Dysphasie ou retard : pas si simple !... - Resodys

86 downloads 7 Views 8MB Size Report
Dysphasie ou retard : pas si simple !... Mémoire pour le Diplôme Universitaire : Approche neurologique, linguistique et cognitive des troubles d'apprentissage.

Muriel BUSUTTIL – DESAUBLIAUX (Pédiatre-Néonatologiste- CHU Nord Marseille)

Sandrine QUIBEL (Orthophoniste- CMPP Ajaccio)

Dysphasie ou retard : pas si simple !...

Mémoire pour le Diplôme Universitaire : Approche neurologique, linguistique et cognitive des troubles d’apprentissage.

Année 2006/2007

Erreur ! Argument de commutateur inconnu.

Plan du mémoire PLAN DU MÉMOIRE ...................................................................................................................................................... 1 INTRODUCTION ............................................................................................................................................................. 4 OBSERVATION .............................................................................................................................................................. 5 DISCUSSION................................................................................................................................................................... 9 Prématurité  et hypotrophie : facteurs de risque de troubles cognitifs ...............................................................................9 Le profil cognitif de Quentin.......................................................................................................................................................10 L’évaluation par la BREV .............................................................................................................................................................11 La dysphasie : développement normal du langage et signes d’alerte. ..............................................................................12 Définition de la dysphasie ...........................................................................................................................................................13 Dysphasie et pathologies associées............................................................................................................................................14 QU’EN PENSE NOTRE ORTHOPHONISTE ?............................................................................................................ 14 Dépistage des troubles du langage ............................................................................................................................................14 Analyse des résultats de Quentin aux épreuves de la BREV et suggestions d’épreuves complémentaires à effectuer lors du bilan orthophonique ......................................................................................................................................15 Rappel sur la dysphasie phonologique-syntaxique...............................................................................................................20 Différence entre retard de langage et dysphasie de développement.................................................................................21 Epreuves complémentaires nécessaires.....................................................................................................................................21 Prise en charge.................................................................................................................................................................................24 Perspectives de rééducation orthophonique............................................................................................................................25 Partenariat avec l’école, création de mesures adaptatives ....................................................................................................28 CONCLUSION............................................................................................................................................................... 31 BIBLIOGRAPHIE .......................................................................................................................................................... 32 ANNEXE 1 : COURRIER DE L’INSTITUTRICE .......................................................................................................... 34 ANNEXE 2 : PROFIL DE LA BREV DE QUENTIN..................................................................................................... 35

Erreur ! Argument de commutateur inconnu.

ANNEXE 3: SIGNES D’ALERTE DE DIFFICULTÉS LANGAGIÈRES...................................................................... 36 ANNEXE 4 : SCHÉMAS RÉCAPITULATIFS CONCERNANT LES DYSPHASIES .................................................. 37

Erreur ! Argument de commutateur inconnu.

Introduction En France, la prématurité concerne plus de 7% des naissances (1). Les troubles spécifiques des apprentissages représentent, quant à eux, 5 à 10% de la population générale (2). On sait maintenant que les grands prématurés (enfants nés avant 33SA) ont un risque accru de troubles des fonctions cognitives (3). Il s’agit essentiellement de difficultés dyspraxiques (4), plus rarement des troubles des fonctions verbales (5). La BREV est un outil ludique pour le dépistage des troubles des fonctions cognitives (6). Notre observation illustre un trouble du langage oral chez un enfant de 5 ans, Quentin, né grand prématuré, envoyé chez son pédiatre sur les conseils de son orthophoniste pour une suspicion de dysphasie. Le support clinique et neuropsychologique est une BREV réalisée en consultation. Le « diagnostic orthophonique » restera ici hypothétique en absence d’un bilan neuropsychologique complet : dysphasie ou retard : pas si simple !... Ainsi, après l’observation clinique, nous discuterons : -

de la prématurité et des troubles des fonctions cognitives

-

de l’évaluation par la BREV

-

du développement normal du langage

-

de quelques généralités concernant la dysphasie.

La seconde partie du travail repose sur le point de vue orthophonique : -

L’analyse de l’orthophoniste et suggestion de complément d’épreuves pour affiner le diagnostic

-

Une présentation de la dysphasie en opposition au retard simple de parolelangage

-

Les épreuves complémentaires nécessaires pour contribuer au diagnostic différentiel

-

Les perspectives de prise en charge orthophonique dans le cadre d’une confirmation de l’hypothèse de dysphasie

-

Le partenariat avec l’école.

Erreur ! Argument de commutateur inconnu.

Observation Quentin est né le 19/10/01, au terme de 28SA et 4 jours, hypotrophique harmonieux à 778g. Sa maman, institutrice, âgée de 31 ans, est deuxième geste. Elle présente parmi ses antécédents un déficit en protéine S. Une césarienne est réalisée en urgence dans le contexte d’une toxémie gravidique maternelle, avec retard de croissance intra-utérin (RCIU) sévère. La corticothérapie maternelle a été incomplète. A la naissance, Quentin a une bonne adaptation néonatale. Il présente une détresse respiratoire à type de maladie des membranes hyalines, ayant nécessité l’administration de surfactant artificiel. La ventilation invasive s’est prolongée pendant 1 mois. Son sevrage est enfin possible 5 jours après une corticothérapie systémique dégressive sur 7 jours. Une dysplasie bronchopulmonaire se constitue progressivement. Le sevrage en oxygène est réalisé ultérieurement, en néonatologie, avec persistance d’une lésion délabrante de la columelle, témoin de l’intubation trachéale prolongée. Son hospitalisation se complique de nombreuses infections nosocomiales (à Enterobacter cloacae, Staphylocoque épidermidis, à Candida…) motivant une thérapie adaptée et potentiellement ototoxique (vancomycine, amikacine), d’évolution favorable. Son bilan neurologique (EEG et ETF) est normal. Il n’a pas bénéficié d’une IRM cérébrale. Son FO est normal. Il regagne son domicile le 12/01/02 à 83 jours d’âge réel (AR) et 41SA d’âge corrigé (AC), substitué en fer et vitamine D et avec un traitement anti-reflux gastro-oesophagien. Son alimentation est constituée d’un hydrolysat de protéine, et non du lait de mère. Son poids de sortie est de 2115g (