La dysphasie - SeGEC

20 downloads 5 Views 53KB Size Report
La dysphasie, c'est… « Un déficit spécifique du langage caractérisé par des problèmes graves de la compréhension et/ou de l'expression du langage parlé, en ...

2007-2008

Enseignement ordinaire et enseignement spécialisé

Les troubles en un coup d’œil Fiche 9/a La dysphasie, c’est… « Un déficit spécifique du langage caractérisé par des problèmes graves de la compréhension et/ou de l’expression du langage parlé, en l’absence de perte auditive, de déficience mentale ou d’un trouble émotionnel1. » Ce déficit empêche l’enfant de communiquer verbalement et d’accomplir certaines activités de son âge.

La dysphasie

La dysphasie, ce n’est pas… ¾ un retard intellectuel ; ¾ de l’autisme ; ¾ un déficit auditif ; ¾ un trouble psychologique ; ¾ une maladie bien identifiée.

* Lucas, 6 ans, parle encore mal. Sa compréhension est relativement meilleure que son expression. Son vocabulaire est réduit, sa syntaxe est élémentaire et son discours est peu élaboré. * Paul ne parle toujours pas à 4 ou 5 ans, alors que sa compréhension est bonne. Il est maladroit. * Anne a des difficultés à comprendre les consignes. Elle vit des frustrations lorsqu’elle doit chercher ses mots et qu’elle n’y arrive pas.

En classe, quelques signaux d’alerte : Comportements et difficultés à observer : - production verbale confuse, discours peu structuré ; - phrases du niveau d’un enfant de 3 ou 4 ans ; - difficultés à répéter ; - fait des gestes et des mimes ; - vite distrait(e), peu attentif(ve), bouge beaucoup ; - l’enfant comprend les mots, mais ne comprend pas bien l’intention du message ; - …

1

BENTON, 1964

Qui peut diagnostiquer ? Une équipe pluridisciplinaire spécialisée dans les problèmes de langage. Il faut : - faire un bilan ORL ; - faire un bilan chez un(e) logopède ; - prendre rendez-vous dans un centre de référence pour un bilan complet du langage ; - prendre contact avec le(s) enseignant(s) ; - …

Quelques pistes d’accompagnement : - placer l’enfant devant, loin de la porte ou de la fenêtre (canaliser l’attention) ; - vérifier que l’enfant vous regarde lorsque vous parlez (lecture labiale) ; - parler lentement ; - éviter des phrases trop longues ou des mots de plus de quatre syllabes ; - donner une consigne à la fois, vérifier en la lui faisant reformuler avec ses mots pour voir si elle a bien été comprise et/ou l’écrire au tableau ; - utiliser des pictogrammes pour les consignes ; - …

Outils pouvant être utilisés : - l’ordinateur ; - les QCM/exercices lacunaires ; - les photocopies non manuscrites ; - un cahier de communications avec les parents et la logopède ; - les gestes comme la méthode Borel-Maisonny, tant que les sons ne sont pas acquis ; - …

Fédération de l'Enseignement Fondamental Catholique Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique asbl Avenue E. Mounier 100 - 1200 Bruxelles - Tél: 02 256 71 26 - Fax: 02 256 71 29 - [email protected] Geneviève VANDECASTEELE et Martine-Hélène LAHAUT 23.5/VJ – Avril 2008 – Version 24.04.2008 (Fiche 9) -1-

2007-2008

Mieux agir face aux difficultés de l’apprentissage du langage oral Savoir parler/Savoir écouter Pour construire des actions de prévention et de remédiation…

Des idées d’activités pour développer les sept compétences spécifiques en savoir parler (PAR) et savoir écouter (ECO). La colonne « Repères matières et repères didactiques » donne les stratégies développées par les activités proposées. P.I. 2005, Langue française (p. 21 à 46).

Savoir parler - Le théâtre des marottes, un outil pour apprendre à orienter sa parole. (Cycles 1 et 2). - Que sais-tu de… ? (Cycles 1 et 2). - Je raconte et tu devines. (Cycles 1 et 2).

Comment aborder le programme de langue française avec les élèves qui ne parlent pas cette langue ? P.I. 2005, Documents complémentaires (p. 3 à 7). Établir des partenariats pour mieux comprendre et agir avec : les collègues du cycle ; le professeur de remédiation ; les parents ; le PMS ; le (la) logopède ; …

Savoir écouter - Les histoires de Camille. (Cycles 1 et 2). - Entendons-nous ? (Cycles 1 et 2). - Les deux zones. (Cycle 2).

