Pour les nuls

17 downloads 97 Views 3MB Size Report
8 sept. 2013 ... des idées personnelles (cas du devoir de culture générale, de l'avis personnel en synthèse ou encore de l'oral) ou du contenu du dossier ...

20122014 Préparation aux épreuves écrites et orales

des concours internes

Gal (2S) Jean-François DELOCHRE 2012-2014

1

V 8.41 du 08 sept. 2013 Page

Ce fascicule, au titre en forme de clin d'œil, apporte au travers de conseils et de sujets traités les éléments nécessaires pour aborder les épreuves écrites et orales des concours internes de l'EMS.

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

TABLE des MATIERES

 1.

Les EPREUVES ......................................................................................................................... 5 Complémentarité et cohérence ...................................................................................................... 5 Schéma de la démarche d'élaboration d'une réponse .................................................................... 5

2.

LES DIFFERENTS PLANS ...................................................................................................... 11 Analytique .................................................................................................................................... 12 Thèse, antithèse, synthèse ou choix ............................................................................................ 13 Certes, mais, mais surtout ........................................................................................................... 14 Structure générale du devoir (CUGE ou synthèse) ...................................................................... 16 Repères d'autocorrection ............................................................................................................. 18

3.

RETOUR sur l'IM et le PLAN (principes) .................................................................................. 20

4.

IM et PLAN (suite et exemple) .................................................................................................. 22

5.

TABLEAU d'ANALYSE ............................................................................................................. 24 En amont du tableau .................................................................................................................... 24 Épreuve de synthèse de dossier ................................................................................................. 24 Domaines et rubriques en culture générale .................................................................................. 29

6.

Des FAITS aux SYNTHESES, de la THESE au PLAN ............................................................. 30 Quelques exercices pratiques sur les IM ...................................................................................... 32

7.

De l'INTRODUCTION ............................................................................................................... 36

8.

L'ORAL du CONCOURS EDG ................................................................................................. 38 L'ABC pour préparer la "colle"...................................................................................................... 39 Feuille de prise de notes .............................................................................................................. 40

9.

SUJETS de COLLE du concours EDG ..................................................................................... 42

Concours SHRI ............................................................................................................................ 47 Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

Les instituts du CNRS .................................................................................................................. 45

2

Concours sciences....................................................................................................................... 42

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

10.

SUJETS de CUGE................................................................................................................ 51

11.

CUGE "à chaud" .................................................................................................................. 56

CUGE 2 ....................................................................................................................................... 56 CUGE 3 ....................................................................................................................................... 58 CUGE 4 ...................................................................................................................................... 60 CUGE 5 ...................................................................................................................................... 63 CUGE concours 2012 ................................................................................................................. 66 CUGE CONCOURS 2013 ............................................................................................................ 69 12.

De la SYNTHESE ................................................................................................................. 70

Exemple 1.................................................................................................................................... 70 Exemple 2.................................................................................................................................... 71 SYNTHESE CONCOURS 2013 ................................................................................................... 71 13.

HISTORIQUE des mises à jour ............................................................................................. 72

CUGE 2013 ................................................................................................................................. 73 Comprendre le sujet ....................................................................................................................... 74 Étudier le sujet ............................................................................................................................... 76 SYNTHESE 2013........................................................................................................................ 80 Comprendre la question.................................................................................................................. 82 Préparer la lecture du dossier .......................................................................................................... 83

Page

3

Exploiter le dossier ......................................................................................................................... 83

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

AVERTISSEMENT

 Les explications et exemples apportés sont personnels et doivent être remis en perspective avec des remarques émanant éventuellement d'autres correcteurs afin de permettre à chaque candidat de personnaliser son approche des travaux.

VOUS NE TROUVEREZ ICI QUE DES OUTILS, CE SERA TOUJOURS À VOUS DE RÉALISER L'OUVRAGE Ce document est construit en partie "au fil de l'eau" c'est-à-dire en fonction des constats et remarques tirés des corrections faites ou des oraux auxquels je participe. Sa structure est donc amenée à évoluer du fait de l'insertion de compléments voire de l'intercalation ou l'ajout de chapitres. Les conseils et informations donnés ici sont en cohérence avec les principes retenus pour la préparation des épreuves de l'EMS.

NOTA: numérotation des mises à jour (MAJ)   

Ajout d'un chapitre passage de Vx à Vx+1 (V1.21 à V2.0) Ajout d'une rubrique d'un chapitre passage de Vx.y à Vx.y+1 (V2.0 à V2.1) Modification d'une rubrique passage de Vx.yz à Vx.yz+1 (V2.1 à V2.11)

Page

4

La nouvelle version est diffusée avec mention des passages concernés. Elle annule et remplace les diffusions antérieures.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

1. Les EPREUVES COMPLÉMENTARITÉ ET COHÉRENCE

Ce dossier traite des épreuves écrites et orales de culture générale ainsi que de la synthèse de dossier qui constituent l'ossature de nombreux concours internes des armées. Bien que différents par leur nature, ces trois types d'épreuves répondent aux mêmes principes d'élaboration des réponses attendues. Il n'y a donc pas plusieurs méthodes de travail mais bien une seule dont la durée des étapes et leur approfondissement différencieront les travaux à produire. En travaillant une de ses épreuves, on travaille donc obligatoirement les autres. Aussi, on ne peut que conseiller d'aborder les "COLLES" ORALES dès le début de cycle de préparation…et surtout pas après les résultats de l'admissibilité! En effet, cet exercice, par sa faible durée de préparation et la nécessaire concision de la réponse à apporter constitue un support pédagogique idéal. La même remarque s'applique à L'AVIS PERSONNEL demandé dans certains concours lors de l'épreuve de synthèse et qui constitue à mon sens l'exercice le plus délicat à maîtriser. SCHÉMA DE LA DÉMARCHE D'ÉLABORATION D'UNE RÉPONSE

Ce schéma unique, rappelons le une fois encore, repose sur une succession d'étapes à suivre OBLIGATOIREMENT au risque majeur de faire un "hors sujet" ou de ne pas finir dans les temps1. Cette approche ne doit pas surprendre un cadre militaire car elle est singulièrement proche des méthodes d'élaboration des ordres dont elle rappelle la démarche processionnelle. I.

Lire le sujet avec attention et l'analyser. C'est-à-dire s'attacher au sens de chaque mot ou expression sans en restreindre l'acception à une définition superficielle. A titre d'exemple on peut réfléchir sur les termes suivants rencontrés sans surprise dans des sujets de concours: Défense-armées, éducation-enseignement, rapport de forces, concept d'indépendance nationale, nation ou Nation, état ou État, ressource géostratégique. Cette attention doit aussi se porter sur la forme de la question posée. Elle est bien sûr DÉTERMINANTE pour la réponse à apporter. Ainsi on peut retenir un "classique" des erreurs rencontrées, la confusion entre: "Dans quelle mesure…?" et "Quelles mesures…?". Nous reviendrons sur ces points par des exemples dans "Éviter les pièges". Définir le sens général de la réponse à apporter. A partir de l'étape précédente (sens des mots et de la question), vous devez "reconstruire" la question posée en vous assurant d'en

1

En se ménageant un temps de relecture attentive du devoir ou du plan retenu (oral). Dans le cadre de l'oral, cette phase constitue une étape de retour au calme et de concentration avant d'aborder le jury.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

5

II.

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

avoir bien perçu toute la portée, tout le périmètre. Dans un autre cadre on dirait "La lettre et l'esprit de la mission". Prenons un exemple simple: "La puissance chinoise, mythe ou réalité?". On doit arriver à quelque chose ressemblant à cela: "Je dois démontrer que pour telle et telle raison, la puissance de la Chine qui se manifeste dans les domaines économique, politique et diplomatique, militaire et culturel (?) est plutôt une réalité (c.-à-d. que l'idée que l'on s'en fait est fondée sur des faits incontestables) ou un mythe (c.-à-d. que le poids de la Chine est artificiellement exagéré à cause de…"). REMARQUE: vous noterez qu'à ce stade il n'y a pas de prise de position sur le sens de la réponse (mythe ou réalité?) Cet exercice peut paraître artificiel, il va pourtant conditionner l'étape suivante. III.

Exploiter son fonds personnel (ou le dossier dans le cas de la synthèse). Cette étape n'est ni plus ni moins importante que les précédentes. Elle les complète logiquement. L'erreur fréquente consiste à se précipiter sur cette phase de la construction de la réponse. C'est l'angoisse injustifiée de la page blanche et du temps qui va manquer. C'est la porte (grande) ouverte aux prises de position insuffisamment argumentées voire subjectives. C'est aussi l'assurance d'un travail dans le stress et l'imperfection avec le risque de revenir "en deuxième semaine". A ce stade intervient un premier outil (car jusque là vous avez travaillé sur un brouillon de forme libre pour jeter vos repères et votre reformulation): un tableau de recueil et d'analyse des idées personnelles (cas du devoir de culture générale, de l'avis personnel en synthèse ou encore de l'oral) ou du contenu du dossier (synthèse). J'ai bien écris UN tableau car différentes formes possibles existent. On se situe là dans les outils et un outil doit être "à la main" de celui qui l'utilise. REMARQUE: quelle que soit la forme de tableau que vous retenez, sa finalité reste identique. Vous devez pouvoir y placer les faits et idées majeurs qui vous permettront d'arbitrer objectivement entre les différentes options de réponses qu'ouvre le sujet. Un bon tableau est l'outil d'un "juge d'instruction" qui va instruire à charge et à décharge avant de choisir une position, ici une thèse (CUGE) ou de réaliser une synthèse objective du contenu d'un dossier (SYNT) Ce tableau ne doit être ni trop détaillé ni trop synthétique (sauf dans les cas de l'oral et de l'avis personnel) car il servira de réservoir d'idées lors de la rédaction des étapes suivantes. Dans l'exemple précédent sur la puissance chinoise, nous avons, dans la reformulation, situé cette puissance dans plusieurs domaines: " économique, politique et diplomatique, militaire et culturel". Ce décorticage donne déjà des lignes ou colonnes de notre tableau. En bon "juge d'instruction", je retiendrai comme autres entrées: "Les forces de la Chine", "Les faiblesses de la Chine", et par exemple "Ce qui fausse (ou peut fausser) l'analyse".

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

6

Synthèses et thèse (Idée maîtresse). Par les concours construits sur ces épreuves on cherche à sélectionner des officiers ou des sous-officiers disposant de qualités supérieures en analyse de situation et prise de décision. C'est donc bien l'aptitude à la synthèse qui doit

Page

IV.

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

être maintenant mise en évidence. Aussi, après l'étape analytique de remplissage du tableau, il faut conclure le travail par DES, PUIS UNE SYNTHÈSE. Supposons que vous ayez choisi le tableau suivant (il ne faudra pas en changer à chaque travail une fois un modèle adopté!): CLEF 1 (+) DOMAINE 1

ITEM 1

DOMAINE 2

ITEM 3

CLEF 2 (-)

CLEF 3

CLEF 4

ITEM 2 ITEM 4

ITEM 5

… Les clefs (+) correspondent ici aux "Forces de la Chine", les clefs (-) aux "Faiblesses de la Chine". La clef 3 correspondrait dans notre exemple à "Ce qui fausse (ou peut fausser) l'analyse". Enfin, une colonne vide n'est jamais inutile pour noter les "regrets" en cours d'analyse. Le sens de la synthèse des données retenues s'impose puisque la synthèse est par définition le bilan du + et du -. Ici les synthèses se feront donc suivant les lignes. Vous allez ainsi à partir de votre tableau rédiger succinctement les bilans de chaque domaine. Là votre intelligence sera votre outil principal pour donner la valeur relative à chaque ITEM et vous permettre in fine de dire: "Dans le domaine 1 la puissance de la Chine est une réalité car… ou une faiblesse car…". Vous répétez ce travail pour les autres domaines. Vous avez alors 3 ou 4 synthèses partielles –les pièces principales du puzzle- qu'il faut assembler en une seule pièce. Cette "synthèse des synthèses" comprendra par construction l'essence de votre futur travail de rédaction. C'est de ce premier "condensé" de vos idées (devoir de CUGE) ou de celles contenues dans le dossier (fiche SYNT) que vous allez tirer votre THÈSE: la fameuse IDÉE MAÎTRESSE source de tant d'inquiétudes. ATTENTION: ne multipliez pas les lignes et colonnes de votre tableau (surtout les lignes dans l'exemple ci-dessus) car à chaque ligne correspondra nécessairement une synthèse. REMARQUE: j'ai bien écrit en fin de paragraphe: " C'est de ce premier "condensé" de vos idées…que vous allez tirer votre THESE" et non pas : "Ce condensé constitue votre thèse". Cette dernière approche vous conduirait presque systématiquement vers un écueil au moment de bâtir votre plan. Je reviendrai longuement sur ce point.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

7

J'y reviens d'ailleurs dès maintenant. Lorsque vous avez rédigé une synthèse de votre tableau, vous obtenez en règle générale une dizaine de lignes et 3 à 4 phrases. Dans ce paragraphe, et si vous avez bien travaillé, vous retrouvez le sens de votre réponse mais aussi les éléments que vous avez pesés (pour ou contre) et qui par comparaison ont contribué à votre choix. Ce court texte contient donc des éléments de démonstration de votre IM. Si vous le retenez tel quel comme IM, il va immanquablement télescoper le plan de votre devoir et vous conduire à une confusion entre ces deux éléments: l'IM et le PLAN. A cet instant il est donc capital de faire une courte pause et de se demander en relisant sa synthèse: "Qu'est-ce-que je démontre ici de manière plus générale?", puis de s'astreindre à

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

l'exprimer en une phrase qui va constituer une forme de synthèse de la synthèse. Lorsque vous y parvenez vous pouvez vous dire: "Je tiens mon IM!" Pour illustrer cette étape, ou "sous-étape", j'ai choisi un exemple tiré d'un devoir réel dont le sujet était "les aspects nouveaux du concept d'indépendance nationale". La synthèse globale était la suivante: "Le concept d'indépendance nationale apparaît aujourd'hui dans le monde comme relatif et évolutif. Il constitue un équilibre entre deux tendances contradictoires: d'une part la volonté des États de procéder librement et indépendamment à des choix politiques fondamentaux en matière notamment de sécurité extérieure et d'organisation interne, d'autre part, la solidarité internationale fondée sur une interdépendance économique et humaine croissante." On pourrait être tenté de ne conserver que la première phrase de cette synthèse pour en faire son IM. Ce ne serait pas une catastrophe mais malgré tout un peu sec, car si on arrête la lecture à ce stade on ne sait pas grand-chose de votre idée. J'ai donc retenu la formulation suivante plus "éclairante" à mon sens selon le critère précédent. "Le concept d'indépendance nationale peut se comprendre aujourd'hui comme la capacité d'un État à garder la liberté d'arbitrage dans la mise en œuvre de politiques plus complexes soumises à de fortes pressions et interdépendances." (34 mots) C'est facile à mémoriser pour le rédacteur…et pour le correcteur! Faites le test en lisant une fois les deux rédactions et en essayant de les restituer. V.

Annonce de plan et plan. Ces deux étapes: DÉTERMINATION DE L'IDÉE MAÎTRESSE ET ANNONCE DU PLAN SONT TOTALEMENT INDISSOCIABLES. Leur articulation détermine la valeur du travail.

Une fois votre IM arrêtée, il faut en démontrer la validité. C'est le but du plan. Un bon plan doit toujours METTRE EN LUMIÈRE LES DIFFÉRENTES POSITIONS POSSIBLES face au sujet traité. Pour y parvenir on ne peut donc pas se contenter de "bricoler" l'idée maîtresse qui, par définition, traduit votre position et la vôtre seulement. Si l'on fait ce mauvais choix, on ne démontre rien, on réaffirme simplement sa thèse: "Je pense cela (IM) et j'ai raison parce que je le pense." Comment alors aborder cette étape? Tout simplement en revenant vers vos travaux préliminaires de décorticage du sujet et en reprenant les arguments que vous n'avez pas retenus. Ils constituent une sorte "d'antithèse" de la vôtre. On peut aussi évoquer une position "caricaturale" (pas trop cependant, voir cidessous la première partie de l'exemple traité). Dans l'exemple sur l'indépendance nationale on pourrait ainsi retenir la "démonstration" suivante:

On ne reprend pas brutalement l'idée maîtresse. La thèse figure bien dans la 3e partie du développement qui sera toujours la plus dense. Les deux premières parties lèvent les Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

8

"Face à la mondialisation l'indépendance nationale semble avoir été réduite à la portion congrue, voire ne plus exister. Pourtant ce nouvel ordre est toujours dépendant de rapports de force, qui tendent à s'équilibrer, entre les États. Aussi les capacités d'arbitrage dans des interactions de plus en plus complexes et sous des contraintes croissantes constituent aujourd'hui les critères majeurs d'indépendance." (59 mots)

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

objections opposables à votre point de vue. Ici par exemple on évacue l'idée de disparition de l'indépendance nationale tout en montrant que les États ont moins de marge de manœuvre. Telle qu'elle est rédigée, la "démonstration" illustrant cette étape constituerait une assez BONNE ANNONCE DE PLAN EN TROIS PARTIES. On développe par la suite chaque phrase de ce court paragraphe à partir des éléments du tableau d'analyse. On obtient ainsi NOS TROIS IDÉES DIRECTRICES. Par exemple pour la première partie on passera de: "Face à la mondialisation l'indépendance nationale semble avoir été réduite à la portion congrue, voire ne plus exister." (Première partie de l'annonce de plan) à: "La multiplication des organismes supranationaux, l'ouverture au monde due au développement des moyens de communication et une interdépendance croissante développent le sentiment d'impuissance des États face aux problèmes qu'ils doivent affronter." (Idée directrice 1) – (31 mots) A partir de cette rédaction on imagine sans difficulté un développement d'une page à une page et demie. VI.

Développement. Une fois l'ossature du devoir établie (il manque encore la conclusion et l'ouverture) IL NE RESTE PLUS QU'À "REMPLIR LES CASES" que chapeautent vos idées directrices. Cette expression peut surprendre, elle correspond pourtant à la réalité. Vous avez éliminé les risques d'incohérence de la démonstration. Vous vous êtes protégé contre les redondances entre les différentes parties. Il faut simplement rédiger quelques courts paragraphes suivant la trame de vos idées directrices. Vous noterez le décompte de mots que j'ai fait figurer pour l'IM, l'annonce de plan et l'ID1. ON PARVIENT DÉJÀ À 124 MOTS POUR CES 3 PARAGRAPHES. Ce nombre est à rapprocher des 150 mots de l'avis personnel généralement demandé et des 600 mots de la fiche synthèse. C'est vite dépassé pour le premier et assez facile à atteindre pour la seconde. On serait en effet vers 300 mots avec un court chapeau, les deux ID non développées et la conclusion. Prenez dès maintenant l'habitude de procéder à ce décompte pour vous "mettre le compas dans l'œil". REMARQUE. Le simple constat du volume que je consacre au développement illustre l'importance presque relative de cette étape. Cela montre également le risque encouru si on se jette sur la rédaction sans avoir accepté de passer un temps suffisant à sa préparation.

Conclusion –Ouverture. Ultime étape dans la chronologie de lecture la conclusion et l'ouverture doivent pourtant être RÉDIGÉES AVANT DE COMMENCER LE DÉVELOPPEMENT. En effet elles constituent un des éléments importants de l'ossature de votre travail. Elles contribuent à la cohérence de l'ensemble et LAISSENT LA DERNIÈRE IMPRESSION AU LECTEURcorrecteur.

Page

9

VII.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

La conclusion rappelle la thèse dans son esprit (ne pas reprendre mot pour mot votre IM), c'est classiquement ce que l'on résume par: JE VAIS DIRE (IM), JE DIS (DÉVELOPPEMENT), J'AI DIT (CONCLUSION). ATTENTION. L'ouverture quant à elle est toujours un exercice délicat qui expose à un risque majeur si on la bâcle par faute de temps ou d'attention: remettre en cause le développement. Pour illustrer, imaginez l'effet destructeur d'une ouverture qui ressemblerait à cela: "Je viens de défendre telle position (conclusion). Si j'avais tenu compte de … le résultat aurait été tout autre." La réplique tombe brutalement: "Pourquoi ne l'avez-vous pas fait avant?" Au contraire l'ouverture, comme son nom l'indique, doit éclairer un sujet connexe à celui traité sans interférer directement avec celui-ci. On doit dans cette dernière courte partie donner les attendus de ce qui serait un autre devoir ou une autre réflexion à conduire. Par exemple et toujours pour notre sujet sur l'indépendabce nationale: "Dans des structures régionales fragilisées par la crise économique et fortement dépendantes de leurs opinions publiques –comme c'est le cas pour l'Europe- le risque de replis protectionistes est aujourd'hui réel face à cette relative perte d'autonomie des états."

Page

10

En conclusion de ce premier chapitre je vous propose ce schéma de principe d'une bonne approche du devoir de culture générale type "École de guerre".

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

2. LES DIFFERENTS PLANS "Boite à outil utile, voire indispensable" Retenez tout d’abord que ces plans sont avant tout des procédés de démonstration d’une idée : la vôtre dans le cas des travaux de culture générale, de synthèse ou lors d'épreuves orales. De plus notre tradition nous conduit à retenir les plans en trois parties alors que parfois deux suffiraient ou quatre seraient utiles. Ne cédez cependant pas à cette tentation : ça ne passe pas toujours très bien chez nous. Mais voici un contre-exemple personnel qui montre néanmoins le côté un peu artificiel de ces choix. J’ai suivi un DESS sur la production énergétique il y a quelques années (!). Dans ce cursus scientifique j’avais un module sur l’histoire de l’énergie. J’ai rédigé un "superbe" devoir avec plan en trois parties… et je me suis fait "bâcher" pour la forme (5,5/20 de mémoire) car ma démonstration n’était pas "universitaire". Donc retenez que culturellement au sein de la Défense, il est judicieux de se plier aux démonstrations en trois points même si elles ne sont pas considérées comme la panacée ailleurs. Pour autant, elles ne présentent pas d’inconvénients particuliers et permettent en général de bien argumenter sa thèse.

Quels types de démonstration sont disponibles?

Page

11

Pour mieux éclairer mon propos je prendrai l’exemple d'un sujet sur le pétrole "Est-il toujours une ressource géostratégique? ", et considèrerai que ma réponse est "oui".

