Littérature en réseau « Le Petit Chaperon rouge » - Cndp

24 downloads 274 Views 175KB Size Report
Frères Grimm et celle de Charles Perrault, et elle est aussi peu coûteuse, ce qui facilite ... Travail sur le conte : Le Petit Chaperon Rouge et ses parodies. –.

Animations pédagogiques des 10/11/07, 12/01/08, 22/03/08 et 07/06/08 Circonscription d’Avion

Littérature en réseau « Le Petit Chaperon rouge »

Elodie BOUQUAND, Ecole Aragon-Triolet - Avion. Céline DALMASSO, Ecole Cadras - Avion. Emmanuelle DUBOIS, Ecole Cachin - Avion. Hélène FOUACHE, Ecole Barbusse – Sallaumines. Julie TETAR, Ecole Mermoz - Méricourt.

1

Sommaire page 3 :

Présentation du document

page 4 :

Pourquoi lire le Petit Chaperon rouge ? : Organigramme.

Page 5 :

Comparer les deux versions : idée de séance.

Page 6 :

La lettre parodiée.

page 7 :

Trois pastiches du « Petit Chaperon Rouge ».

page 9 :

Lire, dire et écrire des contes.

Page 10 :

Mettre en scène un conte.

Page 12 :

Bibliographie.

2

Littérature en réseau « Le Petit Chaperon rouge » Dans l’idée d’acquérir une culture commune, nous avons choisi de travailler sur le petit chaperon rouge, puisqu’ il s’agit d’un conte traditionnel connu de tous ou qui devrait l’être. De plus, ce conte permet des diverses exploitations : autour du personnage central, autour du loup, autour de la symbolique des lieux : la forêt (danger) et la maison (sécurité), etc.

L’œuvre centrale utilisée est : Le Petit Chaperon Rouge, de la collection « Lire c’est partir ». Cette collection a été choisie car elle présente deux avantages : elle regroupe deux versions de l’œuvre, celle des Frères Grimm et celle de Charles Perrault, et elle est aussi peu coûteuse, ce qui facilite l’acquisition d’un exemplaire pour chaque élève de la classe.

Nous vous proposons plusieurs activités possibles à partir de cette œuvre. Ces activités ont été menées dans différentes classes de cycle 3, la liste étant assez longue, vous ne pourrez pas toutes les mettre en œuvre en classe, ce sera à vous de déterminer l’objectif de votre travail et ainsi choisir l’entrée et le parcours que vous souhaitez emprunter dans le réseau. Pour vous aider, nous vous avons joint quelques exemples de parcours suivis avec nos classes.

3

4

Comparer deux versions. CE2

Littérature

Le Petit Chaperon rouge

1ère séance

OBJECTIF : Comparer deux versions d’un même conte, faire apparaître les points communs et les différences…

MATERIEL : Versions du Petit Chaperon rouge de Charles Perrault et de Jacob et Wilhelm Grimm.

DEROULEMENT :

COMPETENCES :

1/ Expliquer aux élèves que nous allons travailler sur l’histoire du Petit – Chaperon rouge sans expliquer la comparaison entre les deux versions. Diviser la classe en deux groupes, l’un lisant la version de Perrault, l’autre lisant de son côté la version des frères Grimm. Laisser les élèves effectuer une lecture individuelle du conte. (environ 10 minutes)

Lire en autonomie un conte et le comprendre.

Demander ensuite à un élève de raconter l’histoire du Petit Chaperon – rouge et attendre qu’un élève de l’autre groupe vienne contredire ou – rectifier ses propos. Chaque groupe raconte alors à l’autre groupe son histoire du conte puis questionnement oral collectif : « Est-ce la même histoire ? Pourquoi ? Qu’est ce qui est différent ? Qu’est ce qui est – identique ? » (environ 15 minutes)

Résumer un conte à l’oral. Contester, apporter des éléments de justifications à un propos. Comparer à l’oral deux versions d’un même conte.

2/ Chaque élève lit la deuxième version du conte puis demander aux – élèves d’effectuer au brouillon un tableau comparatif des deux contes sans préciser les éléments de comparaison, laisser les élèves trouver – les critères… (environ 10 minutes)

Lire une deuxième version d’une même histoire. Effectuer un tableau de comparaison en trouvant des critères de comparaison objectifs dans les récits.

Recueillir les éléments de comparaison de chacun, discuter en groupe – classe de la pertinence des éléments comparés puis effectuer un tableau comparatif en collectif. Le tableau servira de trace écrite dans – le cahier de littérature, faire noter également aux enfants qu’un même conte peut avoir plusieurs versions… (environ 15 minutes)

Confronter son travail à l’oral dans le groupe classe. Etablir collectivement des éléments de comparaison et comparer les deux versions du conte.

