour prothèse dentaire, coton tige – sécurité, lunettes, compte gouttes + liquides physiologiques, matériel pour capiluve, eau de toilette, broc à eau pour irrigation, pince à clamper. - « Le matériel relatif au besoin de boire et manger » : plateau de repas, vaisselle pour les repas (grandes assiettes, assiettes à dessert, assiettes à soupe, tasse, sous tasse, bol, verre, carafe à eau, cafetière, couteau, fourchette, cuillère à soupe, cuillère à café, godet à pilules), aide technique (verre ou gobelet avec embout, verre ou gobelet avec anses et embout, verre ou gobelet avec couvercle anti renversement, serviettes de protection pour le repas, pèse personne. - « Le matériel relatif au besoin d’éliminer » : dispositif complet pour incontinence urinaire temporaire ou permanente (sonde vésicale – sacs collecteurs, étuis péniens – sacs adaptés, assortiment de protections, culotte filet, bassin de lit, urinal, bocal gradué à diurèse, canule rectale, poche pour stomie urinaire, poche pour stomie intestinale, pot pour coproculture, bandelettes réactives pour analyses d’urines, chaise percée et dévidoir de papier de toilette. - « Le matériel relatif au besoin de dormir » : coussins de positionnement, nid d’ange, mobile « d’éveil » et musique.

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ

153

- « Le matériel relatif au besoin de se mouvoir et se maintenir en bonne position » : fauteuil roulant ( + pompe pour le gonflage des pneus) avec repose pieds, béquilles, déambulateur, canne multipodes, bas antistase et autoportant. - « Le matériel relatif au besoin de respirer » : sonde nasale – lunette nasale, masque pour mise en place d’aérosol, nébulisateur, système pour l’oxygénothérapie et aérosolthérapie, bouteille spiroscopique, crachoirs, feuille de paramètres (feuille de température), porte feuille de paramètres pour accrocher au lit. - « Le matériel relatif au besoin de maintenir sa température dans les limites de la normales » : vessie de glace, bouillotte, thermomètre. - « Le matériel relatif au besoin de sécurité » : lutte contre les infections (isolement septique et isolement protecteur, aménagement d’un sas + sacs poubelles de couleur, patère, antiseptiques en pompe, masques, sur blouse, bonnet, sur chaussure, vaisselle disposable, ceinture de contention. B. UN LOCAL CORRESPONDANT A « L’INFIRMERIE » COMPRENANT UN ESPACE RESERVE AU MATERIEL SPECIFIQUE, A LA PREPARATION DES SOINS ET A L’ACCES AUX DIFFERENTS DOSSIERS DE REFERENCES POUR LA COLLECTE DES RENSEIGNEMENTS

- Armoires de rangement pour le matériel de soins, plan de travail, installation sanitaire avec arrivée d’eau, un évier et une robinetterie haute, porte essuie, distributeur de savon liquide et lingettes disposables, étagère pour dossiers infirmier et dossiers patients avec système de classement (fardes), armoire à pharmacie + boite de secours, chariot de soin. - Chariot de soins avec : petite poubelle attenante, pinces de kocher, pinces hémostatiques, pinces intermédiaires, ciseaux, sparadrap, tampons, compresses, thermomètre. - Bac d’élimination des déchets. C. LA LINGERIE : CHARIOT DE CHANGE, DESINFECTANT, BASSIN RENIFORME, ASSORTIMENTS D’ESSUIES, GANTS PROTECTIONS, ALESES, DRAPS, CULOTTES FILET, SACS A LINGE SALE, DRAPS, COUVERTURES, ALESES, ALESES EN CAOUTCHOUC, ALESES DISPOSABLES, RESERVE DE PROTECTIONS POUR ADULTES, RESERVE DE LANGES POUR BEBE

▪ ▪

Le matériel non spécifique : ouate cellulose ou papier de toilette, ouate hydrophile, gants disposables, maxi bobine et dévidage interne ou distributeur de serviettes papier à usage unique, bassin réniforme, cupule, compresses, tampons, abaisse langue, étiquettes, thermomètre, savon antiseptique en pompe, solution hydro-alcoolique. L’assistance aux soins infirmiers : set de pansement, pinces intermédiaires, porte pinces intermédiaires, pansements adhésifs, bandes crêpes, bandage triangulaire, bandes ombilicales, perfusions : tubulure et sérum, cathéters, drains + sacs collecteurs, sondes diverses : vésicales, gastriques, canule rectale, canule de Mayot – adulte et pédiatrique, seringues – aiguilles – trocart, garrot, trotteuse, tensiomètre, balance et toise, pèse bébé et toise, écran mobile – paravent, potence, électrodes ECG.

ORGANISATION DU TRAVAIL EN INTERDISCIPLINARITE ET DU TRAVAIL EN EQUIPE Espace bibliothèque / Matériel multimédia (lecteur CD, TV – magnétoscope – lecteur DVD, ordinateur et projecteur) / Ouvrages de références relatifs aux cours de l’option / Tableaux, supports d’écriture, d’expression écrite, graphique, orale, … L’INTEGRATION DE L’OUTIL INFORMATIQUE DANS LES DIFFERENTS MODES DE COMMUNICATION ET DE RECHERCHE Matériel informatique : ordinateur – imprimante - Accès internet. 154

FESeC – Aide-soignant / Aide-soignant(e) – D/2009/3/41 – 7PQ