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

ANALYTIQUE

Passe partout mais peu coté Je dois ici choisir trois domaines dans lesquels ma thèse est à mes yeux incontestable (dans lesquels l’analyse de mon fonds personnel m’a permis d’identifier des idées et exemples pertinents), par exemple : (1) organisation des sociétés, (2) économie et finance internationales et (3) stratégies d’influence. Je vérifie que mes domaines de recherche sont bien dans le champ géostratégique (géo=mondial) et je choisis mon ordre de rédaction du domaine le moins important au plus important à mes yeux. Je retiens une IM, qui ne doit pas être une annonce de plan mais comporte impérativement une prise de position qui répond à la question posée par le sujet 2, par exemple : IM synthétique (sens général de ma réponse) : "Le pétrole qui structure encore fortement et durablement nos sociétés confrontées à des crises et tensions répétées restera une ressource géostratégique à l’horizon de quelques décennies… ". Suit une annonce de plan (par exemple): "Le poids déterminant de la ressource pétrolière est encore observable dans l’organisation des sociétés (DOMAINE d’ANALYSE 1), mais aussi dans le domaine de l’économie et de la finance internationales (DOMAINE d’ANALYSE 2) et surtout dans le développement des stratégies d’influences en période de crise… (DOMAINE d’ANALYSE 3)". Vous noterez qu’ici, dans le plan analytique, les 3 parties ne sont pas constitutives en elles-mêmes d’un processus de démonstration. On pourrait aussi bien retenir 4 ou 5 domaines sans biaiser le procédé. Les deux types de structures qui suivent sont différents et vous éclaireront sur ce point. En revanche dans ce type de plan il faudra nuancer vos affirmations (évoquer les contre arguments possibles) au sein des différentes parties car le balayage des différentes positions existant sur le sujet n’est pas apporté par la structure du plan comme c’est le cas dans les deux types suivants. Dans le cas contraire vous auriez un devoir « mono-idée » qui ne répondra pas aux attentes. Une fois encore un exemple. Dans mon sujet j’ai retenu comme ID1: "Le poids déterminant de la ressource pétrolière est encore observable dans l’organisation des sociétés." Il ne s’agit pas d’asséner une suite d’affirmations sèches et péremptoires mais d’évoquer dans vos arguments d’éventuelles contradictions apparentes comme : "Alors que la prise de conscience collective d’un besoin de préservation de l’environnement s’affirme dans les sondages et traduit une forte tendance, on constate que des décisions individuelles ou locales privilégient encore la simplicité de mise en œuvre ou l’économie immédiate au détriment de la protection de l’environnement."

2

J'insiste sur ce point car des devoirs qui me parviennent montrent qu'il n'est pas encore compris par certains… alors que le temps va bientôt presser!

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

12

Je montre ici que je connais les différentes lectures possibles des informations disponibles et que j’en retiens une. Est-ce clair pour vous?

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

THÈSE, ANTITHÈSE, SYNTHÈSE OU CHOIX 3 Intéressant mais dangereux si on demande une prise de position type "Soit -Soit". Bien adapté pour les sujets type "Que pensez-vous de…?" Ici on aborde une vraie structure de démonstration (au sens mathématique du terme). Chaque partie du devoir constitue une étape liée aux autres. Les trois parties forment un tout indissociable qui concoure à la démonstration de la thèse. Le principe général, comme dans le troisième exemple de plan qui suivra, repose sur la prise en compte des différents points de vue existant sur le thème qu’aborde le sujet. Ce type de démonstration s’impose naturellement au niveau du concours CID où il s’agit, pour les candidats, de montrer à la fois l’ouverture d’esprit que requièrent les sujets abordés (et les futures responsabilités éventuelles) et la capacité à faire un choix parmi des critères multiples et parfois complexes. Si vous choisissez ce plan, vous serez amené à retenir deux points de vue différents voire opposés sur le sujet proposé : thèse et antithèse. Dans la synthèse, et par définition, on rapproche les deux points de vue opposés, au sein d'une unité ou d'une catégorie supérieure. La synthèse réunifie, sans opérer de compromis ni concilier. REMARQUE: Vous pourrez aussi, si la question posée est de type "Soit-soit" être amené à montrer pourquoi, selon vous, tel point de vue l’emporte majoritairement du fait de l’existence d’éléments d’appréciation complémentaires structurels ou (et) conjoncturels. NOTA : l’important ici est de bien couvrir le champ des critères d’évaluation sans redondance. De façon schématique on pourra trouver: "Les tenants de la thèse retiennent les critères A, ceux de l’antithèse les critères B… Pour ma part je pense qu’il faut aussi tenir compte des éléments C qui pour telle et telle raisons sont aujourd’hui déterminants et confortent plutôt la position A ou B." Si on reprend le sujet sur le pétrole, l’IM étant conservée, on obtient la structure suivante : IM synthétique, (sens général de ma réponse) : "Le pétrole qui structure encore fortement et durablement nos sociétés confrontées à des crises et tensions répétées restera une ressource géostratégique à l’horizon de quelques décennies… ". Suit une annonce de plan (par exemple) : « (THESE) L’épuisement prévu des ressources et la prise en compte des impacts écologiques plaident pour une perte rapide du primat du pétrole comme ressource géostratégique. (ANTITHESE) Dans le même temps, le poids du pétrole dans les structures sociales et économiques semble lui garantir à moyen terme une place toujours prépondérante. (SYNTHESE…ici plutôt CHOIX) Cette dernière position paraît aujourd’hui confortée par la succession de crises et tensions qui mobilisent les ressources des nations impliquées et leur imposent des choix guidés par des objectifs à court terme… (Qui conservent ainsi au pétrole un rôle géostratégique)».

3

Voir ma remarque "ATTENTION" plus loin.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

13

ATTENTION: ici ce type de plan est risqué, car alors qu'on vous demande de prendre position sur un des termes d'une alternative, la synthèse voudrait qu'on trouve un point moyen entre les deux possibilités. Pour répondre à la question j'ai donc du dévoyer le principe de la synthèse en considérant qu'une option prévaut largement sur l'autre. A utiliser avec précaution et en fonction du type de sujet.

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

CERTES, MAIS, MAIS SURTOUT

Généralement considéré comme élégant et "malléable" Enfin, j’aborde le dernier type de plan « classique » CERTES-MAIS (ou NEANMOINS)-MAIS SURTOUT. Là encore il s’agit de montrer sa capacité à développer une approche pertinente et complète du problème posé. On utilise le principe de l’intelligence4 croissante du sujet qui peut s’illustrer ainsi. « CERTES, lorsqu’on analyse sommairement le sujet, il semble se résumer à… NEANMOINS, une approche plus fine montre que ce qui semblait évident peut l’être moins. MAIS SURTOUT, si on considère tel et tel éléments, déterminants pour telle et telle raisons, on constate que tel point de vue l’emporte. » Ainsi, on a encore une fois montré sa connaissance complète du sujet, depuis ses aspects les plus « basiques » jusqu’aux plus subtils, ainsi que sa capacité de synthèse et de choix. J’en reviens une dernière fois au pétrole. IM synthétique, (sens général de ma réponse) "Le pétrole qui structure encore fortement et durablement nos sociétés confrontées à des crises et tensions répétées restera une ressource géostratégiques à l’horizon de quelques décennies… ". Annonce du plan (par exemple) : "CERTES, les états semblent avoir pris conscience de la fin programmée des ressources fossiles notamment pétrolières, et de l’impact de leur emploi massif sur les équilibres climatiques. NEANMOINS, l’observation des mesures réelles prises, au-delà de l’effet d’annonce, traduit les difficultés à se coordonner pour obtenir des résultats notables. MAIS c’est SURTOUT la nécessité de surmonter crises et tensions qui, en mobilisant les ressources disponibles des états, leur interdit de mener avec le même engagement la gestion du court terme et une reconversion énergétique nécessaire à moyen terme… (D’où la persistance, à mon sens, du rôle géostratégique du pétrole)" ATTENTION: Les mots "Certes", "Mais", "Mais surtout" qui illustrent la structure de ce type de plan ne doivent pas être repris systématiquement en début de vos phrases annonçant le plan. Je l'ai fait ici à titre pédagogique une fois encore. C'est volontairement "besogneux" mais passerait mal dans un vrai devoir! REMARQUE: En conclusion partielle et de manière synthétique : en dehors du plan analytique qui reste une roue de secours, les autres types de plan ont pour principe structurel 5 de vous permettre d’évoquer les différentes « problématiques » que pose un sujet tout en servant la démonstration de votre thèse.

4 5

Au sens compréhension. La structure même du plan impose d'évoquer les différentes positions existant sur le sujet.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

14

ID et IS. Certes il y a les parties principales du devoir qui correspondent aux différentes idées directrices (ID), mais il ne faut pas oublier leur démultiplication en idées secondaires (IS). Là encore vous allez être confronté au choix d’un mode de développement adapté.

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Par principe, si vous avez choisi un mode de plan type 2 ou 3 (THESE ou CERTES…), évitez de le reproduire dans chacune de vos parties. On arrive vite à un effet de style souvent pesant et inutile ou les démonstrations « à tiroir » s’imbriquent et compliquent la lecture. L’approche analytique est là, bien acceptée, et ne vous fige pas dans un rythme ternaire immuable (voir mes remarques sur ce type de plan en début de fiche. EN CONCLUSION(S) Je ne sais pas si, comme vous l’avez aimablement écrit (avec humour), « Nul n’était plus qualifié que moi… » pour se plier à cet exercice de méthodologie, mais je m’y suis livré avec intérêt et avec l’ambition de vous faire progresser. REMARQUE: Enfin n’oubliez pas que dans tous ces travaux, le but n’est pas de montrer votre capacité à appliquer une méthode en vous servant du sujet proposé comme d’un support pédagogique (ce que j’ai fait ici avec le pétrole), mais bien d’évaluer votre CAPACITÉ À RÉFLÉCHIR, DÉMONTRER, ARGUMENTER ET CHOISIR SUR LA BASE D’UN FONDS DE CULTURE GÉNÉRALE SOLIDE.

REMARQUE: Pour ma part, je me refuse à faire un dogme de tel ou tel type de plan. Ce qui m’importe c’est la valeur de la thèse (hauteur de vue) et la qualité de sa démonstration (rigueur et mesure dans le choix et la présentation des arguments). Après, on peut évoquer l’élégance ! Mais il ne faut pas se tromper de priorité. Pour information, en évoquant en voiture ce sujet avec ma fille (CAPES lettres classiques) elle me rappelait que son professeur de poésie en hypokhâgne préconisait ce plan : OUI, NON, OUI MAIS…

Page

15

REMARQUE: Aussi vous le constaterez, la question à laquelle vous devez répondre pourra vous imposer un type de devoir. Ne choisissez pas le plan à la légère ou parce qu'on vous a dit qu'il était le meilleur. Choisissez celui qui est cohérent avec la démonstration que vous devez (et pouvez!) conduire.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

STRUCTURE GÉNÉRALE DU DEVOIR (CUGE OU SYNTHÈSE)

Page

16

Les hésitations habituelles qui se traduisent par un manque de structure des premiers devoirs peuvent trouver une solution dans l'assimilation d'un schéma simple. Il vous sera toujours possible de vous en éloigner (pas trop cependant!) quand vous aurez acquis une plus grande maîtrise de rédaction.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Remarques et conseils 1. Lorsque vous avez choisi le type de plan correspondant le mieux à votre démonstration (par exemple THESE-ANTITHESE-CHOIX), il est maladroit de retenir la même structure dans les différentes parties. Il faut mieux développer systématiquement vos ID et IS en une suite analytique, il est inutile de se compliquer inutilement la vie! En revanche cette suite analytique ira crescendo: "C'est en effet vrai au plan politique car…(IS1), c'est aussi vrai au plan social car…(IS2), c'est surtout vrai au plan économique car…(IS3)" ou suivra un enchainement logique (Voir exemple tiré d'un devoir ci-dessous) 2. Vos idées directrices (IDs) ne doivent pas être construites comme votre introduction. Inutile de mettre une "im" de partie suivie d'une "annonce de plan". Cela alourdit le travail et donne vite l'impression d'avoir à faire à quelqu'un de besogneux. En reprenant de manière schématique le point 1, vous pourriez avoir une ID qui ressemble à: "Cette position est fondée car elle procède d'une approche globale, tant politique, sociale qu'économique." (ID1). Chaque IS serait introduite par les débuts de phrases "C'est en effet vrai au plan politique car…(IS1)…". J'INSISTE SUR LE FAIT QU'IL S'AGIT ICI DE SCHÉMAS QU'IL NE FAUT PAS REPRODUIRE AVEC LA SIMPLICITÉ DES EXEMPLES. Exemple tiré d'un devoir (CUGE2): "Dans le contexte actuel, notamment économique (IS1), la population française ressent une peur légitime face aux incertitudes du lendemain (IS2) [IS1]. Cette peur engendre une forme d'inhibition qui ne trouve plus de contrepartie dans des valeurs spirituelles et humaines (IS3) [IS2]." Cette rédaction appelle une remarque complémentaire. Dans l'exemple de mon ID1 schématique du point 2, l'ébauche des 3 sous parties (IS) est nette: "… tant politique, sociale qu'économique". Ci-dessus je conseillerai plutôt un développement en 2 sous-parties (notées en rouge) plutôt qu'en 3. En effet, la première IS retenue par le candidat:" Dans le contexte actuel, notamment économique…", n'est qu'une donnée circonstancielle qui précise le reste ("…la population française…"). Il sera difficile d'en faire un paragraphe car il n'y a pas d'idée, pas de verbe dans cette suite de mots. ATTENTION: si vous faites, comme dans cet exemple, une IS d'une partie de phrase ne comportant pas de verbe d'action…vous allez "au casse-pipe". (Suite des remarques et conseils) 3. Le rythme ternaire qui est conseillé car il donne souvent un bon rythme aux démonstrations, ne doit pas être reproduit comme s'il relevait d'un dogme. C'est la LOGIQUE de la DEMONSTRATION qui prime.

Page

17

REMARQUE: ne cherchez pas de recette universelle là où il n'y a que des repères utiles. L'application brutale des schémas donnés ne débouchera jamais sur un bon devoir.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

REPÈRES D'AUTOCORRECTION

Page

18

En dehors du "bouclage" IM-QUESTION POSEE qui reste central pour la réussite du devoir (et que certains oublient encore!), une autre règle d'autocorrection peut vous permettre de juger de la cohérence de votre construction: LA LECTURE PARTIELLE.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

En vous référant au croquis ci-dessus faites les tests suivants sur vos prochains devoirs ou brouillons (c'est préférable!): 1. Je ne lis que l'introduction et j'ai déjà une claire vision de la problématique, de la thèse défendue et de l'argumentation générale qui la soutient. 2. Je veux en savoir davantage sur l'argumentation, alors je lis les idées directrices. ATTENTION, la seule lecture des ID ne permet pas de connaître précisément la thèse, au mieux de l'imaginer. 3. Je veux un éclairage sur les éléments concrets retenus à l'appui de la démonstration de la validité de la thèse, je lis tout ou partie des IS. 4. Je veux simplement connaître la thèse et les prolongements qu'on peut y envisager, je ne lis que la conclusion (sous réserve d'avoir au préalable lu le sujet proposé pour connaître la question posée.) En résumé: -

On peut ne lire que prolongement.

-

On ne lit

 ou 

pour connaître la thèse et soit sa démonstration, soit son

 et  que pour trouver des approfondissements et des explications factuelles.

REMARQUE: notez qu'intuitivement on va chercher à s'appuyer sur cette structure de rédaction pour faire une lecture rapide du dossier de l'épreuve de synthèse. Votre devoir doit permettre ce survol par le correcteur qui cherchera d'emblée à se faire une idée de votre thèse et de vos principaux arguments avant d'aborder une correction détaillée. Plus ce travail lui est facilité…Plus il regardera votre travail avec bienveillance (on peut au moins le penser!)

Page

19

La même logique générale préside la rédaction de documents d'état-major où l'on réunit l'essentiel dans une lettre d'accompagnement et l'accessoire sous forme d'annexes.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

3. RETOUR sur l'IM et le PLAN (principes) Ce n'est pas une fable de La Fontaine mais on pourrait faire un recueil de cet écueil ! J'ai choisi de revenir sur ce sujet par deux exemples, le second s'appuyant sur le travail réel d'un candidat. La difficulté est double 1. Il ne faut pas dire la même chose dans les deux paragraphes (voir ci-dessous) 2. Il faut que l'IM soit UNE –VRAIE- IDÉE et ces trois mots ont un sens important: 2.1. UNE = unique. Éviter les idées à tiroir ou multiples qui conduisent le lecteur à douter de votre thèse (c'est parfois le cas avec des phrases trop longues) 2.2. VRAIE = fondée sur une analyse objective selon des critères qui peuvent cependant vous être propres. Éviter les positions idéologiques ou exagérément exotiques (à moins d'être vraiment sûr des arguments que vous allez pouvoir présenter… Mais est-ce le jour du concours qu'il faut jouer avec le feu?) 2.3. IDEE = conception de la réalité fondée sur une réflexion. Une idée est déjà le résultat d'une analyse, cela ne doit pas être que l'ouverture de pistes de réflexion. Mais rappelez-vous toujours le lien IDEE-REALITE. Vous ne devez pas sombrer dans les spéculations intellectuelles. Retenez cette phrase de Malraux: "Les idées ne sont pas faites pour être pensées mais vécues"

Un exemple "basique" d'IM et de plan "ÊTES-VOUS POUR OU CONTRE L'INTERDICTION DU VOILE INTÉGRAL?" Mauvaise IM: "Le port du voile intégral pose des problèmes que notre société doit résoudre". Ici en fait, vous ne feriez que reformuler la question posée sans apporter de réel niveau de réflexion supplémentaire.





Bonne IM (J'espère!): "Dans un État laïque dont les fondements sont la liberté et l'égalité des droits, le voile intégral, double symbole d'un prosélytisme religieux et d'un enfermement de la femme n'a pas sa place." Noter qu'ici ma position est volontairement très tranchée à des fins pédagogiques, comme l'est la question posée. Quel plan après cela? "Il ne faut pas dire la même chose dans les deux paragraphes" (cf. plus haut)

20



Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page



Mauvais plan (à partir d'une bonne IM, ou IM figurant en fait dans cette annonce de plan): "La France est un État fondé en partie sur les principes de laïcité et de liberté (ID1), aussi le voile intégral qui symbolise l'intégrisme et une forme d'aliénation de la femme (ID2) doit-il être proscrit. (ID3) ". Ne souriez pas, cette solution est très fréquente dans les devoirs qui me parviennent… Relisez vos travaux avec un minimum de sévérité à votre égard !

"POUR LES NULS"

Bon plan (c.-à-d. qui présente une analyse équilibrée du problème posé mais conduit à une prise de position nette): "(CERTES) Le voile intégral peut être considéré comme un simple accessoire s'inscrivant dans une tradition culturelle qui, à ce titre, aurait sa place, comme d'autres, dans la société française. (ID1) (MAIS) Pourtant cette tradition culturelle, très éloignée des traditions françaises, peut entraîner des réactions de rejet voire une réelle agressivité à l'égard de celles qui la respectent. (ID2) (MAIS SURTOUT) Mais le port du voile intégral symbolise surtout des comportements extrémistes qui sont en contradiction avec les règles républicaines fondatrices des relations entre tous les citoyens6, qu'ils soient Français ou qu'ils aient choisi la France comme asile." (ID3)

En synthèse Ce que je rencontre le plus souvent Une "fausse" IM qui n'est qu'une reformulation déguisée de la question posée… Alors qu'une  "vraie" IM se trouve dans l'annonce de plan. Ce que je rencontre parfois Une IM correcte mais un plan qui est une simple reprise de cette IM avec une différence de  formulation. Ce que j'aimerais trouver



Une bonne IM et un bon plan!

ATTENTION: Mes propositions sont souvent schématiques afin de se rapprocher d'une forme de "marteauthérapie" concernant la Méthode de composition. Les idées développées ne sont pas nécessairement les miennes et cherchent surtout à répondre à des objectifs pédagogiques.

21

REMARQUE: si l'IM est trop développée, trop détaillée (cas de CUGE1 - exercice 3 – cf. p.13) on court le risque d'un plan redondant avec cette IM. Ce cas est fréquent si l'on prend comme règle la phrase parfois rencontrée dans les corrigés: " Cette synthèse répond à la question posée, elle sera donc mon IM".

6

Citoyen peut convenir ici car le mot a un double sens: "Habitant d'une ville ou d'une cité", mais aussi "Personne qui dans un État jouit des droits civils et politiques".

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page



EDITION 2013-2014

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

4. IM et PLAN (suite et exemple) Exemple à suivre "LA PUISSANCE CHINOISE, MYTHE OU RÉALITÉ?"

J'ai choisi cet exemple d'un travail que j'ai eu à corriger. Il présente l'avantage de la concision et permet d'illustrer la similitude d'approche des sujets écrits et oraux –en effet on imagine facilement que cette question puisse être "tirée" lors de l'oral. L'introduction rédigée par le candidat était la suivante: i.

"Considérée tour à tour comme superpuissance convoitant l’hégémonie mondiale et comme pays pauvre en voie de développement, la Chine n’en finit pas d’exciter l’imagination sur sa réalité. (Chapeau)

ii.

La Chine est perçue comme une puissance mondiale et l’objectivité de la force de ses composantes ne permet pas d’occulter les défis que le gouvernement chinois aura à relever, et qui hypothèquent gravement son futur. (IM)

iii.