Pour développer le langage oral Des activités à découvrir sur le site « La salle des Profs »2 http://www.segec.be/Fedefoc/pedagogique/sdp.htm

Jouer avec les nombres et les sons, et raconter des histoires. Recueil d’activités pour les enseignants de 3e maternelle, août 2005. Voir site « enseignement.be » à la rubrique : « Recherches en éducation », p. 2, 6e flèche : « Mise au point de stratégies éducatives pour le cycle 5/8 visant à améliorer les compétences en langage oral ».

2

Développer le langage oral à partir des compétences transversales : - relationnelles : * le cercle de parole, une clé pour la citoyenneté ; * oser se dire et se découvrir, éducation sexuelle et affective en cercle magique ; - instrumentales : * c’est quoi, cette technique de peinture ?

Le choix des activités citées est totalement arbitraire. Fédération de l'Enseignement Fondamental Catholique Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique asbl Avenue E. Mounier 100 - 1200 Bruxelles - Tél: 02 256 71 26 - Fax: 02 256 71 29 - [email protected] Geneviève VANDECASTEELE et Martine-Hélène LAHAUT 23.5/VJ – Avril 2008 – Version 24.04.2008 (Fiche 9) -2-

2007-2008

Enseignement ordinaire et enseignement spécialisé

Les troubles en un coup d’œil Fiche 9/b

Difficultés et troubles spécifiques du langage Il existe d’autres troubles/difficultés du langage qui ne relèvent pas de la dysphasie. Trouble articulatoire Erreur permanente, systématique dans l’exécution du mouvement qu’exige la production d’un phonème, quelle que soit sa position dans le mot ou dans la phrase. Ex. : « chupe » pour « jupe ».

Le bégaiement Trouble du débit élocutoire en situation de communication : répétition saccadée et involontaire, blocage pour émettre certains sons… Souvent, association de tics nerveux, de syncinésies3, d’une mauvaise respiration.

D’autres troubles/difficultés du langage sont liés à l’évolution du langage et influencent le développement « normal » du savoir parler. Retard simple du langage Décalage dans l’élaboration du langage et de la chronologie normale des acquisitions. Causes : facteurs environnementaux, socioculturels, affectifs et/ou relationnels. Quelques repères : - apparition tardive du premier mot (après 2 ans) et du mot-phrase (après 3 ans) ; - persistance du mot-phrase ; - utilisation tardive du « je » (4 ans au lieu de 3) ; - vocabulaire réduit ; - peu/pas de respect de l’ordre des mots ; - peu/pas d’utilisation de phrases complexes. La compréhension est meilleure que l’expression, mais des difficultés sont possibles au niveau des notions spatiales et temporelles, de la répétition de mots et surtout de phrases. Normalement, le retard est comblé avant 6 ans, mais l’insertion scolaire peut être difficile en maternelle (car d’autres domaines sont influencés par ce retard). C’est un enfant à risque pour les premiers apprentissages.

Causes possibles : - troubles moteurs des organes de la parole ; - déficience mentale ; - troubles psychologiques ; - carences socio-affectives graves ; - dysfonctionnement ou lésion cérébrale.

Quelques références parmi d’autres sur Internet : DELAHAIE, M. (2004). L’évolution du langage chez l’enfant. De la difficulté au trouble. Editions INPES. Ministère de l’Éducation de France. Prévention des troubles d’apprentissage. Évaluation des compétences langagières. Documents ressources.

Syncinésies : mouvements involontaires et tensions inutiles ; gestes parasites non contrôlés pendant l’exécution d’un mouvement. (CHEVALIER, N., 2006, Université Québec Montréal – QAM).

3

Retard de la parole - difficulté dans l’émission du langage : mise en mots de la langue ; - difficulté de choisir le bon phonème pour dire un mot ; - difficulté dans la combinaison des éléments d’un mot : ex. : « arbe » pour « arbre » ; Retard de langage Difficulté au niveau phonologique et au niveau syntaxique : composition difficile des phrases et peu de manipulations des composantes grammaticales.