EVALUATION :

Pendant la séance : Lire et comprendre les deux versions du conte. Apporter des éléments de comparaison, confronter son point de vue dans le groupe classe. Organiser un tableau comparatif. Après la séance : Proposer deux versions d’un autre conte et demander à l’élève d’effectuer le même travail de comparaison en donnant ou non les critères de comparaison (tableau à remplir).

5

PROLONGEMENTS :

1/ Demander aux élèves quelle version ils ont préféré et pourquoi. Discuter de la morale du conte de Perrault. 2/ Effectuer d’autres comparaisons de contes traditionnels comme celui de la Belle au Bois Dormant (version de Perrault et version de Ben Jelloul) 3/Comparer le conte du Petit Chaperon Rouge avec d’autres contes dans lesquels un loup est également mis en scène, étude du personnage du loup.

2ème séance

LA LETTRE PARODIEE

OBJECTIF :

Faire écrire une lettre pour en dégager la structure et réinvestir la notion de parodie.

COMPETENCES : – –

Connaître les différents types de texte. Ecrire un texte en respectant des contraintes orthographiques, syntaxiques, lexicales et de présentation.

DEROULEMENT : Activités préliminaires : – Travail sur le conte : Le Petit Chaperon Rouge et ses parodies. – Lecture d’autres contes comme Le petit poucet pour la culture littéraire. Demander à chacun des élèves de choisir un personnage de conte (exemple : le petit poucet pour les garçons et Cendrillon ou Blanche - Neige pour les filles). Leur expliquer que le personnage qu’ils ont choisi va écrire une lettre au Petit Chaperon Rouge pour lui demander quelque chose. – Travail d’écriture individuel. – Mise en place de la structure de la lettre et travail de réécriture.

6

3ème séance

TROIS PASTICHES DU « PETIT CHAPERON ROUGE »

OBJECTIF :

Lire trois contes détournés du Petit Chaperon Rouge afin de mettre en évidence les différentes possibilités d’écriture à partir d’un même écrit référent. La séquence est composée de six séances, nous vous proposons le déroulement de la quatrième qui apporte un nouveau genre littéraire, peu rencontré par les élèves, le conte détourné à partir du point de vue du narrateur. Œuvres étudiées lors de cette séquence : • Un petit chaperon rouge, de Claude Clément ; • Un conte peut en cacher un autre, de Roald Dahl ; • Dans la gueule du loup, de Fabian Négrin.

7

Séance 4 (Durée : 60 min) OBJECTIF :

Lire un nouveau type de texte et le mettre en relation avec des écrits déjà rencontrés.

COMPETENCES : – –

Dégager le thème et les informations importantes d’un texte. Repérer les éléments récurrents et les étapes d’un texte narratif.

Durée

Disp.

Matériel

Déroulement

10’

Ind.

Dans la gueule du loup Lecture du conte, couverture cachée. de Fabian Négrin

5’

Ind.

ardoise

10’

Coll.

Discussion: Pourquoi vos réponses sont elles diverses ? Ce conte rappelle le PCR, il reprend quelques éléments du conte original mais il est quand même assez différent : - le narrateur est le loup, - la façon de raconter est différente, - le dénouement de l’histoire est différent.

10’

Ind.

Idée de trace écrite : Des trois versions étudiées, « Dans la gueule du loup » de Fabian Négrin est la version la plus éloignée. La différence la plus importante est le choix du narrateur, puisque l’histoire est racontée du point de vue du loup ce qui contraste avec les autres versions dont le narrateur est extérieur à l’histoire.

25’

Coll.

Vérification de la compréhension globale du texte : lecture magistrale, questions, réflexion, mise en commun.

Demander aux élèves de trouver un titre à ce conte. Les réponses seront plus ou moins variées selon les lectures abordées ou non, préalablement.

p2 : Comment est décrite la petite fille ? -une petite tâche rouge -une merveilleuse créature Que peut-on en conclure ? (trace écrite) Au début de l’histoire : - le loup tombe amoureux de la petite fille - il ne sait pas que c’est le PCR - il n’a jamais vu d’humain. p6 : Que désigne le mot buisson ? le loup Pourquoi le loup se cache-t-il ? (trace écrite) Le loup se cache pour ne pas effrayer le PCR. p9 : Pourquoi le loup va chez la grand-mère ? (trace écrite) - Le loup va chez la grand-mère parce qu’il pense qu’elle est très belle. p10 : Pourquoi le loup dit que la grand-mère est une petite fille ? - C’est un être humain comme le PCR. Pourquoi la mange-t-il ? (trace écrite) • Le loup avale la grand-mère pour ne plus la voir parce qu’elle est très laide. Que se passe-t-il quand le PCR voit le loup ? p12 : Pourquoi le loup mange le PCR ? (trace écrite) - Le loup mange le PCR par accident. Pourquoi le loup pleure ? Comment se finit l’histoire ?