La perception par l’étranger et la volonté de puissance chinoise doivent être analysés, pour ensuite permettre la mise en évidence des réalités de ses composantes. Enfin les défis que le gouvernement devra relever nous éclaireront sur le futur de cette puissance." (PLAN)

Cette rédaction traduit les difficultés habituelles rencontrées en début de cycle. Au-delà d'un style un peu pesant, c'est bien L'ÉCUEIL IM-PLAN qui est avant tout illustré ici. Alors que tous les éléments ont été identifiés par le rédacteur, c'est leur "agencement" qui est défaillant. On retrouve en particulier une similitude –ici presque totale- entre l'IM et le PLAN (voir les groupes de mots soulignés et de couleurs identiques). Construire l'introduction REMARQUE: on peut retenir que lorsque la question est "sèche" comme ici, l'accroche peut (doit) l'éclairer. Le rédacteur doit alors se demander: "Qu'est-ce qui conduit à se poser cette question?" J'ai choisi symboliquement un élément assez incontestable: le poids économique, pour illustrer cette règle. "Bien qu'acteur économique majeur, la Chine justifie-t-elle par son poids réel la puissance qu'on s'accorde à lui reconnaitre?" (Rappel sujet et accroche)

Page

Voici l'IM que je retiens a priori:

22

A partir des idées du candidat j'ai ensuite reconstruit son introduction.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

"La Chine dispose d'une puissance réelle mais fragile du fait de son double statut de superpuissance et de pays émergent." (IM) Et la trame de plan correspondante (réduite aux titres des parties): "Des critères objectifs de puissance (Partie 1), cependant amplifiés par la vision occidentale (Partie 2) et qui restent dépendants des défis que la Chine doit déjà relever (Partie 3)." Vous noterez que ce court développement de l'introduction du devoir correspond plus à ce qu'il faudrait faire dans un avis personnel (Synthèse) voire dans un exposé oral. Cependant les principes restent valables pour le devoir de culture. Il conviendrait dans ce cas d'étoffer davantage les 3 paragraphes de l'introduction… sans les polluer d'idées parasites.

Page

23

ATTENTION: dans tous les cas il faudra préférer la concision à du remplissage visant à faire du volume!

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

5. TABLEAU d'ANALYSE EN AMONT DU TABLEAU Pas de précipitation Comme pour toutes les épreuves de concours, l'impatience est un mauvais guide. Elle conduit généralement à "griller" quelques étapes préliminaires et bloque la réflexion à partir d'un sentiment, d'une impression ou de préjugés. Une courte analyse des besoins en information pour répondre à la question posée dans la demande de fiche est souvent utile. Elle se rapproche de la démarche suivie en culture. Ce point ne figure pas expressément comme une étape dans le document de méthodologie de la Revue même si on peut lire en page 5 du dossier MET-M21: " On clarifie la question et on précise la cible à atteindre : cœur du sujet et limites. Si nécessaire, le texte peut être complété par une ou deux parenthèses mentionnant des axes de réflexion à éclairer pour répondre pleinement à la question. Il faut, ce faisant, veiller à ne pas dériver." Il permet cependant d'orienter utilement la recherche des éléments à retenir et en facilite le tri. En

effet, l'épreuve de synthèse du concours n'est pas une simple synthèse de dossier mais l'exploitation du contenu d'un dossier dans le but de répondre à une question précise. Tous les éléments contenus dans le dossier n'auront donc pas le même poids, certains seront négligés; dans le même temps le dossier pourra apparaître trop incomplet sur certains points pour apporter une réponse totalement pertinente au demandeur. ATTENTION DANS CE CAS, IL NE FAUDRA PAS APPORTER SES COMPLÉMENTS PERSONNELS MAIS PRÉCISER CES LIMITES EN COURS DE FICHE, PAR EXEMPLE EN DISANT: "MÊME SI ELLES PRIVILÉGIENT L'ASPECT ÉCONOMIQUE AU DÉTRIMENT DE CARACTÈRE SOCIAL, LES PIÈCES DU DOSSIER METTENT BIEN EN ÉVIDENCE…"

ÉPREUVE DE SYNTHÈSE DE DOSSIER Bon ouvrier…bons outils

Page

Constat

24

La construction du tableau de recherche et son exploitation (sur un espace restreint… la table ou le bureau) constituent des points clefs de l'organisation du travail. Sans remettre en cause le processus détaillé dans les documents décrivant la méthode de composition de la fiche synthèse, je vous invite ici à travailler sur des outils concrets. Confronté moi-même à ces exercices, en tant que rédacteur de corrigés-types de synthèse, mes constats et conseils se fondent sur un "vécu".

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Le tableau donné en exemple dans les corrigés-types, regroupe tous les éléments nécessaires à la rédaction des synthèses partielles puis générale. C'est L'ORGANISATION DES DONNÉES QUI ME SEMBLE DIFFICILE À EXPLOITER DANS UN TEMPS ET SUR UN ESPACE RÉDUITS. POURQUOI? Le choix du repérage des items par des croix joint au traitement des pièces dans l'ordre de leur numérotation conduisent, lors de l'établissement des synthèses partielles, à des allers-retours permanents de droite à gauche et de haut en bas en mémorisant à chaque fois les éléments à intégrer à la synthèse. Quand une même pièce contient des informations relatives à plusieurs rubriques la lecture est encore compliquée et la mémoire mise à très rude épreuve. L'extrait de tableau ci-dessous illustre cette difficulté.

Dans le tableau, les connecteurs font le lien fait ou idée et "x", les flèches verticales indiquent le sens des synthèses. Note aux abonnés à la Revue d'érudes. Vous noterez, lorque vous recevrez les corrigés-types que j'ai rédigés, que j'y ai arbitrairement réduit le volume de mes notes à celui imposé pour la fiche, soit 650 mots. Ce choix n'a pour raison que de se familiariser à chaque occasion avec un volume de texte difficile à maîtriser (pour moi aussi!). En revanche, la rédaction synthétique d'un brouillon devrait, le jour du concours, vous conduire à 300-400 mots au plus… sinon ce n'est plus un relevé de notes!

Personnellement, je travaille de manière un peu différente, sans pour autant perdre l'esprit de la méthode. J'INSISTE SUR LE FAIT QU'IL FAUDRA TOUJOURS ANALYSER LES PIÈCES EN FONCTION DE Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

Variante

25

"Pour info", le schéma de tableau de la page précédente comprend déjà 59 mots. L'avis personnel est limité à 165 mots. Mettez-vous ici encore ces repères "dans l'œil".

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

RUBRIQUES DÉTERMINÉES DANS LES ÉTAPES INITIALES ET EN EXTRAIRE DES ÉLÉMENTS CLEFS…

à partir

desquels on construira les synthèses partielles et générale. Comment est-ce que je procède pour travailler vite et efficacement sur un espace de travail réduit? J'insiste encore sur ce point car c'est bien ici le métier qui conditionne l'ouvrage. Jusqu'à l'analyse du sommaire du dossier (le thème du devoir SYNT.3 est l'impact de la crise économique sur la défense), RAS. Je détermine mes rubriques: aspects généraux - (Rubrique 1), impacts sur l'économie et l'industrie, notamment de souveraineté – (Rubrique 2), impacts sur l'organisation de la défense et les options stratégiques – (Rubrique 3), plus les colonnes "réservé" et "observations" (que j'ai "fondues" dans ce travail) A PARTIR DE LÀ JE PROCÈDE DIFFÉREMMENT. 1. Je classe les pièces du dossier en fonction des rubriques. Toujours dans le cas de mon exemple: R1, pièces 1/11, 3/31, 4/41/42; R2, pièces 1/12, 2/21 et R3, pièces 3/327. La note 22 de la pièce 2 n'a pas pu être classée à ce stade, elle reste "au fond du tas". 2. Je prépare mon tableau sous la forme ci-après où les ITEMS FIGURERONT DANS LES COLONNES À LA PLACE DES CROIX. 3. J'exploite ensuite les pièces par groupes correspondant aux rubriques retenues. La lecture consécutive des documents portant sur un même thème facilite l'approche des synthèses partielles. Au fil de la lecture peuvent apparaître, au sein d'un groupe, des éléments relatifs aux autres rubriques (c'est presque toujours le cas). Je les note dans la colonne correspondante et les oublie provisoirement. 4. Lors de la rédaction des synthèses partielles, je n'ai plus qu'à lire des éléments figurant dans une même colonne. C'est plus confortable lorsqu'on a un peu "la pression". Cette méthode évite de construire un "drap" difficile à manipuler. Je me contente de feuilles A4 utilisées en "paysage" que je dispose comme montré en annexes. J'arrive ainsi à avoir l'équivalent de 2 pages A4 "paysage" de données sur mon espace de travail (pour 5 pages de notes). On peut bien sûr, comme dans le tableau "type", enrichir ses notes avec le numéro de pièce, des + ou ++ en fonction de l'intérêt de l'item par rapport au sujet. Mais là les possibilités sont sans fin. ATTENTION Cette organisation qui ME CONVIENT, n'est pas universelle. Ce n'est qu'un outil portant sur une simple adaptation d'une des étapes de la méthode enseignée par la Revue d'études. Certains sont certainement "à l'aise" avec la solution "standard" du tableau de recherche. D'autres ont peut-être leur solution personnelle d'organisation de cette phase du travail.

7

Ce n'est pas une erreur car c'est par exemple un texte du CEMA qui couvre tous le champ du sujet.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

26

Toutes les solutions sont bonnes si elles respectent les règles générales qui vous sont proposées. CES RÈGLES SONT EN EFFET TIRÉES DE L'EXPÉRIENCE, et elles permettent d'apporter, sans risque d'erreur majeure, une réponse adaptée aux questions posées, dans le temps imparti et avec le bon nombre de mots.

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Une fois le tableau rempli, il est temps de passer à la rédaction des synthèses. Elles se font ici, comme pour un devoir de CUGE, par domaine, sans oublier que LA SYNTHÈSE GLOBALE N'EST PAS UNE SIMPLE COMPILATION DES SYNTHÈSES PARTIELLES MAIS BIEN UNE REFORMULATION DE LEUR

(Voir le chapitre suivant)

Page

27

CONTENU.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Annexe

Page

28

Pour aller au bout de cette explication "basique", voyons comment je dispose mes feuilles de recherche sur mon plan de travail au moment de la rédaction des synthèses.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

DOMAINES ET RUBRIQUES EN CULTURE GÉNÉRALE

Vous avez en fait une matrice à deux entrées: les domaines et les rubriques. L'explication suivante se fonde sur le devoir de CUGE 2011 suivant: Dans « L’espoir » (1937), André Malraux fait dire à l’un des protagonistes : "Il y a des guerres justes, il n’y a pas d’armées justes." Cette affirmation vous semble-t-elle pertinente dans le contexte actuel ?

Les domaines se déterminent en fonction du CHAMP COUVERT PAR LE CŒUR DE SUJET: ici les guerres et leur conduite. Quels sont les principaux domaines concernés par le choix de faire la guerre et les modalités et conséquences de sa conduite? Politique? Diplomatie? Économie? Droit? Société et culture?...A partir de là, conserver les plus pertinents (3 à 4 max) à vos yeux. Les rubriques concernent les points à éclairer EN FONCTION DE LA QUESTION POSÉE. Ici et de manière sommaire: qu'est-ce qui fait qu'une guerre est juste ou injuste? Qu'est ce qui fait que sa conduite est juste ou injuste? On voit bien qu'à l'intersection DOMAINE-RUBRIQUE on obtiendra des éléments pertinents pour répondre à la question posée. N'oubliez pas également la précision du sujet "...dans le contexte actuel". Cela mérite-t-il une rubrique supplémentaire pour analyser ce qui aurait changé entre hier et aujourd'hui dans certains des domaines retenus? Pour conclure sur ce thème et dans le cadre de ce sujet, les DOMAINES sont liés aux substantifs (guerre, armées...) et les RUBRIQUES aux qualificatifs (justes, injustes, contexte actuel...) ATTENTION, ce n'est pas une recette mais une explication à partir du sujet traité (néanmoins "ça fonctionne" de temps en temps!) Si vous avez des difficultés pour déterminer domaines et rubriques, c'est assez normal au début car il faut forger l'esprit à ce mode de travail analytique, pourtant habituel dans nos méthodes de raisonnement tactique. La finalité est la même mais l'outil est un peu différent.

Page

29

SURTOUT N'OUBLIEZ JAMAIS QUE L'OBJECTIF N'EST PAS, ICI COMME EN TACTIQUE, D'APPLIQUER UNE MÉTHODE MAIS D'ARRIVER À UN RÉSULTAT!

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

6. Des FAITS aux SYNTHESES, de la THESE au PLAN Un processus à bien comprendre pour aller des faits aux synthèses Les méthodes de composition de travaux écrits ou oraux peuvent différer dans certaines de leurs modalités mais elles suivent toutes un processus d'élaboration des réponses qui guide le rédacteur des faits aux idées puis de la thèse au plan. Cette approche correspond au "fonctionnement" français forgé par notre culture et notre formation. Pour que cette démarche soit productive elle doit être comprise dans sa forme et dans son esprit. Prenons-la par étape. 1. RECHERCHER LES FAITS ET IDÉES "PRIMAIRES" SUR LE SUJET: c'est le but des tableaux d'analyse. On trouve deux entrées principales, les grands domaines couverts par le sujet et des clefs d'analyse correspondant aux besoins en informations qu'imposent le sujet et plus particulièrement la question à laquelle il faut répondre. On peut ajouter un 3 e niveau d'information par l'emploi de couleurs. 2. EFFECTUER UN PREMIER NIVEAU DE SYNTHÈSE: ce premier travail de construction consiste à apporter une réponse à la question posée en se référant au seul domaine analysé. La forme générale de la synthèse est celle-ci: "Si on ne considère que le domaine de … on peut dire que la réponse à la question est …". On reproduit cette démarche pour chaque domaine. 3. EFFECTUER UNE SYNTHÈSE GLOBALE: c'est ici que se dessine la thèse. Chaque synthèse partielle a apporté une réponse équilibrée et argumentée à la question posée vue sous l'angle particulier du domaine concerné. Il faut maintenant faire un bilan global qui constituera votre position définitive. Chaque domaine se verra affecté d'un poids particulier selon vos critères de choix. L'agrégation de ces "données" fera pencher la balance dans le sens de ce qui deviendra votre thèse. ATTENTION: Ici se situe un des points clefs d'un devoir réussi. Si vous réduisez votre synthèse globale à une juxtaposition de condensés des synthèses partielles, vous n'obtenez pas une thèse exploitable car vous n'avez apporté aucune plus-value intellectuelle lors de cette étape (voir illustration ci-dessous). Il s'agit bien ici de recomposer vos synthèses partielles pour en tirer une nouvelle approche plus globale, plus synthétique de votre position sur le problème soumis à votre analyse.

Page

30

SI CETTE ÉTAPE EST CONDUITE AVEC DE LA RIGUEUR ET UN SOUCI DE CONCISION DANS LA RÉDACTION ALORS ET ALORS SEULEMENT ON PEUT CONSIDÉRER QUE CETTE SYNTHÈSE CONSTITUE L'IDEE MAITRESSE.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

De la thèse à sa démonstration Une fois une vraie IM rédigée, c'est-à-dire conforme au principe ci-dessus, il reste à bâtir votre démonstration. Ce point paraît souvent complexe et semble un obstacle difficile à surmonter. Pourtant…ce plan – ou tout au moins le fil directeur de votre démonstrationvous l'avez déjà conçu de manière inconsciente en cheminant des synthèses partielles à l'IM. Remémorez-vous les étapes de votre réflexion. Par exemple pour un sujet qui réclame une prise de position face à deux options ("Puissance chinoise: mythe ou réalité") : "J'ai dans mes synthèses partielles trouvé tel et tel éléments qui permettent de penser que…J'ai aussi des éléments qui permettent de penser que…pour telle et telle raisons que je trouve prioritaires car…, je retiens que telle position l'emporte." Si l'on reprend le schéma précédent, votre fil directeur est ici (cercle rouge). C'est le raisonnement qui vous a conduit à hiérarchiser vos faits et idées pour déboucher sur le choix d'une thèse.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

31

REMARQUE: a contrario, si on fait une synthèse globale de compilation ("Mauvais choix"), que l'on en fait son IM et que l'on considère les synthèses partielles comme ses idées directrices (ID), on voit bien que l'on va dans le mur de la redondance IMPLAN et dans celui du plan analytique.

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

QUELQUES EXERCICES PRATIQUES SUR LES IM

Certains d'entre vous ont évoqué la difficulté de faire le lien entre synthèse globale et idéemaîtresse. Votre interrogation sur les synthèses (partielles et globale) et l'IM est légitime: c'est LE point délicat en CUGE mais aussi en SYNTHESE. La difficulté vient souvent du fait que la synthèse globale réalisée n'est pas une vraie synthèse mais une contraction des synthèses partielles. Or, les synthèses partielles sont elles-mêmes (et là il est difficile de faire autrement) des agrégats des éléments du tableau de recherche. Dès lors la synthèse globale devient un résumé de vos arguments et constitue davantage une ébauche de plan qu'une IM. A ce stade votre synthèse générale correspond au: "Voilà ce que je vais dire" et non pas au: "Voilà ce que je vais démontrer". Le plus souvent, je travaille moi-même ainsi pour contourner la difficulté d'une synthèse immédiate de la vingtaine de lignes, voire plus, que représentent les synthèses partielles. Je fusionne mes synthèses partielles dans une rédaction plus compacte, qui reste un peu une compilation, et à partir de là je me demande: "Qu'est-ce que je démontre ici?". J'aboutis alors à une rédaction concise d'une quarantaine de mots avec en général une idée unique (d'où des phrases parfois un peu longues, mais qui doivent rester compréhensibles), répondant à la question posée et facile à mémoriser. Si vous retenez une IM de 8 lignes composée de 4 ou 5 phrases, vous "allez au carton" à coup sûr. Si après cette lecture et les exercices proposés vous êtes encore dans le doute, recontactez-moi et on affinera la réflexion à partir de cette nouvelle base. Des exemples illustrent mieux qu'une longue explication cet écueil fréquent. Vous trouvez ci-dessous des sujets schématisés et les synthèses globales obtenues par "compilation". En dessous, dans le cadre IM, figurent les IM correspondantes qui bouclent bien avec la question posée (je l'espère, mais je m'expose volontiers à vos remarques!).

Les IM sont rédigées en police "blanche" (sauf pour le premier exemple) pour éviter la tentation d'une lecture immédiate. Après réflexion et rédaction personnelle de l'IM, vous pourrez sélectionner le texte et le rendre visible en y appliquant une couleur de police adaptée (ou en les recopiant sous Word à partir de la version PDF mise en ligne sur le blog) Bon travail…dans les "blancs" d'un emploi du temps déjà bien "noirci"! *

Page

32

NOTA: les exemples sont tirés d'exercices des cycles précédents de préparation au CID puis à l'EDG. A quelques exceptions près les IM retenues figuraient dans les corrigés-types. Elles ont parfois subi des retouches à des fins pédagogiques.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

AFRIQUE NOIRE Question Dans quelle mesure l'Afrique Noire peut-elle, à votre avis, remédier à une situation qui met en cause son avenir?

Synthèse globale L'Afrique noire, éclatée en états peu viables hérités de la décolonisation, ne semble pas avoir avant longtemps la capacité à remédier seule à une instabilité chronique qui touche sa vie politique comme ses activités économiques et culturelles. Une conscience plus claire de remèdes à promouvoir pour remédier à cette instabilité semble actuellement se dégager. Certains relèvent de la poursuite de l'aide extérieure, tandis que d'autres peuvent naître d'une volonté africaine de prendre en main son propre destin. Néanmoins, une évolution favorable ne sera possible que dans la mesure où l'aide extérieure, en l'occurrence celle des pays industrialisés dans la majorité des cas, ne sera pas liée à une transposition brutale de comportements politiques ou de schémas économiques manifestement inadaptés à des populations préoccupées par leur survie, pour lesquelles les concepts théoriques de démocratie et de droits de l'homme ne correspondent encore à aucune réalité tangible et sont éloignés des comportements ancestraux. NOTA: cet exemple a été choisi en priorité car il illustre parfaitement le cheminement du rédacteur du corrigé. La synthèse globale, si elle restait en l'état et était retenue comme IM, serait inexploitable car elle renferme déjà la majorité des éléments de démonstration de la thèse de l'auteur. En revanche, on comprend très bien qu'à partir de la forme "compacte" ci-dessous on dispose d'une grande liberté de manœuvre pour articuler sa démonstration, sans risque de redondance avec la rédaction de l'IM, en allant puiser des éléments dans les différentes synthèses: globale et partielles (non reproduites ici) ainsi que dans le tableau d'étude.

IM L'Afrique noire ne pourra remédier seule à son instabilité chronique que lorsqu'elle aura décidé et réussi à prendre en main son destin selon des schémas propres.

TERRORISME ET DEMOCRATIES Question Les démocraties sont-elles le meilleur obstacle au terrorisme?

Synthèse globale

Page

33

Face aux mouvements terroristes, qui savent utiliser à leur avantage les libertés offertes par les démocraties et réaliser des actions réellement efficaces sur le plan psychologique, les démocraties savent que le temps joue en leur faveur, en leur permettant de développer des moyens techniques de sécurité plus efficaces, d'entreprendre des actions diplomatiques et militaires visant à réduire le nombre de sanctuaires, et de poursuivre leur action économique pour la réduction de la pauvreté et de la misère dans le monde et le développement des États les plus faibles. Cependant, le radicalisme islamique entretient un flot durable de volontaires pour des actions-suicides, toujours difficiles à contrer. Seuls, une fin réelle du conflit israélo-palestinien l'établissement d'une paix durable au Moyen-Orient permettraient de mettre fin au terrorisme international.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

IM Les démocraties qui disposent du temps, des synergies internes, des capacités économiques, diplomatiques et de défense, sont à ce jour les systèmes sociaux et politiques les mieux adaptés pour s'opposer efficacement et durablement au terrorisme malgré ses incessantes adaptations et pour peser sur une résolution du conflit au Proche-Orient.

MANAGEMENT ET CONSENSUS Question Management par consensus: une voie inévitable?

Synthèse globale Le nouveau contexte économique a fait émerger un style de management basé sur la recherche du consensus. Cette règle de gestion active un important processus de maturation à l'intérieur du groupe, augmente le pouvoir et la responsabilité individuelle et peut ainsi aider à rendre les réunions plus satisfaisantes et efficaces. Toutefois le management consensuel rencontre des difficultés majeures et s'avère ne pas être efficace dans toutes les situations. De plus, sa réussite nécessite le respect de certaines conditions culturelles et organisationnelles.

IM Évolution naturelle d'un management confronté aux contraintes économiques, la recherche du consensus n'a pas de valeur universelle face aux situations rencontrées qui sont étroitement dépendantes de critères opérationnels, structurels, voire culturels.

EDUCATION ET SOCIETE Question …mettant en relief l’importance de l’éducation dans toutes ses acceptions, sur le fonctionnement harmonieux d’une société.