Il est important d’être attentif aux conséquences : - difficultés de l’enfant à communiquer et donc difficultés relationnelles ; - difficultés psycho-affectives : manque d’estime de soi et de confiance en soi ; ces enfants peuvent être identifiés comme des déficients mentaux ou ayant des problèmes de comportement (communication orale altérée : utilisation d’autres moyens pour exprimer ses émotions, par exemple) ; - difficultés d’intégration scolaire ; - causes possibles de difficultés d’apprentissage (plus particulièrement du langage écrit).

Fédération de l'Enseignement Fondamental Catholique Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique asbl

Avenue E. Mounier 100 - 1200 Bruxelles - Tél: 02 256 71 26 - Fax: 02 256 71 29 - [email protected] Geneviève VANDECASTEELE et Martine-Hélène LAHAUT 23.5/VJ – Avril 2008 – Version 24.04.2008 (Fiche 9) -3-

2007-2008

À l’école maternelle

Avec les parents

Il importe d’être prudent avant de poser un diagnostic de difficultés/troubles du langage. Seuls des professionnels (logopèdes, médecins…) sont habilités à poser ce diagnostic. Les enseignants sont en première ligne pour tirer la sonnette d’alarme et signaler « des signes de… ».

Repérer des difficultés langagières… L’équipe éducative doit pouvoir repérer les difficultés langagières d’un enfant, informer les parents et accompagner l’enfant par des attitudes et des exigences scolaires pertinentes par rapport aux difficultés identifiées.

Quelques pistes à réfléchir : L’enseignant doit communiquer ses observations aux parents : cela demande du temps et de la disponibilité. Il est indispensable d’établir un partenariat positif avec les parents (quel accueil ? quelle place leur donne-t-on ? quel crédit dans ce qu’ils disent sur leur enfant ?...) Il est indispensable d’établir un dialogue et de partager les ressources de l’enfant, les difficultés observées, le projet que l’on a pour lui. Parler des difficultés observées devrait se faire sous forme d’inquiétudes à leur signaler. Si les difficultés persistent, malgré les moyens particuliers mis en place pour accompagner l’enfant, il est important d’en informer les parents… que les parents sachent ce que l’équipe éducative a déjà fait… Le dialogue est plus facile s’il s’accompagne de traces (de l’adulte et de l’enfant) : quelles traces leur montrer ? (Par exemple, un carnet de bord rédigé en concertation et où sont glissées certaines productions de l’enfant). Il est important d’aider les parents à se projeter dans l’avenir : à court terme : comment voyez-vous votre enfant à la fin de l’année ? que saura-t-il faire ?... à moyen terme : comment voyez-vous votre enfant à l’école primaire ?... à long terme : comment voyez-vous votre enfant quand il aura 20 ou 25 ans ?...

L’école doit être un lieu d’accueil et de prévention. Proposer des activités motivantes pour amener l’enfant à développer : la communication (verbale et non verbale) ; le langage oral et le langage écrit ; les compétences relationnelles : être entendu, compris, reconnu ; les compétences instrumentales (démarches cognitives) ; les compétences de prise de conscience de soi, de son fonctionnement et de ses démarches (métacognition).

Fédération de l'Enseignement Fondamental Catholique Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique asbl Avenue E. Mounier 100 - 1200 Bruxelles - Tél: 02 256 71 26 - Fax: 02 256 71 29 - [email protected] Geneviève VANDECASTEELE et Martine-Hélène LAHAUT 23.5/VJ – Avril 2008 – Version 24.04.2008 (Fiche 9) -4-

2007-2008

Enseignement ordinaire et enseignement spécialisé

Les troubles en un coup d’œil Fiche 9/c

Des activités pour développer le langage aux cycles 1 et 2 (Savoir parler – Savoir écouter – Compétences transversales) Site « La Salle des Profs » Le développement du langage passe par le savoir parler et le savoir écouter. D’autres compétences seront sollicitées. Il est intéressant de signaler que ces activités vont également contribuer au développement des instruments de pensée : les perceptions : les perceptions auditivo-temporelles et visuo-spatiales ; le corps ; le langage : • au niveau du versant réceptif : discrimination auditive, compréhension en situation orale et mémoire auditive, • au niveau expressif : évocation, organisation syntaxique et organisation narrative ; la mémoire : rappel immédiat et rappel différé, organisation séquentielle, reconnaissance auditive et visuelle ; et au développement du raisonnement (faire des liens, classer, sérier…). La manière dont sera conduite l’activité et les consignes qui seront posées pourront orienter l’activité cognitive des enfants dans le sens choisi par l’enseignant.