Prolongements : Lire :

« La véritable histoire du PCR » (pièce de théâtre) – D’autres versions du PCR (voir bibliographie) – « Histoire à quatre voix », d’Anthony Brown. Ecrire un conte en changeant le narrateur (utilisation d’un des personnages présents dans le conte choisi). –

8

LIRE, DIRE ET ÉCRIRE DES CONTES 1. ÉCOUTER DES CONTES

Phase d’imprégnation : lecture orale par le maître pour le plaisir des contes (pas d’exploitation particulière).

2. LIRE DES CONTES

Lecture de contes majoritairement merveilleux, mais aussi actuels et détournés. Création d’une fiche collective voire individuelle avec les éléments qui reviennent souvent : - titre - auteur – édition ; - le héros – les autres personnages (amis/ennemis) ; - les lieux ; - la quête ; - les épreuves (réussites et défaites) - éventuellement l’objet magique. Fiche qui sera complétée au fur et à mesure des lectures. Mettre en avant les trois étapes principales du conte : - La situation initiale ; - l’action centrale : - déclenchement ; - déséquilibre ; - résultat ; - la situation finale.

3. DIRE DES CONTES

Création d’un jeu de cartes (en lien avec les arts visuels) avec les éléments cités plus haut. Les élèves viennent raconter un conte au tableau, même des choses très courtes. à Retour sur la notion de structure (par exemple si le héros aide un personnage, celui-ci va réapparaître ensuite pour aider le héros dans une épreuve, etc. ...).

4. ÉCRIRE DES CONTES

Choisir les éléments de « son » conte, puis écrire la trame. Donner des étapes : 1. Choisir un héros et le décrire ; 2. Choisir un lieu d’habitation et en donner la description ; 3. Mais le héros a un problème et/ou il a besoin de quelque chose…. 4. Le héros est satisfait car le problème est résolu, raconter une fin heureuse. Pour l’amélioration des jets d’écriture : – Activités décrochées d’étude de la langue (temps : imparfait, passé simple, présent ; ponctuation dans les dialogues ; synonymes éviter les répétitions ; travail sur la description). – En ateliers retour sur la structure narrative des contes. Valorisation : – Lecture des contes à d’autres classes. – Création d’un livre des contes de la classe.

9

METTRE EN SCENE UN CONTE Niveau : Cycle 3, Ce2

OBJECTIF :

Mettre en scène un conte moderne : Le petit Chaperon Vert, de Grégoire Stolotaref et Nadja.

ŒUVRES ABORDEES :

Le Petit Chaperon rouge, des frères Grimm Le petit Chaperon rouge de Charles Perrault Le Chapeau Rond rouge, de Geoffroy de Pennart Le petit Chaperon vert, de Grégoire Stolotaref et Nadja Le petit chaperon vert, de Cami Le petit chaperon bleu marine, de Dumas et Moissard, dans « Contes à l’envers » Il était une fois… Le temps des contes, de George Jean

TYPES D’ECRITS RENCONTRES : Contes traditionnels Contes modernes Pièce de Théâtre Poèmes Albums

DEROULEMENT :

1. Lecture suivie du Petit Chaperon rouge, différenciation des supports et du découpage selon le niveau de lecture des élèves : Le Petit Chaperon rouge des frères Grimm est découpé en deux parties pour les meilleurs lecteurs et en quatre pour les élèves en difficulté. Décloisonnement, ce qui permet de faire avancer les élèves à leur rythme. Les séances regroupent différentes activités : • lecture silencieuse des élèves, • lecture orale des élèves et/ou de l’enseignante • résumé oral de l’histoire et débat de compréhension de l’histoire, • écriture d’un texte narratif imaginant la suite de l’histoire, • débat interprétatif, • questionnement écrit pour vérifier la compréhension individuelle des élèves. Pendant que les élèves en difficulté abordent la fin du texte, les autres étudient Le Petit Chaperon rouge de Charles Perrault, divisé en deux textes. En plus des activités précitées, ils comparent les deux œuvres après avoir mis en évidence les éléments caractéristiques de l’histoire avec l’enseignante (personnages principaux, lieux, quête, déroulement, fin…) 2. Lecture à voix haute préparée du Petit Chaperon rouge de C. Perrault par les élèves l’ayant déjà abordé aux élèves de l’autre groupe. Questionnement de compréhension des élèves aux autres, mise en évidence des ressemblances et différences. Discussion collective sur l’existence de plusieurs histoires ayant le même titre ou le même personnage. Point positif : Plusieurs élèves ont apporté en classe leur version du petit Chaperon rouge en remarquant que les illustrations étaient identiques mais pas le texte ou que certains personnages étaient différents (bûcheron/ chasseur), etc.