Synthèse globale L’éducation repose sur une approche globale des besoins de l’individu et de la société. Elle constitue le ciment du corps social, contribue à son homogénéité et participe ainsi au développement et au fonctionnement harmonieux des sociétés. Mais, dépendant de moyens humains, techniques et financiers inégalement disponibles, l’application des politiques de l’éducation, si elle n’est pas remise en cause, montre néanmoins de fortes disparités, y compris au plan régional.

IM

Page

34

Nécessitant une approche globale des besoins, devant être servie par des moyens humains, techniques et financiers adaptés et suffisants, l’éducation constitue, à ce prix, le ciment du corps social et le ferment du développement, gages d’un fonctionnement harmonieux des sociétés.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

ECONOMIE ET DEFENSE Question …mettant en relief l’importance de ces interactions (économie et défense), notamment à travers les efforts faits par les armées,

Synthèse globale La Défense, et en son sein les forces armées, sont confrontées aux difficultés nées d'un contexte économique contraignant qui rend plus rigides les interactions directes qu'elles ont, structurellement, avec le monde industriel. Les efforts consentis pour préserver l'équilibre entre la prise en compte des menaces, celle des conditions économiques et les impératifs du concept stratégique se heurtent parfois à des incompatibilités d'ordre budgétaire ou relevant de logiques industrielles. Le poids de ces efforts reste acceptable tant qu'ils ne conduisent pas à des ruptures capacitaires, entraînant une remise en cause du modèle de forces, et limitant les marges de manœuvre politiques et diplomatiques. De nouvelles synergies réalistes, fondées sur des coopérations pragmatiques, permettent de penser qu'il n'y a cependant pas encore de fatalité du déclin.

IM Rigidifiées par les tensions économiques et budgétaires, les interactions entre défense et économie imposent aux armées des efforts croissants qui pourraient conduire au développement d’une crise sécuritaire dans le sillage de celle touchant les équilibres commerciaux et financiers.

ACTIONS CIVILO-MILITAIRES Question …mettant notamment en lumière ce qui motive ces actions, comment elles se déroulent et quelle pourrait être leur évolution possible ou souhaitable.

Synthèse globale Conséquence inévitable des actions extérieures, quelle qu'en soit leur nature, les ACM concrétisent l'indispensable prise en compte de leur environnement civil ainsi que l'affirmation de la volonté de rétablir les fonctions vitales du théâtre. Or la France, malgré son expérience coloniale, ne développe encore qu'un système trop embryonnaire car essentiellement supporté par les armées. Elle ne peut donc pas, dans le climat de concurrence qui caractérise aujourd'hui les engagements internationaux, espérer les justes retours sur investissements que justifieraient les sacrifices consentis. Alors, pour que puissent être engagés des moyens à la hauteur d'ambitions légitimes, une véritable révolution doit être opérée, tant dans les procédures que dans les mentalités. Mais cela sous-entend une prise de conscience nationale qui, seule, peut susciter la volonté politique d'animer une coordination efficace. IM

Page

35

Éléments pourtant déterminants dans la stabilisation des théâtres, les ACM de la France restent trop confinées dans le domaine des armées. Seule une volonté politique forte émanant d'une prise de conscience nationale permettra de mettre en cohérence les ambitions affichées et les moyens consentis.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

7. De l'INTRODUCTION Ces questions m'ont été posées par un candidat 2012: "En outre, j'ai quelques questions de méthode: -faut-il expliquer/analyser la citation proposée? -faut-il forcément la reproduire textuellement dans l'introduction? -doit-on donner des indications biographiques sur l'auteur de la citation?" Il est difficile de ne pas être "Normand" dans les réponses qui, de plus, concernent des questions de niveaux différents: fond pour la 1re et la 3e, forme pour la 2nde. 1.

Une remarque générale tout d'abord qui éclaire ce sujet. Pour cela sortons du cadre du concours. Mettez-vous dans la peau d'un journaliste, d'un universitaire qui doivent publier un article.

IL FAUT CONSIDÉRER QUE LE LECTEUR-CORRECTEUR NE DISPOSE PAS DU SUJET. Le travail fourni doit donc contenir tous les éléments de compréhension nécessaires: problématique d'ensemble, question posée (ou que l'on choisit de traiter), puis la suite traditionnelle que constituent l'IM, le plan, etc. 2. Une seconde remarque (rappel), vous n'êtes pas évalué sur l'application d'une méthode mais sur la pertinence de votre réflexion. NE CHERCHEZ PAS LE "TRUC, LA RECETTE" PASSE PARTOUT, ILS N'EXISTENT PAS. Je reviens plus directement aux questions posées en évacuant d'emblée les formulations "faut-il?" et "doit-on?" (Voir ci-dessus) i.

"Expliquer/analyser la citation proposée". Deux situations peuvent se présenter conduisant à mon sens à deux approches différentes: -

la citation est dans le chapeau; la citation est l'objet de la question posée.

Dans le premier cas la citation oriente sur la problématique à traiter ou cadre le sujet. Il faut montrer qu'on a bien compris le "message": "Quand Malraux dit:…, il fait le constat de…". Suivra le rappel de la question puis votre thèse. Dans le second cas la citation doit être commentée: "Le problème de…a souvent été évoqué au cours de l'Histoire. Ce constat a fait dire à Malraux:…Doit-on pour autant considérer cette analyse comme un axiome?". Ici, mais ce n'est toujours que mon analyse personnelle, on inverse l'approche en arrivant sur la citation au lieu d'en partir. "Reproduire textuellement (la citation) dans l'introduction?". On retrouve un peu le cas précédent en fonction de la place de la citation. S'y ajoutent sa forme (affirmative ou interrogative) et sa longueur. Pour moi il n'y a pas de règles sauf celles qu'impose l'intelligence du rédacteur face au sujet proposé!

iii.

"Donner des indications biographiques sur l'auteur de la citation?". Là encore, si vous connaissez l'auteur et le cadre de la citation et que vous pensez que cette dernière n'a de sens que replacée dans son contexte…Allez-y, sinon prudence car un mauvais étalage peut être désastreux.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

36

ii.

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

A titre d'exemple, j'ai trouvé: "St Exupéry dans "La Citadelle" au lieu de "Saint-Exupéry dans "Citadelle" Et très récemment: "Georges Bernanos dans son ouvrage "l'avenir pour quoi faire?" …alors que le titre "La liberté pour quoi faire?" figurait dans le libellé ! En conclusion

Page

37

SI, COMME JE LE CROIS VOUS AVEZ SU COMMANDER VOS UNITÉS AVEC INTELLIGENCE ET SANS VOUS LIMITER À L'APPLICATION DE SOI-DISANT RECETTES UNIVERSELLES, RÉDIGEZ AVEC LES MÊMES PRINCIPES.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

8. L'ORAL du CONCOURS EDG Comme je l'ai déjà précisé, "l'oral est une poursuite de l'écrit par d'autres moyens"8. Cette continuité logique ne doit cependant pas conduire à traiter l'oral comme l'écrit. Si les principes: lecture attentive du sujet, analyse des termes du sujet, reformulation éventuelle, identification des domaines concernés, idée maîtresse et plan sont à conserver, LA MISE EN ŒUVRE DE LA MÉTHODE EST NÉCESSAIREMENT ADAPTÉE. Il faut en effet l'ajuster aux conditions d'examen : 20 mn de préparation entre la réception du sujet et le passage devant le jury, et un exposé qui "ouvre" la colle et doit durer, en général, une dizaine de minutes. Cette double brièveté conduit EGEA9 à conseiller le plan Sciences PO (2/2)10, beaucoup plus simple à manipuler et beaucoup plus efficace et donc convaincant que celui en 3 parties. "Autant cela se discute à l'écrit, autant cela se discute beaucoup moins à l'oral. En fait, à l'oral, on voit mal comment on peut réussir avec autre chose qu'un plan en deux parties. Et autant je prêche dans le désert en vous assurant qu'à l'écrit, le 2 parties est possible, autant je souffre peu la discussion pour l'oral, où le 3 parties me semble exclu d'emblée. Je trouve le sujet très difficile pour un oral ("géopolitique : temps, échelle, facteurs"). Raison de plus pour un deux parties, plus aisé à manier. Soyez donc plus simple et tout d'abord, en reformulant le sujet : la géopolitique n'est elle que temps et espace, ou doit-elle prendre en compte d'autre facteurs? Votre brève introduction (1minute trente) doit servir à cela, puis à l'annonce du plan. Ce qui vous donne, par exemple, 1. La géopolitique s'appuie sur deux considérations primordiales, l'histoire et la géographie 11. Le facteur temporel 12. Le facteur spatial 2. Toutefois, d'autres facteurs explicatifs doivent être pris en compte 21. Le facteur "identitaire" (langue, religion, racines,...) 22. Le facteur stratégique (la GP est rivalité de puissance)

8

La guerre est une poursuite de l'activité politique par d'autres moyens. (Carl von Clausewitz 1780-1831) J'ai parcouru le site d'EGEA (voir ci-dessous). Les exemples traités et les conseils me semblent de bonne qualité. Attention cependant il serait maladroit de penser que la vérité est systématiquement ailleurs! La consultation de ce site vous permettra de compléter les autres documents de méthodologie et les corrections personnalisées qui vous sont adressés. 10 2 parties de chacune 2 sous-parties (2ID / 2IS)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

38

9

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

C'est simple, efficace, ça tient la route, vous couvrez le sujet, le rattachez à votre expérience militaire, et cela ouvre suffisamment de pistes pour que le jury puisse s'accrocher dessus. Vous avez assez de matière pour tenir dix minutes, sans trop bafouiller : au fond, la difficulté consiste à ne tenir "que" dix minutes.... VOUS VERREZ, À FORCE DE TRAVAILLER, LA DIFFICULTÉ N'EST PAS LA LONGUEUR MAIS LA BRIÈVETÉ...."

L'ABC POUR PRÉPARER LA "COLLE"

Les règles et conseils qui suivent ont été validés au cours des deux cycles précédents du CID – EDG ainsi que lors de 3 années de préparation des candidats CYR Bac +3. A. La première règle qui se situe en amont de l'épreuve est de SE FIXER UNE SEULE MÉTHODE DE CONSTRUCTION DE LA RÉPONSE. Par exemple, le plan analytique type 2/2 (voire 2/3) de Sciences PO. Il sera toujours possible d'avoir un "jaillissement" le jour de la vraie colle (attention cependant). Il faut impérativement FAIRE SIMPLE et se conditionner par un ENTRAÎNEMENT DÈS LE DÉBUT DU CYCLE DE PRÉPARATION. B. La seconde règle concerne la GESTION DU TEMPS. Plus le temps de préparation est court, plus il faut le maîtriser avec rigueur. Arrêtez impérativement d'écrire au bout de 15 mn pour relire vos notes et les compléter éventuellement de simples mots repères. Si vous vous mettez "à la planche", vous allez entrer dans la salle d'épreuve "branché" sur vos dernières idées encore mal formulées et rater votre démarrage. Une bonne introduction vous tirera au contraire par la suite au fur et à mesure que le stress s'estompera. C. Une troisième règle s'applique au "FORMATAGE" DE VOTRE FEUILLE DE PRISE DE NOTES. Donnez-vous un cadre type que vous reportez immédiatement sur votre feuille de prise de notes pour structurer concrètement votre développement. C'est dans ce tableau que vous noterez synthétiquement vos idées et MOTS CLEFS dès le début de votre réflexion. Il est SUICIDAIRE DE VOULOIR RÉDIGER DES PHRASES ENTIÈRES EN DEHORS DE L'INTRODUCTION ET DE LA CONCLUSION. Les mots clefs qui dans mon exemple figurent en colonne de droite vous serviront de "bouée" si vous n'avez pas eu le temps de plaquer toutes vos phrases dans les cases. Vous ne perdrez pas le fil de votre démonstration. Vous pourrez même les cocher discrètement en cours d'exposé pour être sûr de ne pas avoir oublié l'essentiel. Et maintenant…c'est parti.

Page

39

Vous venez de choisir 2 sujets, vous avez peutêtre 30 secondes pour en retenir 1 en allant vers la salle de préparation. Ne gaspillez pas ce temps, faites un vrai choix: 30 secondes permettent d'évacuer une part des a priori et préjugés sur les thèmes tirés. Soyez bien conscient que LA COLLE DÉBUTE À CET INSTANT DU CHOIX. Dès maintenant les dés sont jetés!

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

FEUILLE DE PRISE DE NOTES

Page

40

(Exemple réellement utilisé sous un format développé sur 2 pages)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Page

41

Pour aller un peu plus loin, j'ai réalisé cette ébauche du sujet "Puissance chinoise: mythe ou réalité?" en une quinzaine de minutes (contraintes de mise en page incluse, ce qui explique une IS11 embryonnaire)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

9. SUJETS de COLLE du concours EDG Tous les sujets notés (2012) ont été validés. Les sujets marqués (2013) ont été actualisés ou sont nouveaux. Ces sujets ont été construits "dans l'esprit des concours passés", ils ne préjugent en rien des formes retenues par le jury 2013 mais constituent néanmoins une base de travail solide

CONCOURS SCIENCES

1. Le processus de concentration des grandes compagnies aériennes est-il lié aux choix

technologiques des constructeurs? (2012) 2. Les déchets radioactifs des centrales nucléaires représentent-ils toujours un problème pour

l'avenir? (2013) 3. La recherche fondamentale vous semble-t-elle plus importante que la recherche appliquée? (2012)

4. Quels risques réels ou potentiels représentent les OGM? (2012) 5. Quelles sont les retombées, pour la France, du développement du réacteur de recherche à

fusion nucléaire ITER? (2012) 6. Comment les risques engendrés par l'interconnexion des réseaux informatiques peuvent-ils

être maîtrisés? (2012) 7. Le nucléaire militaire est-il à la portée de tous les états qui maîtrisent la fission industrielle? (2012)

8. La technologie peut-elle remplacer l'homme dans toutes les situations? (2012) 9. Boson de Higgs: en quoi la recherche sur les

particules subatomiques est-elle

fondamentale? (2012) 10. Faut-il unifier davantage la recherche européenne? (2013) 11. Comment renforcer et développer le secteur de la recherche en Europe? (2012) 12. Devons-nous prendre le risque de diminuer les chances de survie des malades en refusant que

la recherche génétique française puisse utiliser davantage des embryons humains? (2012) 13. L'avenir énergétique de la planète passe-t-il obligatoirement par le nucléaire? (2012)

16. La sauvegarde de la biodiversité est-elle un enjeu vital pour notre avenir? (2012)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

15. Quelles sont les causes et les conséquences du réchauffement climatique? (2013)

42

14. Le nucléaire, une énergie propre? (2012)

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

17. Les OGM, la solution pour nourrir la planète? (2012) 18. Quelles énergies dans l'avenir? (2012) 19. La conquête spatiale: espoirs et utopies. (2012) 20. L'Europe gagnerait-elle à investir davantage dans le domaine de la robotique? (2012) 21. Faut-il favoriser les programmes militaires européens, si nécessaire au détriment de

groupes industriels français? (2012) 22. En dépit des pressions économiques, devrions-nous limiter les transferts technologiques vers

des pays tiers? (2012) 23. Fracturation hydraulique, forages profonds: les besoins énergétiques doivent-ils tout justifier? (2012)

24. La région du pôle nord, un enjeu stratégique ou commercial pour les grandes puissances? (2012)

25. La génération Y est-elle menacée par ce qu'elle "adore"? (2012) 26. Le réchauffement climatique ne présente-t-il que des risques? (2012) 27. Pensez-vous qu'une école virtuelle puisse à terme remplacer les structures scolaires

traditionnelles? (2012) 28. Quelles sont les limites du principe de précaution? (2012) 29. NTIC: libération ou asservissement? (2012) 30. Les mathématiques financières: une arme de destruction massive? (2012) 31. La modélisation et les simulations mathématiques peuvent-elles tout résoudre? (2012) 32. Qu'elles sont les limites à ne pas franchir, selon vous, pour remplacer l'Homme par des

machines ? (2013) 33. Peut-on interdire l’accès au nucléaire aux pays émergents ? (2013) 34. Les biotechnologies : chance ou menace pour l’humanité ? (2013) 35. Quels sont les enjeux de la lutte contre le réchauffement climatique ? (2013) 36. L'énergie nucléaire a-t-elle un avenir doré ? (2013) 37. Selon vous, les Organismes Génétiquement Modifiés ont-ils un avenir ? (2013) 38. L'écologie peut-elle devenir un moteur de l'économie ? (2013) 39. Les semences transgéniques sont-elles l’avenir de l’agriculture ? (2013)

41. Dans le cadre de l’exploitation des ressources fossiles, la fracturation hydraulique devrait-elle

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

transgéniques ? (2013)

43

40. Avons-nous les moyens de contrôler les effets induits par l’utilisation des semences

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

être autorisée en France selon vous ? (2013) 42. Quel avenir pour le clonage animal et végétal selon vous ? (2013) 43. Quels sont les enjeux du clonage humain vis-à-vis des nouvelles thérapies ? (2013) 44. La recherche collaborative est-elle devenue incontournable ? (2013) 45. Les européens sont-ils suffisamment performants en terme de recherche robotique

humanoïde ? (2013) 46. L’omniprésence des ondes basse et haute fréquence dans notre quotidien présentent-elles

des risques ? (2013) 47. Quels sont les enjeux de la maîtrise des risques de l’après Fukushima ? (2013) 48. La “réalité augmentée“ va-t-elle s’imposer dans notre quotidien futur ? (2013) 49. Quelles sont les enjeux de la création de nouveaux modèles climatiques pour rendre compte

de la réalité de l’évolution des températures ? (2013) 50. Les univers parallèles: une réalité? (2013) 51. Habiter sur une autre planète: rêve de Petit Prince ou objectif rationnel? (2013) 52. Le cerveau humain sera-t-il un jour surclassé par la machine? (2013) 53. Peut-on encore battre des records sportifs? (2013) 54. Sommes-nous tous espionnés? (2013) 55. A quoi pourrait ressembler l'homme de demain? (2013) 56. La réussite de la transition énergétique constitue-t-elle le défi majeur de notre siècle? (2013) 57. La confirmation de la présence d'eau sur Mars, à une période de la vie de la planète,

constitue-t-elle la preuve d'une forme de vie passée voire résiduelle ? (2013) 58. Les laboratoires pharmaceutiques ont-ils encore une éthique? (2013) 59. La science a-t-elle des limites? (2013) 60. le désir de comprendre le monde et la volonté de répondre aux enjeux actuels de notre

société justifient-ils de "libérer" la science? (2013) 61. Faut-il encadrer les recherches en biologie qui visent à décrypter la complexité du vivant ? (2013)

62. Existe-t-il en France un continuum Recherche fondamentale - Ingénierie – Technologie ? (2013)

63. L'homme, est-il producteur de langages et de savoirs ou avant tout acteur économique, social

44

et politique ? (2013) cœur des enjeux pluri et interdisciplinaires ? (2013)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

64. Les sciences informatiques et du numérique et les sciences de l'information, sont-elles au

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

LES INSTITUTS DU CNRS Pour les candidats scientifiques, le domaine des sciences est souvent réduit à celui de certaines sciences "dures". Or le champ est plus vaste comme le montrent les sujets couverts par les instituts du CNRS. Les sites des instituts accessibles par les liens hypertextes ci-après fournissent un éclairage qui peut être utile dans la perspective du concours. Institut des sciences biologiques (INSB) Il a pour mission de développer et coordonner des recherches en biologie qui visent à décrypter la complexité du vivant, des atomes aux biomolécules, de la cellule à l'organisme entier et aux populations. Thématiques scientifiques : biologie structurale, bio-informatique, pharmacologie, neurosciences, sciences cognitives, immunologie, génétique, biologie cellulaire, microbiologie, physiologie, biologie végétale, biologie des systèmes, biodiversité ... Site de l'INSB Institut de chimie (INC) Il a pour mission de développer et coordonner les recherches concernant l'élaboration de nouveaux composés, la compréhension de la réactivité chimique, l'élucidation toujours plus fine et la prédiction des relations entre la structure des composés au niveau atomique et leurs propriétés. Thématiques scientifiques : chimie du et pour le vivant (exploration et développement de nouveaux modèles et outils pour la pharmacologie, les biotechnologies, la médecine, la cosmétologie, l’agro-alimentaire et le phytosanitaire), chimie verte et développement durable (conception de nouvelles réactions chimiques plus économes mais aussi plus efficaces, plus sélectives et plus sûres), fonctionnalisation de la matière (élaboration et contrôle des propriétés des matériaux, en particulier pour l’énergie, développement de la nanochimie). Site de l'INC Institut écologie et environnement (INEE) Il a pour mission de développer et coordonner les recherches poursuivies dans les domaines de l'écologie et de l'environnement incluant la biodiversité et les relations hommes-milieux. Thématiques scientifiques : écologie et écosciences, biodiversité, impact des changements globaux, santé - environnement, ressources, chimie écologique et environnementale,... Site de l'INEE

Thématiques scientifiques : cultures et sociétés dans l'histoire ; hommes, sociétés et environnement ; comportement, cognition et communication ; mondes contemporains. Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

Il a pour mission de développer les recherches sur l'homme, aussi bien comme producteur de langages ou de savoirs que comme acteur économique, social ou politique.

45

Institut des sciences humaines et sociales (INSHS)

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Site de l'INSHS Institut des sciences de l'information et de leurs interactions (INS2I) Dans une double mission d’opérateur de recherche et d’agence de moyens, l'Institut organisera et développera les recherches dans les domaines des sciences informatiques et du numérique. Un de ses principaux objectifs sera de les positionner, avec les sciences de l'information, au cœur des enjeux pluri et interdisciplinaires en s'appuyant, entre autres, sur son partenariat avec l'INSIS et sur les nouveaux outils interdisciplinaires du CNRS. Site de l'INS2I Institut des sciences de l'ingénierie et des systèmes (INSIS) Il a pour mission d'assurer le continuum Recherche fondamentale - Ingénierie - Technologie en privilégiant l'approche "système" à partir du développement des disciplines cœur de l'institut. Thématiques scientifiques : Sciences et technologies des automatismes, des signaux et des systèmes électroniques et photoniques ; sciences et technologies de la mécanique, de l’énergie et des procédés. Site de l'INSIS Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions (INSMI) Il a pour mission de développer et de coordonner les recherches dans les différentes branches des mathématiques, allant des aspects fondamentaux aux applications. Il contribue aussi à la structuration de la communauté mathématique française et à son insertion dans la communauté internationale. Thématiques scientifiques : les différents domaines des mathématiques, modélisations et simulations mathématiques, interface avec les autres disciplines scientifiques, interactions avec les entreprises et la société. Site de l'INSMI Institut de physique (INP) Il a pour mission de développer et de coordonner les recherches dans le domaine de la recherche en physique avec deux motivations principales : le désir de comprendre le monde et la volonté de répondre aux enjeux actuels de notre société. Thématiques scientifiques : Les laboratoires de l'INP sont regroupés autour de deux grands domaines : lois fondamentales, optique et lasers ; physique de la matière condensée et nanosciences. Site de l'INP

Page

Il a pour mission de développer et de coordonner les recherches poursuivies dans le domaine de la physique nucléaire, physique des particules et astroparticules.