Ce que je peux voir dans la forêt d’automne Savoir parler Par rapport au langage : C’est un outil qui permet à l’enfant d’utiliser le vocabulaire d’un thème choisi et d’enrichir son vocabulaire (écoute de l’autre) ; d’autre part, le fait de faire des « familles » va mettre l’enfant dans des situations de comparaison, de classement, ce qui va développer ses compétences cognitives en lien direct avec le langage. Cette activité va susciter le lien entre l’oral et des traces graphiques (représentations : dessins).

Que sais-tu de… ? Savoir parler Par rapport au langage : C’est un outil qui permet à l’enfant de partager ses connaissances sur un thème choisi en se servant d’un support concret. Il permet également l’enrichissement, non seulement au point de vue du vocabulaire, mais aussi au point de vue de la syntaxe (reformulation par l’enseignant). Cette activité va susciter le lien entre l’oral et des traces graphiques (représentations : dessins).

La pomme qui voulait voyager : création d’une suite d’histoires à partir d’une séquence d’images Savoir parler Par rapport au langage : C’est un outil qui permet à l’enfant de construire un message à partir d’un support graphique qui va orienter le contenu de son message. Il y a un travail cognitif lié à l’enchaînement logique et une chronologie. Cette activité va susciter le lien entre l’oral et des traces graphiques (représentations : dessins).

Fédération de l'Enseignement Fondamental Catholique Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique asbl Avenue E. Mounier 100 - 1200 Bruxelles - Tél: 02 256 71 26 - Fax: 02 256 71 29 - [email protected] Geneviève VANDECASTEELE et Martine-Hélène LAHAUT 23.5/VJ – Avril 2008 – Version 24.04.2008 (Fiche 9) -5-

2007-2008

Un ami pour fêter Noël Savoir écouter Par rapport au langage : C’est un outil qui permet de faire des liens entre le message reçu et des traces présentées (tâche cognitive : faire des liens). Il permet d’élargir le vocabulaire et d’être actif sans avoir besoin de s’exprimer : il y a possibilité d’observer le volet compréhension sans faire appel au volet expression (évaluation formative). Cette activité va susciter le lien oral et des traces graphiques (représentations : dessins).

Le cercle de parole : une clé pour la citoyenneté Compétences transversales Par rapport au langage : C’est un outil d’expression qui permet à l’enfant de s’exprimer sur le vécu de la classe et d’autres vécus plus personnels. Il développe aussi le volet réceptif : être à l’écoute du message de l’autre.

La boîte à classer Compétences transversales instrumentales Au niveau du langage : Il s’agit d’amener les enfants à développer un certain type de vocabulaire : décrire des animaux ; (se) poser des questions pour trouver les caractéristiques ; comparer et classer ; expliquer son classement. Cette activité permet également de développer des structures logiques (comparaisons : pareil/pas pareil et classifications).

Hou ! C’est la rentrée Savoir écouter Par rapport au langage C’est un outil qui permet à l’enfant de construire des images mentales à partir d’un discours et de faire le lien entre l’oral et des traces graphiques (représentations : dessins). Les histoires de Camille Savoir écouter Par rapport au langage : C’est un outil qui permet de travailler la compréhension du message entendu et de pouvoir exprimer cette compréhension avec éventuellement un support. Cette activité va susciter le lien entre l’oral et des traces graphiques (représentations : dessins).

C’est quoi cette technique de peinture ? Compétences transversales instrumentales Au niveau du langage : Il s’agit de développer la verbalisation et la formulation de la pensée pendant une situation-problème : formuler des hypothèses ; vérifier les hypothèses ; décrire et analyser l’action. Cette activité développe des démarches de stratégies de recherche

Le chronojour : un outil pour se construire des repères dans le temps et devenir autonome Compétences transversales Par rapport au langage : C’est un outil très concret qui permet de développer le vocabulaire ayant trait aux notions temporelles. Il développe le lien entre le vécu (et ce qu’on en dit) et les représentations de ce vécu (pictogrammes) ; il développe la chronologie.

Prochaine fiche : Les dyspraxies Fédération de l'Enseignement Fondamental Catholique Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique asbl Avenue E. Mounier 100 - 1200 Bruxelles - Tél: 02 256 71 26 - Fax: 02 256 71 29 - [email protected] Geneviève VANDECASTEELE et Martine-Hélène LAHAUT 23.5/VJ – Avril 2008 – Version 24.04.2008 (Fiche 9) -6-