3. Sur internet : jeu de piste sur : www.momes.net/jeudepiste/jeudepiste.html Le jeu est basé sur la mémorisation des éléments principaux de l’histoire du Petit Chaperon rouge : pour avancer, l’élève doit choisir parmi plusieurs propositions, pour reconstituer la suite. S’il se trompe son erreur est expliquée et il peut poursuivre sa quête.

10

4. Lecture suivie de l’œuvre de Grégoire Stolotaref et Nadja : Le petit Chaperon vert, différenciation du découpage selon le niveau de lecture des élèves : le texte est divisé en 4 pour les élèves ayant le moins de difficulté et en 8 pour les autres avec une lecture de l’enseignante pour un texte sur deux. Les séances mêlent différentes activités : • lecture silencieuse des élèves, • lecture orale des élèves et/ou de l’enseignante • résumé oral de l’histoire et débat de compréhension de l’histoire, • écriture d’un texte narratif imaginant la suite de l’histoire, • questionnement écrit pour vérifier la compréhension individuelle des élèves, • comparaison du P. C. r. des frères Grimm et du P. C. v. . 5. Lecture du Petit chaperon vert de Cami, le texte est étudié en deux parties (1er et 2ème acte). En plus de la lecture silencieuse et de la compréhension du texte, un travail de mise en voix est réalisé lors des séances. Ce texte permet l’approche d’un nouveau genre : le théâtre avec une mise en évidence des caractéristiques d’écriture de ce texte. 6. La classe a assisté à la représentation de la mise en scène de « La petite sirène », puis l’œuvre a été lue par l’enseignante suivie d’une discussion sur les différences entre la version écrite et la version théâtralisée. 7. Réécriture du texte. Par deux, les élèves doivent mettre en évidence les paroles des personnages sur des photocopies du texte (surlignées), puis lecture à voix haute du texte avec discussion collective sur les paroles du narrateur, les éléments superflus (ex : elle dit, il court…), ceux qui doivent être gardés et ceux que l’on pourrait rajouter. 8. Chaque élève choisit un rôle qui lui plaît et le travaille (entraînement à la lecture) puis choix d’un acteur titulaire et de sa doublure pour chaque rôle. Régulièrement le texte sera retravaillé pour sa mémorisation puis mis en scène. En plus du texte, une activité en musique est menée avec l’aide d’une intervenante de la ville : réalisation de bruitages grâce à des instruments existants ou fabriqués (sacs plastiques, bouteilles…) et insertion de chants en rapport avec la pièce. 9. Lecture suivie de l’œuvre de Dumas et Moissard : Le petit chaperon bleu marine, différenciation du découpage selon le niveau de lecture des élèves : le texte est divisé en 4 pour les élèves ayant le moins de difficulté et en 8 pour les autres avec une lecture de l’enseignante pour un texte sur deux. Les séances mêlent différentes activités : • lecture silencieuse des élèves, • lecture orale des élèves et/ou de l’enseignante, • résumé oral et écrit de l’histoire, • débat de compréhension de l’histoire, • questionnement écrit pour vérifier la compréhension individuelle des élèves. 10. Lectures « plaisir » par l’enseignante : Le Chapeau Rond rouge, de Geoffroy de Pennart. Poèmes : – Il était une fois… – Le temps des contes, de George Jean. Ainsi que toutes les œuvres en rapport au projet portées en classe par les élèves. 11. Travail de réflexion sur les décors, les costumes puis leur réalisation. Remarque : Ce projet prend énormément de temps puisqu’il a débuté après les vacances de la Toussaint et que son aboutissement aura lieu le 6 mai. La première période est essentiellement constituée d’activités dans le domaine de la littérature (lire, écrire, dire), la seconde mêle le domaine de la littérature et celui des arts visuels.

11

Bibliographie : Le Petit Chaperon rouge, de Charles Perrault (conte traditionnel). Le Petit Chaperon rouge, des frères Grimm (conte traditionnel). Le Chapeau rond rouge, de Geoffroy de Pennart (album). Le Petit Chaperon vert, de Grégoire Solotaref et Nadja (conte moderne). Le Petit Chaperon vert, de Cami (pièce de théâtre). Le Petit Chaperon Bleu-marine, dans « Contes à l’envers » de Dumas (conte moderne). L’histoire du Petit Chaperon rouge, édition Hemma (bande dessinée) Le petit chaperon rose et le petit chaperon jaune, (écrits par des enfants), aux éditions « Lire c’est partir ». Il était une fois…, dans « la semaine de français » (texte poétique). Le temps des contes, de Georges Jean (texte poétique). Mademoiselle sauve qui peut, de Philippe Corentin, Ecole des loisirs. Dans la gueule du loup, de Fabian Négrin. Un petit chaperon rouge, de Claude Clément. Un conte peut en cacher un autre, de Roald Dahl.

12