46

L'Institut national de physique nucléaire et de physique des particules (IN2P3)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Thématiques scientifiques : physique des particules, physique nucléaire et hadronique, astroparticules et neutrinos, aval du cycle électronucléaire, recherche et développement d'accélérateurs, grilles de calcul... Site de l'IN2P3 L'Institut national des sciences de l'Univers (INSU) Il a pour mission d'élaborer, développer et coordonner les recherches d'ampleur nationale et internationale en astronomie, sciences de la Terre, de l'océan, de l'atmosphère et de l'espace. Thématiques scientifiques : océanographie, géologie, géophysique, climatologie, hydrologie, volcanologie, sismologie, environnement, planétologie, astronomie, astrophysique… Site de l'INSU

CONCOURS SHRI

1. Les pays occidentaux peuvent-ils concilier intérêts économiques et réduction des inégalités sociales? (2012) 2. Parler d'une Europe de tradition chrétienne a-t-il toujours un sens aujourd'hui? (2012) 3. L'OTAN est-elle le seul outil efficace pour réguler les conflits d'aujourd'hui? (2012) 4. A la lumière des crises récentes, faut-il imaginer un modèle économique "post libéral"? (2012) 5. L'intégration à la française est elle encore viable? (2012) 6. A la lumière des évènements récents, le conseil de sécurité de l'ONU devrait-il évoluer dans sa composition et son fonctionnement? (2013) 7. Quel avenir pour la France en Afrique? (2012) 8. L'Union Européenne a-t-elle intérêt à avoir un allié russe puissant? (2012) 9. A la lumière des suites des "printemps arabes", la démocratie peut-elle être l'objectif de tous les états? (2013) 10. La France, ambassadrice de l'Europe en Méditerranée? (2012) 11. Le 21e siècle sera-t-il "un siècle américain ou chinois"? (2012) 12. La Russie, une grande puissance de retour ou un simple reflet de l'URSS? (2013) 13. Chine - Afrique, une "OPA" en cours? (2013) 14. Port du voile, de la burka... pourquoi la France veut-elle limiter les libertés individuelles?

16. Qu'elles pourraient être les conséquences pour la France et l'Europe d'une partition de la Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

15. "Le XXI° siècle sera religieux.. ": qu'en pensez-vous? (2012)

47

(2012)

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Belgique? (2012) 17. La francophonie : utopie française? (2012) 18. L'union monétaire est-elle le talon d'Achille de l'Union Européenne? (2012) 19. Les risques sanitaires représentent-ils un risque stratégique? (2013) 20. Les intégrismes sont-ils "la plaie" du 21e siècle? (2012) 21. Le patriotisme économique pourrait-il être une réponse à l'ultralibéralisme? (2012) 22. Quels sont les facteurs qui déterminent la puissance d'une nation? (2012) 23. L'actuel statut général des militaires est-il un "bouclier" en opération extérieure? (2013) 24. Les médias ont-ils une réelle dimension stratégique? (2012) 25. Iran puissance nucléaire, apocalypse ou nouvel ordre régional? (2012) 26. Un état musulman et laïc stable est-il possible dans le contexte actuel? (2012) 27. L'émergence d'un "capitalisme éthique" est-elle envisageable? (2012) 28. Parité homme-femme dans la société française, réalité ou utopie? (2012) 29. L'évolution de la situation internationale rend-elle crédible l'hypothèse d'une révision du concept de dissuasion nucléaire française ? (2013) 30. L'Arabie Saoudite, un allié dangereux pour les occidentaux? (2012) 31. Malgré l'ONU, la loi du plus fort régule-t-elle toujours les relations internationales? (2012) 32. Dans l'avenir, un état palestinien sans discontinuité territoriale est-il possible selon vous? (2012)

33. "La mondialisation a besoin de la Chine autant que la Chine a besoin de la mondialisation". Que pensez-vous de cette affirmation? (2012) 34. La préservation de l'environnement, un problème plutôt politique ou économique? (2012) 35. Est-il souhaitable d'avoir une représentation parlementaire proportionnelle dans une démocratie? (2013) 36. Communautés et communautarisme, un piège pour la France? (2012) 37. Avec un peu de recul, comment caractériseriez-vous le 20e siècle? (2012) 38. La France est-elle plutôt une nation chrétienne qu'un pays en voie d'islamisation? (2012) 39. Discrimination positive en France, un écran de fumée pour cacher les inégalités? (2012)

41. Les marchés financiers doivent-ils être régulés par les états? (2012)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

(2013)

48

40. A quelles conditions la France restera-t-elle encore une grande nation à la fin de ce siècle?

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

42. Dans le secteur de la production agricole, les intermédiaires sont-ils les ennemis incontournables des producteurs et des consommateurs? (2012) 43. Quels risques pourrait courir l'Union Européenne en laissant la Turquie à sa porte ? (2012) 44. Est-il souhaitable, en France, de préserver nos grandes écoles? (2012) 45. Jusqu'où les frontières de l'Union Européenne doivent-elles être repoussées dans l'avenir? (2012)

46. La France est-elle prête à élire une femme à la présidence de la République? (2012) 47. Grandes écoles françaises, une filière d'inégalité? (2012) 48. A la lumière des crises récentes, l'économie ultralibérale est-elle sur le déclin? (2012) 49. L'Europe pourrait-elle être à l'origine d'une révolte des peuples? (2012) 50. La place de la France comme membre permanent du conseil de sécurité des Nations-Unis est-elle menacée? (2013) 51. A l'heure des crises économiques de niveau mondial, l'envoi de mission d'exploration spatiale coûteuse vers Mars a-t-elle toujours un sens ? 52. Selon vous, la France doit elle s’impliquer davantage dans la lutte contre les actes de piraterie à travers le monde ? (2013) 53. Le dollar, monnaie de référence indétrônable ? (2013) 54. Le Brésil a-t-il des atouts pour devenir un géant économique ? (2013) 55. Dans l'Union Européenne d'aujourd'hui, une économie forte est-elle préférable à une armée forte ? (2013) 56. L’intégration à la française permet-elle de développer la cohésion sociale? (2013) 57. Quel avenir pour la France au Moyen-Orient ? (2013) 58. La France a-t-elle conservé un pré-carré en Afrique ? (2013) 59. Union Européenne - États-Unis d'Amérique : alliés ou adversaires ? (2013) 60. Quelles pourraient être les conséquences de la mise en place d'une politique économique protectionniste pour l'Europe ? (2013) 61. BAC+3, BAC+5...les diplômes ont-ils encore une valeur sur le marché de l'emploi ? (2013) 62. Dans la société laïque française, la religion joue-t-elle encore un rôle important ? (2013) 63. La place de l'éthique dans notre société devrait-elle évoluer ? (2013)

66. La démocratie doit-elle être remise en question quand elle ouvre la porte aux extrémismes politique et religieux ? (2013) Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

65. Quelle place pour le Maghreb dans le partenariat économique ? (2013)

49

64. Les médias jouent-ils un rôle politique dans les sociétés occidentales ? (2013)

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

67. Les délocalisations sont-elles une conséquence nécessaire de la mondialisation ? (2013) 68. Le yuan pourrait-il devenir un jour la monnaie de référence ? (2013) 69. Face à la crise économique, les tentations de sortir de l’euro pour certains pays vous semblent-elles souhaitables pour l’avenir de l’UE ? (2013) 70. En France, la justice est-elle réellement indépendante ? (2013) 71. Le colonialisme est-il vraiment mort ? (2013) 72. Existe-t-il selon vous des coups d’état légitimes ou souhaitables pour le développement d’un État ? (2013) 73. Le 12 mars 2008, disparaissait le dernier poilu : Lazare Ponticelli. Selon vous, le devoir de mémoire a-t-il encore un sens ? (2013) 74. Faut-il briser les tabous historiques sur la Guerre d’Algérie ? (2013) 75. A la lumière des printemps arabes, la démocratie doit-elle être imposée partout ? (2013) 76. Rapports franco-allemand… le rapport de force est-il devenu défavorable pour notre pays ? (2013)

77. Comment agir face à l’immigration clandestine en Europe ? (2013) 78. La justice doit-elle avoir intégralement accès au domaine militaire ? (2013) 79. L'Occident existe-t-il encore? (2013) 80. Comment la Justice se manifeste-t-elle aujourd’hui, sinon pour l’opinion à travers les grands procès ? (2013) 81. Que peuvent les sciences contemporaines face aux désaccords idéologiques? (2013) 82. Suppression des peines plancher, alternatives à l'emprisonnement: approche idéologique ou "realpolitik"? (2013)

Page

50

83. JO de 2020 au Japon, choix sportif ou politique? (2013)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

10.SUJETS de CUGE ATTENTION : Depuis 2011, la Direction de l’enseignement supérieur suggère que les sujets de culture générale soient développés à partir d’une citation… Une mise à jour progressive de ce chapitre est réalisée. Les sujets conformes aux orientations en vigueur portent la mention de l'année de rédaction: (2012) ou suivante.

Comme les joueurs d’échecs qui s’affrontent parfois lors de parties en « blitz », je vous suggère de répondre rapidement (1h00-1h15 au maximum) à quelques uns des sujets ci-dessous. J'ai volontairement construit des sujets simples (peut être parfois avec un peu de maladresse) mais sur la base d'une actualité susceptible d'inspirer ceux du concours… Sait-on jamais? Prenez plutôt ces sujets comme ceux d'un oral avec préparation, et rédigez votre ébauche dans le temps suggéré : chapeau, IM, annonce de plan, ID et conclusion. Le tout tenant sur 1 page à 1,5 page manuscrite (selon votre écriture). Cette approche d'un plan détaillé servant de support à un exposé oral vous obligera à la concision et facilitera la mise en évidence des erreurs d'argumentation.

Page

51

N'hésitez pas, si vous le pensez utile (je l'espère!), à m'envoyer le résultat de ces travaux par mail à [email protected] .J'y répondrai bien sûr. Vous pouvez aussi rechercher l'aide d'un "breveté local" qui, j'en suis certain, se fera un devoir et un plaisir de vous donner un "coup de main". Vous pourriez enfin, et ce serait à mon sens l'idéal, traiter complètement ces sujets au fil de l'eau, d'ici l'écrit, en effectuant en amont la recherche documentaire afférente. C'est un bon moyen de développer simultanément culture et méthode.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

GUERRE 1. « Parler de la guerre, c’est assurément un moyen de l’éviter car l’on met chacun en face de ses responsabilités. » (Gérard Longuet – École de Guerre, janvier 2012).

Cette affirmation reste-t-elle pertinente dans le cadre de nos engagements actuels ? (2012)

2. L’Europe, « qui a remplacé l’héroïsme par le consumérisme, ne sait plus que le monde est tragique » (Colloque de l’École de Guerre – janvier 2012).

La guerre, pourquoi faudrait-il en parler encore ? (2012) ETHIQUE Éthique professionnelle et société du profit 3. « Jamais notre capacité à produire des richesses n’a été aussi grande et jamais notre incapacité à mettre cette prospérité au service du mieux-être de tous les hommes n’a été aussi flagrante » (Jacques Généreux, Manifeste pour l’économie humaine, juillet 2002)

Éthique et profit: problème ou défi? (2012)

Éthique et profit 4. « La plus grande nécessité économique de l’Amérique, c’est d’avoir des règles d’éthique plus sévères, renforcées par des lois strictes et soutenues par des chefs d’entreprise responsables » (George W. Bush)

Faut-il nécessairement concilier éthique et profit pour surmonter les situations de crise? (2012)

CONFLITS A l'épreuve du temps. 5. "Si la chance est avec toi, pourquoi te hâter ? Si la chance n'est pas avec toi, pourquoi te hâter ? " (Traduction d'un proverbe afghan) Le temps, aide ou obstacle dans la résolution des conflits ? (2012)

Quelle portée peut-on accorder à cette affirmation ? (2012)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

6. M. Clinton estimait en 2011 que « la prospérité générale est la forme la plus forte de la diplomatie préventive et les coutumes de la démocratie sont les coutumes de la paix »

52

DEMOCRATIE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

7. "La démocratie semble être la règle du monde moderne mais n'en est que la punition." (Jules Barbey d'Aurevilly 1808-1889)

Quel sens donner aujourd'hui à cette affirmation? (2012) EUROPE 8. "L’Europe, c’est en fonction du monde qu’il faut la faire." (Lucien Febvre historien français 1878-1956)

Quelles limites peut-on aujourd'hui envisager de fixer à l’Union européenne ? (2012)

GUERRE de la FAIM 9. "Il n'est plus temps de dire : nous allons à la famine. Car cette fois, nous y sommes." (René DUMONT dans "Désordre libéral et démographie non contrôlée - Famines, le retour")

Quelles conditions faudrait-il réunir pour se prémunir durablement contre le risque d'une "Guerre de la faim". ? (2012) EQUILIBRES MONDIAUX 10. En 2010, le Président Obama déclarait dans son discours sur la politique spatiale: «…une compétition globale est devenue une collaboration globale». Cette approche trace-t-elle la voie vers de nouveaux équilibres mondiaux? (2012) 11. "Vieux continent" et "Nouveau monde" Ces appellations ont-elles toujours un sens aujourd'hui? (2012)

DEMOCRATIE (2) L'ambition démocratique 12. "Il n'y a qu'une seule vérité, et c'est la nôtre. Si tu ne la partages pas totalement, une seule alternative: ou tu es un peu sot, et nous allons t'éclairer, pour ton bien. Ou alors tu refuses d'adhérer à cette ligne de pensée, et tu deviens notre ennemi: nous allons t'écraser, pour ton bien." (Michel Benoît / Prisonnier de Dieu, 1992)

13. "Comment gouverner les démocraties s'il faut être populaire pour être élu et impopulaire pour réformer ?"

53

Est-il encore raisonnable aujourd'hui de vouloir imposer la démocratie dans le monde? (2012)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

(Luc Ferry)

Faut-il refonder notre conception de la démocratie? (2012)

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

FRANCOPHONIE 14. « Que serait la francophonie si personne ne parlait français ? » (François Mitterrand)

Quels objectifs la France peut-elle se fixer pour le développement de la francophonie ? (2012)

OCCIDENT 15. Pour l’éditorialiste du New York Times Roger Cohen, "Le Brésil et la Turquie représentent le monde émergent post-occidental. Et il va continuer à émerger" L'Occident peut-il se réformer ou devra-t-il se soumettre? (2012) 16. "Les armements, la dette universelle et l'obsolescence programmée sont les trois piliers de la prospérité occidentale. Si la guerre, le gaspillage, et les usuriers sont abolis, vous vous effondriez." (Aldous Huxley – Île - 1962) L'Occident existe-t-il encore? (2013)

OFFICIER 17. "L'action, ce sont les hommes au milieu des circonstances" disait Charles de Gaulle dans L'armée de métier. L'officier est-il toujours avant tout un homme d'action? (2012) GUERRE 18. "La première victime d'une guerre c'est la vérité." (Hiram Warren Johnson, homme politique américain (1866-1945)

Peut-on aujourd'hui accréditer cette affirmation? (2013) 19. En 2009 ont été commémorés les 20 ans de la chute du mur de Berlin et les 70 ans du début de la seconde guerre mondiale. A cette occasion le cardinal Walter KASPER a déclaré: "Le dialogue est la seule alternative à la guerre…" Aujourd'hui, la force des armes reste-t-elle toujours "le dernier argument des rois"? (2013) 20. S'exprimant à la veille du dépôt de plainte des parents des morts d'Uzbin, Monique Castillo déclarait : "La volonté de judiciariser l'action militaire est un symptôme de crise culturelle et sociale" (LE POINT 2 novembre 2009).

21. «Si la peur de la mort arrêtait les hommes, vous n'auriez ni grands soldats, ni grands sportifs.»

(Extrait d'un discours de Robert Badinter à l’Assemblée nationale - 17 Septembre 1981)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

ETHIQUE MILITAIRE

54

Entrons-nous dans une nouvelle ère du rapport de la nation à son armée? (2013)

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Quelle place a selon vous la mort dans l'éthique militaire? (2013)

SCIENCE 22. Jean Rostand écrivait: « La science trouve plus facilement des remèdes que des réponses. ». Pour sa part Éric Raoult déclarait en 2011: "La politique n'est pas une science exacte, c'est une science humaine." En considérant ces affirmations, peut-on définir la place et le rôle de la politique et de la science dans la résolution des problèmes du monde contemporain? (2013) 23. « Le paradoxe de la science est qu'il n'y a qu'une réponse à ses méfaits et à ses périls : encore plus de science. » Romain Gary (1914-1980)

La science est-elle aujourd'hui un danger pour l'avenir de nos civilisations? (2013) 24. « Le progrès n’est que l’accomplissement des utopies ». Oscar Wilde (1856-1900)

Page

55

A partir de cette affirmation, quels liens peut-on établir entre les progrès de la science et ceux de la société? (2013)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

11.CUGE "à chaud" Dans ce chapitre vous trouverez un rappel des devoirs de culture générale de la « Revue d’Études » © 2012. Les commentaires et corrigés fournis ne proviennent pas de la Revue mais constituent une vision « à chaud » des sujets proposés. Pour chaque sujet, j’ai essayé de me mettre dans les conditions d’un candidat pendant 1h1/2 environ (ou moins pour CUGE 2 qui correspond à la réponse à un candidat).

CUGE 2

Depuis plusieurs années, d’après les instituts de sondage, le moral des Français ne cesse de se détériorer. A cet égard, Georges Bernanos a écrit dans l’un de ses ouvrages intitulé La liberté, pour quoi faire ? : « L’avenir est quelque chose qui se surmonte. On ne subit pas l’avenir, on le fait ». Quel est votre sentiment sur cette assertion ? Faut-il, selon vous, avoir peur de l’avenir ? »

* J'AVOUE QUE POUR UN PREMIER SUJET DE TRAVAIL COMPLET À RÉDIGER, LA REVUE NE VOUS ÉPARGNE PAS! La double question ou plutôt les deux questions posées compliquent singulièrement l'affaire. Aussi ne vous inquiétez pas de vos difficultés normales sur ce sujet. Je me suis moi-même un peu "pris la tête" hier dans le TGV pour m'en sortir.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

Vous avez fait le choix "philo" et le corrigé-type que vous recevrez a opté pour le franco-français. A mon sens les 2 visions sont possibles sous réserve dans le premier cas de donner des exemples concrets et "nationaux" pour illustrer les positions prises.

56

1. Le premier problème est de savoir si on choisit un traitement "philo" ou plus terre à terre. 2. Le second (un peu lié) reste-t-on dans une forme d'abstraction ou bien se place-t-on au plan français avec nos propres problèmes?

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Pour élargir votre panel de références, j'ai donc traité la version philo (puisque vous recevrez l'autre) A partir de votre travail et des remarques qu'il entraîne, je vous propose quelque chose comme cela. "Lorsque Malraux écrivait "les idées ne sont pas faites pour être pensées mais vécues", il s'inscrivait dans la même logique que Bernanos: le primat de l'action sur l'abstraction comme moteur des comportements. Pourtant, la résignation croissante des Français semble infirmer cette maxime. La peur de l'avenir interdirait-elle d'en affronter les incertitudes? Parce que des menaces concrètes sont identifiables en France, en Europe et dans le monde, il est raisonnable d'avoir peur de l'avenir car l'insouciance conduit à l'impréparation et à l'incapacité d'agir alors qu'une peur assumée impose la vigilance, l'anticipation et l'adaptation. (Certes) on peut considérer la peur comme une faiblesse et faire de son rejet un principe. (Pourtant), le lendemain étant par définition incertain, la peur qu'il suscite est légitime. (Mais c'est surtout) parce que la peur, naissant de dangers ou risques réels ou pressentis et si elle reste raisonnable, est un puissant moteur d'adaptation de ses comportements que l'homme doit l'accepter sans se résigner." J'AI L'IMPRESSION D'AVOIR RÉPONDU AUX DEUX QUESTIONS: 1. On "fait" l'avenir par "la vigilance, l'anticipation et l'adaptation"; 2. Oui il faut à mon sens avoir peur, au moins accepter comme raisonnable la peur de l'avenir.

Page

57

DANS TOUS LES CAS, LE JOUR DU CONCOURS IL FAUDRA FAIRE UN CHOIX ET L'ASSUMER JUSQU'AU BOUT AVEC CONVICTION.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

CUGE 3

« Dans L’espoir (1937), Malraux fait dire à l’un des protagonistes : « Il y a des guerres justes, […] ; il n’y a pas d’armées justes. » Cette affirmation vous semble-t-elle pertinente dans le contexte actuel ? »

*

Du chapeau, il faut retenir l'origine de la citation: la guerre d'Espagne en 1936 et un "positionnement" des héros de l'ouvrage du côté communiste contre le franquisme. POUR INFORMATION, J'AI RECHERCHÉ LE TEXTE INTÉGRAL D'OÙ EST EXTRAITE LA CITATION: " Une guerre peut être juste quand elle sert une cause noble. Les armées ne sont animées d'aucune justice parce qu'elles sont des instruments qui préexistent aux causes. Il y a des guerres justes, il n'y a pas d'armées justes." (On notera que les pointillés encadrés dans le sujet ne sont pas opportuns) Cette affirmation vous semble-t-elle pertinente dans le contexte actuel?

Le texte complet confirme bien le double aspect de la question: la légitimité de la guerre (guerre juste) et l'inadéquation de ce qualificatif aux armées qui ne sont que des "instruments" dont l'emploi est juste ou injuste mais ne sont pas intrinsèquement justes ou injustes. On peut se poser la même question au sujet de la science. Il ne s'agit pas ici de faire un devoir de philosophie. Il convient donc de redéfinir le sujet pour pouvoir se prononcer sur la pertinence de cette position dans le contexte actuel. On note également que la formulation exclut toute armée juste mais ne fait pas de toute guerre une guerre juste. L'ouverture laissée par le premier membre de la phrase n'impose pas de trancher un débat. En revanche, l'affirmation fermée de la seconde proposition sera au centre de la réflexion.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

58

Viennent en tête assez rapidement le contexte actuel de prise de décision des engagements majeurs (ONU, OTAN, résolutions…vétos) ainsi que la nature des combats asymétriques répondant à d'autres critères moraux et "techniques" que les nôtres (on peut par exemple renoncer à une action légitime car elle nous obligerait à mettre en œuvre des moyens réprouvés par la morale). On pense également au DIH, au droit des conflits armés, aux ROE, au droit et devoir d'ingérence…à la "judiciarisation" de l'action militaire…

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Me reviennent également ce "classique" de MACHIAVEL: " …car la force est juste quand elle est nécessaire." et celui de SAINT EXUPERY "J’ai le droit d’exiger l’obéissance, parce que mes ordres sont raisonnables." (Je les mets "dans un coin" sans chercher absolument à les "placer") Quelques pistes pour le sens général d'une réponse invalidant l'affirmation "il n'y a pas d'armées justes": 1. Dès lors que la cause est légitime, la guerre est juste et les moyens de la conduire sont de facto légitimes donc justes. 2. Dès lors que la cause est légitime, la guerre est juste et "la force est juste quand elle est nécessaire". 3. Une guerre juste-légitime ne le demeure que si sa conduite le reste elle-même. Il y a aujourd'hui un lien direct entre la décision politique et ses conditions de mise en œuvre. 4. Dans un monde où les interventions de toutes natures sont de plus en plus "sous surveillance" de la communauté internationale il est difficile de désolidariser la décision politique de sa mise en œuvre. Dans le contexte actuel, une guerre juste ne semble pourvoir être conduite que par des "armées-instruments" agissant de manière juste au risque de compromettre de facto la légitimité de l'engagement lui-même. Cette réflexion initiale sur les termes du sujet conduisant à une reformulation (ici déjà teintée d'une forme de réponse…ce qui dans l'absolu est un pêché contre la méthode mais est à mon sens difficile à éviter car nous avons heureusement quelques idées sur certains sujets sans attendre d'y être confrontés par l'imminence d'un concours) permet de bien poser le problème et d'orienter utilement la recherche d'éléments d'argumentaire dans un cadre plus précis. Les domaines concernés seront donc a minima: éthique et morale, relations internationales et droit. ON PEUT À PARTIR DE LÀ ENCLENCHER LA MÉTHODE DE COMPOSITION DE MANIÈRE PLUS RIGOUREUSE. On gardera également en tête que le développement devra faire apparaître la position contraire à celle que l'on aura retenue en montrant pourquoi à nos yeux elle est peu valide. C'est classiquement ici: "On peut bien sûr penser que l'instrument militaire n'est en soi ni juste ni injuste et que l'affirmation du héro de Malraux est pertinente. Ce serait oublier qu'au cœur de l'instrument militaire s'il y a les moyens il y a surtout l'homme. Mais c'est surtout parce que dans le contexte actuel toute intervention se trouve placée sous surveillance…" C'est certainement imparfait car rédigé au fil du clavier…Mais faites le tri et gardez l'esprit! POUR L'OUVERTURE JE VERRAI BIEN QUELQUE CHOSE DU GENRE:

Page

59

"Les démocraties occidentales disposent-elles de toutes les armes pour s'opposer efficacement aux menaces contemporaines?" (à reformuler plus subtilement dans le devoir. Je n'évoque ici qu'une problématique née des réflexions qui précèdent…et qui ne remet pas en cause mon développement mais le prolonge en direction d'un autre sujet.)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

CUGE 4

« LA SERVITUDE VOLONTAIRE Dans son ouvrage Le discours de la servitude volontaire, paru en 1549, Etienne de la Boétie estime que, face au tyran, « C’est bien le peuple qui délaisse la liberté, et non pas le tyran qui la lui prend ». Actualisant cette thèse, le philosophe et écrivain Roger-Pol Droit estimait récemment dans un hebdomadaire que « l’autonomie, la démocratie, la volonté de disposer soi-même de son destin ne sont pas de grandes forces spontanément partagées. Elles doivent s’éduquer, entrer en lutte avec l’inclination obstinée à se coucher devant les maîtres et les puissants ». Que pensez-vous de ces opinions ? »

* Ici la difficulté provient de la double citation.. Du chapeau, il faut retenir l'origine des citations (16 e et 21e siècles) et noter que la seconde citation est introduite par « Actualisant cette thèse… ». On peut donc penser logiquement que pour l’auteur du sujet il existe une thèse unique… Ce constat ne me semble pas original, il reste à identifier la thèse « actualisée ». Dès lors on doit se poser la question de savoir si la perte des libertés individuelles (autonomie, disposition de soi-même) et collectives (liberté du peuple, démocratie) est le résultat d’oppressions et de contraintes ou celui d’une forme de résignation ancestrale, structurelle, qui pourtant n’est pas inéluctable. Ma réponse consistera à donner un avis argumenté sur ce constat : « Que pensez-vous de… ? » A mon sens, le risque était ici de fermer le sujet en se limitant à une définition des tyrans, maîtres et puissants dans sa seule acception politique. C’est bien en ce sens que la citation de R.P. Droit éclaire la thèse. A ce stade je dois réfléchir sur la nature des « tyrannies » d’aujourd’hui et voir si la thèse retenue s’y applique. Je pense bien sûr aux despotes qui continuent de sévir, la Syrie ne peut échapper à cette approche, mais je retiens aussi les « marchés », la surconsommation, les média…et tous les grands problèmes liés à l’ouverture du monde, qui contribuent à nous donner un sentiment d’impuissance. POUVONS-NOUS LUTTER EN ÉDUQUANT LES FORCES QUI SONT EN NOUS OU BIEN N’AVONS-NOUS D’AUTRE CHOIX QUE DE DÉLAISSER NOS LIBERTÉS FACE AUX TYRANS, MAÎTRES ET PUISSANTS D’AUJOURD’HUI?

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

Suit normalement la rédaction d’un tableau d’analyse que je vous épargne ici. Puis de synthèses partielles en synthèse générale, j’aboutis à l’IM suivante :

60

C’est ma reformulation de la question à l’issue de cette brève mais incontournable réflexion sur le sujet.

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

« Même si les tyrans, maîtres et puissants on majoritairement changé de nature par rapport au 16e siècle, ils menacent toujours les peuples et les individus et parviennent à s’imposer par de nouvelles stratégies de plus en plus difficiles à déjouer alors que s’émoussent les repères et que gagne la résignation. » A partir de là, je puise les éléments de mon plan dans mes synthèses. Je n’oublie pas de « balayer large » pour montrer que je ne suis pas aveuglé par ma thèse et que j’ai une vision ouverte du sujet. Je retiens la démarche suivante :

"ID1 : (Certes) Tyrans et despotes continuent à sévir au 21e siècle sous des formes quasi médiévales et avec un consentement apparent des peuples (Syrie, Cuba, Russie…). ID2 : Pour autant, cette forme d’asservissement physique et moral ne résiste que très rarement à l’épreuve du temps dès que cesse le confinement (ouverture du monde par les communications : transports, Internet…). ID3 : Aussi, ce sont surtout de nouvelles tyrannies, développant des stratégies d’autant plus efficaces qu’elles sont plus insidieuses, qui pourraient menacer des populations et des individus dont la vulnérabilité s’accroît." Je terminerai cette étape en développant mon ID3 au brouillon (car elle sera le cœur de mon devoir et je ne dois pas la rater) : "IS31 : Les nouvelles tyrannies ont changé de nature… IS32 : Elles tentent de s’imposer plus par la persuasion que par la persécution… IS32 : Elles restent cependant toujours soumises au système de valeurs consubstantiel de la nature humaine qui émerge dès que les contraintes atteignent le seuil des intérêts vitaux des sociétés et individus pourtant en perte de vrais repères."

Avant de me lancer dans la rédaction je rédige conclusion et ouverture.

Face aux exigences et contraintes d’un monde soumis à de nouvelles tyrannies, sociales, politiques et économiques, les sociétés sont d’autant plus vulnérables que les vrais repères se sont estompés. Pour autant subsistent encore à l’état latent de grandes forces qui resurgissent en même temps que des menaces majeures même si le seuil de réaction semble reculer alors que gagne la résignation. Aux défis énergétique et économique qu’auront à relever nos nations et leurs peuples, risque donc de s’ajouter le défi social que constitue l’entretien obstiné de la lutte contre « l’inclination…à se coucher devant les maîtres et les puissants. »

Comme à l’habitude, je ne prétends pas donner ici « la » solution mais vous livre simplement la réflexion d’un « candidat » parmi d’autres. Je travaille toujours ces exemples dans les conditions de temps du concours, avec les limites que cela implique en terme de « léché » de la rédaction.

Page

61

Vous pouvez bien évidemment trouver des faiblesses dans ces travaux à chaud, c’est malheureusement normal…en 4h sur des sujets assez complexes.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

N’OUBLIEZ PAS LA FINALITE DE CETTE EPREUVE (comme celle de synthèse) : sélectionner des officiers qui sauront aborder les problèmes posés avec un esprit ouvert et une vision large.

Page

62

Lorsque j’insiste sur le fait que dans votre développement, VOUS DEVEZ IMPERATIVEMENT EVOQUER LES DIFFERENTES POSITIONS SUR LE SUJET TRAITE pour rendre votre thèse valide, je ne fais que me replacer dans le cadre des exigences de votre futur « patron » qui attendra d’un breveté autre chose qu’une simple compilation de données, ou l’affirmation non étayée solidement d’une conviction personnelle.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

CUGE 5

« LE TEMPS DE LA DECISION Les hommes politiques, les chefs militaires et les chefs d’entreprise sont tiraillés en permanence entre la dictature du temps court et l’exigence du temps long. Le paradoxe aujourd’hui tient surtout au fait que c’est au moment même où les sociétés bénéficient de plus de temps et de confort qu’elles s’imposent la plus grande urgence à résoudre tous les problèmes du monde. Comment conjuguer l’urgence, la gestion du quotidien et l’anticipation, quand la crise s’est installée comme un état normal ? »

* Cette fois pas de citation mais pas de géopolitique non plus…Attention cependant, le programme du concours n’a pas changé, c’est toujours celui précisé dans la directive annuelle et rien n’interdit de revenir à des thèmes plus traditionnels (en référence aux concours d’avant 2010). Comme j’en ai pris l’habitude, je « repasse » le concours comme vous en me mettant en situation pendant 1h30 environ. C’est parti… Le titre : « Le temps de la décision » (le moment ou le « tempo » ?) 1er alinéa : « Hommes politiques, chefs militaires et d’entreprise », donc pas un sujet « mili » mais une approche générale de décideur. « …dictature…exigence » on subit sans pouvoir y échapper à ce que dicte l’immédiat alors que les décisions efficaces exigent la prise en compte des moyens et long termes. ICI ME VIENNENT À L’ESPRIT DEUX RÉFÉRENCES MILITAIRES (ATTENTION !) CONDUITE ET PLANIFICATION. 2e alinéa : je ne comprends pas trop ce qu’apporte cet alinéa. Je ne vois pas bien le paradoxe « temps et confort » / « urgence ». J’AI PEUT-ÊTRE TORT, MAIS JE NE M’APPESANTIS PAS ! 3e alinéa : « LA QUESTION » (là pas d’impasse !). « Comment conjuguer ? », c.-à-d. comment les décideurs doivent-ils conduire leurs processus de décision (ou quels processus de décision retenir) pour pouvoir prendre en compte urgence, gestion du quotidien et anticipation dans une approche cohérente et globale et dans un état de crise structurel.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

Je m’arrête quelques instants sur la forme générale de la réponse à apporter (qui n’est pas l’idée maîtresse) :

63

ICI JE NOTE EN VRAC : DÉCIDER DANS L’INCERTITUDE (CHOIX), OSER AGIR (MISE EN ŒUVRE), ASSUMER UNE PART DE RISQUE (RESPONSABILITÉ), QUALITÉ DES HOMMES, DES ÉQUIPES, DES PROCESSUS OU PROCÉDÉS.

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

« Pour conjuguer, urgence, quotidien et anticipation dans un environnement de crise aujourd’hui permanent , les décideurs politiques, militaires et entrepreneurs doivent faire ou ne pas faire et pour cela disposer de qualités, moyens… s’appuyer en priorité sur…». Cette rédaction basique est un garde-fou pour la suite du travail. Elle est capitale et souvent négligée si j’en crois certains travaux reçus ! Je passe maintenant à mon tableau d’étude. Je rappelle que son but est « d’aider à sortir » et de regrouper mes idées pour en tirer des synthèses et y puiser des exemples en cours de rédaction. JE FAIS SIMPLE À PARTIR DE MES PREMIÈRES RÉFLEXIONS ET ANALYSES…CE N’EST PAS CETTE PARTIE DU TRAVAIL QUI SERA CORRIGÉE ! Rubriques Domaines

D1 : POLITIQUE

R1 : URGENCE (ce qui est facilité, contraint…)

R2 : QUOTIDIEN (idem)

R3 : ANTICIPATION (idem)

R4 : CONJUGUER dans PRISE de DECISION : COMMENT ?

Sens des synthèses partielles…

D2 : MILITAIRE

Et glo bal e

D3 : ENTREPRISE Libre

Je rappelle ici que les rubriques ou domaines ne constituent pas les parties du devoir ce qui conduirait systématiquement à un plan analytique peu riche en tant que démonstration. De même j’attire votre attention sur le fait que dans mes rubriques, je porte systématiquement les points POSITIFS et NEGATIFS pour assurer un équilibre de mes propositions et déductions. Des éléments (non reportés ici) rédigés au brouillon, j’ai tiré les caractères m’apparaissant communs aux différents décideurs des domaines 1 à 3. Mon premier « jet » figure ci-dessous sous la forme d’une phrase unique qu’il faudra peut être étoffer mais en tout état de cause redécouper pour la rendre plus légère à la lecture. « Pour conjuguer efficacement, car elles interagissent étroitement, la réaction à l’urgence, la conduite du quotidien et l’anticipation, gage de pérennité des actions entreprises, dans un contexte contraint par un état de crise aujourd’hui structurel, le décideur, plus que jamais seul et sans cesse aiguillonné par un sentiment exacerbé de fuite du temps, doit avant tout savoir gérer l’incertitude et s’imposer des renoncements. »

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

64

Comme d’habitude je poursuis en rédigeant mon ébauche de plan qui met en lumière les éléments opposés à ma position, ici : « Quelles que soient ses compétences et sa détermination le décideur ne peut échapper aujourd’hui à la dictature du temps court qu’il finit toujours par accepter au détriment notamment de la planification. »

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Puis je montre que « cette vision est superficielle, ne correspond pas totalement à la réalité, ne s’attache le plus souvent qu’à une image des choses déformée par des éléments du contexte : circulation de l’information, médiatisation, ouverture au monde et à ses problèmes ou concerne des secteurs particuliers comme la spéculation.» Enfin je justifie ma thèse en montrant que peuvent pourtant se « conjuguer les impératifs apparemment contradictoires et pourtant intimement liés des différents « temps »…sous réserve que les décideurs fassent preuve de… » PAR SÉCURITÉ ET ÉVITER LA « QUEUE DE POISSON FINALE », JE RÉDIGE MON OUVERTURE EN M’ASSURANT QU’ELLE NE CONSTITUE PAS UN ARGUMENT DE DÉMOLITION DE MA THÈSE ! Ici je retiendrais par exemple quelque chose comme : « Si les ‘grands capitaines’ parviennent encore à hiérarchiser et coordonner leurs priorités en s’affranchissant des diktats d’une urgence souvent artificielle, ils ne peuvent empêcher que se creuse un fossé entre eux et une majorité de citoyens soumis à des pressions sociales et économiques quotidiennes. Cette scission constitue une menace majeure sur la capacité de nos sociétés à s’adapter à terme aux évolutions du monde. » Comme je vous l’ai déjà dit, on ne peut être « génial » en 1h30 à 1h45. C’est en effet là le défi à relever car à ce stade de la rédaction « les dés sont jetés » !

N’OUBLIEZ PAS LA FINALITE DE CETTE EPREUVE (comme celle de synthèse) : sélectionner des officiers qui sauront aborder les problèmes posés avec un esprit ouvert et une vision large.

Page

65

Lorsque j’insiste sur le fait que dans votre développement, VOUS DEVEZ IMPERATIVEMENT EVOQUER LES DIFFERENTES POSITIONS SUR LE SUJET TRAITE pour rendre votre thèse valide, je ne fais que me replacer dans le cadre des exigences de votre futur « patron » qui attendra d’un breveté autre chose qu’une simple compilation de données, ou l’affirmation non étayée solidement d’une conviction personnelle.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

CUGE CONCOURS 2012

"C'est moins par la force de ses armements

qu'une nation s'élève au-dessus des autres que par le caractère de ses citoyens" (Baden-Powell)

Comment une nation s'élève-t-elle sur la scène internationale? »

* En première lecture ce sujet s’inscrit bien dans le cadre des directives données par l’EMS : « Bâtir les sujets autour d’une citation. » Son libellé est simple, la question claire et on échappe aux sujets « à tiroir » avec double citation ou double question qui vous ont parfois perturbés pendant la préparation. Enfin, et même si les dates concordaient, vous n’avez pas eu à repasser le bac avec une question du genre : « Qu’est-ce que le bonheur ? »…Ouf ! EN CONCLUSION DE CETTE ÉTAPE ASSEZ INTUITIVE, JE PENSE QUE VOUS AVEZ EU DE LA CHANCE ET POUR CE QUE JE CONNAIS DE VOS QUALITÉS DE RÉDACTEURS…VOUS AVEZ DU POUVOIR VOUS « EN TIRER » AU MIEUX ! Comme j’en ai pris l’habitude, je « repasse » le concours comme vous en me mettant en situation pendant 1h30 environ. C’est parti… Le titre : il n’y en a pas…problème réglé. S’il avait fallu en mettre un, on aurait pu mettre « La force des nations ». Cette courte réflexion sur un titre absent n’est pas inutile à mon sens. 1er alinéa : « C'est moins par la force de ses armements qu'une nation s'élève au-dessus des autres que par le caractère de ses citoyens" (Baden Powel – 1857-1941). La citation n’est pas alambiquée, on peut même la trouver un peu simpliste à l’image des grands principes énoncés dans le « Livre rouge de Mao »11 i . En quelques mots, on est ici face à un truisme et il faudra veiller à échapper à une réponse trop simpliste ! EN PARTICULIER ON ÉVITERA DE FAIRE L’APOLOGIE DU SCOUTISME PENDANT 1 PAGE ! DE MÊME, IL NE S’AGIT PAS DE DÉBATTRE DU RÔLE DE LA DÉFENSE ; LA CITATION NE FAIT QU’ÉCLAIRER L’ILLUSION RELATIVE (« C’EST MOINS PAR… », DONC C’EST QUAND MÊME UN PEU AVEC…) DE LA PUISSANCE « BRUTALE » FACE AUX FORCES DE L’ÂME ET DE L’ESPRIT. 2e alinéa : « LA QUESTION » (là pas d’impasse !). « Comment une nation s’élève-t-elle sur la scène internationale ? ». Difficile ici à mon sens de dissocier la phrase. C’est bien le groupe de mots « s’élever sur la scène internationale » qu’il faut considérer dans l’analyse et non pas « s’élever » puis « scène internationale ».

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

Je ne résiste pas à vous citer cet extrait de « De la guerre prolongée » (Mai 1938) : « Les armes sont un facteur important mais non décisif de la guerre. Le facteur décisif c’et l’homme et non le matériel. Le rapport des forces se détermine non seulement par le rapport des puissances militaires et économiques, mais surtout par le rapport des ressources humaines et des forces morales […] »

66

11

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Dans l’ordre, je reviens sur nation ; je garde cette définition « un peuple lié par une culture et des valeurs communes » (définition personnelle…mais qui me semble correcte…et il faut bien ancrer sa réflexion sur quelque chose car le temps passe !) Le cœur du sujet « …s’élever sur la scène internationale. ». Je ne philosophe pas sur « scène », avec théâtre, mise en scène ou je ne sais quoi. C’est une expression du langage courant. La question est donc de savoir comment une nation va pouvoir prendre une place reconnue, voire respectée dans les débats majeurs du monde (contemporain ?). Cette fois encore je ne me lance pas dans l’histoire des civilisations et je me place (je fais un choix) dans le monde d’aujourd’hui (20 e et 21e siècles) quitte à montrer ma « culture » par quelques exemples plus anciens qui me viendraient à l’esprit en cours de développement. EN REVANCHE, JE REJETTE D’EMBLÉE L’IDÉE DE FAIRE UN RETOUR HISTORIQUE DEPUIS LA GRÈCE ANTIQUE QUI OCCUPERAIT 2 DES 5 À 6 PAGES DE MON DEVOIR. SI JE LE DIS ICI…CE N’EST PAS SANS CRAINTE CONCERNANT CERTAINS D’ENTRE VOUS ! Je m’arrête quelques instants sur la forme générale de la réponse à apporter (qui n’est pas l’idée maîtresse) : « Pour pouvoir prendre une place reconnue, voire respectée dans les débats et choix majeurs qui structurent le monde contemporain, une nation, fruit d’un peuple lié par une culture et des valeurs communes, doit faire, développer, respecter… ». Cette rédaction basique est un garde-fou pour la suite du travail. Elle est capitale et souvent négligée si j’en crois certains travaux reçus en cours d’année! Je passe maintenant à mon tableau d’étude. Je rappelle que son but est « d’aider à sortir » et de regrouper mes idées pour en tirer des synthèses et y puiser des exemples en cours de rédaction. JE FAIS SIMPLE À PARTIR DE MES PREMIÈRES RÉFLEXIONS ET ANALYSES…CE N’EST PAS CETTE PARTIE DU TRAVAIL QUI SERA CORRIGÉE !

Rubriques Domaines

D1 : POLITIQUE, DIPLOMATIQUE et MILITAIRE

R1 Ce qui structure le monde contemporain (aspects positifs et négatifs)

R2 Défis, obstacles, forces à relever, contourner, mettre en œuvre

R3 Ce qui fait peser sur les choix ou fait subir ceux des autres

R4 Comment conjuguer ces paramètres pour élaborer une stratégie « gagnante »

Sens des synthèses partielles…

D2 : ECONOMIQUE

Et globale

D3, 4… : SOCIAL… CULTUREL…

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

Je rappelle ici que les rubriques ou domaines ne constituent pas les parties du devoir ce qui conduirait systématiquement à un plan analytique peu riche en tant que démonstration. De même

67

Libre

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

j’attire votre attention sur le fait que dans mes rubriques, je porte systématiquement les points POSITIFS et NEGATIFS (voir caractères gras) pour assurer un équilibre de mes propositions et déductions. Des éléments (non reportés ici) rédigés au brouillon, j’ai tiré la grande ligne de mon idée maîtresse. Vous noterez que l’ordre des rubriques de mon tableau constitue une démarche analytique du problème posé. C’est donc assez naturellement que la synthèse générale sera assez proche de celle de ma rubrique 4. Mon premier « jet » figure ci-dessous sous la forme d’une phrase unique qu’il faudra peut être étoffer et dans ce cas redécouper pour la rendre plus légère à la lecture. [IM] «Pour pouvoir gagner une place reconnue, voire respectée dans les débats et choix majeurs qui structurent le monde contemporain, une nation, fruit d’un peuple lié par une culture et des valeurs communes, doit avant tout privilégier le développement de synergies entre ses capacités politiques et de défense, économiques mais aussi sociales et culturelles. » Par sécurité je « boucle » avec la question posée : « Comment une nation s'élève-t-elle sur la scène internationale? » VÉRIFICATION POUR MOI SATISFAISANTE…JE PASSE À LA SUITE…DÉJÀ 1H PASSÉE ! Comme d’habitude je poursuis en rédigeant mon ébauche de plan mais…Avant d’aller plus loin, je prends quelques minutes pour rédiger mon introduction au brouillon car l’idée me « trotte dans la tête » depuis un moment et il ne faut pas se laisser polluer l’esprit. Le cerveau (au moins le mien) est compliqué et il faut « faire avec » ! [INTRO] « Pendant plusieurs décennies, l’Allemagne a été présentée comme un géant économique et un nain diplomatique. Cette image semble aujourd’hui obsolète alors que dans le même temps la France voit son poids diplomatique diminuer en même temps que ses capacités économiques et industrielles. Lorsque Baden Powel affirme « qu’une nation s’élève au dessus des autres [surtout] par le caractère de ses citoyens », il ouvre le champ de la réflexion sur les conditions du statut international d’un peuple et d’un état.12» J’en reviens à mon [annonce de PLAN] qui met aussi en lumière les éléments opposés à ma position, ici : « [ID1] Des nations ont existé et existent encore qui parviennent à dominer les débats à partir de leur primat dans un domaine de compétence particulier (pays du BRICS par exemple au plan économique)» Puis je montre que « [ID2] cette forme de domination reste cependant temporaire dès que l’on change d’échelle de temps ou de valeurs (on peut ici parler de l’épuisement de l’URSS dans son combat de la guerre froide avec l’Occident)»

12

Peuple + état constitue une définition acceptable et contemporaine de la nation et évite les répétitions excessives.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

68

Enfin je justifie ma thèse en montrant que doivent avant tout « [ID3] se développer des synergies entre ses capacités politiques, économiques mais aussi sociales et culturelles, seuls moyens d’affronter avec efficacité et pertinence les contraintes et exigences d’une situation internationale en permanente reconfiguration. (Là je

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

développerai par exemple le fait que seul un climat apaisé peut permettre d’affronter des épreuves économiques et sociales)»

Tout cela n’est pas compliqué, et si vous avez une relative fragilité en culture historique, tirez vos exemples du quotidien et du contemporain ! PAR SÉCURITÉ ET ÉVITER LA « QUEUE DE POISSON FINALE », JE RÉDIGE MA CONCLUSION DONT MON OUVERTURE EN M’ASSURANT QU’ELLE NE CONSTITUE PAS UN ARGUMENT DE DÉMOLITION DE MA THÈSE ! Ici je retiendrais par exemple quelque chose comme : [CONCLUSION : reprise de la thèse] « Pour s’élever sur la scène internationale nos sociétés occidentales possèdent sur d’autres nations l’avantage de pouvoir développer des interactions fortes entre leurs capacités politiques, économiques mais aussi sociales et culturelles. Cette aptitude leur permet notamment de pouvoir affronter avec efficacité et pertinence les contraintes et exigences d’une situation internationale en permanente reconfiguration. [OUVERTURE…vers un autre sujet] Cette capacité d’adaptation reste aujourd’hui l’apanage de nos démocraties en dépit d’une dictature croissante du temps court voire de l’immédiat. Elle pourrait être fragilisée à terme si, face à des difficultés croissantes, le choix venait à se faire sur des hommes politiques « providentiels » confondant l’horizon de la nation avec leur horizon personnel.» E

POUR LA CONCLUSION, JE N’AI PAS FAIT COMPLIQUÉ, J’AI COMPILÉ QUELQUES BRIBES DE MON IM ET DE LA 3 PARTIE DU DEVOIR. CELA ME SEMBLE TENIR LA ROUTE SANS REPETITIONS EXCESSIVES. J’AI ENFIN VOLONTAIREMENT FAIT DANS L’OUVERTURE UN « CLIN D’ŒIL » À CERTAINS DEVOIRS DU CYCLE DE PRÉPARATION QUI CONTRIBUENT NÉCESSAIREMENT À L’OUVERTURE DE NOTRE RÉFLEXION PERSONNELLE ! BREF, J’EN SUIS À 1H30… IL EST TEMPS DE PASSER À LA RÉDACTION…

Comme je vous l’ai déjà dit, on ne peut être « génial » en 1h30 à 1h45. C’est en effet là le défi à relever car à ce stade de la rédaction « les dés sont jetés » ! N’OUBLIEZ PAS LA FINALITE DE CETTE EPREUVE (comme celle de synthèse) : sélectionner des officiers qui sauront aborder les problèmes posés avec un esprit ouvert et une vision large.

Lorsque j’insiste sur le fait que dans votre développement, VOUS DEVEZ IMPERATIVEMENT EVOQUER LES DIFFERENTES POSITIONS SUR LE SUJET TRAITE pour rendre votre thèse valide, je ne fais que me replacer dans le cadre des exigences de votre futur « patron » qui attendra d’un breveté autre chose qu’une simple compilation de données, ou l’affirmation non étayée solidement d’une conviction personnelle.

CUGE CONCOURS 2013

Page

Voir corrigé complet: ICI

69

« Il faut avoir des amis et des ennemis ; des amis pour vous apprendre votre devoir, et des ennemis pour vous obliger à le faire. » Cette citation de Plutarque vous paraît-elle constituer aujourd’hui encore un paradigme valable, notamment en matière de relations internationales ?

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

12. De la SYNTHESE Si, comme je l'ai déjà rappelé ici, CUGE, SYNTHESE, ORAL constituent plusieurs facettes d'un même travail intellectuel, il ne faut pas pousser la comparaison au-delà de limites critiques. Ainsi si la CUGE est bien un travail de culture où dominent le fonds personnel et le style, la fiche de synthèse est avant tout un TRAVAIL d'ETAT-MAJOR. Les finalités sont différentes; le style le sera également. Si l'élégance sera un plus certain dans le devoir de culture, l'efficacité sera privilégiée dans la fiche et l'avis personnel. Je joins ici un court texte adressé aux candidats 2013 en référence à des corrections de devoirs sur "Les engagements militaires de la France". J'en rappelle ici le sujet: Vous êtes officier-rédacteur au sein de la division organisations internationales de l'état-major des armées. Votre chef doit participer prochainement à une réunion interministérielle sur le thème "les engagements militaires français dans le monde". Dans cette optique et pour se préparer à ce rendez-vous important, il vous demande à partir du dossier joint, de rédiger : - une fiche de synthèse (600 mots avec une tolérance de ± 10%, soit entre 540 et 660 mots) mettant en relief les caractéristiques de ces engagements ; - un avis personnel séparé (150 mots avec une tolérance de ± 10%, soit entre 135 et 165 mots) sur l'évolution envisageable à court terme des modalités d'engagement des militaires français hors du territoire national.

EXEMPLE 1

"La question est de caractériser les engagements militaires; répondez en IM: "Les engagements militaires sont caractérisés par..." Qui vous reprochera cette réponse? Qui vous reprochera de ne pas avoir répondu à la question? C'est imparable et acceptable dans une fiche d'EM. Quand dans votre IM vous abordez déjà des procédés ou procédures, vous êtes plus dans la démonstration que dans la thèse. Les modes d'action retenus (pertinents au demeurant) doivent éclairer des caractéristiques générales qui sont, elles, les éléments de l'IM. Si vous relisez votre IM et votre annonce de plan avec attention, vous avez les éléments d'une vraie IM. Vous écrivez en effet, mélangé dans ces deux paragraphes, que les engagements militaires sont caractérisés par: -

leur rôle dans la diplomatie de défense; leur nature variable selon leur finalité; leur adaptation permanente aux contraintes budgétaires et à l'évolution de la menace.

Je retiens vos trois critères: rôle, nature et capacité d'adaptation, sans aborder les modes d'action ou les formes des engagements qui en découlent...ce sera le rôle du plan et de son développement. J'arrive alors à une IM concise. Par exemple ici: "Les engagements militaires de la France sont caractérisés par leur grande diversité du fait d'un environnement et d'objectifs en permanente reconfiguration."

Page

A l'appui de cette thèse je reprends comme démonstration les 3 éléments figurant ci-dessus (rôle, nature et adaptation) et j'obtiens sans difficulté un exposé qui "se tient".

70

La question portant sur les "…caractéristiques de ces engagements", je pense qu'il est difficile de critiquer ma réponse sur le fond!

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Il restera à reprendre, sans la recopier, la thèse en conclusion. Par exemple: "Pour satisfaire aux exigences de sa diplomatie et à celles de mutations incessantes de l'environnement et de la menace la France doit assurer une grande plasticité à ses engagements militaires." Une ouverture qui ne remet pas en cause votre développement conclut "harmonieusement" le travail comme: "Face aux contraintes budgétaires qui persistent, la France devra cependant se garder de rechercher dans une trop grande polyvalence des moyens la solution aux impératifs de flexibilité de ses réactions au risque d'en compromettre l'efficacité tout autant que la sécurité des combattants."

EXEMPLE 2 Pour ce second candidat mes principales remarques portaient encore sur l'IM de la fiche. De l'analyse du dossier vous retenez 3 éléments que vous amalgamez en Idée maîtresse: -

présence étendue; capacité de frappe; capacité à durer en maintien de la paix.

Ces éléments sont des faits, ce ne sont pas des éléments d'idée maîtresse. L'IM, c'est-à dire l'idée soustendue par ces faits, c'est par exemple que" Les engagements sont caractérisés par leur variété et leur complexité" (je reste schématique...mais pourquoi pas se limiter à cela?). Ensuite le PLAN va DÉMONTRER la variété et la complexité en introduisant au gré des parties les éléments d'environnement (géopolitique, économie, place voulue de la France...) que vous avez retenus du dossier. Ici on peut choisir un plan analytique du genre: 1. Des engagements variés et complexes techniquement. 2. Des engagements variés et complexes du fait d'un cadre légal et de menaces exigeants, 3. Des engagements variés et complexes du fait de priorités difficiles à déterminer et assumer. J'ai ici répété "Des engagements variés et complexes" pour une forme de "marteauthérapie" qu'il n'est pas nécessaire d'appliquer avec autant de rigueur. L'avantage est cependant d'assurer une réponse sans ambiguïté à la question posée: "…caractéristiques de ces engagements?" Même sous cette forme plus proche d'un ordre d'opérations que d'un Goncourt, je suis certain qu'un 14/20 n'est pas loin dans le cas d'une fiche! Alors, ne vous "prenez pas la tête", dans une fiche on est assez proche du discours oral –qu'elle prépare d'ailleurs assez souvent- dont les idées doivent se graver rapidement dans la tête du chef pour lui fournir des repères d'exposé. D'expérience de CEM d'un grand organisme (CoFAT 2000-2003), je peux témoigner de la reconnaissance que l'on a pour les rédacteurs aux textes concis (brefs et précis)! Vous remarquerez que dans ces 2 exemples les critiques sont très proches quant à l'origine des erreurs. La synthèse des idées en une idée maîtresse reste la principale difficulté que vous rencontrez…Et si je retiens nos échanges vous en êtes conscients quand vous m'écrivez: "…Trop souvent, mon idée maîtresse s’assimile au plan et j'en viens donc à chercher des tournures différentes afin de respecter la structure type méthode : présentation du sujet + IM + annonce du plan." (sic un candidat 2013)

Page

Voir corrigé complet: ICI

71

SYNTHESE CONCOURS 2013

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

13.HISTORIQUE des mises à jour 01/09/2011

V1.0

: version initiale du document

14/09/2011

V2.0 : ajout des chapitres "L'ORAL du CONCOURS EDG" et "SUJETS de COLLES…"

16/09/2011

V2.01 : ajout d'un exemple de FICHE de prise de notes pour l'oral.

05/10/2011

V3.0

11/10/2011

V3.01 : ajout d'une remarque en bas de page de fin du chapitre 6.

11/10/2011

V4.0

17/10/2011

V5.0 : ajout du chapitre "SUJETS de CUGE" et modification des schémas des chapitres 5 et 6.

24/10/2011

V5.1 : ajout des rubriques "Structure générale d'un devoir" et "Repères d'autocorrection" au Chapitre 2 (pages 15 à 18 de cette pagination). Ajout du sujet de CUGE numéro 27. Modifications mineures au chapitre 5 (adaptation du texte aux schémas)

24/01/2012

V6.0

: ajout du chapitre "De l'INTRODUCTION"

16/07/2012

V6.1

: commentaire sur les sujets de CUGE (chapitre 10)

30/07/2012

V7.0

: ajout chapitre « CUGE 2012 à chaud »

01/08/2012

V7.1 : ajout d'une rubrique "Domaines et rubriques en culture générale" au chapitre 5 (page 28 de cette pagination)

20/09/2012

V7.2

: révision et refonte des sujets de colle et de CUGE.

25/10/2012

V7.3

: ajout d'exercice pratiques sur les IM (chapitre 6)

30/10/2012

V7.4 : ajout d'un paragraphe "En amont du tableau" au début du chapitre 5 "TABLEAU d'ANALYSE"

20/03/2013

V8.1 : ajout du nouveau chapitre 12 "De la SYNTHESE"; ajout de trois sujets-types de CUGE

09/04/2013

V8.21 : 2 nouveaux sujets de CUGE; modifications mineures de forme sur différents chapitres.

28/06/2013

V8.3

: ajout des liens vers les corrigés-types du concours 2013.

05/09/2013

V8.4

: ajout de sujets de colle (SI: 8, SHRI:30) et de devoirs de culture (Total 24).

08/09/2013

V8.41 : actualisation et ajouts de nouveaux sujets de colle d'actualité (Total 64 sujets SI et 83 SHRI)

: ajout du chapitre " Des FAITS aux SYNTHESES, de la THESE au PLAN"

Page

72

: ajout du chapitre " TABLEAU d'ANALYSE"

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

EDITION 2013-2014

2013

Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

SUJET PROPOSE « Il faut avoir des amis et des ennemis ; des amis pour vous apprendre votre devoir, et des ennemis pour vous obliger à le faire. » Cette citation de Plutarque vous paraît-elle constituer aujourd’hui encore un paradigme valable, notamment en matière de relations internationales ?

L'effort a été porté sur l'organisation de la réponse à partir des règles de composition enseignées par la Revue d'Études au cours de la préparation. La structure du corrigé (nombre de parties, processus de démonstration) correspond à l'une des possibilités existantes indiquées sans ordre de priorité aux candidats. Les références de culture générale ont été volontairement limitées, chaque candidat ayant ses propres repères en fonction de son niveau et de sa connaissance du champ couvert par le sujet. Contacts

Général (2S) Jean-François DELOCHRE (Rédacteur) Tél. 02 41 47 92 37 @mail : [email protected]

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

73

Général (2S) Marc THERY - La Revue d’Études Tél.: 01 44 94 51 52 @mail : [email protected]

Page

Épreuve de culture générale

"POUR LES NULS"

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

CUGE 2013

REGLES DE REDACTION Pour la rédaction de ce corrigé, les règles suivantes ont été privilégiées: a) Tous les éléments de compréhension du sujet figurent dans le texte de la copie sans qu'il soit nécessaire à un lecteur de revenir au libellé de la question posée pour savoir de quoi l'on traite. b) L'argumentation de la thèse retenue prend en compte les objections que peut soulever la position de l'auteur. c) La thèse, ici l'idée maîtresse, répond précisément à la question posée. Elle reste assez synthétique pour être facilement mémorisable par le lecteur. d) L'annonce de plan ne constitue pas une simple duplication détaillée de l'idée maîtresse. Elle constitue le fil directeur de la démonstration de la thèse. e) L'ouverture en fin de devoir trace la voie d'un autre sujet, connexe à celui traité, mais ne remet pas en cause la pertinence de la thèse exposée ou (et) de sa démonstration.

CORRIGE PROPOSE COMPRENDRE LE SUJET

Structure du libellé Pas de titre, une citation de Plutarque suivie d'une question unique mais comportant de nombreux mots de modulation: paraît-elle, encore, valable, notamment qu'il faudra prendre en compte avec précaution.

Sens des mots Amis et ennemis,

à replacer dans le contexte de la question. Voir le bon sens à retenir: alliés, partenaires, adversaires, concurrents (sans oublier amis, ennemis!) Où se situent ces "ennemis", ils peuvent être à l'extérieur (adversaires économiques par ex.) ou à l'intérieur (opinion publique par ex.).

Devoir (apprendre),

Page

74

ici encore à replacer dans le domaine de la question, celui des RI: quels sont les devoirs ou le devoir en matière de RI? A quel niveau doit-on placer le "vous" de la citation: État, dirigeants, groupes et ou communautés diverses (ne pas fermer le sujet à cet instant). Apprendre le (les) devoir(s): idée qu'il ne s'agit pas d'une conception personnelle, qu'il y a nécessité d'une construction collective.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS" Faire son devoir,

EDITION 2013-2014

accomplir ce que la loi, la morale, l'opinion publique, la raison, le bon sens

commandent. La citation comporte également la notion d'obligation… Le devoir qui s'impose sans ennemis constituera certainement un élément du développement…

Plutarque,

né à Chéronée en 46, mort à Thèbes en 120, est surtout célèbre pour ses Vies parallèles des hommes illustres, œuvre qui a fait de lui le grand maître de la biographie comparée. En effet, dans cette œuvre, où il est plus portraitiste qu'historien, il met toujours en parallèle un grand personnage de la Grèce et son homologue à Rome. "Le temps des armes n’est pas celui des lois." (PLUTARQUE) "C'est ainsi qu'il (Plutarque) excelle par les mêmes détails dans lesquels nous n'osons plus entrer. Il a une grâce inimitable à peindre les grands hommes dans les petites choses ; et il est si heureux dans le choix de ses traits, que souvent un mot, un sourire, un geste lui suffit pour caractériser son héros." (VOLTAIRE) "J'ai vu de loin, dans les livres de Plutarque, ce qu'étaient les grands hommes" (MONTESQUIEU)

Paradigme (valable): conception théorique dominante ayant cours à une certaine époque dans une communauté, qui fonde les types d'explication envisageables, et les types de faits à découvrir dans un domaine donné (ici les "relations internationales") et qui serait ("paraît-elle") pertinente ("valable")

Notamment, fait partie de ces mots du sujet qu'il est inutile de préciser mais qu'il faut prendre en compte. Le champ des RI est au cœur du sujet mais il ne faudra pas éliminer les autres domaines, les autres politiques.

Relations internationales,

elles constituent une discipline du domaine des sciences

politiques et se centrent sur les relations entre les États et entre les États et d’autres institutions appartenant au système international. Il s’agit d’un domaine interdisciplinaire où s’agrègent la politique, le droit, l’économie, la culture et l’histoire, par exemple.

Cadrer le sujet La réflexion se situe dans le cadre contemporain. On doit prendre position sur la validité d'une conception collective du devoir, notamment en matière de relations internationales, dont la mise en œuvre se fondrait sur l'existence d'antagonismes entre groupes (États, organisations…)

Reformuler le sujet

Page

Cette reformulation personnelle conclut la première ½ heure de réflexion sur le sujet. Cette étape est trop souvent menée au pas de charge et conduit à des restrictions voire des contre-sens sur la nature et le périmètre du sujet.

75

Je dois dire si, aujourd'hui, il est pertinent de fonder les orientations ou obligations ("DEVOIR"), notamment en matière de relations internationales, sur l'existence d'interactions entre partenaires ("AMIS…VOUS APPRENDRE") et (ou) concurrents ("ENI…VOUS OBLIGER")

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

ÉTUDIER LE SUJET

La construction du tableau d'études pose souvent problème aux candidats. L'approche est pourtant relativement simple. On peut considérer que les domaines correspondent au champ couvert par le devoir (ici en particulier les RI) et que les rubriques permettent d'analyser la question posée (ici rôle des interactions entre parties dans la définition et la mise en œuvre des règles ou obligations). A ce stade, il n'est plus question de revenir en arrière sur sa compréhension du sujet et les définitions retenues.

RUBRIQUES

Rôle des "partenaires" (+/-)

Rôle des "adversaires" (+/-)

Autres facteurs (?)

Tendances Évolutions

DOMAINES Diplomatie Défense Droit Économie Culture Politique intérieure13

A l'issue d'une exploitation rapide (non présentée ici) de cette analyse, apparaît un fil directeur qui préfigure la thèse et sa démonstration: la "collégialité" dans l'élaboration des décisions et orientations est d'autant plus importante que les problèmes sont complexes (pas forcément original!). La stimulation par l'adversité devient d'autant plus nécessaire quand les conséquences de ces choix sont plus importantes. Elle nécessite la reconnaissance d'une légitimité. Le choix a été fait de rédiger un devoir complet au lieu de se limiter à de seules orientations. Les "plans flash" utiles en préparation ne rendent en effet qu'imparfaitement compte de la cohérence d'ensemble du travail, notamment en ce qui concerne les enchaînements IM-PLAN et CONCLUSION-OUVERTURE.

13

Partie non couverte par les seules RI (prise en compte du "notamment")

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

76

Le travail proposé -avec ses limites car réalisé en 5h00 mise en page comprise pour rester cohérent avec la nature de l'épreuve- figure ci-après.

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

INTRODUCTION

Préambule

0 La politique en général, mais plus particulièrement les relations internationales deviennent plus complexes dès que les acteurs se multiplient. Dès le premier siècle, Plutarque abordait cette difficulté en affirmant la nécessité d'avoir amis et ennemis: "des amis pour vous apprendre votre devoir, et des ennemis pour vous obliger à le faire".

76

Aujourd'hui ce paradigme reste-t-il valable dès lors qu'il faut établir des règles et respecter des obligations entre États, organisations ou communautés?

Idée maîtresse

Parce que les décisions sont de plus en plus complexes à prendre et leurs conséquences démultipliées par l'ouverture du monde, la collégialité de définition de droits et devoirs s'impose. En même temps leur application nécessite le plus souvent l'apparition de crises dans lesquelles la légitimité de l'action est souvent incertaine.

45

Annonce du plan

Dès le niveau de l'État, de groupes voire d'individus apparaissent des antagonismes constructifs. Il faut cependant atteindre le seuil de communautés régionales pour mieux en mesurer les conséquences. Mais c'est surtout dans le domaine des relations internationales que les rôles entre "adversaires" peuvent pratiquement se codifier quand le légal en vient à interférer avec le juste.

55

DÉVELOPPEMENT

43

IS11

Des hommes providentiels peuvent en effet poindre portés en apparence par leurs seules convictions. Ils ne semblent pas avoir eu besoin d'amis pour "apprendre leur devoir", seule l'intuition d'un soutien, d'une vérité les anime. Ils trouvent en revanche dans l'adversité le moteur, la légitimité et la force de soutenir leurs combats. L'histoire porte la trace de ces précurseurs quand par exemple à la charnière des 16 e et 17e siècles Giordano Bruno puis Galilée s'opposèrent à un obscurantisme philosophique et religieux séculaire. Plus près de nous, la date et l'actualité nous rappellent le général De Gaulle ou encore Nelson Mandela.

105

IS12

A contrario, des devoirs pourtant validés par un large consensus cèdent à des pressions souvent populaires alors qu'ils devraient y puiser l'énergie de leur application. De nombreuses réformes sociales ou économiques se sont ainsi heurtées au "pouvoir de la rue" laissant les dirigeants sans ressource apparente face à la contestation. Le recul de Dominique Villepin pour la réforme du CPE tranche ainsi étonnement avec son intervention magistrale devant l'ONU à l'occasion de la crise irakienne.

78

IS13

Pour autant, dès que le "devoir" s'élève au niveau de l'éthique, de la morale ou des droits de l'homme, le précepte de Plutarque semble s'imposer avec plus de vigueur. La France nous offre deux exemples significatifs avec l'abrogation de la peine de mort et les lois Veil.

81

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

ID1

Dès qu'émergent des structures sociales, naissent des conflits entre droits et devoir. L'élaboration de cadres et de normes restent le plus souvent le fruit d'une construction collective, parfois dans la confrontation. Pour autant cette règle souffre ici de nombreuses exceptions.

77

0

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Même si ces textes ont été portés par des figures emblématiques comme Robert Badinter, ils émanaient bien d'une minorité convaincue qui a su s'affranchir d'une majorité fortement opposante.

Transition

Prouvant leur validité au sein même de structures restreintes, les interactions entre partenaires et concurrents prennent une autre dimension dans des communautés plus vastes.

24

ID2

L'union européenne se distingue des autres structures régionales occidentales car elle échappe aux règles d'un fédéralisme à l'américaine ainsi qu'à celles d'un multiculturalisme canadien. Elle constitue à ce titre un laboratoire particulièrement pertinent pour étudier les interactions entre les convergences naturelles et leur exploitation en période de tension ou de crise.

56

Les pères fondateurs de l'Europe ont eu l'intuition de leur devoir au lendemain de la seconde guerre mondiale. Ils ont eu face à l'adversité de leurs détracteurs, et certainement stimulés par elle, la force d'imposer leur conception. 92

IS22

Au plan politique la juxtaposition d'États aux cultures, langues et coutumes différentes, rend complexes des avancées pourtant jugées déterminantes. Les partenariats réservés, observés au cours de l'opération libyenne, ont montré les limites de la conception communautaire du "devoir" alors qu'un "ennemi" semblait clairement identifié.

46

IS23

Pour autant, face à des problèmes majeurs, comme celui de la crise économique frappant les États du Sud, les conflits internes à l'union, pour vifs qu'ils soient, restent une étape indispensable dans l'obtention d'accords. Les tribulations concernant les formes du soutien à la Grèce sont significatives de lentes mais au fond raisonnables avancées.

56

Transition

Illustré avec plus d'acuité par les résultats obtenues par le partenariat régional mais aussi par les obstacles rencontrés, la force du devoir trouve tout son sens dans le domaine des relations internationales.

33

ID3

Les relations internationales ouvrent un champ complexe où s'affrontent les intérêts des "puissants". Les tensions et les jeux d'influence sont ici plus qu'ailleurs déterminants. Pourtant du fait d'un droit encore en construction le "légal" interfère souvent avec le "juste". Ce domaine devient dès lors le champ d'application préférentiel du "paradigme de Plutarque".

56

IS31

Les nouveaux "directoires du monde" qu'illustrent aujourd'hui les G8 et G20 ou que tentent de valider les multiples "Rio" renouvellent les blocages par une forme d'entêtement oligarchique (Bernard Badie – La diplomatie de connivence –La découverte/Poche). Les conflits naissent de ce partage du monde entre de pseudos puissants et de prétendus vassaux. Mais plus insidieux encore, les adversaires sont au sein des cénacles eux-mêmes où les participants sont piégés par l'image qu'ils s'imposent d'un semblant de consensus. Réduit à cet aspect la force du devoir semble Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

96

78

Ainsi la construction de l'Europe économique progresse malgré des conflits parfois difficiles à surmonter. La mise en place de mesures de protectionnisme vis-à-vis de la Chine alors que les intérêts français et allemands divergent illustre ces turbulences. On peut néanmoins estimer que globalement ces oppositions restent constructives tant qu'une communauté supérieure d'intérêt domine.

Page

IS21

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

devoir rester une utopie. Heureusement, une voie décisive a été ouverte dont on ne mesure pas encore aujourd'hui les aboutissements: le devoir puis le droit d'ingérence. Les spécialistes en fixent l'origine au 17e siècle quand Hugo Crotius jeta les bases d'un droit international fondé sur le droit naturel. De manière contemporaine ce droit s'est vraiment formalisé lors du conflit du Biafra en 1967-1970 avec Bernard Kouchner, puis a été en partie théorisé par Jean-François Revel en 1979 dans un article de l'Express. Ce "droit" sans support légal se fonde sur l'appréciation du "juste" et donne une légitimité morale aux engagements à son service. Même si ce concept est à l'origine de dérives quand le droit des peuples masque des intérêts économiques -on considère que ce fût le cas lors de l'intervention en Irak- il est porteur d'avancées significatives.

IS32

193

L'adversité prend ici tout son sens –puisqu'elle s'oppose à un droit considéré comme fondamental- et légitime le devoir d'ingérence. Le consensus sur les droits de l'homme, au moins affiché par une majorité d'États et relayé par les organisations internationales au premier rang desquelles l'ONU, donne ainsi une clef quasi universelle pour aborder les grands problèmes mondiaux contemporains. CONCLUSION

Reprise de la thèse

Élargissement

0 La perception du devoir reste un élément structurant chez une majorité d'hommes de pouvoir. Mais la mise en œuvre des décisions qu'elle impose va fréquemment à l'encontre de règles admises ou de droits acquis. Face à ce dilemme l'opposition, l'adversité, peuvent constituer le nécessaire catalyseur de l'action. Dans nos démocraties occidentales, les élites sont considérées comme technocratiques et peu aptes à l'innovation. Leur émergence à partir de nouveaux critères comme la capacité à décider dans l'incertitude et à se projeter au-delà de leur horizon personnel pourrait les conduire à une plus grande autonomie nécessaire pour faire face aux défis à relever lors des prochaines décennies.

50

60

TOTAL (pour information) 1245

Le décompte de mots est indicatif. Il correspond au conseil donné aux candidats de procéder à cet exercice pour se familiariser avec le volume de la fiche synthèse et de l'avis personnel. Ici on atteint le volume de 2 fiches (maximum de 650 mots)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

14

79

14

EDITION 2013-2014

2013

Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Épreuve de synthèse

"POUR LES NULS"

SUJET PROPOSE Vous êtes le commandant Claude HINTERARMET, officier rédacteur affecté à l’état-major des armées et chargé du secteur Prospective des forces. Le chef d’état-major des armées devant s’entretenir avec le délégué général pour l’armement de l’évolution de la disponibilité des forces des armées de Terre, de l’Air et de la Marine nationale, vous êtes chargé(e) de rédiger : - sur la base du dossier joint, une fiche de synthèse (600 mots avec une tolérance de plus à moins 10 % soit entre 540 et 660 mots) faisant le point sur la politique suivie en matière de maintien en condition opérationnelle des armées ; - puis, un avis personnel séparé (150 mots avec une tolérance de plus à moins 10 % soit entre 135 et 165 mots), proposant au chef d’état-major des armées des décisions à prendre concernant les stratégies à retenir pour améliorer durablement la disponibilité des forces.

Le corrigé-type du sujet de synthèse du concours d'admission à l'École de Guerre présenté ici constitue une copie étalon à l'attention des jurys. L'effort a été porté sur l'organisation de la réponse à partir des règles de composition enseignées par la Revue d'Études au cours de la préparation. La structure retenue (présentation de la fiche et de l'avis) correspond à celle des corrigés-types de la période de préparation. Contacts

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

Général (2S) Jean-François DELOCHRE (Rédacteur) Tél. 02 41 47 92 37 @mail : [email protected]

80

Général (2S) Marc THERY - La Revue d’Études Tél.: 01 44 94 51 52 @mail : [email protected]

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

SYNTHESE 2013

Sommaire du dossier

Défense : 40 mesures en faveur des PME15 Le MCO doit être absolument lié à l’activité opérationnelle La SIMMT : « préserver un socle dense de PME » La SIMMT Modalités de contractualisation et de conduite des programmes d’armement Formation, conseil assistance L’armée de terre française au XXIème siècle L’armée française passée au révélateur de l’intervention libyenne La bataille du MCO Audition de M. Alain COSTES Ingénieur Général de l’Armement Défense Logistics Agency La SIMMAD Rapport d’information Le maintien en condition opérationnelle des matériels des armées

Source LE FIGARO le 27/11/2012 – Véronique GUILLERMARD CNE PERIER LAETICIA - OCTOBRE 2012 TIM PRINTEMPS 2012 : le Commissaire général de division Alain FERRAND MARS 2012 IRSEM - JANVIER 2012

DCI - NOVEMBRE 2012 Interview GA RACT -MADOUX Michel CABIROL - LA TRIBUNE OCTOBRE 2011 ENTRETIEN AVEC LE GENERAL PALOMEROS - JUIN 2011 COMMISSION DES FINANCES MARS 2011 « AGENCY OVERVIEW » 2011 – WIKIPEDIA COMMISSION DES FINANCES - MAI 2008 COMMISSION DES FINANCES SENAT - JUIN 2005 COUR DES COMPTES - DEC 2004

N° pièce

Nombre de pages

Pièce n° 1

2

Pièce n° 2

2

Pièce n°3

5

Pièce n° 4

1

Pièce n° 5

6

Pièce n° 6

2

Pièce n° 7

7

Pièce n° 8

1

Pièce n° 9

6

Pièce n° 10

7

Pièce n° 11

7

Pièce n° 12

4

Pièce n° 13

16

Pièce n° 14

26

Total 15

Sommaire

92

Les codes couleur correspondent aux axes de recherche identifiés à la lecture du sommaire (cf. page 3)

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

81

Identité du document

EPREUVE DE SYNTHÈSE

Page

Concours 2013 d’admission à l’EMS 2

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

REGLES DE REDACTION Pour la rédaction de ce corrigé, les règles suivantes ont été privilégiées: f) Le titre de la fiche est explicite. Destinataire et objet figurent sans ambiguïté dans des formes cohérentes avec un travail d'état-major. g) La réponse à la demande –qui correspond à l'IM en culture générale- et le plan de la fiche tiennent compte de la nature du document: la fiche est un document technique d'état-major qui va à l'essentiel avec un minimum de mots pour favoriser sa mémorisation. h) Le contenu du dossier transparaît nettement dans la fiche et traduit une sélection de données cohérente avec le niveau du demandeur et le cadre de son intervention. i) L'ouverture en fin de fiche peut s'appuyer sur un élément secondaire du dossier. j) La mention "Avis personnel" est considérée suffisante comme en-tête de cette pièce du fait du nombre restreint de mots autorisés. k) L'avis personnel engage son auteur. Sa structure est simplifiée pour privilégier l'expression des idées. On a ainsi banni toutes les transitions "littéraires" consommatrices de mots. De même une IM-PLAN s'impose pour cette même raison. l) Les contenus de la fiche et de l'avis personnel sont bien différenciés, sans redondance.

CORRIGE PROPOSE COMPRENDRE LA QUESTION

La question est simple, pour autant elle ne doit pas inciter à en court-circuiter une analyse précise. La réunion prévue, justifiant la rédaction de la fiche, n'implique rien moins que le CEMA et le DGA! Si le premier a une moindre responsabilité dans la préparation opérationnelle que les chefs d'état-major d'armée, sa connaissance du sujet du MCO n'est pas sommaire. Le DGA pour sa part peut être considéré comme le spécialiste. Le but est donc ici de produire une fiche permettant au CEMA d'acquérir si besoin est un niveau de connaissance suffisant pour aborder avec son interlocuteur (le DGA) l'évolution de la disponibilité des forces en privilégiant l'aspect MCO.

Éléments de discrimination fiche-avis

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

Page

82

Dès cet instant il est utile d'analyser l'objet de l'avis personnel. L'objet reste centré sur la disponibilité opérationnelle, ce qui doit renforcer l'attention. La fiche portant sur le MCO, l'avis ne devra pas reprendre ce même angle d'approche.

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

Cet avis étant "personnel", il ne nécessite pas de consulter le dossier avant sa rédaction. En analyse rapide on identifie des composantes de la disponibilité opérationnelle hors MCO. Ici on a retenu: valorisation de la ressource humaine et économie du potentiel matériel. Par sécurité et tranquillité d'esprit on peut rédiger d'emblée l'avis. C'est ce qui a été fait ici au cours de la première ½ heure laissant 4h1/2 pour traiter la fiche.

PRÉPARER LA LECTURE DU DOSSIER L'analyse du sommaire du dossier constitue l'étape de base. Ici 14 pièces don tune en anglais et deux très volumineuses représentant à elles seules près de 40% du volume à analyser. La lecture des titres permet d'orienter sur les axes de recherche: 1. Pièces 1 et 3 : INDUSTRIE-PME 2. Pièces 2, 7 et 8 : ACTIVITES OPS et PERSPECTIVES 3. Pièces 4, 9 et 12 : FONCTIONNEMENT du MCO 4. Pièces 5 et 6 : POLITIQUE AMONT du MCO 5. Pièces 10, 13 et 14 : EFFICACITE du MCO (aspect coût-efficacité) 6. Pièce 11 : non classée initialement. Ce premier survol permet de constater que le champ de la question semble bien couvert. Les 5 axes de recherche "pré-identifiés" seront confirmés ou adaptés lors de l'étude du dossier.

EXPLOITER LE DOSSIER

Après exploitation du dossier, il apparaît que de nombreuses pièces comportent des éléments de prospectives préfigurant vraisemblablement le contenu de la réunion avec le DGA qui portera sur "l’évolution de la disponibilité des forces". Le choix a été fait de rester strictement dans le champ de la question en se limitant à " [faire] le point sur la politique suivie." Le mélange constat et projection aurait conduit à un document trop général dans le volume imposé, excluant notamment tout exemple.

Page

83

Comme pour le devoir de culture, la rédaction complète de la fiche et de l'avis a été retenue rendant mieux compte de ce que l'on doit attendre d'un candidat attentif aux directives de préparation. L'idée maîtresse figure ainsi directement dans le corps du document.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

FICHE à l'attention du Chef d'état-major des armées relative à son entretien avec le Délégué général pour l'armement (21 mots)

21

INTRODUCTION

29

Préambule

Régulièrement mis en cause par les utilisateurs le maintien en condition opérationnelle des matériels est exposé aux conséquences de choix complexes intégrant des paramètres humains, industriel, économiques et stratégiques.

Idée maîtresse

La politique suivie dans ce domaine est avant tout réaliste et cherche à optimiser des facteurs difficilement maîtrisables du fait de contraintes et impératifs tant internes aux armées que relevant d'autres sphères de compétence.

Annonce du plan

32 Composante majeure de l'efficacité opérationnelle, la politique du maintien en condition doit composer avec deux obligations antagonistes: le gain d'efficience de ses moyens et la préservation de ses retombées industrielles. urs

35

0 UNE POLITIQUE AU SERVICE DE L'OPERATIONNEL…

ID1

La politique de maintien en condition est indissociable de la recherche d'efficacité opérationnelle dans un contexte de mutation partielle. Concernant en priorité la préservation de la disponibilité des matériels majeurs en opérations, elle concoure également au maintien du moral des hommes.

IS11

Le premier objectif du MCO est d’assurer la cohérence d'armées aux capacités multiples et en renouvellement de certains de leurs matériels majeurs.

IS12

Plus directement, cela se traduit par l'aptitude à assurer aux unités le niveau de potentiel et de disponibilité imposé par les missions assignées. Cette préservation se fait aujourd'hui au prix d'une tension parfois extrême sur le soutien.

IS13

Mais le maintien en condition est également un facteur de soutien du moral qu'il serait maladroit de négliger en période de fortes mutations et alors que les engagements sont plus exigeants.

Transition

Bien qu'elle soit considérée comme déterminante, la politique du MCO n'est pas épargnée par la crise.

Partie II

QUI DOIT SE SOUMETTRE AUX CONTRAINTES BUDGETAIRES…

ID2

Peu plastiques du fait de la nature des parcs et flottes à soutenir, le MCO et sa politique sont soumis aux mêmes exigences d’efficience que les autres secteurs de la Défense.

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

7 42

24

39

32

18

7 32

84

Partie I

Page

DÉVELOPPEMENT

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

IS21

Les programmes majeurs imposent une gestion sur le long terme prenant en compte les contraintes liées à la définition, la vie voire le démantèlement des matériels. Les rigidités sont accrues par la multiplication des acteurs industriels mais aussi étatiques (DGA) et techniques (SIMMT, SIMMAD, SSF)

IS22

Pour autant, la politique de soutien doit répondre aux exigences d'efficience qui se traduisent par des baisses de ressources financières et d'effectif. Or les structures fédératrices en place comme la SIMMAD en 2000 visaient à pallier une chute de disponibilité constatée dès la fin des années quatre-vingt-dix. Elles sont donc peu aptes à absorber de nouvelles contractions.

Transition

A ces contraintes fonctionnelles s'ajoutent celles liées au rôle industriel moteur de la maintenance.

Partie III

TOUT EN PRESERVANT AU MIEUX LE TISSU INDUSTRIEL.

ID3

La chaîne de la maintenance repose sur un tissu d'entreprises, notamment des PME, rendues vulnérables par la crise et que le gouvernement s'est engagé à soutenir.

IS31

La France compte 4000 PME de défense qui sont de véritables pépites et dont le dynamisme irrigue l'ensemble du réseau industriel. Ces entreprises assurent le lien entre la maintenance et les maîtres d'œuvre à vocation internationale. Elles sont déterminantes pour assurer la flexibilité du soutien.

IS32

Le ministre de la Défense s'est engagé à créer des pôles régionaux de l'industrie de défense. Il souhaite que son ministère "pense" PME, acquière une culture de la PME innovante et que sa stratégie d'achats accorde toute leur place aux PME. Cette multiplication d'acteurs oblige à recourir à la globalisation permettant de réduire le nombre de contrats nécessaires à la réalisation des opérations et donc leur coût au prix de nouvelles rigidités.

45

58

15

8 28

45

76

0

CONCLUSION

Reprise de la thèse

La politique du MCO tire son extrême complexité des interactions puissantes entre ses composantes techniques, industrielles, humaines et les exigences du redressement de comptes publics fragilisés par la crise.

Élargissement

Pour ce domaine, comme pour celui plus global de l'efficacité opérationnelle, l'obsolescence d'une partie des parcs et flottes pourrait cependant contraindre rapidement les capacités d'adaptation de nos armées.

29

32

Page

85

TOTAL 654

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE

"POUR LES NULS"

EDITION 2013-2014

AVIS PERSONNEL (2 mots) Introduction

2

Préambule

Le nouveau Livre Blanc a confirmé le cadre général d'action ainsi que les priorités d'engagements.

17

Idée maîtresse Plan

Dans ce contexte, l'amélioration durable de la disponibilité des forces ne peut reposer que sur la valorisation des hommes et l'économie des matériels.

25

Développement

0

ID1 + Argument

La fidélisation du personnel représente un objectif stratégique. La limitation du "turn-over" a en effet des répercussions directes tant sur la rentabilité des cycles de formation que sur la capacité à s'engager sous courts préavis.

37

ID2 + Argument

Concernant le matériel, et en dehors du MCO, l'appel à la sous-traitance et à l'externalisation quand elles offrent des solutions cohérentes, reste le moyen le plus évident de préserver le potentiel. De même le recours accru à la simulation constitue une solution de substitution toujours pertinente.

46

Conclusion

0

Rappel IM

La convergence de la disponibilité des hommes et de leurs matériels constitue toujours l'équation à résoudre en matière de disponibilité opérationnelle.

22

Ouverture

Ces solutions ne doivent cependant pas masquer la nécessité croissante d'une baisse d'activité.

15

164

Page

86

TOTAL

Rédacteur: Gal (2S) Jean-François DELOCHRE